La #nocivité éventuelle des #amalgames

Par Alain J. TOUIZER, à 06h00 dans MERCURE
Bien qu'accusées de « faiblesse méthodologique » par les « anti-amalgames », la plupart des études scientifiques n'ont pas démontré formellement de dissémination du mercure dans l'organisme. L'office n'a donc pas tranché contre l'amalgame, mais estime qu'il devrait être réservé aux cas ne pouvant être traités par des composites (matériaux de remplacement à base de résines).
Trois raisons principales ont été évoquées...
Lire la suite...

#Bombe à retardement dans nos #bouches!

Par La Rédaction, à 06h00 dans MERCURE

Conseils ALJOIMOUR :


> Un article  du Dr Bazin sur les amalgames dentaires

> J’en parle aussi largement sur notre site Aljoimour avec le remède pour éliminer facilement sans vous ruiner…
 

Alain TOUIZER

Naturopathie à La Réunion – Paris – La Normandie




En 1993, au cours d’une banale consultation, le Dr Jean-Jacques Melet manque de tomber de sa chaise.

Une patiente lui raconte qu’un dentiste lui a retiré un amalgame dentaire (« plombage ») … et depuis, c’est comme si un voile s’était levé dans sa tête !

Elle avait dû mal à comprendre, à mémoriser, à trouver ses mots. Elle se sentait toujours nerveuse et fatiguée. Désormais, tout lui paraît plus simple. Et elle est absolument certaine que c’est directement lié au retrait de son amalgame.

Le Dr Melet aurait pu se contenter d’un sourire en coin… ou de l’envoyer voir un « psy ». 

Mais c’est un médecin curieux, courageux et d’une intelligence singulière. Il sait que ces amalgames sont composés à 50 % de mercure… un des poisons les plus toxiques au monde. 

Mais comme tout le monde, à son époque, il n’imagine pas que ce mercure emprisonné dans la dent puisse provoquer le moindre problème de santé.

Pour en avoir le cœur net, il se précipite à la bibliothèque de médecine… et fait une découverte stupéfiante : les amalgames dentaires dégagent des vapeurs de mercure en permanence, 24h sur 24.

Et lors des repas, ou en cas de mastication d’un chewing-gum, la dose de ces vapeurs peut être multipliée par 10 ! [1]

Voilà une piste intéressante, se dit notre médecin.


 

Bobos #enfants, à ne pas faire!

Par La Rédaction, à 06h00 dans MERCURE

Conseils ALJOIMOUR :


> Un petit cours très utile sur le bon comportement à avoir face aux petits bobos des enfants


Alain TOUIZER

Naturopathie à La Réunion - Paris - La Normandie




Rentrant de l’école ce soir en trottinette, ma fille bute dans un trottoir, plonge la tête la première et se racle la joue contre le macadam.

La lèvre est éclatée, deux dents bougent, sanguinolentes, et sa pommette est méchamment râpée. Elle laisse transpercer la lymphe et des perles de sang. Manifestement, ça doit faire mal…

Dans les pharmacies, vous trouvez des rayons entiers de sprays antiseptiques, vaporisateurs désinfectants, crèmes antibiotiques, antibactériennes, antiseptiques et autres nettoyants pour plaie. Nos grand-mères utilisaient de l’alcool, de l’eau oxygénée, de la teinture d’iode ou du mercurochrome.

Mais la seule utilité réelle de ces produits est de soulager… les parents (et les grand-mères). Pour l’enfant blessé, ils risquent surtout d’aggraver la situation.

Le mercurochrome a été retiré du marché. Il contenait une substance hautement toxique, le mercure, et sa couleur rouge risquait de masquer les signes d’infection ou d’inflammation. Surtout, il n’était pas efficace.

L’alcool est utile pour désinfecter les instruments chirurgicaux. Mais il ne doit jamais être appliqué sur les plaies. L’alcool assèche la peau, retarde la guérison… et fait vraiment mal. En provoquant la coagulation du sang, l’alcool crée une pellicule sous laquelle les germes qui n’ont pas besoin d’oxygène peuvent se développer.

L’eau oxygénée est encore pire : versée sur une plaie, elle fait bondir au plafond. « Si ça fait mal, c’est que ça fait du bien », disait-on autrefois, mais ce dicton n’a en l’occurrence pas de fondement.

La teinture d’iode, c’est de l’iode dans de l’alcool. On se sert de l’iode en hôpital pour les blessures graves. Mais sur les petites blessures, le seul effet que vous obtenez est une vive douleur provoquée par l’alcool qui attaque la chair à vif.
 

Que faire ?

Inutile de vous ruiner en fioles et petites bouteilles. L’usage médical courant pour nettoyer les plaies est d’utiliser une « solution saline isotonique », aussi appelée « liquide physiologique ».

#Deal criminel, le #tabac moderne

Par La Rédaction, à 06h00 dans MERCURE

Conseils ALJOIMOUR :


> La tabagie de cigarettes de commerce reprends de la force malgré le prix excessif.

> Voici une étude de  Michel Dogma, sur les substances trouvées dans la fumée et les mégots après combustion. C’est effarant!!!


Alain TOUIZER

Naturopathie à La Réunion - Paris - La Normandie

 

TABAC MODERNE
Un "deal" criminel légalisé


Il me semble qu’il y ait actuellement une recrudescence de tabagie surtout chez les ados, malgré un prix assez dissuasif. 

Est-ce en raison des nombreux films cultes des années 50/60 qui continuent à être diffusés et dans lesquels la plupart des stars du cinéma fumaient sans vergogne ? Mais la question est de savoir si le tabac de l’époque avait quelque chose à voir avec les cigarettes actuelles. 

