DIOXINES - cette substance hautement #cancérogène ?

Par La Rédaction, à 06h00 dans SANTE

Conseils ALJOIMOUR :


> Mesdames, si vous utilisez la marque de tampons Tampax, lisez cette info avec soin, et voyez d'autre marques qui respectent votre personne en ne vous mettant pas en danger avec des fibres synthétiques


Alain TOUIZER

Naturopathie à La Réunion – Paris – La Normandie



Les Tampax représentent un marché colossal et leur secret de fabrication est farouchement conservé par Procter & Gamble, le fabriquant de la marque TAMPAX, leader mondial du marché, (ainsi que des lessives et détergents…..). 

Or, qui sait que ces cartouches si absorbantes et si pratiques sont imbibées… de DIOXINES – cette substance hautement cancérogène ?

Le cancer du col de l’utérus est le second cancer féminin, et une femme meurt du cancer de l’utérus toutes les deux minutes dans le monde ! Y aurait-il un rapport ??? La moyenne des femmes ayant cinq jours de menstruation par mois durant 38 ans, utilisera donc statistiquement 11.000 tampons au cours de sa vie.

Ce produit d’hygiène intime féminin est classé par la FDA (Food and Drug Administration) comme un instrument médical. 

Ainsi, les fabricants ne sont pas tenus de se conformer aux mêmes règles d’étiquetage que celles en vigueur pour les aliments, médicaments ou cosmétiques. 

Tout comme pour les tests de toxicité dans la distribution alimentaire, les tests d’ordre chimique sur les tampons sont réalisés par les fabricants ou des chercheurs privés qui sont payés par ceux qui fabriquent et vendent les tampons

A noter que Procter & Gamble tient à garder secrète la recette de sa soupe chimique vu que les seules femmes américaines rapportent deux milliards de dollars par an pour leurs serviettes hygiéniques et leurs tampons chimiques.


Enquête sur la composition des Tampax



 

La théorie « chimique » qui arrange tout le monde

Par La Rédaction, à 06h00 dans SANTE

Conseils ALJOIMOUR :


> C’est un article du Dr Bazin sur les antidépresseurs, tant de gens sont concernés…


Alain TOUIZER

Naturopathie à La Réunion – Paris – La Normandie



Il est aujourd’hui bien établi que, pour 90 % des dépressions (légères et modérées), les antidépresseurs chimiques n’ont pas plus d’effet qu’un simple placebo (une pilule contenant du sucre).

Certes, il arrive fréquemment que des patients aillent mieux après avoir pris ce traitement. Mais on sait désormais qu’ils auraient ressenti la même amélioration avec une gélule vide.

Cela peut paraître surprenant, quand on sait que des millions de Français continuent de se voir prescrire ces médicaments… mais les preuves scientifiques sont très solides.

En 2008, des chercheurs ont passé en revue les 47 études scientifiques portant sur la classe la plus populaire d’antidépresseurs : les « inhibiteurs sélectifs de la recapture de la sérotonine » (ISRS) – les fameux Prozac, Plaxil et Zoloft… et Seroplex.

Leur conclusion, publiée dans le prestigieux journal médical PLoS (Public Library of Science) est sans appel : [1]

« Les antidépresseurs de nouvelle génération ne fonctionnent pas mieux qu’un placebo (produit inactif donné à l’insu du patient) pour la majorité de patients souffrant d’une dépression légère ou modérée (…) Il semble y avoir très peu de raisons de prescrire des antidépresseurs à qui que ce soit sauf aux personnes les plus sévèrement déprimées ».

Deux ans plus tard, c’est le très reconnu journal JAMA (Journal of the American Medical Association) qui enfonce le clou. [2]




 

Comment la #curcumine combat-elle le #cancer ?

Par La Rédaction, à 06h00 dans SANTE

Conseils ALJOIMOUR :


> Encore elle mais on ne ventera jamais assez son pouvoir: la curcumine


Alain TOUIZER

Naturopathie à La Réunion – Paris – La Normandie



Le curcuma est utilisé en Inde depuis des millénaires dans les currys, ces mélanges complexes d'épices qui transforment les plats en une symphonie de saveurs.

Pourtant, le curcuma n'a quasiment aucun goût par rapport aux autres épices qui composent les currys (cumin, coriandre, cardamome, piment rouge, gingembre, cannelle, clous de girofles, etc.)

C'est qu'il est utilisé non pour son goût mais pour ses vertus thérapeutiques que les médecines traditionnelles chinoise et indienne exploitent depuis des milliers d’années.

Plus récemment, les scientifiques ont isolé les principes actifs du curcuma, qu'ils ont appelés curcuminoïdes. Le principal est la curcumine, qui représente 90 % des curcuminoïdes. Dans 100 grammes de curcuma, on trouve environ 3 grammes decurcumine.

Parmi tous les nutriments, la curcumine a fait l’objet d'un nombre colossal d'études scientifiques. Rien qu'en langue anglaise, on dénombre 2 600 études!

Elle est particulièrement connue pour ses puissantes propriétés anticancer et anti-inflammatoires.

Comme vous le savez sans doute, l’inflammation chronique est un facteur sous-jacent de nombreuses maladies chroniques, si ce n’est de toutes. 

Il a été démontré que la curcumine influence l’expression de plus de 700 gènes, ce qui pourrait expliquer en partie ses nombreux bienfaits sur la santé :




 

Le #sel : ami ou ennemi ?

Par La Rédaction, à 06h00 dans SANTE

Conseils ALJOIMOUR :


> Un article pointu de Xavier Bazin sur la consommation du sel pour l'hypertension, et les remèdes naturels pour diminuer cette tension.


Alain TOUIZER

Naturopathie à La Réunion – Paris – La Normandie


Quel gâchis invraisemblable !

Demandez à des passants dans la rue ce qu’ils doivent faire en priorité contre l’hypertension. Vous pouvez être sûr qu’ils vous répondront tous, en chœur, qu’il faut « manger moins salé ».

Voilà le résultat de la « communication officielle » de nos autorités depuis des décennies.

Pour quel résultat ?
•    Une croissance vertigineuse du nombre de malades hypertendus – et pour cause, manger « moins salé » ne suffit presque jamais à régler le problème ;
•    Et même la mort prématurée de certains patients qui ont totalement arrêté le sel et se sont retrouvés… en carence de sodium.
  
Tout cela, alors qu’il existe des moyens naturels extrêmement efficaces pour lutter contre l’hypertension !

Je vous en donne la liste à la fin de cette lettre.

Mais il faut d’abord bien comprendre pourquoi supprimer le sel est généralement inutile… et parfois dangereux !


Le sel : ami ou ennemi ?

Attention, je ne suis pas en train de dire que le sel n’a « rien à se reprocher ». Comme toute chose dans la nature, il est mauvais d’en avaler en excès.