Blog Aljoimour sur la santé et le bien-être à la Réunion. Découvrez tous les conseils relatifs à la nutrition, la diététique et le bien-etre

Décryptez les signaux de votre #intestin

Par La Rédaction, à 06h00 dans SANTE

Conseils ALJOIMOUR :


> J'ai déjà mis cet article , mais je le remet, car dans la médecine chinoise , c'est une des bases de diagnostic pour tous les étudiants acuponcteurs,  de regarder et reconnaitre les symptômes dans les selles et les urines…

Alain TOUIZER

Naturopathie à La Réunion - Paris - La Normandie




Avertissement : Cette lettre traite d’un sujet tabou : les selles. Le silence sur cette question est regrettable car c’est un sujet de santé très sérieux, et qui concerne tout le monde.

Les selles sont un indicateur très fiable de la santé du corps. Savoir les décrypter peut réellement vous sauver la santé. C’est le but de cette lettre. Le vocabulaire imagé pourra choquer certains. Il a pour objectif de faciliter la compréhension, sans détours, ni mots compliqués.

Vous est-il déjà arrivé de vous pencher au-dessus de la cuvette des toilettes et de vous dire : « Aïe… C’est vraiment mon intestin qui a produit ça ? »

Si vous n’avez rien mangé récemment qui puisse expliquer la chose, cela pourrait être un signe de maladie grave.

Voici donc un « guide topographique », et un « atlas des espèces rares » qui peuvent sortir de l’intestin. Ce guide est à imprimer, et à déposer en haut de la pile de magazines dans vos toilettes.


De quoi c’est fait

Les selles sont constituées de tout ce que votre corps n’est pas parvenu à absorber.

On pense immédiatement aux restes de nourriture. Pourtant, les déchets rejetés ne proviennent pas uniquement de votre alimentation.

Ils incluent également des substances produites par votre organisme et rejetées dans l’intestin, comme la bile, les sucs du pancréas, les cellules mortes du sang, de l’épithélium intestinal (la couche de cellules qui tapissent l’intérieur de l’intestin), les bactéries intestinales, etc.

Toutes ces substances pourraient former un gros paquet qui se coincerait dans votre intestin. Mais la nature est bien faite : elles sont entourées d’une gaine de mucus, un produit gluant, de manière à mieux glisser vers la sortie.

Toutefois, si vos selles stationnent trop longtemps dans votre intestin, le mucus disparaît, elles se dessèchent, et vous vous retrouvez assis sur les toilettes à pousser comme un forçat au risque de vous faire éclater les artères carotides (dans le cou).

De telles souffrances ne sont pas naturelles, surtout si le but est de se « soulager ». La première chose à faire quand on est constipé est de boire de l’eau, ce qui contribuera à amollir les selles et à produire plus de mucus.
 

Décryptez les signaux de votre intestin

Les #dangers d'un #régime

Par La Rédaction, à 06h00 dans SANTE

Conseils ALJOIMOUR :


> La mauvaise idée d Marie Claude


Alain TOUIZER

Naturopathie à La Réunion - Paris - La Normandie



Marie-Claude était en bonne santé, mais elle se trouvait trop « ronde ». Elle a entamé un régime qui lui a fait perdre 5, 10, puis 12 kg. Mais  soudain, elle s’est sentie fatiguée, découragée, déprimée.

Elle n’avait juste plus envie de continuer… et elle a retrouvé ses habitudes et son poids de départ. 
Marie-Claude a cru qu’elle avait « seulement » fait un effort pour rien. 

Malheureusement, c’était plus grave que ça. Quelques semaines plus tard, elle perdait conscience dans un ascenseur. Diagnostic : diabète (sa perte de conscience a été provoquée par une hypoglycémie).  Peu de temps après, elle faisait un infarctus et son mari se retrouvait veuf, à 55 ans.
 

Qu’était-il arrivé à Marie-Claude ?
Ne faites pas la même erreur que Marie-Claude

Ce qui est arrivé à Marie-Claude est malheureusement logique :  Quand on mange, une petite région du cerveau, l’hypothalamus, compte les calories

Quand on arrête de manger, l’hypothalamus s’en aperçoit et passe le corps en « mode famine ». 
Cela veut dire qu’il va tout faire pour économiser l’énergie.
 

