ne laissez jamais trainer une #tendinite

Par Alain J. TOUIZER, à 03h36 dans SANTE
La réaction inflammatoire est causée par la rupture de quelques fibres du tendon douloureux et peut, quelques fois, atteindre la gaine entourant le tendon...
Lire la suite...

1 femme sur trois décède d’une #maladie #cardiovasculaire

Par Alain TOUIZER, à 04h42 dans SANTE

Conseils ALJOIMOUR :

  • Je confirme de mes 30 années d'expériences thérapeutiques, la « malbouffe » est la cause principale de la maladie et c'est surtout les femmes qui sont le plus touchées.
  • Aussi mesdames c'est vous le premier rôle dans la structure familiale si vous n'allez pas bien c'est toute la famille qui emphatise, les enfants suivent votre exemple, en mangeant et en buvant ; vous alors réveillez-vous mesdames, vous devez montrer l'exemple…

Alain TOUIZER

Naturopathie à La Réunion


Tabac, sédentarité, stress, alimentation trop riche et trop grasse… pas d’erreur, les facteurs de risque cardiovasculaires sont bien identifiés. L’erreur que nous faisons trop souvent cependant, c’est d’imaginer qu’ils sont le propre des hommes. Or la thrombose veineuse, l’infarctus du myocarde et l’AVC guettent aussi les femmes. Et les frappent même parfois avec une gravité particulière. « C’est là une notion qui n’est pas du tout intégrée par les femmes », martèle Claire Mounier-Vehier, professeur de cardiologie au CHRU de Lille et première vice-présidente de la Fédération française de Cardiologie.

« Aujourd’hui, en France, une femme sur trois décède d’une maladie cardiovasculaire. C’est 7 fois plus que la mortalité due aux cancers du sein », souligne-t-elle. Hier à l’Académie nationale de médecine, se tenait la 1ère journée de prévention du risque cardiométabolique. Une belle occasion pour Claire Mounier-Vehier, de souligner que dans les pays développés, les maladies cardiovasculaires représentent la première cause de mortalité féminine après 60 ans.

Les médecins ont longtemps cru que jusqu’à leur ménopause, les femmes étaient protégées des accidents cardiovasculaires. L’idée – qui n’était pas fausse– était que leurs flux hormonaux les préservaient… et que cette protection disparaissait à la ménopause faute de sécrétion ostrogénique.

En théorie, c’était vrai. Toutefois, il semble bien que l’addition et la superposition des facteurs de risque cardiovasculaires ait fait voler en éclats cette protection. « Le diabète annihile l’effet naturellement vasodilatateur et anti thrombotique, donc protecteur, des œstrogènes naturels » explique Claire Mounier-Vehier. Et « nous avons trop longtemps sous-estimé cette menace ».

Facteurs de risque cardiométabolique

Ces 20 dernières années, les femmes ont adopté des comportements qui étaient jusqu’alors l’apanage quasi exclusif des hommes. L’entrée précoce dans le tabagisme, la sédentarité, la ‘malbouffe’… Ces changements dans leurs modes de vie, font « qu’elles sont aujourd’hui autant concernées par les maladies cardiovasculaires que les hommes. Si ce n’est plus ».

En effet, « la femme peut être préservée du risque cardiovasculaire ou au contraire, y être particulièrement exposée. Il n’y a pas de juste milieu… », nous explique le Pr Mounier-Vehier. L’existence d’un unique facteur de risque suffit à faire peser une grave hypothèque sur sa santé. « De plus, elles sont plus sensibles que les hommes aux effets dévastateurs du tabac.

Lorsque de surcroît, la femme recourt à une contraception à base d’œstrogènes de synthèse (pilule, anneau vaginal ou patch transdermique), le risque de thrombose artérielle et veineuse est significativement majoré. Surtout dans le premier mois de la prescription ».

#Démangeaisons autour de l'extérieur du #vagin

Par Alain TOUIZER, à 04h38 dans SANTE

Conseils ALJOIMOUR :

>  D'après le Dr Besson c'est très souvent du à une prolifération du candida Albicans, due à une alimentation erronée.

>  Voici une recette de grand mère qui fonctionne très bien pour palier à cela:
  • Dans une poire vaginale mettre de l'eau tiédie, 2 c à soupe de vinaigre de cidre, + 2 cuillères à soupe d'aloès vera + 1 cuillère à soupe de miel + 30 gouttes de pamplactif.
  • Faire 1 bain vaginal chaque 2 jours  7 fois, puis chaque  semaine  4 fois, ensuite 1 par mois en entretien régulièrement.

