Ne pas laisser la #cellulite s’installer

Par Alain J. TOUIZER, à 06h31 dans SANTE
C’est la hantise des femmes, qu’elles soient minces ou rondes, de voir apparaitre cet aspect de « peau d’orange » sur les cuisses, les hanches ou les fesses car elle touche 90% d’entre elles.

Pas de solution miracle mais des conseils de prévention et des soins à appliquer dès le départ pour espérer quelques résultats. Tout d’abord mieux comprendre pour mieux se défendre.

Ne restez pas immobile pendant des heures, levez-vous régulièrement pour faire quelques pas et flexions de façon à relancer la circulation lymphatique et ne croisez surtout pas les jambes.

C’est la position qui favorise la cellulite. Ne portez pas de talons hauts car ils entravent la circulation dans le haut des cuisses favorisant ainsi la cellulite. Alors, place aux ballerines !
 

Connaitre pour comprendre

La cellulite n’est pas forcement associée à un problème de poids. Néanmoins, certaines femmes ont plus de mal que d’autres à éliminer les graisses.

La cellulite est constituée de cellules graisseuses (appelées adipocytes) de grande taille, situées sous la peau, qui se gorgent de graisse et s’hypertrophient. Elles compriment les vaisseaux sanguins et lymphatiques, ce qui entraine une mauvaise élimination de toxines et des liquides.

Le développement des cellules graisseuses  et des cellules conjonctives situées sous la peau augmente son épaisseur et favorise la cellulite avec cet aspect bien connu et irrégulier : la peau d’orange.

Ce phénomène naturel est essentiellement d’origine hormone, ainsi seules les femmes sont concernées : les principaux responsables sont les œstrogènes (hormones féminines). Sous l’influence des œstrogènes, des prénommes de gonflement et de rétention d’eau peuvent se mettre en place avent le cycle.

Ce phénomène se développe plus particulièrement dans certaines régions du corps : les cuisses et les fesses. Plus la cellulite est importante, plus elle endommage l’état des fibres de tissu conjonctif, entravant la microcirculation.
 

L’efficacité est dans le massage

Le massage des zones touchées par la cellulite est le geste le plus efficace. Il agit comme un drainage.et favorise la diminution de la rétention d’eau et l’élimination des toxines.

Sans ce massage, aucune crème ne pourra être efficace. Ces traitements doivent de toute façon être toujours accompagnés de mesures hygiéno-diététiques.

Les crèmes anticellulite peuvent servir au massage mais ce le geste en priorité qui compte. Agissant comme un drainage, il favorise la diminution de la rétention d’eau et l’élimination des toxines. 

Des principes actifs contenus dans les crèmes viennent compléter à aider le massage (plantes comme le lierre, la piloselle…) Il existe aussi des appareils de massage mécanique.


La thalassothérapie pour détoxifier

Les cures offrent un contexte idéal pour, d’une part retrouver moral et sérénité mais aussi combattre la cellulite car elles associent en effet les bienfaits de l’eau avec un accompagnement pour acquérir de bonnes habitudes alimentaires et sportives.

De plus les soins pratiques comme les enveloppements, aident à l’élimination des toxines des tissus et favorisent l’élimination de l’eau dans l ceux-ci. Alors, n’hésitez pas à vous faire du bien !

Sinon, après consultation chez son médecin, il y a des solutions chirurgicales comme l’électro lipolyse, qui par l’action d’un courant électrique de très faible intensité diminue le volume des graisses, les ultrasons qui bombardent la cellule graisseuse, éliminant les graisses par les voies naturelles, la liposculpture ou liposuccion qui aspire des cellules graisseuses localisées.


Les bonnes résolutions indispensables

Adoptez un régime diététique en diversifiant l’alimentation. Diminuez les sucres et les graisses, les aliments riches en lipides. Evitez les plats trop riches, gras et sucres, et faites la part belle en légumes, fruits, céréales, viandes et poissons maigres, laitages écrémés ou demi-écrémés.

Buvez beaucoup d’eau (à raison d’ 1.5 a 2 litres d’eau par jour). Mangez moins salé, cela est bon pour votre cœur mais sachez aussi que le sel retient de l’eau, ce qui provoque une mauvaise circulation due à la rétention d’eau.

Les plats  préparés du commerce sont riches en graisses et sucres ; essayez de limiter leur consommation au maximum. Limitez l’alcool et pratiquez régulièrement une activité sportive qui aide à diminuer la masse graisseuse et  à combattre le stress.

Arrêtez le tabac qui entrave la circulation sanguine et l’oxygénation des tissus-- donc favorise la cellulite.

