L'#avoine, une belle source de #fibres

Par Alain TOUIZER, à 05h00 dans PRODUITS BIO

Conseils ALJOIMOUR :


> L’avoine est une excellente céréale, forte, très adaptée aux pays froids et à l'hiver
 

Alain TOUIZER

Naturopathie à La Réunion - Paris - Normandie

 

L'avoine, une céréale qui vous veut du bien

Consommée depuis longtemps sous forme de flocons dans les pays anglo-saxons, l'avoine revient sur le devant de la scène grâce à ses nombreuses vertus, notamment sur le cholestérol et l'insuline. Découvrez ses atouts santé.
 
Ce n'est que récemment que l'avoine a trouvé une place de choix dans notre alimentation. Cette céréale fût longtemps réservée à l'alimentation des chevaux, tant en France qu'en Angleterre. D'ailleurs, la légende veut que les Anglais aient considéré avec dédain cette céréale et snobé les Ecossais, qui, eux, s'en servaient déjà dans leur alimentation.

Il paraît que l'on trouvait dans un célèbre dictionnaire anglais de 1755 cette définition : "Avoine : céréale que les Écossais consomment, mais que les Anglais ne donnent qu'à leurs chevaux".  Avec la répartie qui les caractérise, les Ecossais ont trouvé ce mot : "Voilà pourquoi l'Angleterre a de si bons chevaux et l'Écosse, des hommes aussi admirables !".

Au-delà de l'anecdote, il n'en reste pas moins que depuis, diverses études menées sur le sujet ont démontré les réels bénéfices de la consommation d'avoine sur notre santé : anti-cholestérol, satiétogène, anti-kilos et elle améliore même le transit !
 

Une belle source de fibres

Ce qui rend actuellement l'avoine si célèbre, ce sont bien ses fibres insolubles ! Avec une teneur exceptionnelle de 8,4 g pour 100 g, l'avoine a une action certaine sur le transit. Une fois dans l'organisme, ces fibres gonflent et ont un effet satiétogène qui limite le grignotage et donc la prise de poids.

Par ailleurs, l'avoine aurait également un effet préventif sur certains cancers digestifs, dont le cancer du côlon, même si son rôle dans le traitement serait encore controversé.  Attention à privilégier les flocons d’avoine plutôt que le son d'avoine, agressif sur l'intestin.

L'apport alimentaire en son doit toujours se faire très progressivement. Le son d’avoine est de toute façon à éviter chez les petits de moins de 5 ans et chez les personnes âgées au risque de perturber leur digestion. Chez ces dernières, il est conseillé de ne pas dépasser 3 cuillères à soupe de son par jour.

La consommation d'avoine, sous quelque forme que ce soit, doit nécessairement s'accompagner d'une grande quantité d'eau car elle éponge tous les liquides présents !
 

L'avoine pour réduire le cholestérol

Sous forme de flocon, c'est la céréale idéale du petit-déjeuner, car son profil n'a rien à voir avec les fausses céréales transformées, le plus souvent grasses et sucrées. Très riche en fibres et notamment bien pourvu en bêta-glucane, une fibre soluble, l'avoine participerait à réduire le taux de cholestérol sanguin.

D'ailleurs, depuis 1997 et sur la base de diverses études sur le sujet, la Food and Drug administration (FDA, organisme américain équivalent à l'Anses et à l'Afssaps) autorise deux allégations portant sur les vertus hypocholestérolémiantes de l'avoine et notamment sur le fait que dans le cadre d'un régime alimentaire sain, les fibres solubles peuvent réduire le risque de maladies coronariennes2.

En fait, selon les connaissances actuelles, le bêta-glucane ainsi que les autres fibres solubles présentes, agiraient en piégeant une partie du cholestérol alimentaire, qui sera ensuite excrété au lieu d'être absorbé3.

D'ailleurs, il a été montré qu'une consommation quotidienne de 6 g de bêta-glucane durant 6 semaines permettrait de réduire significativement la cholestérolémie totale et LDL chez des sujets hypercholestérolémiques4. 

De manière plus générale, d'autres études ont montré le bénéfice d'une consommation régulière de bêta-glucane sur la cholestérolémie5,6.  Alors n'hésitez pas à prendre un bol de flocons d'avoine chaque matin ou 3 cuillères à soupe réparties sur les salades, les yaourts ou les légumes.
 

Pas d'avoine pour les intolérants au gluten

En plus de participer à la réduction du taux de cholestérol sanguin, le bêta-glucane aurait également la capacité de limiter la production d'insuline ! Cette fibre si spéciale a la propriété de ralentir l'absorption des glucides au niveau de l'intestin, avec au final une réduction de la glycémie après les repas et donc des besoins en insuline. Cette vertu si spéciale en fait un aliment tout à fait recommandables pour les personnes souffrant de diabète de type 2.

Ces deux propriétés majeures font de l'avoine un atout majeur dans l'alimentation des personnes souffrant de maladies cardiovasculaires et le diabète de type 2.  Par ailleurs, l'avoine contient aussi des glucides, et pas qu'un peu puisqu'on y trouve 58 g de glucides pour 100 g. Voilà donc une céréale qui apporte beaucoup d'énergie !

