L'#avoine, une belle source de #fibres

Par Alain TOUIZER, à 08h39 dans PRODUITS BIO

Conseils ALJOIMOUR :


L’avoine est une excellente céréale, forte, très adaptée aux pays froids et à l'hiver

Alain TOUIZER

Naturopathie à La Réunion


L'avoine, une céréale qui vous veut du bien

Consommée depuis longtemps sous forme de flocons dans les pays anglo-saxons, l'avoine revient sur le devant de la scène grâce à ses nombreuses vertus, notamment sur le cholestérol et l'insuline. Découvrez ses atouts santé.
 
Ce n'est que récemment que l'avoine a trouvé une place de choix dans notre alimentation. Cette céréale fût longtemps réservée à l'alimentation des chevaux, tant en France qu'en Angleterre. D'ailleurs, la légende veut que les Anglais aient considéré avec dédain cette céréale et snobé les Ecossais, qui, eux, s'en servaient déjà dans leur alimentation.

Il paraît que l'on trouvait dans un célèbre dictionnaire anglais de 1755 cette définition : "Avoine : céréale que les Écossais consomment, mais que les Anglais ne donnent qu'à leurs chevaux".  Avec la répartie qui les caractérise, les Ecossais ont trouvé ce mot : "Voilà pourquoi l'Angleterre a de si bons chevaux et l'Écosse, des hommes aussi admirables !".

Au-delà de l'anecdote, il n'en reste pas moins que depuis, diverses études menées sur le sujet ont démontré les réels bénéfices de la consommation d'avoine sur notre santé : anti-cholestérol, satiétogène, anti-kilos et elle améliore même le transit !

Une belle source de fibres

Ce qui rend actuellement l'avoine si célèbre, ce sont bien ses fibres insolubles ! Avec une teneur exceptionnelle de 8,4 g pour 100 g, l'avoine a une action certaine sur le transit. Une fois dans l'organisme, ces fibres gonflent et ont un effet satiétogène qui limite le grignotage et donc la prise de poids.

Par ailleurs, l'avoine aurait également un effet préventif sur certains cancers digestifs, dont le cancer du côlon, même si son rôle dans le traitement serait encore controversé.  Attention à privilégier les flocons d’avoine plutôt que le son d'avoine, agressif sur l'intestin.

L'apport alimentaire en son doit toujours se faire très progressivement. Le son d’avoine est de toute façon à éviter chez les petits de moins de 5 ans et chez les personnes âgées au risque de perturber leur digestion. Chez ces dernières, il est conseillé de ne pas dépasser 3 cuillères à soupe de son par jour.

La consommation d'avoine, sous quelque forme que ce soit, doit nécessairement s'accompagner d'une grande quantité d'eau car elle éponge tous les liquides présents !

L'avoine pour réduire le cholestérol

Sous forme de flocon, c'est la céréale idéale du petit-déjeuner, car son profil n'a rien à voir avec les fausses céréales transformées, le plus souvent grasses et sucrées. Très riche en fibres et notamment bien pourvu en bêta-glucane, une fibre soluble, l'avoine participerait à réduire le taux de cholestérol sanguin.

D'ailleurs, depuis 1997 et sur la base de diverses études sur le sujet, la Food and Drug administration (FDA, organisme américain équivalent à l'Anses et à l'Afssaps) autorise deux allégations portant sur les vertus hypocholestérolémiantes de l'avoine et notamment sur le fait que dans le cadre d'un régime alimentaire sain, les fibres solubles peuvent réduire le risque de maladies coronariennes2.

En fait, selon les connaissances actuelles, le bêta-glucane ainsi que les autres fibres solubles présentes, agiraient en piégeant une partie du cholestérol alimentaire, qui sera ensuite excrété au lieu d'être absorbé3.

D'ailleurs, il a été montré qu'une consommation quotidienne de 6 g de bêta-glucane durant 6 semaines permettrait de réduire significativement la cholestérolémie totale et LDL chez des sujets hypercholestérolémiques4. 

De manière plus générale, d'autres études ont montré le bénéfice d'une consommation régulière de bêta-glucane sur la cholestérolémie5,6.  Alors n'hésitez pas à prendre un bol de flocons d'avoine chaque matin ou 3 cuillères à soupe réparties sur les salades, les yaourts ou les légumes.

Pas d'avoine pour les intolérants au gluten

En plus de participer à la réduction du taux de cholestérol sanguin, le bêta-glucane aurait également la capacité de limiter la production d'insuline ! Cette fibre si spéciale a la propriété de ralentir l'absorption des glucides au niveau de l'intestin, avec au final une réduction de la glycémie après les repas et donc des besoins en insuline. Cette vertu si spéciale en fait un aliment tout à fait recommandables pour les personnes souffrant de diabète de type 2.

Ces deux propriétés majeures font de l'avoine un atout majeur dans l'alimentation des personnes souffrant de maladies cardiovasculaires et le diabète de type 2.  Par ailleurs, l'avoine contient aussi des glucides, et pas qu'un peu puisqu'on y trouve 58 g de glucides pour 100 g. Voilà donc une céréale qui apporte beaucoup d'énergie !

Mais si elle reste moins énergétique que le blé avec 348 kcal aux 100 g, elle sait toutefois être particulièrement rassasiante puisqu'elle apporte 15 g de protéines. Attention : elle ne convient pas aux intolérants au gluten.

