#Épice qui guérit

Par La Rédaction, à 06h00 dans SANTE

Conseils Aljoimour :


> Les épices par le Dr Willem


Alain TOUIZER

Naturopathie à La Réunion – Paris – La Normandie



Saviez-vous qu’à une époque, les épices représentaient une denrée aussi précieuse que l’or et le pétrole ? 

Difficile de se l’imaginer, tellement ces ingrédients sont omniprésents dans l’art culinaire moderne !

Pourtant, la découverte de nouvelles sources d’épices a enfiévré l’Europe, attisé la convoitise des rois et servi de motif aux voyages les plus périlleux. 

Sans ce désir de puissance, Vasco de Gama n’aurait pas franchi le cap de Bonne-Espérance, pas plus que Christophe Colomb ou Jacques Cartier n’auraient découvert l’Amérique

La provenance lointaine des épices a pour beaucoup contribué à en faire des ingrédients mythiques et recherchés : le gingembre, la cardamome, la cannelle, le curcuma ou le safran, proviennent de plantes qui ne poussent presque qu’en Inde et en Chine.

Le curcuma, plante appartenant à la famille des gingembres, est un des ingrédients les plus utilisés parmi les épices.

De couleur orange, il sert de colorant alimentaire (coloration, et goût du riz de la paëlla), mais il est traditionnellement utilisé en médecine ayurvédique depuis des millénaires, car il possède des propriétés antioxydantes, analgésiques, anti-inflammatoires et antiseptiques, tout en ne montrant pas de toxicité.

#Alzheimer: maîtrise des risques

Par La Rédaction, à 06h00 dans SANTE

Conseils Aljoimour :


> Un numéro fort intéressant sur la santé neuronale et l'acidité du corps qui y joue un rôle important


Alain TOUIZER

Naturopathie à La Réunion – Paris – La Normandie



C’est une révolution dans le monde médical ! Bientôt, ce n’est plus votre médecin qui vous diagnostiquera la maladie d’Alzheimer mais… un robot. 

Vous avez bien lu. Une équipe de chercheurs italiens a récemment mis au point une intelligence artificielle (IA) capable de détecter la maladie d’Alzheimer dix ans avant l’apparition des premiers symptômes* ! 

L’IA a été formée pour reconnaître les signes de déficience cognitive légère pouvant entraîner à terme une maladie d’Alzheimer. Et l’analyse est juste dans 84 % des cas ! 

Cette découverte aurait toutes les chances de nous donner de l’espoir… si la médecine classique n’était pas si impuissante face à la maladie d’Alzheimer. Si elle ne vous disait pas qu’on « ne peut rien faire pour prévenir la maladie » et qu’« aucun traitement n’est efficace ». 

Il est vrai que les causes qui peuvent se cacher derrière Alzheimer sont nombreuses, comme le montre le Dr Curtay dans ce numéro. 

Mais il révèle aussi que la plupart d’entre elles peuvent être maîtrisées, et que vous avez donc toutes les cartes en main pour ne pas sombrer dans la démence

Samira Leroux Vous pouvez accéder à la première partie du grand dossier sur la maladie d’Alzheimer en vous rendant à l’adresse suivante :

 

#Graisses et #parasites, out

Par La Rédaction, à 06h00 dans SANTE

Conseils Aljoimour :


> Voici une recette simple pour éliminer des parasites et graisse intestinale.


Alain TOUIZER

Naturopathie à La Réunion – Paris – La Normandie



Si vous êtes à la recherche d’une recette qui vous aidera à vous débarrasser des parasites et des graisses superflues accumulées dans votre organisme, sans devoir vous affamer pendant des semaines, nous avons la solution ! 

Une recette faite maison, à base d’ingrédients 100% naturels qui purifieront votre corps et vous aideront à éliminer vos kilos superflus !

Vous voulez vous préparer pour un événement spécial ou pour vos prochaines vacances ou tout simplement prendre soin de votre santé, mais vous n’avez pas la patience pour suivre un régime alimentaire strict, ou le temps pour faire régulièrement du sport, cette recette est alors tout ce dont vous aurez besoin. 

Le #mythe des #antibiotiques

Par La Rédaction, à 06h00 dans SANTE

Conseils Aljoimour :


> Voici un bel article de Dupuis sur les suggestions malhonnêtes des labos pour vendre leurs médocs même si vous n'en avez plus  besoin
 

Alain TOUIZER

Naturopathie à La Réunion – Paris – La Normandie



Ceci est la suite de ma lettre de dimanche au sujet du gaspillage des médicaments. Nous allons parler aujourd’hui des antibiotiques et du mythe selon lequel les cures sont toujours à suivre jusqu’au bout.

Vous avez entendu ce slogan depuis votre enfance : si vous prenez des antibiotiques, n’arrêtez pas le traitement avant d’avoir terminé votre boîte, même si vous vous sentez mieux.

L’argument de cette consigne a toujours été qu’arrêter le traitement pouvait favoriser l’émergence de bactéries résistantes aux antibiotiques. 

Les campagnes d’information destinées à convaincre le public de suivre leur traitement antibiotique correctement insistent sur ce message depuis des décennies.

Le résultat est une intense pression mise sur les médecins par les patients eux-mêmes, surtout les parents de jeunes enfants, qui veulent absolument des cures d’antibiotiques, y compris lorsqu’on est manifestement face à une infection virale, type rhume ou grippe.

Au bout du compte, non seulement les antibiotiques sont trop prescrits (on estime qu’un tiers des prescriptions concernent des maladies non bactériennes, contre lesquelles ils ne peuvent rien), mais les patients se font un devoir de prendre leur cure jusqu’au bout, ou de l’administrer à leurs enfants, alors que ce n’est pas forcément utile.

En effet, selon un nombre croissant d’experts, cette habitude contribuerait au contraire à augmenter la résistance aux antibiotiques.

Le raisonnement est simple : plus les bactéries sont exposées aux antibiotiques, plus elles ont de chance de développer une résistance.