Voir nos fiches :

Alain TOUIZER

Naturopathie à La Réunion


La vaginose bactérienne est une condition dans laquelle il y a une perturbation de la flore vaginale normale par une prolifération d’autres bactéries. La vaginose  est parfois accompagnée de douleur, de démangeaisons ou de brûlures, de sécrétions verdâtres ou blanchâtres.

FRÉQUENCE

La vaginose bactérienne est l'infection vaginale la plus commune chez les femmes en âge de procréer. Les femmes qui n'ont jamais eu de rapports sexuels peuvent être affectées. En Haïti, elle est très fréquente chez les femmes enceintes.

CAUSE

Elle n’est pas encore bien élucidée, mais elle est associée à un déséquilibre des bactéries qui se trouvent normalement dans le vagin de la femme.  La flore bactérienne vaginale saine est l’ensemble de bactéries colonisant le vagin et formant un biofilm protecteur sur la muqueuse vaginale empêchant la prolifération des germes pathogènes par inhibition de leur croissance, leur adhésion et leur développement …

Dans les cas de vaginose, les germes pathogènes prennent le dessus entrainant des modification plus ou moins importante dans le vagin.

Beaucoup de questions restent sans réponse concernant le développement de cette pathologie chez la femme. Cependant certains comportements ou pratiques peuvent modifier la flore bactérienne normale et augmentent fortement les risques de développer une vaginose. (Par exemple : Avoir un nouveau partenaire sexuel ou des partenaires sexuelles multiples, l’utilisation de certains produits pour la toilette intime)

Une femme ne va pas développer un vaginose à partir des sièges de toilette, des piscines, ou le fait de toucher des objets autour d'eux, … 

SIGNES ET SYMPTÔMES

•    Pertes vaginales anormales avec une odeur désagréable. Certaines femmes signalent une forte odeur de poisson, en particulier après les rapports sexuels
•    Brûlure mictionnelle
•    Démangeaisons autour de l'extérieur du vagin, ou les deux
•    Cependant, la plupart des femmes atteintes ne présente aucun signe ou symptôme
 

COMPLICATIONS

Dans la plupart des cas, la vaginose bactérienne ne provoque pas de complications. Cependant, elle augmente les risques pour certaines pathologies.
•    Avoir la vaginose bactérienne augmente les risques qu'une femme infectée par le VIH peut le transmettre à ses partenaires sexuelles.
•    Avoir la vaginose bactérienne  augmente les risques de développer des infections après les procédures chirurgicales (hystérectomie, un avortement)
•    Avoir la vaginose bactérienne pendant la grossesse augmente fortement certaines complications liées à la grossesse comme l'accouchement prématuré.
•    La vaginose bactérienne peut augmenter la susceptibilité d'une femme à d'autres MST, comme le virus herpès simplex (HSV), la chlamydia, la gonorrhée, ...
 

VAGINOSE BACTERIENNE ET GROSSESSE

Les femmes enceintes atteintes de vagin ose bactérienne ont plus de chance de donner naissance à un prématuré ou un bébé avec de faible poids de naissance (inférieur à Livres)

Le #gingembre, un puissant tonifiant naturel !

Par Alain TOUIZER, à 06h00 dans SANTE

Conseils ALJOIMOUR:

> Apprenez à aimer cette racine et à vous en faire un ami.

Voir aussi:

Alain TOUIZER

Naturopathie à La Réunion



Frais, confit, séché, en poudre... Le gingembre possède de nombreuses vertus pour la santé! Il peut contrer les troubles digestifs, la fatigue, la dysfonction érectile… www.Medisite vous livre son mode d’emploi !

Le gingembre, un anti-inflammatoire naturel !

Rhumatismes, maux de tête… Le gingembre est un précieux allié pour soulager les inflammations et les douleurs ! Pourquoi ? "Parce qu’il empêche la production des prostaglandines, hormones précurseurs des mécanismes inflammatoires", explique le Dr Odile Morant, médecin phytothérapeute.

Comment l’utiliser ?

