Pourquoi la prostate se met-elle soudain à gonfler ?

Par La Rédaction, à 06h00 dans SANTE

Conseils Aljoimour :


> Messieurs,  voici un article sur la prostate et le moyen d'éviter qu'elle grossisse


Alain TOUIZER

Naturopathie à La Réunion – Paris – La Normandie



Les conseils de la médecine actuelle pour les problèmes de prostate sont stupéfiants, limite scandaleux !

Il faudrait :
•    S’arrêter de boire dès 18 heures
•    Uriner assis (facile avec un urinoir !)
•    Porter des couches !

« Mais je vous assure, cher Monsieur, on fait aujourd’hui des couches très confortables pour les adultes. »

Et de toute façon, vous devriez renoncer définitivement à l’idée de pouvoir :
•    Dormir profondément, sans interruptions sauvages pendant la nuit
•    Vider votre vessie d’un coup, pour avoir moins de faux-départs et d’arrêts imprévus
•    Aller au cinéma ou au théâtre sans avoir besoin de vous lever pendant la séance
•    Retrouver un jet normal, puissant, bien soutenu…

Pourtant, la nature a tout prévu : elle a le secret pour restaurer un fonctionnement normal de la prostate, et de notre capacité d’uriner.

Encore faut-il comprendre le problème pour choisir les bonnes solutions. La première chose à retenir est que, si rien n’est fait, la prostate gonfle inexorablement.


Prostate : n’attendez pas qu’elle fasse la taille d’une orange !

Pour un jeune homme, la prostate fait la taille d’une châtaigne. Vous ne la sentez pas. Elle n’exerce aucune pression sur votre vessie et votre urètre. Tout va bien.

Puis au fil des années, elle se met à grossir sous l’effet de plusieurs facteurs que je vais vous expliquer dans un instant.

A 50 ans, elle fait la taille d’un citron. Les envies d’uriner deviennent plus fréquentes et plus soudaines. La prostate devient douloureuse. A ce stade, vous avez un risque sur deux de souffrir d’hypertrophie bénigne de la prostate (HBP). 

Vous devez forcer pour uriner, votre jet d’urine est faible et saccadé, vous ressentez une sensation de vidange incomplète et une miction goutte à goutte. La pression exercée sur l’urètre entraine également des troubles de l’érection.

A 60 ans, votre prostate peut avoir grossi jusqu’à faire la taille d’une orange. Elle augmente encore la pression sur la vessie et l’urètre. A ce stade, vous avez 9 risques sur 10 de souffrir d’HBP. Vous vous exposez alors à un risque élevé d’impuissance et d’incontinence permanente. Au-delà de 70 ans, 90 % des hommes en souffrent.


Pourquoi la prostate se met-elle soudain à gonfler ?

Plusieurs facteurs expliquent pourquoi la prostate se met à grossir. Il y a les phénomènes qui provoquent des dommages cellulaires comme l’inflammation chronique et l’oxydation et il y a surtout les conséquences de changements hormonaux liés au vieillissement.

Dans les années 1960, des chercheurs chinois ont d’ailleurs découvert que, chez les eunuques, la prostate ne grossit pas : au toucher, celle-ci était indétectable dans 80% des cas. La raison est que la prostate est un organe sexuel sous l’influence des hormones sexuelles masculines.


 

#Douleurs et #fatigues chroniques

Par La Rédaction, à 06h00 dans SANTE

Conseils Aljoimour :


> Voici le numéro de plantes et bien être de septembre, sur la fibromyalgie


Alain TOUIZER

Naturopathie à La Réunion – Paris – La Normandie



Les personnes atteintes de fibromyalgie ont souffert d’une reconnaissance tardive de la maladie par le corps médical : retard de diagnostic, errance de traitement, utilisation de multiples médicaments dont les effets demeurent sujets à caution… le tout lié au mode d’expression multiforme de la maladie. C’est pourtant le 3e motif de consultation chez les rhumatologues

En attendant que la science progresse, il existe des méthodes naturelles et sans danger qui ont été éprouvées avec succès dans le cas de cette pathologie invalidante.

Toujours en quête de reconnaissance médicale Fibromyalgie signifie littéralement « douleur des fibres musculaires ». 

Concrètement, les malades souffrent de points douloureux localisés essentiellement au niveau du bas du dos, des épaules, du cou, des coudes, des genoux et des cuisses. 

