Le #gingembre, un allié pour soulager les #symptômes de l’#arthrose

Par Alain TOUIZER, à 09h37 dans SANTE

Conseils ALJOIMOUR :

Excellente racine à adopter même si on ne souffre pas d'arthrose, ses qualités ne sont plus à démontrer ...


Alain TOUIZER

Naturopathie à La Réunion



Depuis des siècles le gingembre est utilisé en Asie comme anti-inflammatoire naturel pour traiter les douleurs rhumatismales liées à l’arthrose et à l’arthrite.

Des études récentes ont montré que le gingembre agissait comme un analgésique naturel puisqu'il calme les douleurs qui affectent les articulations en cas d’arthrose. Antioxydant puissant, il possède des vertus énergisantes pour l’organisme. Il a aussi un effet anti-inflammatoire qui découle des leucotriènes (lipides) et des prostaglandines (acides gras non saturés) qu’il contient. Ses composés, les shoagols, les gingérols et les paradols, agissent conjointement pour contrer les douleurs articulaires...)

Qu’il soit mariné, cru ou râpé, le gingembre entre dans la composition d’un grand nombre de plats asiatiques. Souvent combiné au curcuma, un autre anti-inflammatoire naturel, le gingembre constitue un remède efficace et économique pour soulager les douleurs et les raideurs liées à l’arthrose et à l’arthrite.

D’ailleurs, de nombreuses personnes âgées, en Asie et en Inde, assaisonnent ainsi leurs plats pour bénéficier des propriétés curatives de ces deux épices.
 
Pour soulager les raideurs provoquées par l’arthrose, une tranche de racine fraîche de gingembre, consommée au début d’un repas, s’avère bénéfique. Pour ceux qui supportent moins bien son goût relevé, il est plutôt recommandé de verser la moitié d’une cuillère à café (= à thé) de gingembre en poudre dans une tasse d’eau bouillante, de bien mélanger, puis de laisser tiédir avant d’ajouter un soupçon de miel (facultatif). Attention : il ne faut pas en consommer plus de 3 tasses par jour...)


#Plantes, #épices, #aliments #anti-âge!

Par Alain J. TOUIZER, à 06h26 dans SANTE
Il existe des plantes, des aliments et des épices qui ont de grandes propriétés antioxydantes, contre  le vieillissement de l'organisme
 

Voici les plus antioxydants:

Les plantes et les aliments peuvent agir de deux façons. Ils sont eux-mêmes riches en antioxydants ou bien ils aident notre propre système antioxydant interne. Rappelons que les antioxydants sont des molécules qui, apportées par notre alimentation, sont également produites par l'organisme.

Ces molécules aident à lutter contre les radicaux libres, des molécules qui accélèrent le vieillissement. Les mettre régulièrement au menu est une excellente façon de lutter contre le vieillissement.


Plantes les plus antioxydantes:

Thé (mate vert),  Ginkgo biloba et  Ginseng



Les aliments les plus antioxydants :

Pruneau, prune, raisin sec, raisin noir, myrtille mur, framboise, fraise, cerise, kiwi, pamplemousse rose, ail, choux frisé, chou  de bruxelles, brocoli, betterave, épinard, poivron rouge et oignon.


Entre les épices les plus antioxydantes on peut trouver:

Gingembre, curcuma, poivron noir, muscade, vanille.

Ces aliments, épices et plantes, aussi bénéfiques soient-ils, doivent accompagner une alimentation variée et équilibrée. Pas question de manger à l'excès des pruneaux et des épinards, et de négliger les autres aliments

#VIH, #cancer de la #prostate: Un test de #détection en #or

Par Alain TOUIZER, à 07h37 dans SANTE

Conseils ALJOIMOUR :

> Voila une merveilleuse idée à la portée de tous et simple.

Voir aussi :

Alain TOUIZER

Naturopathie à La Réunion



En or, car il détecte mieux, plus simplement et « pour moins cher » et pourrait rendre de grands services, en particulier dans les pays en développement où les ressources sont rares.

Ce prototype développé à l’Imperial College de Londres permet de détecter certaines maladies virales à un stade hyper-précoce à l'œil nu. Son principe, des nanoparticules d'or en s’agglomérant au contact d’un bio marqueur génèrent des solutions colorées lisibles à l’œil nu.

Ce développement, testé sur 2 bio marqueurs de l’infection au VIH et du cancer de la prostate, présenté dans la revue Nature Nanotechnology serait 10 fois plus sensible que les modes de diagnostic actuels et permettra donc de traiter de manière plus précoce.

Les bio marqueurs, rappellent les chercheurs, permettent de détecter le développement de maladies telles que les cancers ou les infections virales dont le VIH.

Le Pr Molly Stevens du Département bio-ingénierie de l'Imperial College rappelle que dans le cas du VIH,il s'agit non seulement de détecter les nouveaux cas mais aussi de tester régulièrement les patients vivant avec le VIH afin d’évaluer leur réponse aux  thérapies rétrovirales.

Sa nouvelle approche permet d'améliorer la sensibilité des tests, ne nécessite pas d'instrumentation sophistiquée et est dix fois moins coûteuse, ce qui permettrait de généraliser à moindre coût le dépistage de nombreuses autres maladies.

Le nouveau capteur a été testé sur un bio marqueur, le « p24 », qui présent dans le sang, indique une infection à VIH et sur le PSA (Prostate-Specific Antigen), l’indicateur précoce du cancer de la prostate. Le capteur analyse le sérum du sang, dans un contenant à usage unique.

Si le résultat est positif pour p24 ou PSA, il  montre une réaction qui engendre des amas irréguliers de nanoparticules, qui donnent une teinte bleue distinctive dans une solution à l'intérieur du conteneur.

Si le résultat est négatif les nanoparticules se séparent en boules et la solution  devient rougeâtre. Les deux résultats sont donc lisibles à l’œil nu. Sur le p24, le capteur se montre suffisamment sensible pour détecter d’infimes charges virales, expliquent les auteurs, qui n’auraient même pas pu être détectées par les méthodes actuellement disponibles. Ainsi, les 2 bio marqueurs, p24 et PSA ont pu être détectés dans le sérum à concentration de 1x10-18 g ml-1.

Enfin, le capteur peut également être reconfiguré pour d'autres virus et les maladies dont on connaît le bio marqueur spécifique. Le Dr Roberto de la Rica, co-auteur de l'étude ajoute que ce test qui autorise la détection d’infections ou maladies jusque-là indétectables, pourra permettre de traiter les patients de manière plus précoce.

de la #plasticité du #cerveau!

Par Alain J. TOUIZER, à 05h22 dans SANTE
.
Lire la suite...