En cas de rhumatismes : diluer 1ml d'huile essentielle de gingembre dans 30ml d'huile végétale. Appliquer 6 gouttes du mélange, en massage matin et soir sur les régions douloureuses, jusqu’à amélioration des symptômes.
En cas de maux de tête : faire infuser 500mg à 1g de gingembre séché dans 150 à 250ml d’eau pendant 5 à 10 minutes. Boire 2 à 4 tasses par jour, jusqu'à l'amélioration des symptômes.des cataplasmes anti rhumatismes.

Traitement nutritionnel :

Évitez les aliments que l'Ayurveda considère comme de saveur acide : tous les types de choux, le citron, les produits laitiers, les vins, le vinaigre...
En cas de douleur aiguë, une tisane mélangeant en quantités équivalentes du gingembre, de la racine de ricin et de l'asa-fœtida peut soulager les douleurs aiguës.

Contre la nausée, essayez le gingembre !

Parce qu’il contient des gingérols (composés actifs qui agissent sur la muqueuse de l’estomac), le gingembre peut aider à prévenir et à stopper les nausées et les vomissements ! Ces effets ont été démontrés chez les personnes malades en voyage et les femmes enceintes,  dans les suites d’interventions chirurgicales, et en cas de chimiothérapie.

Comment l’utiliser ?

En cas de mal des transports : prendre 250mg à 1g de gingembre séché ou 2 à 5g de gingembre frais une heure avant le départ.
Chez la femme enceinte : faire infuser 250mg de gingembre séché, quatre fois par jour. Ou consommer 10g de gingembre frais par jour. Par mesure de précaution, la prise ne doit pas être répétée sur plusieurs mois.

Attention : ne jamais dépasser 2g de gingembre séché par jour, en doses divisées, ce qui équivaut à 10g de gingembre frais. Les plantes ne sont pas des remèdes anodins. Respectez bien la posologie et en cas de doute, demandez conseil à un pharmacien ou à un médecin.
 

Le gingembre donne de l’énergie !

Riche en vitamines C, D et B, en sels minéraux (potassium…) et en oligo-éléments (calcium, magnésium, cuivre, zinc) le gingembre est un puissant tonifiant naturel !


Comment l’utiliser ?

Le Dr Odile Morant, phytothérapeute, conseille de l’intégrer à votre alimentation.
Séché ou frais, le gingembre a la particularité de conserver la plupart de ses propriétés.

Constipation, essayez le gingembre !

Parce qu’elle dispose de propriétés légèrement laxatives, l’huile essentielle de gingembre peut aider à lutter contre la constipation !

Comment l’utiliser? ,

Selon Danièle Festy, pharmacienne ? Poser deux gouttes pures d'huile essentielle de gingembre sur le ventre et masser en dessinant de grands cercles (toujours dans le sens des aiguilles d'une montre), ou avaler une goutte d’HE diluée dans une cuillère à soupe d’huile d’olive avant les repas.

Le gingembre est-il vraiment aphrodisiaque ?

Un mythe s’effondre. "Le gingembre aphrodisiaque, c’est une légende ! Ça n’a jamais été prouvé", indique le Dr Odile Morant, médecin phytothérapeute. Cependant, il peut quand même être bon pour la sexualité puisqu’il est stimulant, tonifiant et pourrait aider l’érection", précise notre interlocutrice. On lui accorde par ailleurs une action positive sur la fertilité des semences masculines.

Comment l’utiliser ?

On peut en consommer régulièrement, en traitement de fond.

Du gingembre contre la maladie d’Alzheimer ?

Parce qu’il contient des shogaols (composés antioxydants), le gingembre pourrait prévenir le développement de la maladie d’Alzheimer. Ce bienfait a notamment été démontré via une étude publiée en 2001 et menée chez l’animal. "Ces hypothèses sont très prometteuses, indique le Dr Odile Morant, médecin phytothérapeute, mais les études ne sont qu’embryonnaires, tout reste à faire".

Comment l’utiliser ?

Les shogaols sont présents dans le gingembre séché ou réduit en poudre. Sous forme de capsule de poudre, la posologie est généralement de 250mg à 1g, trois fois par jour, jusqu’à l'amélioration des symptômes.

Le gingembre est bon pour le cœur !

"Le gingembre a des propriétés anticoagulantes et constitue un antiagrégant plaquettaire, ce qui permet d’entretenir une bonne circulation sanguine", explique le Dr Odile Morant, médecin phytothérapeute. Ces bienfaits ont été soulignés par des chercheurs américains en 2000. Par ailleurs, selon une étude réalisée sur des animaux en 2006, l’ajout de gingembre à l’alimentation diminuerait le taux de cholestérol.
 

