#burn-out : la #maladie des #travailleurs #stressés

Par Alain TOUIZER, à 05h31 dans GENERALE

Conseils ALJOIMOUR :

>C’est une maladie ravageuse, le mal du siècle, negativer…

> Peur du lendemain, du jugement des autres ;  chacun a la possibilité de se reprendre c'est une question d'état de conscience et de décision.
 
> Rendez-vous pour un « Bilan de Santé Globale» pour faire le point et avoir une nouvelle vision des diverses possibilités.


Alain TOUIZER

Naturopathie à La Réunion



Anxiété, stress, sentiment d’incompétence : c’est le burn-out, nouvelle maladie de civilisation pour travailleurs usés. Il faut, en ce début de XXIe siècle, réinventer un humanisme où la relation des individus à leur travail sera repensée et apaisée.

Parmi les quelques mots-clés qui symbolisent notre époque, le burn-out impose sa triste évidence. Il est rare, dans l’histoire, qu’un trouble psychique nouveau se popularise aussi vite, au point que chacun en saisisse les enjeux ravageurs.

Inventé par l’écrivain anglais Graham Greene dans son roman A Burnt-Out Case, paru en 1961, ce syndrome, qui touche des millions de travailleurs usés et stressés, littéralement consumés par un feu intérieur, est identifié par le philosophe Pascal Chabot dans Global burn-out comme une vraie “maladie de civilisation”, telles la mélancolie au XIXe siècle, la paranoïa et la schizophrénie au XXe. Exténué, vidé, incapable de se détendre et de récupérer, l’individu qui sombre dans le burn-out a le visage de la grande fatigue contemporaine.

Comment s’opère un burn-out ?

 Comment relier les troubles psychiques individuels à un cadre social et culturel qui en détermine les effets ? De quoi le burn-out mais aussi le discours général qu’on tient sur lui sont-ils le symptôme ?

Ces questions traversent la réflexion de Pascal Chabot, qui porte un regard philosophique sur une question qui d’habitude mobilise sociologues, psychologues ou cliniciens du travail. Ce déplacement élargit le cadre de compréhension du problème. Ni l’univers psychique des individus ni la pression sociale qui pèse sur eux ne suffisent à expliquer le burn-out. En ce sens, Pascal Chabot estime que cette maladie de civilisation est surtout une “maladie de la relation”.

Les travailleurs zélés, premiers touchés

Le philosophe rappelle d’emblée que les sujets qui craquent sont le plus souvent des travailleurs enthousiastes, des “soutiens zélés des modes de vie contemporains”. Grâce à leur ardeur au travail, le système se perpétue et produit en même temps les conditions d’une vulnérabilité généralisée.

Ces gens cassés subissent ce que nous connaissons tous : “La montée en puissance du régime de production, l’accélération des cadences, l’intensification du stress, la généralisation des instruments de contrôle, la dureté des contraintes.

Qu’est-ce que le burn-out sinon “une conséquence de ces régimes effrénés” ?

“Ces symptômes de fatigue, d’anxiété, de stress ingérable, de dépersonnalisation et de sentiment d’incompétence dressent le portrait de personnes qui ont trop donné, sans recevoir ce dont elles avaient besoin”.

Entre essoufflement du perfectionnisme et course à la reconnaissance, les conditions d’organisation du travail conduisent à cet incendie de la personne qui perd le contact avec elle-même. L’individu sent en lui un vide se propager, “aussi rapide qu’un feu, aussi étrange qu’une flamme”. “Il devient ce vide, cette terre brûlée.”

Le burn-out forme une “nouvelle acédie”, selon l’auteur, qui compare ses modalités actuelles à la perte de la foi au Moyen Âge. “Comme le moine ne parvenant plus à prier un Dieu qui ne le réconforte plus, le travailleur baisse les bras, faute parfois de reconnaissance. Il doute. Il n’a plus foi en lui-même, mais il n’a surtout plus foi dans un système qui, pense-t-il, l’a méprisé.”

Le technocapitalisme génère ainsi ses nouveaux athées : des sujets contraints, en dépit de leur bonne volonté, de refuser la logique de l’excès, du “travail sans fin”, c’est-à-dire d’un travail qui n’a à la fois ni limite ni finalité.


Soif de reconnaissance

La reconnaissance, centrale dans la construction de l’identité, forme l’un des points-clés autour desquels s’articulent les enjeux du travail.

“La soif de la reconnaissance paraît la plus partagée des passions contemporaines ; lorsque cette soif n’est pas étanchée, elle provoque des ressentiments viscéraux ; elle est constitutive de l’épuisement professionnel.”

Toutefois, Chabot note qu’elle n’est pas tout. Si certains penseurs critiquent la dimension insuffisante que recèle la demande de reconnaissance, caractéristique d’une société larmoyante et trop compassionnelle, d’autres insistent sur l’idée que la reconnaissance peut être une arme idéologique grâce à laquelle, sous couvert de flatterie, on cantonne les individus dans une fonction subalterne. Parce que la reconnaissance, strictement théorique, n’est pas toujours émancipatrice, il faut la dépasser.

