Le #cholestérol est bon pour la #santé

Par Alain TOUIZER, à 06h00 dans SANTE

Conseils ALJOIMOUR:


> Le cholestérol  est un maladie moderne qui évolue très vite, alors je vous invite à lire cet article édifiant et à relativiser. 


> Ne pas rester ignorant est une clé vers la liberté...

 

Alain TOUIZER

Naturopathie à La Réunion

 

Que faire si votre cholestérol est trop haut ?

« Le cholestérol n'est pas le coupable »,

« le cholestérol n'est pas un poison »,

« les médicaments contre le cholestérol sont toxiques »…

N'empêche.


On a beau connaître tous les arguments, ce n'est pas drôle de revenir du labo d'analyse avec des examens sanguins indiquant un taux de cholestérol trop élevé. Il faut bien faire quelque chose ! On ne va tout de même pas continuer à vivre comme si de rien n'était !

Et comment profiter de la vie, comment encore se faire plaisir, profiter d'un repas autour d'une bonne table avec cette épée de Damoclès sur la tête ??

Vous avez entièrement raison. Le rôle du cholestérol dans les maladies cardiovasculaires est très probablement totalement exagéré. Réduire son taux de cholestérol, que ce soit par un régime sans graisses saturées ou par des médicaments (statines) ne réduit pas le risque de décès.

Toutefois, quel que soit votre âge et votre état de santé, des méthodes naturelles réduisent votre risque cardiovasculaire. Et il serait absurde de vous en priver ! Surtout si vous revenez de chez votre médecin avec un cholestérol trop élevé. Mais avant de vous dire ce que vous pouvez entreprendre dès aujourd'hui, permettez-moi un court rappel sur le cholestérol.

Le cholestérol est bon pour la santé

Le cholestérol est une des molécules les plus importantes du corps humain : elle est indispensable à la fabrication des cellules, ainsi que pour produire des hormones vitales comme les hormones du stress et les hormones sexuelles, ainsi que la vitamine D.

Le cholestérol est indispensable pour digérer les graisses : il entre dans la composition des acides biliaires, fabriqués par le foie.

Il est enfin vital pour le cerveau, permettant à la mémoire de fonctionner : les personnes qui manquent de cholestérol, et les personnes qui font baisser artificiellement leur taux de cholestérol avec des statines (médicaments) ont des problèmes de mémoire [1], un risque plus élevé de diabète, de dépression, de suicide et de mort violente [2].

Tout cela est documenté scientifiquement. Il ne s'agit pas de tendances légères mais de liens très étroits.

 

Effets immédiat du #cannabis

Par Alain TOUIZER, à 05h06 dans SANTE

Conseils ALJOIMOUR:


> Je découvre cet article sur Bob Marley;  tout n'est pas noir ou blanc, il y a des nuances, spécialement dans des cas de cancers...


Alain TOUIZER

Naturopathie à La Réunion

 

Bob Marley et la folle histoire du cannabis

Quand on parle de santé naturelle, de plantes médicinales, vient toujours le moment où l’on vous demande votre avis sur le cannabis.

Le cannabis est le nom latin d’une plante extrêmement banale, le chanvre.
 

Le chanvre, plante de nos campagnes

Le chanvre est connu et utilisé par l’homme depuis sans doute plus de 10 000 ans pour faire des cordes, des tissus, de l’huile (les premiers moteurs diesel fonctionnaient à l’huile de chanvre ! [1]), manger les graines et plus récemment faire du papier (la première Bible de Gutenberg fut imprimée sur du papier de chanvre [2]).
 

C’est une plante très fibreuse, originaire d’Asie, mais son utilité était si évidente qu’elle s’est vite répandue dans toutes les civilisations, des Chinois aux Romains en passant par les Egyptiens, la Mésopotamie, puis les Européens, les Arabes, le Mexique, puis le monde entier au XIXe siècle.
 

Les graines de chanvre étant parfois consommées comme nourriture, on suppose que les gens s’aperçurent de ses effets psychotropes (modification de conscience). En effet, le chanvre contient des substances actives appelées « cannabinoïdes », dont le plus puissant est le tétrahydrocannabinol (THC), suivi du cannabidiol (CBD).
 

Cannabis, marijuana, haschich

Cannabis, marijuana et haschich sont des noms qui se réfèrent à différentes parties de la plante :

  • Le cannabis est la plante entière ; la teneur globale en THC (substance psychotrope) varie selon les espèces.
  • La marijuana, ce sont les fleurs femelles non fécondées du chanvre (ou cannabis) et séchées. La teneur en THC peut varier de 1 % à 20 %.
  • Le haschich est la résine du chanvre, raclée sur les feuilles et fleurs du sommet de la plante pour former une pâte brune. Elle est plus riche en THC (10 % à 30 %).
  • L’huile essentielle du chanvre peut être extraite grâce à des solvants. Elle est beaucoup plus riche en THC (80 %).

Il existe toutes sortes de moyens de consommer ces produits (en infusion, en vaporisation, sous forme de gâteau…) mais le plus courant est de les fumer, mélangés avec du tabac, ce qui s’appelle un « joint ».
 

Cette pratique est illégale dans la plupart des pays pour un usage « récréatif ». Mais un nombre croissant de pays dépénalisent la possession de petites quantités de cannabis pour un usage personnel et autorisent l’usage thérapeutique du cannabis : Canada, Australie, Pays-Bas, Royaume-Uni, Nouvelle-Zélande et une vingtaine d’Etats américains.
 

