Blog Aljoimour sur la santé et le bien-être à la Réunion. Découvrez tous les conseils relatifs à la nutrition, la diététique et le bien-etre


Le #guide secret des #remèdes naturels: #Arthrose Partie 1/3 Chapitre 1

Par La Rédaction, à 06h00 dans LE GUIDE SECRET DES REMEDES NATURELS

Conseils ALJOIMOUR :


> Nous présentons le livre complet de Gabriel Combris « Le Guide Secret des Remèdes Naturels », sujet après sujet. 

> La publication des 11 chapitres sera faite à partir du 17 octobre, presentés un par semaine que  vous  trouverez dans la rubrique "Le Guide Secret des Remèdes Naturels" de notre blog.

> Aujourd’hui nous vous presentons le préface et la partie 1/3 du chapitre 1 "l’Arthrose". 


Alain TOUIZER

Naturopathie à La Réunion – Paris – La Normandie

 


Sommaire


Préface

Un guide secret qui ne devrait pas l’être 



Première partie


Aux grands maux les vrais remèdes 


1. Contre l’arthrose, la seule stratégie efficace est naturelle (3/3)
2. Diabète : 27 plantes plus efficaces que les médicaments (2/2)
3. Comment inverser Alzheimer (2/2)
4. La fin du cancer d’ici cinq ans ? 
5. Cholestérol : le mensonge qui vous rend malade
6. La vraie stratégie pour réduire le risque de maladies cardio-vasculaires 



Seconde partie


Vivre mieux en disant adieu aux médicaments 


7. Eczéma : la solution drainante
8. Les plantes contre l’anxiété (3/3)
9. Gardez une vision d’aigle jusqu’à la fin de vos jours 
10. Repérer le début d’une maladie dégénérative 
11. La plante qui mériterait d’être décorée par la ministre de la Santé

Conclusion
 


PREFACE

 

Un guide secret qui ne devrait pas l’être


En lisant ces lignes, vous entrez dans une forme de résistance. Une résistance pacifique, sans violence, mais, n’ayons pas peur des mots, déterminante pour le sort de votre santé, celle de votre entourage… et de l’Humanité.

Résistance à qui ? Résistance à quoi ? On peut l’appeler, pour simplifier, Big Pharma.

Il s’agit, d’une manière globale, du pouvoir ahurissant qu’a pris l’industrie pharmaceutique, essentiellement depuis le lendemain de la seconde guerre mondiale, dans les hôpitaux, dans les cabinets de médecin, dans les pharmacies.

Et, plus inquiétant encore, dans les mentalités. C’est un pouvoir, évidemment, d’abord économique. Mû par des intérêts bassement financiers, mais qui pour s’imposer a su faire preuve d’une stratégie incroyablement efficace puisqu’elle est rentrée dans les têtes de tout un chacun. 

C’est grâce à elle que, pour l’immense majorité des gens, un mal de tête paraît d’abord devoir se résoudre par l’ouverture d’un tube d’aspirine. Que le diabète semble aller invariablement de pair avec la prise de substances chimiques jusqu’à la fin de nos jours.

Que la simple prononciation du mot « cholestérol » nous fait frémir, agitant le spectre de maladies cardiovasculaires. Tout ceci, nous le verrons, est non seulement faux, mais surtout dangereux. 

Ce Guide secret des remèdes naturels dont vous êtes en train de lire la préface n’est donc pas « secret » par choix.

Les informations et les solutions que vous vous apprêtez à y trouver ne sont pas jalousement gardées dans une grotte par un collège de mages et de sorciers inquiets que leur savoir ne se répande. 

Au contraire. 

Ces solutions, ces informations sont publiques. Elles sont parfois connues depuis des milliers d’années.

Elles sont aussi le fruit des travaux de chercheurs indépendants et honnêtes. Problème : elles sont volontairement oubliées, tournées en dérision, ou étouffées. 

Voilà pourquoi elles sont « secrètes » : parce qu’elles ne sont plus facilement accessibles par le grand public. Écrasées par des enjeux économiques simplement colossaux, elles sont devenues minoritaires, presque rebelles malgré elles !

Ce n’est pas par hasard : songez qu’en moins de vingt ans, le Lipitor (connu en France comme Tahor), médicament à base de statines, a rapporté la bagatelle de 130 millions de dollars ! 

On comprend très vite, lorsque de telles sommes sont en jeu, pourquoi même des scandales comme celui du Médiator n’écornent qu’à peine la confiance aveugle qu’ont les gens – et les médecins – envers l’industrie pharmaceutique. Et c’est bien cela le pire.

Nous en sommes arrivés à un stade où un médecin de famille peut, en toute bonne foi, vous prescrire un médicament qui vous fera plus de mal que de bien.

Ce médicament, certes, pourra faire disparaître des symptômes ; mais c’est ignorer ou oublier les dégâts qu’il pourra faire dans d’autres parties de votre corps.

Lorsque vous vous en rendrez compte (si vous faites le lien de cause à effet), il sera déjà trop tard. 

Or, bien souvent, face à une même maladie, il existe des remèdes naturels, comme je vous le disais, oubliés ou volontairement ignorés. C’est le but de cet ouvrage que de vous les faire connaître.

