L'#Elixir Essentiel, un #stimulant #naturel

Par Alain J. TOUIZER, à 05h50 dans PRODUITS BIO
> 3 jours avant 'une foire artisanale, j'ai eu une extinction totale de la voix en une nuit,  je me sentais fiévreux et très mal en point. J'ai pris un verre et  j' 'y ai mis  tout ce qui me semblais bien pour un maximum d'efficacité.

> L'après midi, j'allais déjà beaucoup mieux  et le soir j'avais pratiquement retrouvé ma voix...
Lire la suite...

Le #lapacho, excellent pour toutes ces #infections ...

Par Alain TOUIZER, à 06h25 dans PRODUITS BIO

Conseils ALJOIMOUR :

> J'aime conseiller cette plante car c'est « un simple » (plante unique dans son état origine naturel, et non une composition).

 > Pour certaines personnes ayant des complications médicales ou de nombreux médicaments à consommer, une plante très active comme le Lapacho, (qui a fait ses preuves sur des tumeurs et bien d'autres chose d'autres), peut avoir une action salvatrice et réparer des tissus endommagés ou en danger.

>  Il est souvent compatible avec les médicaments. À consommer, avec parcimonie et sans excès. 2 tasses par jour sont suffisantes pour la majorité des gens...

Alain TOUIZER

Naturopathie à La Réunion



Infections : le remède venu d'Amazonie

Le froid, la pluie, les fatigues accumulées de l'année rendent la période propice aux infections : nez bouché, mal de gorge, gastro-entérite, infections de peau et infections urinaires (cystite).

Lorsque les premiers Européens débarquèrent en Amazonie, ils découvrirent que les Indiens Kallawayas, guérisseurs traditionnels de l’Empire Inca, employaient une décoction de lapacho, pour combattre toutes ces infections. Ils s’en servaient aussi comme antidote aux piqûres d'insectes et aux morsures de serpents.

Le lapacho est un grand arbre qui produit de magnifiques fleurs roses en forme de cloche. Il pousse au Pérou, en Bolivie, au Chili et au Paraguay, dont il est l'arbre national. Son bois précieux contient (entre autres) du fer assimilable, des tanins, des flavonoïdes et des coumarines (substances accentuant la fluidité sanguine), des antiseptiques et des antibiotiques ainsi que des antiviraux, des oligo-éléments et des minéraux (magnésium, calcium, zinc, phosphore, chrome, manganèse, silice, cuivre, molybdène, sodium, potassium, argent, bore, strontium, or, baryum, nickel).

Il fait donc partie de ces végétaux aux vertus tonifiantes exceptionnelles, au même titre que le ginseng et l'échinacée.

Des études scientifiques ont été réalisées sur le lapacho. Elles ont confirmé qu'il contient des composés qui ont bel et bien des propriétés anti-infectieuses, antidouleur et anti-inflammatoires, comme le veut la tradition [1].

Peu répandu en Europe, le lapacho est aujourd'hui très populaire au Brésil pour combattre toutes sortes d'infections, notamment les gastro-entérites, les infections des voies respiratoires, les infections cutanées, la cystite et la vaginite.

Comment faire une décoction de lapacho

Pour faire une décoction de lapacho à usage médicinal, il faut réduire en poudre 15 g à 20 g d'écorce interne séchée, vendue en herboristerie, et les faire bouillir pendant quinze minutes dans 500 ml l'eau. À la fin, laisser tiédir et filtrer le liquide à l'aide d'une passoire avant de l'utiliser.

La décoction peut-être bue. Elle a un goût boisé avec une touche de vanille et une légère amertume en fin de bouche, qui ressemble un peu à celui du thé rouge, ce qui la rend agréable à consommer et peut être sucrée avec du miel.

On peut aussi en imbiber des tampons à appliquer sur la peau en cas de candidose, de psoriasis ou d'autres infections cutanées. La bêta-lactone, un composé purifié de lapacho s’est révélée aussi active que le médicament anthralin pour contrer l’hyperprolifération des cellules de la peau utilisé contre le psoriasis [2].

Contre les vaginites, on emploie au Brésil des tampons vaginaux imbibés de cette décoction refroidie qu'on change toutes les 24 heures.

Veillez à bien utiliser l'écorce interne de l'arbre, qui est la couche qui se trouve entre l'écorce et le bois formé, et dans laquelle circule la sève. On l'appelle aussi aubier.

La décoction de lapacho peut être bue contre les cystites (infections urinaires) mais il ne faut pas oublier que la phytothérapie (médecine par les plantes) dispose aussi pour cela d'un remède très efficace, le jus de cranberry, ou canneberge.


