Blog Aljoimour sur la santé et le bien-être à la Réunion. Découvrez tous les conseils relatifs à la nutrition, la diététique et le bien-etre


Soyez actif et #productif !

Par La Rédaction, à 05h00 dans DEVELOPPEMENT PERSONNEL

Conseils ALJOIMOUR:

 
< Voici 8 points importants pour tous les penseurs excessifs
 

Alain TOUIZER

Naturopathie - Ile de La Réunon - Paris - La Normandie


 
Nous faisons tous de notre mieux pour rester positifs, mais parfois nous pouvons glisser dans un schéma de pensées négatives qui peuvent semer le chaos dans notre vie. 
 
Il peut nous arriver de nous soucier de nos erreurs passées ou des contraintes et de réfléchir à la façon dont celles-ci pourraient conduire à des résultats négatifs dans le futur. 
 
Il peut nous arriver d’être obsédés ou de sur-analyser les expériences et les interactions régulières, lire en elles des choses qui ne sont pas vraiment là. 
 
Dès que quelque chose de négatif se produit, nous l’associons à toutes les mauvaises choses qui sont arrivées dans notre vie et nous commençons à nous sentir misérables. Il nous arrive même d’être anxieux et d’être incapables de prendre du recul pour tout ce qui pourrait mal tourner.
 
Si vous avez souvent ce sentiment, vous êtes ce que les psychologues appellent un ruminateur, ou quelqu’un qui réfléchit beaucoup trop, et cette façon de penser peut être dangereuse pour votre santé. 
 
Des psychologues ont constaté que trop réfléchir peut nuire au comportement humain, et peut provoquer de l’anxiété et une dépression, surtout chez les femmes, qui ruminent beaucoup plus que les hommes sur le stress et les déceptions.
 
De nombreuses personnes qui réfléchissent trop sont adorables, intelligentes, accordent de l’importance aux relations et prennent bien soin des personnes qui font partie de leur vie. 
 
Malheureusement elles repoussent ces mêmes personnes qui s’inquiètent ou qui cherchent un soutien et à être rassurées, car elles peuvent devenir obsessionnelles, anxieuses, déprimées et négatives. 
 
Il ne s’agit pas d’un interrupteur dans le cerveau que l’on peut éteindre, mais plutôt d’un schéma qui nécessite un engagement et du travail pour se reprendre en main. Voici quelques conseils pour savoir comment arrêter de trop penser et trouver la paix dans l’instant présent.
 
 

 

#AVC, signes précurseurs!

Par La Rédaction, à 05h00 dans SANTE

Conseils ALJOIMOUR :


> Un article de figaro santé sur les signes précurseurs des AVC, cela peut arriver à tous et être vigilent peut être utile. Je peux en parler en connaissance de cause pour en avoir fait moi-même l’expérience


Alain TOUIZER

Naturopathie à La Réunion - Paris - La Normandie



«Ces incidents sans gravité apparente car ils disparaissent très vite ne doivent pas être ignorés, rappelle le Pr Didier Leys, chef de service de l'unité neurovasculaire du CHU de Lille. Ils doivent au contraire être pris très au sérieux car ils annoncent souvent un accident vasculaire avec des conséquences potentiellement très graves, qu'il est possible d'éviter par une prise en charge en urgence.» 

Les accidents ischémiques transitoires (AIT) conduisent en effet à un accident vasculaire cérébral (AVC), ou infarctus cérébral (IC), la semaine qui suit pour 10 % des patients, et, pour la moitié de ces derniers, dans les 48 heures. Il faut donc intervenir très vite pour éviter l'AVC, qui peut être mortel ou laisser des séquelles graves.

La France a mis en place un protocole d'intervention d'urgence pour que les patients aient, le plus rapidement possible, accès à un service spécialisé. Si la prise en charge des 30.000 AIT annuels est désormais globalement satisfaisante, certaines régions souffrent encore d'un accès insuffisant à l'IRM, pourtant crucial dans cette situation. 

L'AIT se définit en effet comme un trouble neurologique d'origine ischémique qui dure peu de temps, généralement moins d'une heure, sans lésion céré¬brale ischémique à l'imagerie.

L'AIT se produit lorsqu'un caillot libéré dans le sang voyage jusqu'au cerveau et y bloque momentanément la circulation sanguine. Cette ischémie transitoire provoque des signes neurologiques qui régressent lorsque le caillot disparaît, sans laisser de séquelles dans le cerveau. 

Lors d'un AVC constitué, le caillot reste en place et la circulation sanguine est interrompue assez longtemps pour provoquer des déficits neurologiques plus durables, parfois définitifs. Il existe une situation intermédiaire où les signes neurologiques semblent avoir disparu mais où l'imagerie cérébrale révèle une petite lésion isché¬mique dans le cerveau: c'est un AVC mineur, qui sera traité comme un AVC constitué.


Réagir rapidement...

#Cancer aussi obscur que les #mystères de la #religion

Par La Rédaction, à 05h00 dans SANTE

Conseils ALJOIMOUR :


> Voici un e book gratuit, édité par Michel Dogna, avec une vidéo  sur le témoignage d’une dame de 89 ans, très  éducative…


Alain TOUIZER

Naturopathie à La Réunion - Paris - La Normandie




Tout ce que l’on vous raconte habituellement sur le cancer est aussi obscur que les mystères de la religion. 

Fausse prévention, faux traitements, fausses pistes, fausses recherches qui protègent un gigantesque business de la maladie, sachant que chaque cancéreux "docile" rapporte autour de 150 000€ au système Ŕ remboursés par la sécu, donc par la collectivité des con-tribuables... 

Pendant ce temps, aucun progrès notoire n’a été enregistré depuis un demi-siècle, et l’hécatombe croît sans cesse en dépit des espoirs que l’on nous fait encore et toujours miroiter à coups de Téléthons

Pourtant des hommes de génie ont depuis longtemps trouvé et mis en application des moyens non toxiques et non iatrogènes, et surtout bien plus efficaces pour soigner cette dramatique morbidité. 

Hélas, l’Establissement veille impitoyablement et n’aime pas les dérangeurs ; aussi, la plupart ont été barrés, isolés, ridiculisés, licenciés - voire même liquidés… 

Néanmoins, les moyens alternatifs non agressifs pour sortir du trinôme infernal ABLATIONCHIMIO-RADIO ne manquent pas Ŕ et l’on en découvre sans cesse des nouveaux. 

Le problème est que l’information est bloquée par la dictature médico-pharmaceutique. 

Je rappelle que selon les statistiques de l’OMS, le taux de guérison avec survie de plus de 5 ans après chimio est de 2,2%,… ce qui veut dire : 97,8% d’échec ! 

Loin de moi l’idée de promettre du 100% de réussite, mais les chiffres des méthodes considérées "médicalement incorrectes" n’ont vraiment rien à voir avec cette médiocrité absolue. 
 

RECOMMANDATIONS DE BASE 

1 - Ne pas se laisser embarquer les yeux fermés par des diagnostics non confirmés dans le cadre de dépistages, où des curseurs sont volontairement réglés pour vous classer malade bien avant le seuil critique réel de la maladie. 

Trop souvent le dépistage est du racolage déguisé. On a même inventé "le pré cancer" à l’instar de la "pré ménopause".








 

#Remerciements!

Par La Rédaction, à 05h00 dans TEMOIGNAGES


 
Lire la suite...