De vous en apprendre les mécanismes, la provenance, les doses efficaces. Pour reprendre de bonnes habitudes du point de vue de la santé, il faut d’abord apprendre, réapprendre, ce qui fait du bien ou non à votre corps.

Prendre conscience de cette nécessité est déjà un premier pas vers cette saine résistance. Celle de la reprise en main de votre santé. 

Bonne lecture, et bienvenue dans la résistance !


Gabriel Combris

 


PREMIÈRE PARTIE 



AUX GRANDS MAUX LES VRAIS REMÈDES 



Chapitre 1 
 


Contre l’arthrose, la seule stratégie efficace est naturelle 


 

Partie 1/3


 
Cela commence un matin en vous réveillant : vous sentez une raideur dans une articulation. Une sorte de pointe en acier qui s’enfonce dans votre hanche, votre dos ou votre genou, en descendant les escaliers. 

La douleur s’éveille dès que vous pressez du doigt votre articulation. Peu à peu, votre flexibilité régresse. Vos articulations deviennent rouges, chaudes, enflées, parfois même déformées. 

Au moindre changement de température, vos souffrances empirent. Bienvenue dans le calvaire de l’arthrose. 

L’arthrose est l’affection rhumatologique la plus courante après 50 ans. Les dépenses occasionnées par la prise en charge de l’arthrose ont tellement augmenté que cette maladie est en passe de devenir le premier fléau socio-économique du pays. 

Le coût direct de l’arthrose s’élève annuellement à plus de 1,6 milliard d’euros, soit un peu moins de 2 % de la totalité des dépenses de l’assurance maladie (contre 0,8 % en 1993).

En dépit de ces dépenses médicamenteuses massives, l’état des patients reste précaire.

En cause : des médicaments qui soulagent momentanément la douleur, mais ne résolvent en aucun cas le problème, et même l’aggravent.

« Il n’y a rien à faire », vous a-t-on dit, « c’est l’âge, les articulations s’abîment… » 

C’est faux. Et je vais non seulement vous expliquer pourquoi, mais surtout vous donner les moyens de combattre enfin efficacement ce fléau.

Je vous préviens, l’explication est un peu compliquée… mais le jeu en vaut vraiment la chandelle



Vos articulations sont vivantes 


On a longtemps cru – et certains médecins tiennent encore ce discours – que le cartilage des articulations est comme la semelle d’une chaussure qui s’use au fil des ans.

Les personnes souffrant d’arthrose étaient peu ou prou condamnées à prendre leur mal en patience. 

Les médecins leur expliquaient que leur cartilage était usé et qu’il n’y avait à leur disposition que des injections (certes souvent bénéfiques) d’acide hyaluronique, des médicaments de synthèse pour réduire la douleur (aux effets secondaires souvent graves) ou la prothèse. De quoi déprimer ! 

Pourtant, depuis le début de notre siècle, la recherche médicale indique qu’il y a un grand espoir de pouvoir guérir l’arthrose de façon naturelle, sans opération chirurgicale risquée (et douloureuse !) et sans médicament. 

En effet, l’arthrose n’est pas un simple processus d’usure, qui apparaît avec le temps.

C’est en réalité le résultat d’un processus inflammatoire, provoqué au départ par un traumatisme (choc, accident, etc.), ou par d’autres causes inflammatoires (intolérances alimentaires chroniques discrètes), et qui touche la cellule spécialisée qui fabrique le cartilage, le chondrocyte. 

Le chondrocyte a un nom impossible, mais c’est la pièce maîtresse de l’articulation.

Inlassablement, jour après jour, il synthétise tous les éléments du cartilage qui assureront le bon fonctionnement de l’articulation: le collagène, qui lui donne sa résistance et les protéoglycanes, de grosses éponges qui permettent d’absorber les chocs. 

Mais il arrive que les chondrocytes deviennent malades. Dans ce cas, non seulement ils ne produisent plus de cartilage neuf en remplacement de celui qui disparaît normalement, mais ils se mettent à détruire le cartilage qu’ils ont fabriqué, précipitant immanquablement l’apparition de l’arthrose ! 

Le seul moyen de traiter l’arthrose en profondeur, et pas seulement ses conséquences (la douleur), est de normaliser l’activité du chondrocyte et l’inflammation qu’il engendre, et fournir à la cellule les matériaux nécessaires pour refaire du cartilage neuf ...
 
A suivre...  Chapitre 1: Partie 2/3 "Arthrose "
Livre "Guide Secret Remèdes Naturels"











 

#Plantes et #bien-être!

Par La Rédaction, à 06h00 dans SANTE

Conseils Aljoimour :


> Voici le numéro de « plantes et bien-être » du mois d'0ctobre


Alain TOUIZER

Naturopathie à La Réunion – Paris – La Normandie



Utilisez les plantes, mais pas n’importe comment ! Cet été, le long des sentiers des Alpes, j'ai vu des paysages incroyables et une nature luxuriante. 

