Blog Aljoimour sur la santé et le bien-être à la Réunion. Découvrez tous les conseils relatifs à la nutrition, la diététique et le bien-etre


#Aromathérapie et #cancer

Par La Rédaction, à 06h00 dans SANTE

Conseils ALJOIMOUR :


> Voici le numéro de septembre de Santé Corps Esprit


Alain TOUIZER

Naturopathie à La Réunion – Paris – La Normandie



C’est une véritable pionnière ! Depuis 20 ans, le Dr Anne-Marie Giraud accompagne les personnes atteintes d’un cancer... avec des huiles essentielles. 

Et ça marche ! Elles réduisent les effets secondaires des traitements et soutiennent le système immunitaire agressé. Mieux : elles pourraient même agir directement sur la maladie. Entretien avec un médecin visionnaire.

AC : Vous proposez depuis près de 20 ans des soins complémentaires en accompagnement des cancers… 

Dr Anne-Marie Giraud : Très tôt, au cours de mes études de médecine, j’ai compris que la médecine allopathique conventionnelle opérait un clivage important entre le physique et le psychique. 

Je me suis tournée vers des thérapeutiques où l’être humain est vu dans sa globalité : l’homéopathie, la phytothérapie et l’aromathérapie

J’ai commencé à prescrire des huiles essentielles (HE) à des patients atteints de cancer en 1998, toujours conjointement aux traitements spécifiques en oncologie. 

Les résultats ont été très positifs. J’ai donc poursuivi mes investigations pour explorer le plein potentiel des HE. Depuis 1998, j’ai accompagné, avec l’aromathérapie, dans le cadre de ce qu’on appelle les soins de support, 5400 patients atteints de cancer ou ayant eu un cancer.

AC : À quel stade de la maladie recommandez-vous de démarrer un traitement aux HE ? 

Dr AMG : Aujourd’hui, l’aromathérapie est beaucoup pratiquée dans les unités de soins palliatifs où il est reconnu qu’elle constitue une aide efficace pour apaiser la personne en fin de vie et soulager ses proches. Mais il est fort dommage de réserver les HE à la fin de vie, alors qu’elles sont utiles à tous les stades de la maladie, et ce dès le jour où le diagnostic est posé. 

Quand on apprend que l’on souffre d’un cancer, la nouvelle est brutale et difficile à entendre. Il faut se préparer psychologiquement à affronter la maladie, faire les bilans, accepter les différents traitements, etc.










 

#Consommation du #calcium de façon efficace

Par La Rédaction, à 06h00 dans SANTE

Conseils ALJOIMOUR :


> Voici un article sur le calcium, bien que pas tout à fait complet, l’essentiel y est dit, et le lait n'est pas cité.
 

Alain TOUIZER

Naturopathie à La Réunion – Paris – La Normandie



Maintenant que nous savons ce qui est indispensable pour l’imprégnation des nutriments dans notre corps et pourquoi nous devons être attentifs à la consommation des macronutriments de haute valeur nutritive (Glucides, Protéines, Lipides), il est temps de prendre connaissance des micronutriments essentiels à notre corps ainsi que leurs fonctions.

Commençons par les minéraux. Dans le livre « La Nutrition dans les pays en développement » (disponible en français sur la page de l’ONU pour alimentation & agriculture, site internet FAO), nous trouvons des informations concernant la fonction physiologique et structurelle des minéraux dans le corps humains et fera l’objet des prochains articles.

Aujourd’hui, parlons du Calcium qui est l’un des minéraux les plus importants pour notre corps car il est le constituant principal des os et permet de les fortifier. Avec le Phosphore qui est nécessaire pour les fonctions musculaires, la stimulation nerveuse, les activités enzymatiques et hormonales ainsi que le transport en oxygène.

Il est important de prendre conscience des grands aspects de l’absorption du Calcium et des aliments qui contiennent des concentrations de minéraux plus élevées.

1.    L’association Calcium et vitamine C sont plus facilement ingérés (La limonade étant un très bon allié et alcalinisant)

2.    Il est indispensable de se mettre au soleil au moins 10 minutes par jour et sans protection solaire.

3.    Les aliments suivants sont riches en Calcium ainsi que dans d’autres minéraux qui améliorent leur ingestion (comme le Phosphore et la vitamine C)

•    La graine de Lin: 255mg de Calcium par 100g. Laisser tremper les graines au moins 24h et rincez les avant de les consommer.