Comment l’utiliser ?

On le met au menu régulièrement ! "Associé à l’ail et à l’oignon, c’est encore mieux pour entretenir la santé cardiaque", conseille la spécialiste. On peut aussi le consommer sucré, dans les pâtisseries et les confiseries.

A noter : si le goût vous déplaît, la poudre de gingembre est disponible sous forme de capsules, en pharmacie.

Le gingembre facilite la digestion !

Le gingembre peut rendre la digestion plus rapide et légère ! Comme l’explique le Dr Odile Morant, médecin phytothérapeute : "Plusieurs de ses principes actifs agissent sur l’estomac et l’intestin, en régulant l'activité des muqueuses" De plus, selon une étude indienne menée sur des animaux, le gingembre stimulerait la sécrétion des sucs digestifs et de différents enzymes facilitant la digestion.

Comment l’utiliser ?

"On peut le consommer frais (attention, il peut être fort pour certains palais !), en poudre, en tisane, confit… dans les plats sucrés ou salés", indique le Dr Morant. Si vous ne supportez pas le goût, sachez qu’il existe des capsules de gingembre en poudre (vendues en pharmacie). Vous pouvez également faire une infusion de rhizome séché (0,5 à 1g pour 150 à 250ml d’eau), à boire après le repas, jusqu’à l'amélioration des symptômes.

Le gingembre pour soigner le diabète

Selon une étude réalisée en 2006 sur des rats, le gingembre pourrait aider à soigner le diabète. Les chercheurs ont en effet démontré qu’en intégrant un extrait de gingembre au régime alimentaire de rats diabétiques, cela pouvait diminuer leur taux sanguin de glucose et de triglycérides.

Des études plus poussées sont cependant nécessaires pour déterminer la nature de cet effet et les effets du gingembre sur le diabète humain.

Le gingembre anticancéreux ?

Grâce à son principal ingrédient actif (le gingérol), le gingembre pourrait aider à lutter contre le cancer. En effet, ce composé est un antioxydant puissant qui protège les cellules des radicaux libres impliqués dans le développement de cancers.

Cet effet a notamment été démontré dans une étude américaine menée sur 20 souris à qui des cellules cancéreuses ont été injectées. Au bout de 49 jours, les souris du groupe témoin ont été euthanasiées à cause de la taille de leur tumeur, 12 de l'autre groupe (ayant reçu du gingérol) étaient toujours vivantes et leurs tumeurs étaient plus petites.

Comment l’utiliser ?

Sous forme de capsule de poudre, la posologie est généralement de 250mg à 1g, trois fois par jour, jusqu’à l'amélioration des symptômes.

Gingembre : où le trouver et sous quelle forme ?

Frais, en poudre, confit, séché… Le gingembre ou Zingiber officinale est une plante originaire d'Asie dont on utilise le rhizome en cuisine et en phytothérapie.

Où le trouver ?

- Frais : dans les supermarchés ou chez les marchands de fruits et légumes. Pour une meilleure conservation, vous pouvez le mettre dans du vinaigre ou au réfrigérateur, enrobé de cellophane.
- En poudre : on peut le trouver dans les épiceries ou dans les pharmacies et parapharmacies.
- Confît ou cristallisé : on peut en trouver dans les magasins d’alimentation asiatiques.
- Séché : c’est la forme la moins disponible en France. Mieux vaut le faire soi-même : le couper en rondelles et le laisser sécher tout seul à température ambiante.

Attention : Ne jamais dépasser 2g de gingembre séché par jour, en doses divisées, ce qui équivaut à 10g de gingembre frais. Les plantes ne sont pas des remèdes anodins. Respectez bien la posologie et en cas de doute, demandez conseil à un pharmacien ou à un médecin.

Jambes lourdes

Le gingembre relance aussi la circulation du sang dans les jambes lourdes et les affinent.

Coup de froid : gingembre et massage à la moutarde
Dans la médecine ayurvédique, les infections légères des voies respiratoires peuvent être traitées notamment avec du gingembre et des massages.

Traitement nutritionnel : Misez sur le gingembre. Il aurait la faculté de réchauffer l'organisme. "Le gingembre est anti-inflammatoire. Il peut agir en anti-infectieux léger sur un rhume".

Rédacteur:
Dr Odile MORANT
2, rue des cocos – 97427 ETANG SALE les BAINS
www.odile-morant.info