Nos grands-pères fumaient du pur tabac en paquet (bio en quelque sorte) qu’ils roulaient eux mêmes. Maintenant, on se demande s’il y a seulement encore un peu de tabac dans la mixture TRÈS complexe qui est communément proposée dans le commerce, et curieusement sans la moindre réaction des services du contrôle des fraudes…

Or il faut réaliser que lors de sa combustion, la cigarette produit une fumée qui contient environ 4 000 substances toxiques (dont au moins 50 cancérigènes). Sur les paquets, seuls goudrons et nicotine sont indiqués. 

Certains composés proviennent de l’environnement (pesticides, produits radioactifs), d’autres sont ajoutés, comme l’ammoniac qui favorise la fixation de la nicotine et la dépendance. Actuellement, de plus en plus de plants de tabac sont génétiquement modifiés afin de rendre la nicotine plus efficace.

Voici à partir des 600 produits autorisés dans les cigarettes du commerce, une sélection de toxiques majoritaires que l’on retrouve dans la fumée et les mégots classiques après combustion :

 ACÉTALDÉHYDE : irritant des voies respiratoires
 ACIDE CYANHYDRIQUE : fut employé dans les chambres à gaz
 ACROLÉINE : irritant des voies respiratoires
 TOLUIDINE : substance cancérigène connue
 ACÉTONE : solvant puissant – attaque les graisses du système nerveux
 GAZ AMMONIAC : irritant des voies respiratoires
 NAPHTYLAMINE : substance cancérigène connue
 URÉTHANNE : substance cancérigène connue
 MÉTHANOL : entraîne des dégénérescences neurologiques graves
 TOLUÈNE : solvant industriel
 PYRÈNE : substance cancérigène connue
 ARSENIC : poison violent connu
 DIMÉTHYLNITROSAMINE : poison chimique
 DIBENZACRIDINE : substance cancérigène connue
 NAPHTALÈNE : antimite
 PHÉNOL : conservateur très toxique
 NICOTINE : utilisée comme herbicide et insecticide
 GAZ BUTANE : (Boum !)
 CADMIUM : métal cancérigène qui se substitue au zinc dans l’ADN
 POLONIUM : élément radioactif
 MONOXYDE DE CARBONE : bloque le transport de l’oxygène dans le sang
 STYRÈNE : poison chimique
 BENZOPYRÈNE : substance cancérigène connue
 DDT : insecticide qui rend stérile
 CHLORURE DE VINYLE : substance cancérigène, baisse la libido
 GOUDRONS : les plus cancérigènes
 MERCURE : entraîne des maladies neurologiques graves
 PLOMB : génère le saturnisme


Méthode GRATUITE pour arrêter de fumer d’un seul coup sans frais :

Pour cela, il est nécessaire d’avoir un vœu (même deux) auquel on tient tellement que l’on serait prêt à faire de gros sacrifices pour l’obtenir. 

S’agit-il d’obtenir un poste, une maison, de faire un grand voyage, de vivre avec quelqu’un qu’on aime, ou de sauver la vie d’un parent, d’un ami… Bref, et si le sacrifice c’était tout simplement d’arrêter de fumer ?

Alors voici le "protocole" : écrivez sur une feuille de papier : "Afin d’obtenir… ou de pouvoir réaliser… je m’engage en échange à ne plus jamais fumer une seule cigarette. Au cas où je faillirais une seule fois à ce contrat, toute facilité me serait immédiatement enlevée, et je devrais renoncer à mon attente." – Signature

Ce papier devra ensuite être mis dans une enveloppe à l’adresse de l’Univers et jetée dans un feu allumé spécialement à cet effet (c’est le facteur cosmique). Bien sûr, il convient de se débarrasser de tout paquet de cigarettes. Le miracle est que vous n’aurez plus jamais envie de fumer. Et c’est comme si vous n’aviez jamais fumé de votre vie.
 

Comment ceci est-il possible ?

Il existe naturellement chez chacun de nous un système d’autocensure qui empêche de remonter jusqu’à la conscience objective et émotionnelle des mémoires ou des pulsions condamnables par notre morale ou notre culture. 

C’est la « Boîte de Pandore ». Par exemple, il est établi que l’on ne doit pas faire l’amour avec ses parents ; et quand on est normalement constitué, même si l’on s’adore et que l’on se fait des câlins, aucune pulsion à connotation sexuelle ne s’établit, justement en raison de ce verrou inconscient. 

C’est le même processus qui s’établit avec la cigarette, c’est-à-dire qu’il est interdit d’avoir envie de fumer !

J’ai moi-même pratiqué cette méthode il y a 24 ans, et je l’ai faite appliquer ensuite à mes filles et les amis qui l’ont bien voulu avec toujours le même succès. Mais je sais que beaucoup préfèreront mettre en doute ma procédure « fumeuse » et préfèreront afficher de bons prétextes pour remettre à plus tard cet arrêt que la raison commande.

Pour ceux là, j’ai déjà proposé de se convertir au tabac de culture bio (exempt de saloperies) qui se vend maintenant dans beaucoup de bureaux de tabac ; mais voilà, les fumeurs n’aiment pas parce qu’ils ne retrouvent pas les produits scélérats d’addiction qui font qu’ils sont prisonniers d’une marque précise. 

Alors dans ce cas, il ne me reste plus qu’à dédramatiser par cette coquine galéjade : "Le tabac tue mais la pipe détend"

Nota : je pense que la méthode devrait aussi fonctionner pour le hash, mais j’ignore si elle est applicable aux drogues dures qui attaquent gravement le système nerveux.