#Traitement aussi brutal que simple ...

Par Alain TOUIZER, à 05h00 dans INFOS DIVERSES

Conseils ALJOIMOUR :

 
>  La personne qui a la maladie de Crohn, ferait n'importe quoi pour être soulagée de leurs souffrances journalières, si vous connaissez quelqu'un qui l'a, faites lui passer cet article.
 

Alain TOUIZER

Naturopathie - Ile de La Réunion, Paris - Normandie

 

La maladie de Crohn est une inflammation chronique (chronique veut dire permanente, ou revenant régulièrement) du tube digestif. Elle peut toucher n’importe quelle partie, de la bouche à l’anus, provoquant aux endroits touchés des ulcères (plaies), des fistules (trous), voire le cancer du côlon (dans le gros intestin).
 

À chaque poussée, la victime souffre de douleurs aux endroits touchés, de fièvres, d’une grande fatigue, et bien sûr de toutes sortes de problèmes digestifs (diarrhée, saignements), quand elle parvient encore à manger.

L’inflammation de l’intestin est parfois telle que la paroi grossit jusqu’à obstruer le passage de la nourriture.

On parle alors d’occlusion intestinale (fermeture). Les conséquences sont abominables, pouvant aller (âme sensibles, ne lisez pas la suite de cette phrase) des vomissements jusqu’à des remontées d’excréments par la bouche, et la mort du patient si une opération chirurgicale n’est pas pratiquée pour déboucher.

Le traitement est alors aussi brutal que simple ...

Suite

Super #conseils pour avoir enfin... "un #ventre plat"!!!

Par Alain J. TOUIZER, à 06h00 dans INFOS DIVERSES
C'est ce qu'on appelle une « ptose », c'est à dire un relâchement musculaire.

Cette « ptose » résulte de la pression exercée par des intestins trop lourds sur les parois du ventre. Hé oui, nos intestins « réagissent » à notre alimentation anarchique par une inflammation qui les fait gonfler, les alourdit et modifie leur écosystème en favorisant le développement des cellules graisseuses.

Les intestins, lourds, volumineux, finissent par descendre et atteindre le plancher pelvien. Une fois qu'ils ne peuvent plus tomber plus bas, les intestins vont vers l'avant...
Lire la suite...

#coup de foudre, attention : danger !!!

Par Alain J. TOUIZER, à 16h37 dans INFOS DIVERSES

Revenons sur ce mystérieux phénomène aussi troublant que fantasmé... Ce fut comme une apparition !!!

Votre première rencontre a été un incroyable flash, comme une évidence. Et si c'était un coup de foudre ? De L'amour, Stendhal passe en revue la généalogie et les manifestations physiques du coup de foudre: accélération du rythme cardiaque, transpiration, difficulté à tenir en place, aphasie... Des romans à l'eau de rose à la vie quotidienne il n'y a qu'un pas. Enquête sur un phénomène intrigant.

 

Les signes

Au moment où vos regards se sont croisés, c'est comme si le vide s'était fait autour de vous (oui comme dans un film à l'eau de rose). Vous ne voyiez plus rien à part lui, n'entendiez plus rien à part sa douce voix. C'est comme s'il vous avait jeté un sort. Un moment irréel, hors du temps. A la fois court et éternel parce que gravé dans votre mémoire à vie.

Et puis cette décharge électrique, comment l'oublier ? Le cœur qui s'accélère, la tension qui monte, les jambes qui flageolent, ces émotions vives et confuses qui vous assaillent, cette sensation de chaleur étouffante. Une peur mêlée de joie intense. Vous, pourtant si rationnelle,  vous voilà frappée par la foudre de Cupidon Mais pourquoi ?!Ah si seulement on savait !

Les scientifiques parlent de dopamine, d'adrénaline, de cerveau émotionnel qui prendrait le pas sur le cerveau logique etc. Mais ça nous fait une belle jambe de comprendre la chimie de l'amour !  En attendant, vous vous demandez toujours pourquoi ça vous est arrivé à vous précisément alors que, franchement, vous aviez autre chose à faire que de tomber amoureuse...

Au risque de vous décevoir, la réponse n'est pas dans cet article. Sachez que la foudre amoureuse reste un mystère non élucidé par les scientifiques et qu'on en sait finalement plus sur le système solaire que sur le cœur humain ! Oui, c'est fou. Sans oublier les écrivains et les philosophes qui se cassent la tête depuis toujours pour nous expliquer les raisons d'un coup de foudre.

Si on ne devait retenir qu'une phrase, ce serait la célébrissime "Le cœur a ses raisons que la raison ne connaît point". Pascal avait vu juste parce que l'amour peut vous tomber dessus n'importe où, n'importe quand.

Dans une gare bondée ou au bureau, au troquet du coin ou dans un bar branché, au rayon du supermarché, dans un ascenseur, sur votre transat à la plage, chez le boulanger, à la piscine, dans une salle d'attente à l'aéroport et chez le poissonnier aussi... Nul besoin de lieu ou de moment romantique.
Revenons sur ce mystérieux phénomène aussi troublant que fantasmé...
 

Attention : danger !!!

Après un coup de foudre, on a bien souvent envie de tout envoyer promener parce qu'on est dans l'idéalisation totale de l'autre qui est devenu notre véritable centre de gravité. Famille, amis, travail n'ont soudain plus d'importance et nombre de personnes changent complètement de vie suite à un coup de foudre. 

Ne brûlez pas les étapes! Gardez les pieds sur terre et restez ancrée à vos anciennes attaches, même si c'est dur. A ce stade, restez prudente car vous n'êtes pas en phase avec la réalité telle qu'elle est vraiment.  Elle est totalement déformée par le prisme amoureux au travers duquel vous la voyez. 

Au bout d'un certain temps, vous allez redescendre de votre petit nuage car un coup de foudre est trop intense pour durer toujours. A partir de là, apprenez à mieux connaître l'être aimé (qui n'est peut-être pas si parfait que vous l'imaginez) et demandez-vous s'il est possible de construire une relation durable ensemble.

Si oui, bingo !  Si non, vous aurez au moins vécu l'expérience magique et inoubliable du coup de foudre. Et les histoires d'amour inachevées sont parfois beaucoup plus belles et plus grisantes que celles qui durent  toute une vie...
 

Lorsque l'#esprit vagabonde ...

Par Alain TOUIZER, à 06h00 dans INFOS DIVERSES
Les chercheurs en neurosciences ont longtemps été réticents à des discussions sur le «soi», le considérant trop difficile à aborder scientifiquement, dit Jonathan Schooler, psychologue à l'Université de Californie à Santa Barbara. Mais maintenant, dit-il, la recherche sur le réseau du mode par défaut et l'errance de la pensée soulève la perspective que le concept de soi (la perception de son existence comme être séparé) peut être observé, mesuré et discuté avec rigueur

Le mode par défaut capture de nombreuses caractéristiques de la façon dont nous pensons à nous-mêmes, dit Marcus E. Raichle, neurologue de l'Université Washington à St. Louis, précurseur des études sur les images cérébrales du cerveau au repos. Mais, dit-il, jusqu'à très récemment, le flux de la pensée était une zone morte pour les chercheurs. De la même façon que les généticiens ont, pendant des années, rejeté le matériel génétique sans fonction connue comme étant de l'ADN inutile en surplus ("junk DNA). ...
Lire la suite...