le manque de #sommeil stimulerait l’#appétit.

Par Alain J. TOUIZER, à 06h43 dans SANTE
Pendant huit nuits, une moitié du groupe a dormi à sa guise alors que l’autre n’a eu que 2/3 du temps de sommeil habituel. Le lendemain on a observé leur consommation calorique...
Lire la suite...

La #médecine conventionnelle n'a alors rien à proposer. Que faire alors ?

Par Alain J. TOUIZER, à 06h16 dans SANTE
Le problème est que cette attitude, certes confortable pour soi, provoque une atroce déchirure chez la victime. Pour pouvoir surmonter sa douleur, se reconstruire, pardonner à son agresseur, et enfin retrouver la sérénité, la victime a d'abord besoin que la réalité de l'injustice soit reconnue. C'est une première étape indispensable. Si cette réalité est niée, ou minimisée, elle restera obsédée par ce qu'elle a subi et s'enfermera dans un enfer mental.

Eh bien il me semble que c'est la même chose pour la douleur d'un patient. La personne douloureuse ne peut commencer à envisager d'apprendre à vivre avec sa douleur si celle-ci est niée par son entourage. La première étape de l'acceptation de la souffrance ne doit donc pas être accomplie par le patient lui-même, mais par son entourage, les médecins, le personnel soignant, ou toute autre personne présente, qui doivent reconnaître la réalité de la douleur.
Lire la suite...

Cette #cure est un #miracle pour refaire un #estomac...

Par Alain J. TOUIZER, à 03h00 dans SANTE
S’il est consommé régulièrement, il peut  prévenir de toutes les maladies. Malgré son acidité, le citron devient totalement alcalin dans l’estomac. C’est un réparateur des ulcères et des...
Lire la suite...

#VIH, #cancer de la #prostate: Un test de #détection en #or

Par Alain TOUIZER, à 07h37 dans SANTE

Conseils ALJOIMOUR :

> Voila une merveilleuse idée à la portée de tous et simple.

Voir aussi :

Alain TOUIZER

Naturopathie à La Réunion



En or, car il détecte mieux, plus simplement et « pour moins cher » et pourrait rendre de grands services, en particulier dans les pays en développement où les ressources sont rares.

Ce prototype développé à l’Imperial College de Londres permet de détecter certaines maladies virales à un stade hyper-précoce à l'œil nu. Son principe, des nanoparticules d'or en s’agglomérant au contact d’un bio marqueur génèrent des solutions colorées lisibles à l’œil nu.

Ce développement, testé sur 2 bio marqueurs de l’infection au VIH et du cancer de la prostate, présenté dans la revue Nature Nanotechnology serait 10 fois plus sensible que les modes de diagnostic actuels et permettra donc de traiter de manière plus précoce.

Les bio marqueurs, rappellent les chercheurs, permettent de détecter le développement de maladies telles que les cancers ou les infections virales dont le VIH.

Le Pr Molly Stevens du Département bio-ingénierie de l'Imperial College rappelle que dans le cas du VIH,il s'agit non seulement de détecter les nouveaux cas mais aussi de tester régulièrement les patients vivant avec le VIH afin d’évaluer leur réponse aux  thérapies rétrovirales.

Sa nouvelle approche permet d'améliorer la sensibilité des tests, ne nécessite pas d'instrumentation sophistiquée et est dix fois moins coûteuse, ce qui permettrait de généraliser à moindre coût le dépistage de nombreuses autres maladies.

Le nouveau capteur a été testé sur un bio marqueur, le « p24 », qui présent dans le sang, indique une infection à VIH et sur le PSA (Prostate-Specific Antigen), l’indicateur précoce du cancer de la prostate. Le capteur analyse le sérum du sang, dans un contenant à usage unique.

Si le résultat est positif pour p24 ou PSA, il  montre une réaction qui engendre des amas irréguliers de nanoparticules, qui donnent une teinte bleue distinctive dans une solution à l'intérieur du conteneur.

Si le résultat est négatif les nanoparticules se séparent en boules et la solution  devient rougeâtre. Les deux résultats sont donc lisibles à l’œil nu. Sur le p24, le capteur se montre suffisamment sensible pour détecter d’infimes charges virales, expliquent les auteurs, qui n’auraient même pas pu être détectées par les méthodes actuellement disponibles. Ainsi, les 2 bio marqueurs, p24 et PSA ont pu être détectés dans le sérum à concentration de 1x10-18 g ml-1.

Enfin, le capteur peut également être reconfiguré pour d'autres virus et les maladies dont on connaît le bio marqueur spécifique. Le Dr Roberto de la Rica, co-auteur de l'étude ajoute que ce test qui autorise la détection d’infections ou maladies jusque-là indétectables, pourra permettre de traiter les patients de manière plus précoce.