Des #patchs au #cannabis, génial!

Par La Rédaction, à 06h00 dans SANTE

Conseils ALJOIMOUR :


> Je savais que l'huile de cannabis a excellents résultats sur les cancers, mais pour la fibromyalgie et la neuropathie diabétique, je ne savais pas


Alain TOUIZER

Naturopathie à La Réunion – Paris – La Normandie




Cela pourrait changer pour toujours la façon dont le cannabis est vu dans le monde médical.

Les nouveaux médicaments sont conçus pour être administrés sous forme de patchs transdermiques, qui sont fondamentalement des patchs adhésifs collés à la peau et qui libèrent certaines substances au fil du temps pour aider à combattre les douleurs nerveuses associées au diabète et à la fibromyalgie.

L’utilisation de ce moyen signifie qu’une dose contrôlée du médicament peut être administrée quotidiennement, sans effets secondaires négatifs découverts jusqu’ici.

Cannabis Science, la société qui a initialement conçu les patchs, a déclaré:

« Favoriser la guérison d’une zone lésée du corps. Un avantage de l’administration par voie transdermique de médicament par rapport à d’autres types d’administration de médicaments tels que orale, topique, intraveineuse, intramusculaire, etc., est que le patch fournit une libération contrôlée du médicament dans le corps du patient, généralement à travers soit une membrane poreuse recouvrant un réservoir de médicaments ou avec la chaleur corporelle faisant fondre des couches minces de médicament incorporées dans l’adhésif qui contiendra un extrait de cannabinoïde très puissant (le CBD) qui pénètre lentement dans la circulation sanguine et pénètre ensuite dans le système nerveux central du patient apportant le soulagement recherché de la douleur. »




 

Sauvez votre #intestin

Par La Rédaction, à 06h00 dans SANTE

Conseils ALJOIMOUR :


> Voici le numéro de plante et bien être d’aout que je découvre en même temps que vous


Alain TOUIZER

Naturopathie à La Réunion – Paris – La Normandie



 

Sauvez votre intestin : prenez soin du microbiote 

Il y a peu, c'était la flore intestinale. Aujourd'hui, c'est le microbiote. 

Qu'est-ce qui a changé depuis ? C'est un organe à part entière, mais pas tout à fait comme les autres. Au lieu des cellules classiques, il est composé de microbes… 1014 microbes environ, soit cent mille milliards ! 

Dès lors, une question s'impose : comment vivre en bon accord avec tous ces hôtes ? Très longtemps assimilé à de la simple tuyauterie digestive, l’intestin est devenu, en quelques années, l’organe cible d’un grand nombre de pathologies. 

Il a fallu attendre l’an 2000 pour que des chercheurs découvrent qu’il abritait des biofilms composés de bactéries et de champignons très bien organisés.

Ces biofilms constituent une sorte de revêtement qui recouvre la muqueuse intestinale. 

C’est comme une citadelle pouvant favoriser, en fonction des combats, le développement de bactéries et de champignons plus ou moins nocifs. 

On y cherche actuellement une des causes potentielles au phénomène d’antibiorésistance. Dans tous les cas, si l’on veut résoudre les problèmes liés à l’intestin, il faut traiter ces biofilms. 

Pour cela, il est nécessaire de mieux comprendre le fonctionnement de notre microbiote.



 

Autant dire que vous n’êtes pas plus avancé !

Par La Rédaction, à 06h00 dans SANTE

Conseils ALJOIMOUR :


>On voit bien que Xavier Bazin a été très déçu de la médecine chimique. Il dénonce avec force les pratique de ses anciens collègues médecins


Alain TOUIZER

Naturopathie à La Réunion – Paris – La Normandie




La prochaine fois que vous allez chez le médecin (ou chez le pharmacien), posez-lui cette question :
Dites-moi, Docteur, comment le Doliprane (paracétamol) parvient-il à faire baisser la fièvre et réduire la douleur ?