Action potentielle contre le cancer

Utiliser des plantes pour se soigner permet d'éviter les effets secondaires indésirables des médicaments.

#Préparation unique et adaptée au #besoin actuel #humain

Par Alain J. TOUIZER, à 06h48 dans PRODUITS BIO
 > En  1996, nous avons eu à La Réunion une épidémie de chikungunya*, virus transmis par un moustique (aedes albopictus).

> Les gens devenaient paralysés et ne pouvaient quasiment plus bougerLes personnes faibles et déjà malades furent les plus touchées, tous étaient désemparés. 

> La  solidarité des uns et des autres pour trouver une solution, fut étonnante.
 
> Loic Leblanc,  chercheur de passage à la Réunion me proposa de fabriquer une composition énergétique antivirale, à base de plantes.

> Au bout de la quatrième journée de travail intense, le prototype vibratoire qui est l'ancêtre du Nectar voyait le jour.

> Son principe était d'augmenter le taux vibratoire du sang pour que le virus ne puisse plus se nourrir.



Explication:

Sur une échelle de bovi (mesure vibratoire):
 
> Un individu normal mesure entre 30 et 70 000 bovis 

> Un individu sportif mesure entre 60 et 90 000 bovis

> Un individu sportif qui a une alimentation très équilibrée mesure entre 80 000 et 120 000 bovis

> Un individu sportif qui a une alimentation très équilibrée et qui pratique la méditation quotidiennement, mesure entre 800 et 180 000 bovis.

> Un petit enfant vibre à 5 à 600 000 bovis

> Le prototype vibrait à l'époque à 780 000 bovis;  il s'appelle Nectar de vie et vibre actuelement à 2 880 000 bovis

> La composition de base est la même, mais le besoin énergétique a augmenté.  



LE NECTAR!!!


Cette préparation est unique et totalement adaptée au besoin actuel humain : le stress, la pollution, la nourriture industrielle, les blues, le manque de courage, le manque de sommeil, l’envie de tout plaquer, le découragement, apportent de la fatigue physique et morale de plus en plus grande.

Nectar vibre à 7 millions de Bovis, la prise homéopathique de ce breuvage (1 c à café à1 c à soupe dans la bouteille d’eau ou de tisane, vous élèvera considérablement en vous aidant à retrouver vos marques et repartir du bon pied.
L’intérêt supplémentaire est que votre corps va reproduire en boucle et se tonifier d’elle-même


COMPOSITION


> LE NECTAR  est une composition, d’une base de jus de noni de la Réunion (antioxydant, et régénérateur des tissus) allié au puissant Aloès Vera, au Ginkgo biloba (arbre de La Jeunesse éternelle), au fameux Neem (lilas marron) amplifiée au cristal de roche.

> Le mal-être, les douleurs corporelles et morales, répétées au quotidien nous plongent souvent dans une lourdeur difficile à gérer et digérer.

> Cette Potion magique conçue pour alléger ces états, nous élève, en apportant un réconfort, émotionnel et aussi la force physique  pour lutter.

> Le Nectar éveille la mémoire de notre corps sain au meilleur de sa forme.Notre corps étant d’une intelligence innée intrinsèque, reproduit en chaine à l’infini la fabrication de son PROPRE NECTAR


Conditionnement :

  • 25 ml              18€
  • 250 ml            30€
  • 500 ml            50€

Posologie adulte :
1 c. à café (1 c. à soupe, pour les cas difficiles) dans une bouteille d’eau.

Préparation pour les enfants :
Dans 1/2 litre d’eau ou de jus de fruits (pomme ou raisin), mettre 2 c. à soupe de Nectar + 1 citron pressé pour la conservation et mettre au frais.

Cette concentration servira de base aux enfants:
De 4 à 7 ans : 1 c à café dans de l’eau ou jus de fruits
De 8 à 12 ans : 2 c à café dans de l’eau ou jus de fruits
De 13 à 15 ans : 3 c à café dans de l’eau ou jus de fruits

Plu sd'info:



Alain TOUZER

Naturopathe à La Réunion

 

 

Le #maca cette puissante #racine

Par Alain J. TOUIZER, à 06h20 dans PRODUITS BIO
> L'espèce Lepidium meyenii Walpers, qui comprend une forme cultivée et une forme sauvage d'aspect variable, a été décrite par Wilhelm Gerhard Walpers en 1843 d'après un exemplaire recueilli à Pisacoma (3919 m d'altitude) à environ 60 km au sud du lac Titicaca, dans le département de Puno au Pérou.
Lire la suite...