Pour vous aider à éliminer, buvez des tisanes en privilégiant l’ortho siphon, le thé vert et l’ortie qui sont dépuratives et drainantes accompagnés par le conseil de votre pharmacien.

Si vous suivez un régime, soyez attentif à ne pas avoir des variations de poids en « yoyo ». Préférez un régime avec une perte de poids plus douce mais pérenne.

Privilégiez une hygiène de vie associant une pratique des sports comme la natation ou d’autres sports d’endurance et qui sollicite votre corps en entier et surtout bougez !

Marchez de que vous le pouvez (plus de 40 minutes, non stop si possible), méprisez les ascenseurs. Sans activité, en effet, les tissus adipeux se développent au détriment des muscles, alors que la circulation lymphatique est activée par la contraction des muscles.
 

Ne pas laisser la cellulite s’installer

Lorsque la cellulite est récente elle est encore ferme au toucher, on peut la voir clairement quand on pince la peau entre le pouce et l’index.

Elle est encore facile à éliminer. La cellulite plus ancienne, donne à la peau cet aspect peau  d’orange, irrégulier. Enfin, la cellulite « fibreuse » est dure et douloureuse.

Les traitements sont particulièrement efficaces sur une cellulite naissante. En revanche, sur une cellulite installée, ils sont souvent difficiles et décevants.

Magazine PHARMELIA N° 55
 

C’est la #Bible qui parle du #rire en premier

Par Alain J. TOUIZER, à 09h20 dans SANTE
Quels sont les déclencheurs du rire ? En quoi est-il indispensable à notre santé ? Des études très sérieuses, ont démontré sa capacité à stimuler la sécrétion d’endorphines plus connue sur le nom...
.
Lire la suite...

2 hrs de #sommeil = 60 mg de #codéine

Par Alain TOUIZER, à 07h43 dans SANTE

Conseils ALJOIMOUR :

> Le sommeil est d'une importance primordiale, ne pensez  jamais qu’il est une perte de temps.  Utilisez  plutôt des anti douleurs et des calmants naturels que des produits chimiques.

> D’autres conseils, fot intéressants :


Alain TOUIZER

Naturopathie à La Réunion



Douleur chronique ou aigüe, le sommeil peut faire la différence. Car l'augmentation de la durée du sommeil améliore la vigilance, on le savait, mais réduit également la sensibilité à la douleur. Ces conclusions montrent l’importance d’un sommeil suffisant en cas de maladies chroniques douloureuses ou même en préparation d’une intervention chirurgicale.

Le Pr Timothy Roehrs, auteur principal commente son étude : « Nous avons été surpris par l'ampleur de l’impact du sommeil en termes de réduction de la sensibilité à la douleur, en comparaison d’une prise de codéine, par exemple ». Son étude a porté sur 18 volontaires sains, ne souffrant pas de douleur, assignés au hasard soit à 4 nuits de maintien de leur temps de sommeil habituel, soit à 4 nuits avec un temps de sommeil augmenté à 10 heures « passées au lit » par nuit.

Leur niveau de somnolence diurne a été ensuite mesuré avec le test multiple sleep latency test (MSLT) et leur sensibilité à la douleur par stimulus par une source de chaleur rayonnante.


2 heures de sommeil plus efficaces contre la douleur que 60 mg de codéine :

Les résultats montrent que le groupe de sommeil prolongé qui a réellement dormi 1,8 heures de plus par nuit que le groupe "sommeil habituel", présente une vigilance diurne accrue, certes, mais associée avec une moindre sensibilité à la douleur.

Dans le groupe sommeil prolongé, les participants laissent leurs doigts sur la source de chaleur sur une durée prolongée de 25%, par rapport aux participants du groupe « sommeil habituel ». Ce résultat suggère une réduction de la sensibilité à la douleur associée à la durée de sommeil. Plus surprenant encore, ce délai de latence augmenté l'est plus avec un sommeil prolongé qu’avec la prise de  60 mg de codéine!

C’est la première étude à montrer l’importance du sommeil pour mieux supporter la douleur. Ces résultats, combinés avec ceux de précédentes études suggèrent que la sensibilité accrue à la douleur est, en marge, le résultat d’une somnolence sous-jacente ou d’un manque de sommeil.

... la #guérison peut être rapide.

Par Alain J. TOUIZER, à 03h13 dans SANTE
Une fois que le malade a répondu à cette question, la guérison peut être rapide. Dans certains cas extrêmes, elle peut même être immédiate, et c'est une nouvelle personne qui semble revenir à la vie. Mais il n'est pas nécessaire d'attendre de tomber gravement malade pour connaître cette transformation. Au contraire...
Lire la suite...