#Noyaux d'#abricot contre #cancer!

Par La Rédaction, à 06h00 dans SANTE

Conseils ALJOIMOUR :


> Excellent … avec l'été gardez tous vos noyaux de fruits…


Alain TOUIZER

Naturopathie à La Réunion - Paris - La Normandie




Les abricots, les pêches, les prunes ne sont pas seulement des fruits délicieux mais ils pourraient aussi contenir un ingrédient vital pour la prévention du cancer. 

La vitamine B17, connue sous le nom de Laetrile et Amygdaline, a fait l’objet de recherches qui font penser qu’elle peut aussi bien prévenir le cancer que le guérir. Ce remède est concentré dans le noyau lui-même. 

Et pourtant, malheureusement, la plupart d’entre nous jetons ce noyau en le prenant pour quelque chose d’inutile et immangeable. Que diriez-vous si je vous disais la vérité au sujet des noyaux d’abricots, à savoir qu’ils peuvent détruire les cellules cancéreuses ?

Ces noyaux peuvent en effet être un excellent moyen prophylactique contre le cancer. Comment est-ce possible ? Dans le livre « World without cancer » (Monde sans cancer), écrit par Edward Griffin, il a décrit la découverte, qui date de plus de trente ans. 

Dans son livre, il parle de cette découverte qui peut guérir le cancer et de la façon de le faire. Cependant, il mentionne également que cette découverte géniale a purement et simplement été enterrée par ceux qui tiennent à tirer profit de la maladie. 

Par ailleurs, Edward Griffin explique que le cancer présente souvent un métabolisme perturbé dans le corps, et que le cancer est d’origine métabolique par essence. Le métabolisme du corps est perturbé lorsque l’équilibre de vitamines et de minéraux est détruit. 

Votre corps commence à être affamé sans les vitamines et minéraux nécessaires qui sont vitaux pour un processus interne normal, ce qui alors déclenche les diverses défaillances de notre mécanisme endommagé.

C’est le même principe qui s’applique pour toutes les autres maladies qui surviennent dans le corps.


Pourquoi cette vérité au sujet des noyaux ’abricots est-elle dissimulée ?

L’industrie du cancer gagne 200 milliards de dollars par an, ce n’est donc pas étonnant que les méthodes alternatives efficaces soient cachées au public. 

Comme l’explique Edward Griffin, le médicament pour guérir et prévenir le cancer existe depuis des siècles, et il ne demande aucune 
 

Votre #foie... paresseux?

Par La Rédaction, à 06h00 dans SANTE

Conseils ALJOIMOUR :


> J’ai reçu cette étude de foie fatigué, regardez  si cela vous concerne;

> Si c’est le cas, faites-le moi savoir, nous verrons ensemble comment faire pour trouver les bonnes solutions adaptées à vous…
 

Alain TOUIZER

Naturopathie à La Réunion - Paris - La Normandie




Cet article étonnant a été écrit par Nicole, nutritionniste holistique qui pense profondément qu’il est possible pour tout le monde de découvrir à quel point le corps est conçu pour se sentir bien.

Nicole travaille en partenariat avec ses clients pour leur permettre de mener un mode de vie équilibré, nourrissant et épanouissant. Vous pouvez consulter son blog fantastique avec des recettes saines, ou la suivre sur Facebook !

Pouvons-nous juste prendre un instant pour remercier notre foie pour tout ce qu’il fait pour nous ? Cet organe vital travaille dur tous les jours pour filtrer nos toxines et déchets de l’organisme ainsi qu’accomplir des centaines d’autres fonctions. 

L’action principale de votre foie est de convertir des toxines en déchets non toxiques qui peuvent être excrétés par le corps par les émonctoires.

Nous avons déjà mentionné que votre foie porte plusieurs « casquettes » et est responsable d’une grande partie du bon fonctionnement de votre santé globale. 

Il a plus de 400 fonctions dans le corps, la digestion des graisses avec son associée, la vésicule biliaire, le stockage des vitamines et des minéraux essentiels comme le fer, la transformation des nutriments qui ont été absorbés dans l’intestin et le traitement des médicaments et des alcools. 

Il suffit de nommer seulement quelques-unes de ses fonctions pour se rendre compte de l’importance de son rôle pour votre santé.

Nous ne voulons pas alourdir notre foie, et pourtant, si nous ne fournissons pas à notre corps les nutriments adéquats, notre ami très travailleur va devenir lent et surchargé de tâches toxiques à accomplir.
 

Comment le foie traite les substances toxiques ?

Le foie a deux méthodes pour la détoxification. Les toxines, qui sont des substances toxiques pouvant endommager les cellules sont tout d’abord prises en charge par la Phase 1 de la détoxification. 

Cette phase implique l’utilisation d’enzymes pour transformer ces toxines lipides solubles en substances moins nocives, que la Phase 2 peut alors gérer. 

La Phase 2 de détoxification du foie consiste à associer ces toxines déjà réduites avec d’autres molécules qui leur permettent d’être plus solubles dans l’eau et ainsi éliminées du corps en toute sécurité par la voie des émonctoires.
 

Les efforts pour un soutien proactif du foie concernent tout le monde

Même pour ceux qui sont très attentifs à suivre un mode de vie sain avec des produits bio, de l’eau pure, de l’exercice régulier, l’utilisation de soins du corps et d’entretien de la maison sans produits chimiques…. 