Et comment fait-il ?

Il réduit en priorité la quantité d’eau dans le corps, la masse de muscles (car les muscles consomment beaucoup d’énergie), et réduit la densité des os.

En revanche, il stocke de la graisse, non seulement comme réserve d’énergie pour faire face aux besoins futurs, mais aussi parce que la graisse isole, protège du froid (c’est pourquoi les phoques, les baleines ont beaucoup de graisse).

Un corps qui manque de calories va donc automatiquement réduire sa masse musculaire et osseuse et conserver, et même accroître, sa masse graisseuse.

Ainsi quand vous faites un régime restrictif, vous perdez de l’os et des muscles. Par contre, vous gagnez de la graisse, proportionnellement à votre poids total.



 

Feuilles de #carotte, excellentes pour...

Par La Rédaction, à 06h00 dans SANTE

Conseils ALJOIMOUR :


> J’ai découvert cet article que je partage volontiers avec vous : spécial Hémorroïdes
 

Alain TOUIZER

Naturopathie à La Réunion - Paris - La Normandie



Les hémorroïdes sont des tissus vascularisés tuméfiés qui se situent dans la paroi du rectum et de l’anus. 

Elles causent parfois des saignements mineurs ou forment de petits caillots sanguins. Ce sont des vaisseaux sanguins normaux qui, sous trop de pression se dilatent, s’étirent, enflent, et commencent à émerger. 

Une fois ces vaisseaux sanguins s’a"aiblissent et se dégagent des structures qui les soutiennent, Il en résulte un gonflement semblable à un sac qui se prolonge dans la région anale.

Les hémorroïdes sont relativement fréquentes et peuvent être très douloureuses. Cependant, elles ne sont toujours pas perçues comme un problème médical grave.
 

Symptômes:


Démangeaisons et picotements
• Saignement
• Muqueuse liquide
Douleur dans la zone rectale

Si vous soufrez d’hémorroïdes, voici une recette

#Aliments denses contre #calories vides !

Par La Rédaction, à 10h00 dans GENERALE

Conseils ALJOIMOUR :


> Très bon article alternative santé complet et précis


Alain TOUIZER

Naturopathie à La Réunion - Paris - La Normandie


Idéalement, une alimentation variée apportant tous les types d’aliments, sans excès pour aucun d’eux, permet de réaliser spontanément l’équilibre nécessaire entre les divers nutriments. 

Et ce d’autant plus aisément que l’organisme est doué d’une considérable faculté d’adaptation aux variations des apports alimentaires. Mais cette capacité d’adaptation a des limites. 

Car on sait aussi que des carences en vitamines ou en minéraux peuvent avoir des conséquences fâcheuses, dont tous ceux qui s’intéressent à leur alimentation ont déjà largement – et pas toujours de façon très juste du reste – entendu parler.
 

Micro et macronutriments

On peut dire pour simplifier que nos aliments nous apportent deux types de nutriments :

•    ceux qui sont en quantité importante et qui d’une part nous fournissent de l’énergie (des calories), et d’autre part sont la matière première de la construction de nos cellules : ce sont les sucres (glucides), les graisses (lipides) et les protéines. On les appelle les macronutriments.

•    ceux qui sont en faible quantité (raison pour laquelle on les appelle les micronutriments), mais qui, par leur présence dans d’innombrables systèmes enzymatiques, dans des hormones, dans des systèmes de transports moléculaires, permettent l’utilisation des précédents : ce sont les vitamines et les minéraux. Pour cette raison, on les qualifie souvent de protecteurs.

On conçoit donc facilement que la quantité de ces derniers contenue dans nos aliments soit du plus grand intérêt.
 

Comment couvrir ses besoins  en micronutriments

Grossièrement, on peut dire qu’il y a deux niveaux de besoin concernant les micronutriments : des besoins « de base » et des besoins proportionnels.

•    les besoins de base sont ceux qui existent en dehors de toute prise alimentaire : au cours du jeûne en effet, l’organisme « se consomme » lui-même, et pour cela il utilise les micronutriments qu’il prend sur ses propres réserves, lesquelles sont évidemment limitées – quand elles ne sont pas inexistantes – et qui devront être plus ou moins rapidement reconstituées.