#VIH, #cancer de la #prostate: Un test de #détection en #or

Par Alain TOUIZER, à 07h37 dans SANTE

Conseils ALJOIMOUR :

> Voila une merveilleuse idée à la portée de tous et simple.

Voir aussi :

Alain TOUIZER

Naturopathie à La Réunion



En or, car il détecte mieux, plus simplement et « pour moins cher » et pourrait rendre de grands services, en particulier dans les pays en développement où les ressources sont rares.

Ce prototype développé à l’Imperial College de Londres permet de détecter certaines maladies virales à un stade hyper-précoce à l'œil nu. Son principe, des nanoparticules d'or en s’agglomérant au contact d’un bio marqueur génèrent des solutions colorées lisibles à l’œil nu.

Ce développement, testé sur 2 bio marqueurs de l’infection au VIH et du cancer de la prostate, présenté dans la revue Nature Nanotechnology serait 10 fois plus sensible que les modes de diagnostic actuels et permettra donc de traiter de manière plus précoce.

Les bio marqueurs, rappellent les chercheurs, permettent de détecter le développement de maladies telles que les cancers ou les infections virales dont le VIH.

Le Pr Molly Stevens du Département bio-ingénierie de l'Imperial College rappelle que dans le cas du VIH,il s'agit non seulement de détecter les nouveaux cas mais aussi de tester régulièrement les patients vivant avec le VIH afin d’évaluer leur réponse aux  thérapies rétrovirales.

Sa nouvelle approche permet d'améliorer la sensibilité des tests, ne nécessite pas d'instrumentation sophistiquée et est dix fois moins coûteuse, ce qui permettrait de généraliser à moindre coût le dépistage de nombreuses autres maladies.

Le nouveau capteur a été testé sur un bio marqueur, le « p24 », qui présent dans le sang, indique une infection à VIH et sur le PSA (Prostate-Specific Antigen), l’indicateur précoce du cancer de la prostate. Le capteur analyse le sérum du sang, dans un contenant à usage unique.

Si le résultat est positif pour p24 ou PSA, il  montre une réaction qui engendre des amas irréguliers de nanoparticules, qui donnent une teinte bleue distinctive dans une solution à l'intérieur du conteneur.

Si le résultat est négatif les nanoparticules se séparent en boules et la solution  devient rougeâtre. Les deux résultats sont donc lisibles à l’œil nu. Sur le p24, le capteur se montre suffisamment sensible pour détecter d’infimes charges virales, expliquent les auteurs, qui n’auraient même pas pu être détectées par les méthodes actuellement disponibles. Ainsi, les 2 bio marqueurs, p24 et PSA ont pu être détectés dans le sérum à concentration de 1x10-18 g ml-1.

Enfin, le capteur peut également être reconfiguré pour d'autres virus et les maladies dont on connaît le bio marqueur spécifique. Le Dr Roberto de la Rica, co-auteur de l'étude ajoute que ce test qui autorise la détection d’infections ou maladies jusque-là indétectables, pourra permettre de traiter les patients de manière plus précoce.

de la #plasticité du #cerveau!

Par Alain J. TOUIZER, à 05h22 dans SANTE
.
Lire la suite...

C’est le #remède le plus #traditionnel…

Par Alain J. TOUIZER, à 07h32 dans SANTE
Différents compléments alimentaires peuvent toutefois enrayer la progression de la maladie. Mais, pour bien faire, il faudrait en prendre dès l‘âge de quarante ans, alors qu’aucun signe inquiétant n’est apparu. Adapter son régime alimentaire peut...
Lire la suite...

#son d'#avoine, excellent pour capter les #graisses

Par Alain J. TOUIZER, à 07h50 dans SANTE
Avec le printemps qui arrive et les envies de minceur qui l'accompagnent, le son va devenir la star de vos placards Autrefois réservé aux chevaux, le son d’avoine est devenu notre allié dans la lutte contre les kilos grâce à ses qualités de "mange graisses"!
Lire la suite...