La #coriandre met les #papilles en émoi!!!

Par Alain TOUIZER, à 16h25 dans GENERALE

La coriandre est ce que l’on pourrait appeler une herbe universelle. D’ailleurs son appellation la trahit. Outre son nom usuel, elle est aussi connue sous le sobriquet de persil arabe, persil chinois et même parfois de persil mexicain. Ce qui témoigne de sa présence sur quasiment tous les continents. Cette semaine, nos chefs (www.ma-cuisine-ma-sante.fr) mettent en scène cette herbe millénaire et vous invitent à un voyage gustatif.

Comme la plupart des légumes verts à feuilles, la coriandre est riche en antioxydants comme la bêta-carotène. Et à l’image de son cousin, le persil plat, elle est aussi pourvue en vitamine C. Elle est également source de vitamine K, qui participe au développement osseux ainsi que de vitamine B9. Aussi connue sous le nom d’acide folique, cette dernière participe, d’après l’Agence nationale de Sécurité sanitaire de l’Alimentation, de l’Environnement et du Travail (ANSES), « au métabolisme du matériel génétique (ADN et ARN), ce qui justifie son caractère indispensable aux cours des différentes phases de la vie », en particulier pendant le premier mois de la grossesse. Une bonne raison pour ne pas s’en priver.

Du goût et de la couleur…

Si le persil plat et la coriandre se ressemblent à s’y méprendre, leur goût en revanche est bien différent. Et si vous ne connaissez pas la saveur du persil arabe, vous risquez d’être surpris. Elle est en effet soutenue, marquée et quelque peu épicée. Ses détracteurs affirment même que l’herbe tirerait son nom du grec Koris qui signifie punaise, un animal qui, une fois écrasé, en rebute plus d’un. C’est pourtant cette saveur persistante et parfumée qui donnera à vos soupes, sauces et autres salades, des goûts d’ailleurs.

… des feuilles aux graines

Avant de vous mettre aux fourneaux, encore faut-il bien choisir votre coriandre. Au moment de l’achat, cette dernière devra être bien verte, sans le moindre flétrissement. Pour un chutney ou plus généralement la cuisine indienne, tournez vous vers les feuilles. Mariées à l’ail ou au gingembre, elles accompagneront aussi à merveille vos tajines et vos poissons. Un conseil, dans la mesure où elles sont généralement fibreuses, prenez soin de les hacher finement. Et surtout, ne les ajoutez qu’en fin de cuisson. Elles conserveront ainsi tout leur parfum.

De leur côté, les graines de coriandre, à la saveur légèrement sucrée, trouveront leur place dans la préparation de certains condiments, comme le curry par exemple. Ajoutées en début, ou au cours de la cuisson, elles apporteront aussi un peu de piquant à votre couscous, vos grillades ou vos marinades. Parfaites pour des plats en provenance directe d’Afrique du nord, d’Asie ou d’Europe orientale. Une véritable invitation au voyage pour les papilles.

Les vraies championnes de la #pollinisation sont en danger

Par Alain TOUIZER, à 11h00 dans GENERALE

Conseils ALJOIMOUR :


> Je suis moi même apiculteur et voila une initiative simple pour tous ceux qui ont un terrain,  de faire un espace chez vous pour les abeilles, des insectes doux aimants, qui rendront votre jardin très beau…Merci pour elles !!!

> Pas d'abeilles, pas de nourriture



Alain TOUIZER

Naturopathie à La Réunion



Chère amie, cher ami,
Vous connaissez bien sûr le rôle des abeilles à miel dans la reproduction des fruits, légumes et plantes à fleurs, mais savez-vous qu'elles se partagent la tâche avec des milliers d'autres pollinisateurs qui sont bien souvent ignorés du grand public ?

Les bourdons sauvages par exemple, protégés par leur épaisse fourrure, supportent des températures bien plus basses que les abeilles domestiques. Ils peuvent donc polliniser certaines espèces de fleurs précoces dès la sortie de l'hiver, quand la température contraint encore les abeilles à rester au chaud dans leur ruche.


Il y a aussi, bien sûr, les papillons dont les couleurs vives égayent nos jardins, et leurs comparses de nuit, plus ternes, mais pas moins efficaces, car certaines plantes comme le chèvrefeuille nécessitent une pollinisation nocturne.

Et enfin, il y a les 850 espèces d'abeilles sauvages que l'on trouve dans notre pays, les quelques 6000 espèces de guêpes, les syrphes, les osmies, les bombyles (sortes de mouches à trompe et fourrure).
Certaines espèces sont mêmes dédiées à une plante particulière ; si le pollinisateur s'éteint, la plante aussi…

Vous êtes vous déjà demandé par exemple pourquoi la vanille était si chère? C'est qu'il n'existe qu'une seule espèce d'abeille, la Melipone, qui soit exactement de la bonne taille pour entrer dans la fleur et en sortir avec son pollen accroché aux pates. En exportant la culture de la vanille en-dehors de son milieu naturel, et sans emporter son pollinisateur, on s'est condamnés à... polliniser à la main.

Un travail de titan, que la Melipone faisait pour nous depuis la nuit des temps, et sans rien demander à personne... C'est que la Nature est bien faite!... quand elle n'est pas profondément perturbée par l'Homme. Car ces milliers d'espèces sauvages sont, tout comme les abeilles à miel, dangereusement menacées. C'est ce que prouvent deux études scientifiques majeures .

Que faire pour protéger ces insectes indispensables ?

Tout d'abord, il faut absolument que les études de risques réalisées sur les abeilles domestiques avant la mise en vente des pesticides prennent aussi en compte les pollinisateurs sauvages. C'est un point que notre association va mettre en avant lors de nos prochains rendez-vous avec les parlementaires.

Et puis, chacun peut, à son échelle, contribuer à protéger ces petits insectes en leur offrant un habitat au fond de son jardin par exemple (pour des idées de cabane à abeilles sauvages, voir notre article ci-dessous). Ne vous en faites pas, ils vous rendront cette petite attention au centuple... en décuplant la récolte de vos vergers et potagers !

A très bientôt,

Nicolas Laarman

Délégué Général

Trucs et astuces grand-mère, - 5ème Partie

Par Alain J. TOUIZER, à 11h15 dans GENERALE
Voici la suite des "ASTUCES DE GRAND-MERE", un trésor à conserver, que  vous retrouverez à tout moment dans le blog...



Lire la suite...

Precieux #conseils du Dr.#Morant - partie VIII

Par Alain TOUIZER, à 15h21 dans GENERALE

Conseils ALJOIMOUR :

Il existe dans le monde médical des circuits classiques.

Il y a des médecins au « cœur ouvert », qui ont un vrai désir d’aider réellement leur prochain et qui croient qu’une bonne hygiène de vie et une action préventive  peuvent aider tout en chacun à trouver l’équilibre et la voie de la guérison.

J’ai rencontré Le Docteur Odile Morant par le contact d’une amie  à elle qui est une de mes patientes à laquelle j’ai eu l’occasion d’aider il y a quelques années.

Elle m’a longuement questionné sur la phytothérapie traditionnelle et sur le fonctionnement du magnétisme et m’a remis quelques fiches santé éditées par elle en me donnant la permission de les reprendre et de les insérer sur mon site.

C’est donc avec plaisir que je partage  cette petite série d’infos fortes intéressantes…


Alain TOUIZER

Naturopathie à La Réunion
Lire la suite...