Mais si elle reste moins énergétique que le blé avec 348 kcal aux 100 g, elle sait toutefois être particulièrement rassasiante puisqu'elle apporte 15 g de protéines. Attention : elle ne convient pas aux intolérants au gluten.
 

Elle rend la peau plus belle !

L'avoine, comme toute céréale, est bien pourvue en vitamines du groupe B, utile pour l'entretien des cellules nerveuses. Elle a aussi le mérite d'être une mine de minéraux : potassium, magnésium, phosphore, calcium, et fer.

#Effets méconnus du #gingembre

Par La Rédaction, à 05h00 dans PRODUITS BIO

Conseils ALJOIMOUR :


> De nouveau un dossier sur les bienfaits du gingembre
 

Alain TOUIZER

Naturopathie à La Réunion - Paris - La Normandie

 

Les 8 effets méconnus du gingembre

Le curcuma est l’épice anti-inflammatoire la plus connue. Elle est efficace contre l’arthrose, et en prévention du cancer. Mais son utilisation en cuisine est limitée. 

D’où l’intérêt du gingembre, cousin du curcuma, plus facile à accommoder (idées de recettes ci-dessous). 

Il possède lui aussi de nombreuses vertus médicinales. 



 

L’#ortie au tableau d’honneur

Par La Rédaction, à 05h00 dans PRODUITS BIO

Conseils ALJOIMOUR :


> Un  article sur l'ortie, une des plantes les plus extraordinaires que La Vie de Terre Mère nous a offerte


Alain TOUIZER

Naturopathie à La Réunion - Paris - La Normandie




Certains événements fascinants qui se déroulent tous les jours, que ce soit dans un sous-bois, une prairie, une fougère ou un champ, laissent penser qu’il existe un dialogue permanent du vivant avec lui-même, et que la Nature prend des décisions absolument fondamentales sans que nous n’ayons, nous les humains, la plus petite conscience de ce qui est en train de se passer.

Hum… Un peu brumeux, le Combris aujourd’hui !?

Alors prenons un exemple concret.

A l’instant même où je vous écris, quelque part sur le terreau fertile de notre beau pays, une ortie est en train de pousser. Et vous voulez savoir ? Tout le monde s’en f…

Autour de la plante, aucune des « grandes plumes » du Point, de L’Express, du Nouvel Observateur, aucune de ces célèbres consciences éclairant notre monde, prophètes, grand reporters ou intellectuels. Personne. Juste quelques papillons, vanesses, paons du jour ou vulcains qui tournoient autour des feuilles de la plante.

Vous allez me dire : « à la place de l’ortie, je préfèrerais, moi aussi…». Peut-être.

Mais on aimerait quand même qu’un témoin puisse rendre compte de l’exceptionnelle aventure qui se déroule derrière la scène en apparence banale d’une ortie qui pousse, et nous dévoile le ré-équilibrage essentiel que la nature est en train d’opérer pour elle-même – et comme elle n’est pas rancunière, pour nous aussi, les hommes.

Voici l’histoire secrète de l’ortie.
 

Agent en service commandé !

Car l’ortie ne pousse pas là par hasard. Elle est, nous dit la spécialiste Claire Bonnet [1], en « service commandé », tel un véritable agent de la Direction Générale de la Sécurité et de l’Equilibre (DGSE – section Nature). Voici sa fiche de mission :
« Spécialité de l’ortie : le fer.



 

La forme de #silice la plus efficace!

Par La Rédaction, à 05h00 dans PRODUITS BIO

Conseils ALJOIMOUR :


> Voici une newsletter de Michel Dogna que j’apprécie: la silice, un élément indispensable à notre bien être avec des propriétés formidables.


Alain TOUIZER

Naturopathie à La Réunion - Paris - La Normandie




L’ortie accompagne l’homme partout  où il vit – du moins dans les climats dits tempérés. Pourquoi ? Parce qu’en fait elle apprécie à la fois les déchets organiques et ferreux et l’humidité.

Maria Treben raconte qu’un jour, dans une émission radio, un médecin signala que l’ortie est au nombre des plantes médicinales les plus efficaces que nous possédions. 

Ceci n’empêche pas qu’elle soit presque ignorée par la médecine officielle, et peu signalée en médecines alternatives

Elle a pourtant été largement utilisée avec succès depuis l’antiquité pour des tas de pathologies sous forme d’infusions de feuilles fraîches, de teinture, et de bains.

L’ortie est pourvoyeuse de deux éléments majeurs : LA SILICE et LE FER, minéraux qu’elle a végétabilisés. Dans le sol, des milliards de micro-travailleurs attaquent (entre autres) ces éléments pour en faire un miellat comestible par les radicelles des plantes. 

Nous, animaux humains, avons besoin de ces deux intermédiaires, pour pouvoir profiter de ces précieux minéraux ainsi rendus assimilables. 

On notera que la médecine anthroposophique de Rudolph Steiner propose depuis plus d’un demi-siècle Ferrum per urtica contre l’anémie ferriprive.

Quant à la silice (Si O²), il faut savoir que l’ortie piquante (urtica dioïca) est la championne « toutes catégories » de production, devant la prêle qui la suit de près, puis des outsiders connus tels que les nœuds de bambou, les farines complètes de céréales bio, etc. 

En médecine populaire, l’ortie a toujours été utilisée dans les cas de…