Effets immédiat du cannabis

L’effet immédiat des cannabinoïdes est de diminuer la tension artérielle, musculaire, la coordination, provoquant une impression de flotter (être « high » ou « stone »), et diminuer la mémoire à court terme.
 

Le cœur bat plus vite, les yeux rougissent, la bouche est sèche, l’appétit augmente.
 

On parle donc d’une modification de l’état physique et psychique, qui explique le succès du chanvre dans les rites chamaniques et religieux (nous y reviendrons en détail).
 

Selon la quantité de THC et selon les individus, cet état peut être ressenti comme plus ou moins agréable, et plus ou moins violent.

Des produits à consommer sans modération !

Par Alain TOUIZER, à 06h00 dans SANTE

Conseils ALJOIMOUR :

> En tant qu'apiculteur, je ne peux que confirmer tous les bienfaits que nous apportent ces magnifiques insectes et  que l'on peut classer de "sacrés"; sans eux pas de nourriture...  car c'est le polinisateur n°1.

> Tout dans l'abeille est bon pour nous,  même son venin, un anti-inflammatoire qui aide le rhumatisme et l'arthrose.

> Propolis, gelée royale, miel, cire d'abeille, pollen de fleur, venin …  que du bonheur !


Alain TOUIZER

Naturopathie à La Réunion


Les anglophones verront dans ce nom un signe de bien-être de par son homonymi, des produits à consommer sans modération !e avec la « happy therapy », la thérapie du bonheur, et les autres un excellent moyen de rester en forme !

L’apithérapie, c’est l’utilisation de produits issus des ruches, sous toutes leurs formes : pollen, gelée royale, miel, propolis et même venin ! Source de vitamines, vraies booster d’énergie et remèdes presque miracles, ces substances sont de vrais atouts pour la santé !

La gelée royale, une sorte de pâte blanche sécrétée par les abeilles pour la reine de la ruche, est par exemple particulièrement recommandée contre la fatigue. Riche en vitamines B5 (elle est l’aliment qui en contient le plus), elle permet de réduire les insomnies et le stress et son magnésium détend les muscles et les nerfs.

Sa composition en fer, potassium et calcium lui permet d’être un allié pour tous ceux souffrant de carences et d’anémies. Et comme si cela ne suffisait pas, elle est connue pour ralentir les effets du vieillissement et préserve la jeunesse et l’élasticité de la peau !

Bien-sûr, elle est à déconseiller aux personnes allergiques aux abeilles et aux pollens en général, tout comme à celles souffrant d’asthme, ce qui n’est pas le cas pour le miel.

Rendez-vous directement chez un apiculteur ou dans un magasin de diététique pour acheter du pollen frais, un produit très riche en protéines (100g de pollen seraient équivalent à 500g de viande de bœuf). Il va renforcer les défenses immunitaires et aurait de bons effets sur la maladie de Crohn.

En cure de trois semaines à raison d’une cuillère à café par jour et les maux de l’hiver ne seront plus qu’un mauvais souvenir !

La propolis est aussi très utile ! Ce désinfectant naturel se présente sous forme de gomme, en spray ou en tablette et est un excellent remède pour tous les problèmes ORL tels que les rhumes, angines, grippes, sinusites… Son utilisation est aussi très efficace en cas de problèmes buccaux. Moins connue, la propolis fait des miracles sur les boutons de fièvre et sur certains cancers.

L’apithérapie est un moyen reconnu de se protéger contre les tracas de l’hiver

Pourra-t-on bientôt prétendre à l#immortalité ?

Par Alain J. TOUIZER, à 06h00 dans SANTE
Les Japonais ont réussi à reprogrammer des cellules adultes en cellules souches embryonnaires en 2007. Des chercheurs montpelliérains, eux, sont allés plus loin!

Le temps nous serait-il moins compté ?

Pourra-t-on bientôt prétendre à l’immortalité ?
Le vieillissement de nos cellules serait réversible! D’après le Pr Lemaitre et ses collègues qui viennent en effet de faire une découverte capitale. Les chercheurs français ont réussi à inverser le processus de vieillissement des cellules, après des années de travaux sur ce thème.

Avec deux facteurs génétiques (NANOG et LIN28) de plus que les Japonais, cette « manipulation génétique » a consisté à introduire in vitro six gènes dans la cellule sénescente à traiter, afin qu'elle devienne une cellule souche pluripotente (iPSC), de type embryonnaire.


Résultats :

Les cellules obtenues, capables à nouveau de se reproduire, se différencient en tout type de cellules fonctionnelles du corps humain: neurones, cellules cardiaques, de peau, de foie... De quoi laisser rêveur!

Suite à cette incroyable découverte, de nombreuses perspectives sont ouvertes :

> Le développement de nouveaux axes de recherche concernant les pathologies liées au vieillissement prématuré des cellules.

> L’utilisation de cellules iPSC en tant que source idéale de cellules adultes dans le but de réparer des organes ou des tissus abimés chez les personnes âgées.

> Peut-être la fin d’une controverse en ce qui concerne l’utilisation de cellules souches embryonnaires ?

Les chercheurs français évitent toute polémique liée à l’utilisation de cellules souches embryonnaires puisqu’ils ont trouvé le moyen d’utiliser des cellules adultes à la place.