•    La Noix: 94mg de Calcium par 100g. Laisser tremper les noix au moins 24h et rincez les avant de les consommer

•    L’amande: 216mg de Calcium par 100g. Laisser trempez les amandes au moins 24h et rincez les avant de les consommer.

•    Le Chou Frisé: 135mg de Calcium par 100g.

Renforçons notre corps de l’intérieur et ressentons notre énergie vitale s’accroître. Nous devons prendre en considération les aliments que l’on consomme et exercer une alimentation varié et équilibré












 

Partager un #repas n'est pas anodin

Par La Rédaction, à 06h00 dans GENERALE

Conseils ALJOIMOUR :


J> oli message de M Dupuis


Alain TOUIZER

Naturopathie à La Réunion – Paris – La Normandie



A chaque repas avec une nouvelle personne, je vois celle-ci épier ce que je vais commander (si nous sommes au restaurant) ou mettre dans mon assiette.

•    « Vous êtes Jean-Marc Dupuis. Mangez-vous uniquement de la quinoa, des oméga-3, des légumes verts ? »
•    « Mettez-vous du sucre dans votre café ? »
•    « Mangez-vous parfois des frites ?? »
•    « Prenez vous un dessert ? »

Mais de mon côté, je souris, et je leur dis : « Mais je suis comme vous ! »


Politesse et civilité

Partager un repas n’est pas anodin, surtout si c’est le premier repas ensemble.C’est un moment très important. L’occasion d’une découverte, une amitié qui, peut-être, va naître…

L’essentiel alors n’est pas ce qu’il y a dans l’assiette, ce qu’on absorbe. Il faut surtout être à l’aise et disponible, ouvert pour son interlocuteur.

Et comment fait-on pour être à l’aise et disponible ? Eh bien il faut agir de la façon la plus normale possible, selon la manière habituelle dans notre culture.

Si j’étais Russe, je partagerais avec cette personne une bouteille de vodka. Si j’étais Bédouin, je partagerais un mouton rôti, (excusez la vision simpliste, mais vous comprenez ce que je veux dire).

Mais je suis Français et donc, je m’assieds à une bonne table et je commande (et j’invite la personne à commander), ce qui lui fait le plus plaisir sur la carte : un bon poisson, une grosse assiette pleine de bons produits frais mais aussi… si le cœur m’en dit… un canard confit, un demi-poulet rôti une belle entrecôte grillée s’il le faut, et, oui, avec une entrée, du fromage, un dessert et une bonne bouteille !!

Surtout chez nous, où la nourriture, la qualité de la cuisine, sont toujours un bon moyen d’engager conversation, de briser la glace.

Et cela vaut même quand je rencontre une personne dont je sais que, comme moi, elle fait attention à manger sainement.


















 

#Eau chaude? ou froide pour laver les #mains

Par La Rédaction, à 06h00 dans GENERALE

Conseils ALJOIMOUR :


> Voici un article sur une recherche scientifique intéressante sur le lavage des mains


Alain TOUIZER

Naturopathie à La Réunion – Paris – La Normandie



On a tendance à se dire que plus l’eau est chaude, plus nos mains seront propres. Pourtant, rien n’est moins vrai. 

C’est en tout cas ce qu’avancent des chercheurs américains dans une étude publiée dans la revue Journal of Food Protection. Selon ces travaux, quand on se lave les mains, l’eau froide est aussi efficace que l’eau chaude. Mais pour cela, il faut choisir un bon savon.


Se frotter les mains pendant une bonne minute

Pour parvenir à cette conclusion, les chercheurs ont demandé à une vingtaine de volontaires d’accepter d’être mis en contact avec des bactéries inoffensives. 

Une fois les bactéries déposées sur leurs mains, les participants devaient les laver selon différentes méthodes et à différentes températures : ils pouvaient utiliser trois doses de liquide antibactérien et trois températures différentes (15, 21 et 37 degrés).

L’expérimentation a duré 6 mois. À l'issue de cette période, les chercheurs ont constaté que la chaleur de l’eau ne jouait pas de rôle capital dans l’élimination des bactéries. Ils ont également observé que l’utilisation d’un savon antibactérien n’était pas non plus absolument nécessaire.