“Être reconnu par une structure abstraite ne suffit pas. Ce qu’il faut, c’est célébrer ce je-ne-sais-quoi qui fait l’humain, ce qui donne son sens à l’activité.”

Ce qu’il faut aussi, soulignait en 2010 le sociologue Yves Clot dans Le Travail à coeur (La Découverte), c’est rendre la vie professionnelle “digne d’être vécue”, c’est-à-dire rétablir un lien souvent défait entre le bien-être et les exigences du “bien-faire” au travail : le plaisir du travail bien

De l'#ail contre les #virus

Par Alain TOUIZER, à 05h26 dans GENERALE
Lire la suite...

pourquoi l'#obésité conduit à la #dysfonction #sexuelle et #urinaire,

Par Alain TOUIZER, à 06h59 dans GENERALE

Conseils ALJOIMOUR :

  • La nourriture toujours pareille
  • Compensation pour manque d'amour et insatisfaction générale, manque de confiance en soi
  • Fuite existentielle...


Alain TOUIZER

Naturopathie à La Réunion




Chez l’homme, l'augmentation du tour de taille associée aussi, avec cette étude américaine, au risque de dysfonctionnement sexuel et urinaire, montre que l’obésité va affecter bien plus que la santé cardiaque et le métabolisme. Ces conclusions publiées dans l’édition d’août du British Journal of Urology International (BJUI) suggèrent en effet que plus le tour de taille s’élargit, plus les mictions sont fréquentes et moins la santé sexuelle est au rendez-vous.

Ces chercheurs du New York-Presbyterian Hospital et du Weill Cornell Medical Center montrent, sur fond d’épidémie mondiale, que chez les hommes, l’obésité va affecter le bien-être des hommes au plus profond. Le Dr Steven A. Kaplan, professeur d’urologie au Weill Cornell explique qu’il faut considérer l'organisme d'une manière beaucoup plus globale : « Ce que nous mangeons peut avoir des conséquences dévastatrices bien au-delà de notre cœur. La qualité de vie, dont la santé sexuelle et la miction, peut être affectée de manière drastiques ».

L'étude a porté sur 409 hommes diagnostiqués avec, déjà, des symptômes de dysfonctionnement urinaire (difficulté à uriner, fréquence augmentée), âgés de 40-91 ans et dont 29% avaient un tour de taille d’1 m ou plus.

Les auteurs constatent que les tours de taille les plus élevés sont liés à des mictions plus fréquentes: 39 % des hommes dans ce cas urinent plus de 8 fois par jour, vs 27% des hommes à tour de taille moyen et 16% des hommes avec les tours de tailles les moins élevés. Les mêmes tendances sont observées pour mictions nocturnes.

Enfin, les chercheurs qui ont également interrogé les participants sur leur santé sexuelle, constatent que 74,5% des hommes avec les plus grands tours de taille présentent une dysfonction érectile vs 32% des hommes avec les tours de tailles les moins élevés. Mêmes résultats pour les troubles de l’éjaculation : 65% vs 21%.

Mais l’étude suggère aussi que la perte de poids peut aider les hommes à surmonter ces problèmes dans le cas où, auparavant, ils n'étaient pas directement liés à la masse corporelle. Les résultats montrent en effet qu’une réduction de seulement 6 cm de tour de taille peut aboutir à une amélioration mesurable de la fonction sexuelle et à une miction moins fréquente.

Ces résultats apportent aussi un nouveau mode de détection d’éventuels troubles urinaires et sexuels chez l’homme, la mesure du tour de taille. Les chercheurs relèvent également d’autres variables, plus classiques, liées à l'obésité, comme la pression artérielle, l'hypercholestérolémie, les maladies coronariennes et le diabète de type 2.

Les auteurs ne savent pas expliquer pourquoi l'obésité conduit à la dysfonction sexuelle et urinaire, mais émettent l'hypothèse que les changements de flux vasculaires ou sanguins, au niveau du bassin, ainsi que des altérations hormonales liées à l'obésité seraient en cause.

Mais c’est déjà une compréhension élargie de la façon dont l'obésité peut avoir un impact sur la santé des hommes et une nouvelle raison pour les hommes « de se serrer un peu la ceinture »

L'interdit à consommer sans modération

Par Alain TOUIZER, à 06h29 dans GENERALE

Conseils ALJOIMOUR :


> Une fois de plus je félicite Jean marc Dupuis pour nous éclairer, sur toutes les fausses infos sur les histoires de graisses.

> Je vous invite à lire son article avec attention, j'étais moi même à me baser sur  ces connaissances apprises dans mes cours de naturo.

> Ce qui provoque nos grands malaises, ce sont les féculents, trop de céréales (pain pates, riz...), de pommes de terre. Pas assez de légumes et de fruits.

Bon article...
 


Alain TOUIZER

Naturopathie à La Réunion



Les autorités de santé vous répètent sur tous les tons que les graisses sont mauvaises pour la santé, et en particulier les graisses saturées.