Nous sommes toujours exposés à des toxines de notre environnement (l’air, le sol, l’eau, les voitures, les usines, les matières plastiques) et ces éléments que nous ne pouvons pas contrôler nous touchent ! 
Même en tant que nutritionniste holistique, je vais continuer à respecter ces principes quotidiens d’alimentation biologique, d’exercice et d’une maison sans toxines car je sais que j’en ai besoin et que cela me permet d’être en pleine forme !
 

Est-ce que votre foie est paresseux ?

#OGM et #pesticides, comment s"en débarrasser?

Par La Rédaction, à 06h00 dans SANTE

Conseils ALJOIMOUR :


> Voici quelques ingrédients intéressants pour éliminer les toxines du corps…


Alain TOUIZER

Naturopathie à La Réunion - Paris - La Normandie



La détoxification peut être dure pour le corps et causer une grande variété d’effets secondaires alarmants. 

Après tout, les substances étant éliminées sont généralement assez horribles, constituées de produits chimiques toxiques provenant de résidus de pesticides, de sous-produits des aliments OGM, de produits pharmaceutiques, des résidus de la chimiothérapie, des radicaux libres, de métaux lourds, d’aluminium, de rayonnement.

Il existe de nombreux produits et et méthodes de détoxification disponibles – certains plus coûteux que d’autres – et certains provoquent des expériences très intenses avec des effets secondaires potentiellement dangereux. Nous vous conseillons de choisir une méthode plus naturelle.

Cependant, il existe plusieurs façons d’éliminer ces substances nocives en douceur. 
Ces techniques peuvent prendre un peu plus longtemps que certains programmes de détoxification plus sévères; cependant, si vous prenez votre temps, une ou plusieurs de ces méthodes naturelles devraient fonctionner pour vous.
 

Pectine

La pectine de fruit est probablement la méthode la plus douce de détoxification des polluants. La pectine provient de la partie fibreuse du fruit et est le plus souvent trouvée dans la chaire des limes, des citrons et autres agrumes, ainsi que dans les pommes. 

D’autres sources de pectine sont les bananes, les raisins, les carottes et le chou.

#Stevia contre #maladie de #Lyme

Par La Rédaction, à 06h00 dans SANTE

Conseils ALJOIMOUR :


> De plus en plus des personnes sont atteintes de la maladie de Lyme.

> La Stévia semblerait avoir un impact... faites passer autour de vous si vous connaissez des personnes atteintes car  elles sont en grande souffrance…
 

Alain TOUIZER

Naturopathie à La Réunion - Paris - La Normandie



La maladie de Lyme est extrêmement difficile à traiter, en raison de ses capacités (pléomorphiques) bien connues de changer de forme, avec les antibiotiques classiques qui échouent souvent à produire un remède à long terme. 

Est-ce que la plante naturelle couramment utilisée qu’est la Stevia pourrait fournir un moyen plus sûr et plus efficace de lutter contre cette infection de plus en plus répandue?

Une nouvelle étude préclinique prometteuse a révélé que l’extrait de feuilles entières de stevia possède une activité antibiotique exceptionnelle contre le pathogène très difficile à traiter Borrelia burgdorferi connu pour causer la maladie de Lyme. 

L’étude a révélé que « l’extrait de feuilles entières de Stevia, en tant qu’agent individuel, était efficace contre toutes les formes morphologiques connues de B. burgdorferi ».

À l’heure actuelle, le CDC reconnaît que au moins 300 000 américains sont infectés par la maladie de Lyme chaque année, avec les soins standards reposant sur les antibiotiques qui ne sont pas seulement toxiques, mais de plus en plus contestés pour ne traiter que des aspects superficiels de l’infection, laissant souvent la maladie de Lyme résistante aux antibiotiques en profondeur dans le système continuer à causer des dommages.

B. burgdorferi a un cycle de vie complexe, et peut exister dans des formes radicalement différentes: spirochètes, sphéroplastes (ou forme L qui n’a pas de paroi cellulaire), des corps ronds ou sous forme de kyste (ce qui permet la dormance et d’échapper à la détection par PCR), et des biofilms très résistants aux antibiotiques. 

Cette propriété pléomorphique rend le traitement classique exceptionnellement difficile parce que tandis que certains antibiotiques conventionnels sont efficaces contre les formes avec paroi cellulaire tels que les spirochètes, ils sont inefficaces contre celles sans paroi cellulaire. 

Cela permet à B. burgdorferi de changer de forme pour échapper à l’éradication par des moyens conventionnels. 

En outre, la formation de biofilm crée une barrière significative contre la plupart des antibiotiques conventionnels, même lorsqu’ils sont utilisés en combinaison, et il a été récemment suggéré que c’est le mécanisme le plus efficace de la résistance.

La nouvelle étude a été publiée dans le European Journal of Microbiology & Immunology et intitulée « Efficacité de l’extrait de feuilles entières de Stevia rebaudiana contre les diverses formes morphologiques de Borrelia Burgdorferi in vitro » et menée par des chercheurs du département de biologie et de sciences de l’environnement, Université de New Haven, West Haven, CT.