Un spectacle à couper le souffle ! Cependant, à plusieurs reprises, j'ai été interpellée par un manque d'éducation révoltant.  Bien sûr, je fais référence aux gens qui laissent leurs déchets derrière eux, mais aussi à tous ceux qui cueillent les plantes là où elles sont protégées et même à ceux qui les prennent « comme ça », sans savoir comment les utiliser. 

Quelle légèreté ! La nature mérite un usage raisonné. C'est ce que nous rappelle dans ce numéro Gilles Corjon, un pharmacien amoureux des plantes.  Il souligne notamment combien l'usage des huiles essentielles, puissantes armes thérapeutiques, doit être réservé en cas de besoin véritable. 

N’oubliez pas que pour produire par exemple 150 g d'huile essentielle de mélisse officinale, il faut cueillir une tonne de ses feuilles. Un usage déraisonné conduirait vite à la disparition de l'espèce. 
En cela, et car nous avons tout le temps besoin de leurs vertus, le respect des plantes est un devoir : notre devoir ! En ce moment, tandis que le froid revient nous agresser, les plantes sont de vraies alliées. 

Nous vous donnons ce mois-ci les meilleurs conseils pour prévenir et soigner les maux de gorge, pour choisir les formes de vitamine C les plus efficaces et booster votre système immunitaire, pour reconnaître cet arme naturelle contre la grippe qu’est le sureau et profiter de l’intégralité de ses bienfaits… 

Et ce n'est pas tout : les plantes peuvent s’avérer d’un grand soutien dans les derniers moments de notre vie. Un établissement parisien souhaite d’ailleurs construire un jardin thérapeutique à la demande des malades en fin de vie. 

C’est promis, les plantes vont vous surprendre une fois de plus. 

#Recettes brûle-#graisses!

Par La Rédaction, à 06h00 dans RECETTES BIEN-ETRE

Conseils Aljoimour :


> Une méthode pour éliminer la graisse intestinale et perdre du poids


Alain TOUIZER

Naturopathie à La Réunion – Paris – La Normandie



De nos jours, la plupart des gens consomment des aliments malsains, même s'ils connaissent pertinemment leurs effets néfastes. D’ailleurs, la prise de poids n’est pas ce qu’il y a de pire à craindre. 

En effet, ces aliments malsains peuvent causer le diabète de type 2, l’hyperglycémie, la dépression (surtout chez les adolescents), une réduction de la fonction cérébrale, des maladies cardiaques, rénales et hépatiques et même augmenter le risque du cancer

Pour vous éviter tout cela, voici des recettes naturelles et efficaces pour éliminer les toxines de votre corps et accélérer votre métabolisme.

Pour vous aider à retrouver une meilleure santé, un métabolisme plus rapide et une silhouette plus fine et harmonieuse, découvrez ces 3 boissons naturelles, simples, et faciles à préparer qui vous rafraîchiront tout en purifiant votre corps. 

Pour obtenir de meilleurs résultats, il est recommandé de les combiner à une alimentation plus saine et équilibrée. 

Pour cela, pensez à réduire votre consommation d’aliments transformés, trop gras ou trop sucrés et de les remplacer par des légumes, des fruits, des graisses saines ainsi que des céréales complètes.


 

Pourquoi je déteste les #SPA

Par La Rédaction, à 06h00 dans GENERALE

Conseils Aljoimour :


> Le sauna est une merveille  pour le corps et l'esprit


Alain TOUIZER

Naturopathie à La Réunion – Paris – La Normandie



Je reviens d’un séjour sur les bords du Rhin – c’est pour moi le plus majestueux des fleuves d’Europe. Son courant est net, puissant. Sa couleur est bleu sombre avec des taches vert émeraude.

J’en ai profité pour faire un arrêt à Rheinfelden dans mon spa favori. L’eau y est pompée à 200 m sous terre. Et elle a la particularité d’être naturellement salée. La salinité des bassins extérieurs est de 3%, soit l’équivalent de la mer Méditerranée… mais avec une eau à 36°C !


Un aller-retour pour le paradis


Ce qui rend l’endroit unique, c’est la Grotte Mer Morte : imaginez une immense crypte plongée dans la semi-obscurité. Le bassin fait à peine 60 cm de profondeur et la salinité de l’eau atteint les 12%. 

Vous pouvez donc flotter sans aucune difficulté. Mais c’est une sensation de flottement unique en son genre – vraiment reposante.

Tel un astronaute en apesanteur, votre corps n’est jamais parfaitement immobile. 

Chaque micro-courant vous fait dériver comme un bout de bois mort sur un lac. Faites l’étoile de mer sur le dos, et vous entendrez sous l’eau une musique apaisante, comme le chant des baleines.

S’il y a une vie après la mort, elle doit certainement procurer des sensations similaires.

Pour moi, ce bassin est source d’un émerveillement répété. Et heureusement… car les spas m’ennuient profondément.


Pourquoi je déteste les spas


Si si, malgré toutes les attractions (bains chauds, froids, jacuzzi, courants rapides, cascade alpine, pluie tropicale, hammam), je finis inévitablement par trépigner d’impatience… tout comme lorsque je suis contraint de rester allongé sur une plage.