Elle rend la peau plus belle !

L'avoine, comme toute céréale, est bien pourvue en vitamines du groupe B, utile pour l'entretien des cellules nerveuses. Elle a aussi le mérite d'être une mine de minéraux : potassium, magnésium, phosphore, calcium, et fer.

#L'argile : pour #soigner de nombreux #maux

Par Alain TOUIZER, à 06h44 dans PRODUITS BIO

Lire la suite...

L'#Elixir Essentiel, un #stimulant #naturel

Par Alain J. TOUIZER, à 05h50 dans PRODUITS BIO
> 3 jours avant 'une foire artisanale, j'ai eu une extinction totale de la voix en une nuit,  je me sentais fiévreux et très mal en point. J'ai pris un verre et  j' 'y ai mis  tout ce qui me semblais bien pour un maximum d'efficacité.

> L'après midi, j'allais déjà beaucoup mieux  et le soir j'avais pratiquement retrouvé ma voix...
Lire la suite...

Le #lapacho, excellent pour toutes ces #infections ...

Par Alain TOUIZER, à 06h25 dans PRODUITS BIO

Conseils ALJOIMOUR :

> J'aime conseiller cette plante car c'est « un simple » (plante unique dans son état origine naturel, et non une composition).

 > Pour certaines personnes ayant des complications médicales ou de nombreux médicaments à consommer, une plante très active comme le Lapacho, (qui a fait ses preuves sur des tumeurs et bien d'autres chose d'autres), peut avoir une action salvatrice et réparer des tissus endommagés ou en danger.

>  Il est souvent compatible avec les médicaments. À consommer, avec parcimonie et sans excès. 2 tasses par jour sont suffisantes pour la majorité des gens...

Alain TOUIZER

Naturopathie à La Réunion



Infections : le remède venu d'Amazonie

Le froid, la pluie, les fatigues accumulées de l'année rendent la période propice aux infections : nez bouché, mal de gorge, gastro-entérite, infections de peau et infections urinaires (cystite).

Lorsque les premiers Européens débarquèrent en Amazonie, ils découvrirent que les Indiens Kallawayas, guérisseurs traditionnels de l’Empire Inca, employaient une décoction de lapacho, pour combattre toutes ces infections. Ils s’en servaient aussi comme antidote aux piqûres d'insectes et aux morsures de serpents.

Le lapacho est un grand arbre qui produit de magnifiques fleurs roses en forme de cloche. Il pousse au Pérou, en Bolivie, au Chili et au Paraguay, dont il est l'arbre national. Son bois précieux contient (entre autres) du fer assimilable, des tanins, des flavonoïdes et des coumarines (substances accentuant la fluidité sanguine), des antiseptiques et des antibiotiques ainsi que des antiviraux, des oligo-éléments et des minéraux (magnésium, calcium, zinc, phosphore, chrome, manganèse, silice, cuivre, molybdène, sodium, potassium, argent, bore, strontium, or, baryum, nickel).

Il fait donc partie de ces végétaux aux vertus tonifiantes exceptionnelles, au même titre que le ginseng et l'échinacée.

Des études scientifiques ont été réalisées sur le lapacho. Elles ont confirmé qu'il contient des composés qui ont bel et bien des propriétés anti-infectieuses, antidouleur et anti-inflammatoires, comme le veut la tradition [1].

Peu répandu en Europe, le lapacho est aujourd'hui très populaire au Brésil pour combattre toutes sortes d'infections, notamment les gastro-entérites, les infections des voies respiratoires, les infections cutanées, la cystite et la vaginite.

Comment faire une décoction de lapacho

Pour faire une décoction de lapacho à usage médicinal, il faut réduire en poudre 15 g à 20 g d'écorce interne séchée, vendue en herboristerie, et les faire bouillir pendant quinze minutes dans 500 ml l'eau. À la fin, laisser tiédir et filtrer le liquide à l'aide d'une passoire avant de l'utiliser.

La décoction peut-être bue. Elle a un goût boisé avec une touche de vanille et une légère amertume en fin de bouche, qui ressemble un peu à celui du thé rouge, ce qui la rend agréable à consommer et peut être sucrée avec du miel.

On peut aussi en imbiber des tampons à appliquer sur la peau en cas de candidose, de psoriasis ou d'autres infections cutanées. La bêta-lactone, un composé purifié de lapacho s’est révélée aussi active que le médicament anthralin pour contrer l’hyperprolifération des cellules de la peau utilisé contre le psoriasis [2].

Contre les vaginites, on emploie au Brésil des tampons vaginaux imbibés de cette décoction refroidie qu'on change toutes les 24 heures.

Veillez à bien utiliser l'écorce interne de l'arbre, qui est la couche qui se trouve entre l'écorce et le bois formé, et dans laquelle circule la sève. On l'appelle aussi aubier.

La décoction de lapacho peut être bue contre les cystites (infections urinaires) mais il ne faut pas oublier que la phytothérapie (médecine par les plantes) dispose aussi pour cela d'un remède très efficace, le jus de cranberry, ou canneberge.


Action potentielle contre le cancer

Utiliser des plantes pour se soigner permet d'éviter les effets secondaires indésirables des médicaments.