C’est une question légitime. Après tout, le paracétamol est le numéro 1 de tous les médicaments vendus en pharmacie.

Il est prescrit en première intention par la quasi-totalité des médecins.Mais je suis prêt à parier que votre médecin vous fera cette réponse :

C’est très simple : il agit grâce à son double effet antalgique et antipyrétique. Intéressant, sauf que… antalgique signifie « anti-douleur » et antipyrétique signifie « qui agit contre la fièvre ».

Autant dire que vous n’êtes pas plus avancé !

Vous êtes un peu comme Géronte face à Sganarelle, le médecin « malgré lui » de la fameuse pièce de Molière :

GÉRONTE.— Ma fille est devenue muette, sans que jusques ici, on en ait pu savoir la cause. (…) Et je voudrais bien que vous me pussiez dire d’où cela vient.
SGANARELLE.— Il n’est rien plus aisé. Cela vient de ce qu’elle a perdu la parole.
GÉRONTE.— Fort bien: mais la cause, s’il vous plaît, qui fait qu’elle a perdu la parole?
SGANARELLE.— Tous nos meilleurs auteurs vous diront que c’est l’empêchement de l’action de sa langue.
GÉRONTE.— Mais, encore, vos sentiments sur cet empêchement de l’action de sa langue?
SGANARELLE.— Aristote là-dessus dit… de fort belles choses.
GÉRONTE.— Je le crois.
SGANARELLE.— Ah! c’était un grand homme!
GÉRONTE.— Sans doute.

On a tous des #cellules cancéreuses

Par La Rédaction, à 06h00 dans SANTE

Conseils ALJOIMOUR :


> Voici une liste très intéressante de plantes et aliments anti cancer, qui peuvent, bien sûr, être prises par tout le monde, même les personnes qui se portent bien.


Alain TOUIZER

Naturopathie à La Réunion – Paris – La Normandie




Décidément, on s’est beaucoup trompé sur le cancer.

D’abord, on a voulu croire que le cancer était une « maladie du vieillissement ».
On pensait que si on avait plus de cancers qu’avant, c’était tout simplement parce qu’on vivait plus longtemps !

Mais ce n’est pas vrai. C’est même le cancer des enfants et des adolescents qui a le plus augmenté depuis 1970 ! [1]

Tout récemment, on a même appris que cette hausse était en train de s’accélérer. 

Chez les jeunes britanniques, le cancer a progressé de 40 % ces 16 dernières années – pour le seul cancer du côlon, l’augmentation est de 300 % ! [2]

Si le cancer progresse, c’est parce que nos modes de vie ont changé du tout au tout depuis 50 ans. Avec notamment :
•    Les aliments « industriels » qu’on met dans notre assiette depuis 40 ans ;
•    Notre tendance à rester assis dans un canapé plutôt qu’à faire des activités au grand air ;
•    Ou encore le tsunami de polluants chimiques qui nous entourent (tabac, pesticides, bisphénol A, parabène, PCB, dioxines, métaux lourds, ondes, etc.).

Vous me direz qu’on a quand même plus de risques de cancer à 80 ans qu’à 20 ans.

C’est vrai, mais on a aussi plus de risques d’attraper la grippe ! La réalité, c’est que notre organisme est plus vulnérable à toutes les maladies à 80 ans qu’à 20 ans.

Mais la cause du cancer n’est jamais le seul « vieillissement ». Jamais notre corps ne fabriquera un cancer tout seul, sans raison, simplement parce qu’il se fait vieux.


Le cancer n’est pas dans vos gènes !

Ensuite, on nous a dit que le cancer était une « maladie génétique ». Il est vrai que certains gènes nous rendent plus ou moins vulnérables au cancer.

Par exemple, depuis qu’Angelina Jolie a décidé de se faire retirer les deux seins, tout le monde sait que les femmes ayant les mutations génétiques rarissimes BRCA 1 ou BRCA 2 ont près de 80 % de risques d’avoir un cancer du sein.