Avant ou après le #travail ?

Par La Rédaction, à 07h00 dans SANTE

Conseils ALJOIMOUR:

 
> Cet article et vision de A Imbert est très intéressant
 

Alain TOUIZER

Naturopathie - Ile de La Réunon - Paris - La Normandie



La liste des « Il faut » ne cesse de s’allonger dans notre vie moderne pour soi-disant rester en bonne santé et vivre le plus longtemps possible.
 
 Parmi ces « Il faut », il y en a un qui a la vie dure : « il faut » faire du sport ! pour soi-disant éliminer les toxines et désencrasser l’organisme.
 
Mais comment peut-on mettre à la même enseigne des travailleurs de force et des employés de bureau ? Des gens vivant à l’équateur et ceux vivant dans le Grand Nord ? 
 
Des jeunes de 25 ans et des « moins jeunes » de 65 ans, des tempéraments carboniques et des tempéraments phosphoriques diamétralement opposés ?
 
Cela me rappelle un médecin qui disait à son patient « Il vous faudrait faire chaque jour quatre à cinq kilomètres à pied »
 
- et le patient répond : « Avant ou après le travail ? »
- « Pourquoi me dites-vous cela ? »
- « Parce que je suis facteur… »
 

La #médecine d’autrefois méprisée

Par La Rédaction, à 06h00 dans SANTE

Conseils ALJOIMOUR:

 
>Le gingembre une fois de plus à l’honneur
 

Alain TOUIZER

Naturopathie - Ile de La Réunon - Paris - La Normandie



La nouvelle fait la une des médias : une chercheuse de l’université de Nottingham, en Angleterre, a découvert dans un grimoire vieux de mille ans la recette d’une potion qui s’est révélée, testée en laboratoire, plus puissante que les antibiotiques à détruire le terrible MRSA, cauchemar des chirurgiens : le staphylocoque doré résistant aux antibiotiques (Methicillin-resistant Staphylococcus aureus).
 
En fait, ce remède incroyable est en train de créer « un espoir au-delà de mes rêves les plus fous », a témoigné la chercheuse, le Dr Freya Harrison.
 

Plus de 99,9 % des bactéries sont détruites par cette potion.

 
C’est une grande nouvelle pour les personnes qui vont subir des opérations chirurgicales. Il est possible que, très bientôt, elles n’aient plus à craindre les gravissimes infections au staphylocoque doré résistant aux antibiotiques.
 
Mais cette affaire en dit aussi très long sur l’état de la recherche médicale actuelle.
 
La recette était connue
 
Contrairement à ce que la presse a largement laissé entendre, ce grimoire n’était pas un obscur document oublié dans quelque bibliothèque poussiéreuse.
 
 

Vite lu, vite su!

Par La Rédaction, à 06h00 dans SANTE

Conseils ALJOIMOUR:

> Merci encore pour toutes les solutions alternatives.
 
> C’est la première fois que j'entends parler de ce problème. A transmettre a votre entourage
 

Alain TOUIZER

Naturopathie - Ile de La Réunon - Paris - La Normandie




Les études officielles nous disent qu’en France, la parodontite (ou maladie parodontale) atteint 85% des personnes de plus de 50 ans et cause chez 70% d'entre elle des pertes de dents avec l’âge. 
 
On a peine à y croire, mais c’est ce que vous répéteront tous les dentistes... avant de vous proposer le protocole de soin standard qui comprend :
 
2 séances de détartrage superficiel. Comptez 45 à 50 euros en moyenne,
 
4 à 6 séances de surfaçage ou de « curetage radiculaire » selon qu’il travaille par quadrant (demi-mâchoire) ou par sextant. Comptez 100 euros par quadrant,
 
1 séance de réévaluation (bilan de la première phase de traitement). Au coût d'une consultation,
 
Des interventions plus en profondeur si les signes inflammatoires n’ont pas suffisamment régressé. Il s’agit de détartrages « à ciel ouvert » (on décolle la gencive des dents pour aller nettoyer les tissus en profondeur). 
 
Généralement, pour l’ensemble de la bouche, cela demande 4 séances supplémentaires et le tarif des interventions à ciel ouvert oscille entre 250 à 500 euros en fonction des matériaux éventuels (os synthétique) à rajouter pour substituer les pertes osseuses. 
 
Ce sont des actes hors nomenclature donc non remboursés par la Sécu.
 
Au total, pour un traitement complet, il faut prévoir un budget d'environ 1 500 à 2 500 euros selon la compétence et les pratiques du dentiste !
 

Le chiffre vous reste en travers de la gorge ?

 
Vous hésitez. N'y a-t-il pas d'autre moyen ? Rassurez-vous, il y en a.
 

Quelles sont les #viandes transformées?

Par La Rédaction, à 07h35 dans SANTE

Conseils ALJOIMOUR:

 
> Beaucoup de personnes n'aimeront pas ce qu'ils vont lire, mais c'est l'ignorance qui tue les états de consciences. Les industriels n'ont rien à faire de notre bien être.
 
> Les gens qui n'ont pas les moyens consomment toutes ses choses qui les empoisonnent, parce que c'est moins cher …
 

Alain TOUIZER

Naturopathie - Ile de La Réunon - Paris - La Normandie


Le World Cancer Research Fund a récemment terminé un examen détaillé de 7000 études cliniques portant sur les liens entre alimentation et cancer. 
 
En conclusion il est évident que les viandes transformées sont dangereuses pour la consommation humaine et les consommateurs devraient cesser d’acheter et de manger des viandes transformées.
 

Quelles sont les viandes transformées?

Les viandes transformées comprennent le bacon, les saucisses, les hot-dogs, la charcuterie, le jambon emballé, le pepperoni, le salami et la quasi-totalité de la viande trouvée dans les repas préparés surgelés. 
 
Les viandes transformées sont généralement fabriquées avec un ingrédient carcinogène (qui promeut et cause le cancer) connu sous le nitrite de sodium. 
 
Le nitrite de sodium est principalement utilisé comme un fixateur de couleur par les entreprises de viande pour faire en sorte que les viandes préemballées aient une apparence rouge vif et  fraîche. Du glutamate monosodique est également ajouté régulièrement pour rehausser la saveur.
 
Le nitrite de sodium a été fortement lié à la formation de nitrosamines cancérigènes dans le corps humain, conduisant à une forte augmentation du risque de cancer pour ceux qui les consomment. 
 
Une étude de l’Université d’Hawaï a révélé en 2005 que la consommation de viandes transformées a augmenté le risque de cancer du pancréas de 67%, tandis qu’une autre étude a montré que cela augmentait le risque de cancer colorectal de 50%. 
 
Ces chiffres sont effrayants pour ceux qui consomment régulièrement des viandes transformées.