Tout le monde ou presque le croit, bien que peu de personnes sachent ce que veut dire au juste graisses « saturées ». Mais est-ce important ? Pas besoin d’avoir fait dix ans de médecine pour imaginer que quelque chose de « saturé », c’est forcément mauvais pour la santé, n’est-ce pas ?


« J’sature ! »

En réalité, un acide gras « saturé » est simplement un acide gras dont tous les atomes carbones sont liés au nombre maximal d’atomes d’hydrogène. Chaque liaison carbone est occupée, et on ne peut plus ajouter d’autres atomes.

La conséquence est que la molécule est plus stable, et moins susceptible de s’oxyder. C’est une très bonne chose car les graisses oxydées sont plutôt mauvaises pour la santé. Selon plusieurs études, le cholestérol oxydé est un marqueur de l’athérosclérose, le vieillissement et le rétrécissement des artères, facteur d’accident cardiaque. (1)


Mais ce n’est pas tout.

L’alimentation traditionnelle de l’être humain, avant l’introduction massive des céréales, était extrêmement riche en acides gras saturés. Nos ancêtres, avant l’invention de l’agriculture, mangeaient en effet beaucoup de graisse d’animaux, d’entrailles, de crustacés riches en graisses.

Les quelques tribus à travers le monde qui ont conservé un mode de vie traditionnel mangent, elles aussi, très gras. Vous avez les Inuits (Esquimaux) de l’Arctique qui, jusqu’à récemment, mangeaient essentiellement de la graisse de phoque, de morse, de baleine, des poissons gras, qui contiennent une forte proportion de graisses saturées.

Les Maasaïs, une ethnie semi-nomade qui vit de l’élevage et de la chasse, au Kenya, se nourrit surtout d’un mélange de lait et de sang, prélevé sur les jeunes bovins sans les tuer, auquel ils ajoutent plantes, racines, écorces, et de nombreux végétaux. Là aussi, ce régime est très riche en graisses saturées.

Même chose pour les Tokelauiens, situés dans un archipel du Pacifique dépendant de la Nouvelle-Zélande, qui se nourrissent de noix de coco et de poisson.

Or, les uns comme les autres ont de très faibles taux de décès par maladie cardiovasculaire.

Ce fait est corroboré par la très riche teneur en graisses du lait maternel humain, formé à 54 % d’acides gras saturés. Le lait maternel étant l’aliment le plus parfait pour les bébés en croissance, la présence de fortes quantités de graisses saturées n’est certainement pas une « erreur de la nature ».

En 2010, une très importante étude, portant sur plus de 347 000 personnes, n’a constaté aucun lien entre la consommation de graisses saturées et le risque d’infarctus, d’attaque cérébrale (AVC) ou d’autres maladies cardiovasculaires. (1)

Une autre étude publiée en 2010 dans la revue médicale American Journal of Clinical Nutrition, a montré que les personnes qui souhaitent diminuer leur risque cardiovasculaire ne doivent pas diminuer leur consommation de graisses mais plutôt réduire celle de glucides, dont les féculents et l’amidon (et donc le pain, les pâtes, les céréales, y compris complètes). (2)

Les personnes qui diminuent leur consommation de graisses saturées, et les remplacent par des glucides raffinés (pain blanc, pâtes, pomme de terre) augmentent leur résistance à l’insuline, leurs problèmes d’obésité, leur dyslipidémie (niveau anormal de lipides dans le sang), leur niveau de triglycéride et de cholestérol.

En fait, la nouvelle mode qui sévit depuis les années 60, et qui consiste à manger plus de glucides (surtout des céréales) et moins de graisses, est responsable d’une telle hausse de l’obésité, du diabète et des maladies cardiaques qu’il est devenu presque impossible pour nos contemporains de se souvenir que, il y a seulement un siècle, moins d’une personne sur cent était obèse (y compris aux Etats-Unis !) et les maladies coronariennes étaient pratiquement inconnues.

Plus difficile à croire encore, il n’y avait en 1950 que 100 cardiologues exerçant en France ! Ils étaient 2 200 en 1981 et sont près de 6 000 aujourd’hui ! (3) Une telle explosion indique que quelque chose a changé, qui explique l’épidémie.

Et quel est ce quelque chose ?


Notre alimentation !

Car s’il est vrai que nous consommons beaucoup de viande rouge et de graisses saturées, notre régime alimentaire est aussi dangereusement riche en sucres et glucides raffinés.

Les aliments les plus consommés sont les plus mauvais
Les aliments qui arrivent en tête de la consommation dans les pays industrialisés sont le pain, les céréales, les sandwichs, les pâtes, les pizzas, les biscuits, les gâteaux, les desserts en tout genre, les chips, frites et biscuits d’apéritifs à base de pomme de terre, qui sont des glucides.

La plupart des publicités pour des produits alimentaires les concernent, car tous ces produits sont fait à partir des matières premières les plus bas de gamme, et les moins chères.

Par contre, si vous y ajoutez beaucoup de sucre ou de sel, arômes et colorants…