Parfois, la douleur peut irradier tout le corps qui réagit même à une faible pression. Une intense fatigue est toujours associée, ainsi que des signes généraux extrêmement variables.
 

Vivre longtemps en bonne #santé

Par La Rédaction, à 06h00 dans SANTE

Conseils ALJOIMOUR :


> Voici le numéro de sept du Dr Curtay, sur le petit déjeuner


Alain TOUIZER

Naturopathie à La Réunion – Paris – La Normandie




Un produit céréalier (pain ou céréales du petit-déjeuner) + un produit laitier (lait, yaourt, fromage ou fromage blanc) + une boisson (café, thé ou lait chocolaté), et éventuellement un fruit. Voilà, en 2017, le petit-déjeuner que le programme national Nutrition Santé recommande encore aux Français. 

De nombreuses recherches prouvent pourtant que c’est loin d’être le petit-déjeuner idéal ! En réalité, c’est tout sauf un petit-déjeuner énergie-santé. C’est ce qu’explique le Dr Curtay dans ce dossier spécialement consacré à ce que l’on considère couramment comme « le repas le plus important de la journée ». 

Du reste, cette croyance est-elle fondée ? En quoi le petit-déjeuner est-il plus important que les autres repas ? 

Quel est le moment idéal pour le prendre ? De quoi doit-il se composer ? Il existe de nombreuses alternatives au petit-déjeuner français, qui s’est banalisé depuis seulement un demi-siècle. 

Ces alternatives, aussi saines que goûteuses, le Dr Curtay en dresse la liste dans ce numéro. De quoi vous laisser la liberté de varier votre petit-déjeuner selon vos goûts et vos envies. 

Mais il ne donne pas seulement toutes les clés pour composer le petit-déjeuner qui maximise votre énergie. Il dévoile aussi une méthode efficace et divertissante pour réconcilier le cœur et la raison, le plaisir et la santé, et changer durablement vos habitudes, qu’elles soient alimentaires ou non.










 

#Aromathérapie et #cancer

Par La Rédaction, à 06h00 dans SANTE

Conseils ALJOIMOUR :


> Voici le numéro de septembre de Santé Corps Esprit


Alain TOUIZER

Naturopathie à La Réunion – Paris – La Normandie



C’est une véritable pionnière ! Depuis 20 ans, le Dr Anne-Marie Giraud accompagne les personnes atteintes d’un cancer... avec des huiles essentielles. 

Et ça marche ! Elles réduisent les effets secondaires des traitements et soutiennent le système immunitaire agressé. Mieux : elles pourraient même agir directement sur la maladie. Entretien avec un médecin visionnaire.

AC : Vous proposez depuis près de 20 ans des soins complémentaires en accompagnement des cancers… 

Dr Anne-Marie Giraud : Très tôt, au cours de mes études de médecine, j’ai compris que la médecine allopathique conventionnelle opérait un clivage important entre le physique et le psychique. 

Je me suis tournée vers des thérapeutiques où l’être humain est vu dans sa globalité : l’homéopathie, la phytothérapie et l’aromathérapie

J’ai commencé à prescrire des huiles essentielles (HE) à des patients atteints de cancer en 1998, toujours conjointement aux traitements spécifiques en oncologie. 

Les résultats ont été très positifs. J’ai donc poursuivi mes investigations pour explorer le plein potentiel des HE. Depuis 1998, j’ai accompagné, avec l’aromathérapie, dans le cadre de ce qu’on appelle les soins de support, 5400 patients atteints de cancer ou ayant eu un cancer.

AC : À quel stade de la maladie recommandez-vous de démarrer un traitement aux HE ? 

Dr AMG : Aujourd’hui, l’aromathérapie est beaucoup pratiquée dans les unités de soins palliatifs où il est reconnu qu’elle constitue une aide efficace pour apaiser la personne en fin de vie et soulager ses proches. Mais il est fort dommage de réserver les HE à la fin de vie, alors qu’elles sont utiles à tous les stades de la maladie, et ce dès le jour où le diagnostic est posé. 

Quand on apprend que l’on souffre d’un cancer, la nouvelle est brutale et difficile à entendre. Il faut se préparer psychologiquement à affronter la maladie, faire les bilans, accepter les différents traitements, etc.