Blog Aljoimour sur la santé et le bien-être à la Réunion. Découvrez tous les conseils relatifs à la nutrition, la diététique et le bien-etre


#Argile et #cataplasmes

Par La Rédaction, à 05h00 dans SANTE

Conseils Aljoimour :


> Un article sur les cataplasmes, ces trésors oubliés de tant de gens qui pourtant peuvent faire des merveilles…


Alain TOUIZER

Naturopathie à La Réunion – Paris – La Normandie




Un cataplasme est une préparation pâteuse à base de plantes à appliquer sur la peau. La plante peut être broyée, hachée, mélangée à d’autres plantes ou à d’autre substances (argile, farine de lin).

On peut aussi faire des cataplasmes de fruits, d’algues, de légumes.

Le cataplasme peut être chaud ou froid. On peut le diluer avec de l’eau, du vin, de l’alcool ou de la graisse. On peut le faire cuire pour obtenir la consistance voulue. On l’enveloppe généralement d’un linge pour le protéger et le retenir.


L’argile, roi des cataplasmes

Blanche, grise ou verte, l’argile est une terre d’une richesse incroyable.

Depuis toujours, les civilisations se soignent avec l’argile et les boues. Encore aujourd’hui certaines tribus vivent le corps entièrement enduit de boue. 

En France, les ostréiculteurs (éleveurs d’huîtres) marchent pieds nus dans la boue du Bassin d’Arcachon pour soigner leurs rhumatismes. On connaît aussi les bains de boue pratiqués en balnéothérapie.

C’est qu’en effet l’argile appliquée sur la peau a les vertus les plus variées. Par exemple, l’argile soigne des ulcères contre lesquels la médecine ne peut plus rien, et cela vaut la peine de le savoir !

L’argile peut être mise sur la peau, mais on peut aussi la manger ou la boire diluée dans l’eau. Ainsi, on peut soigner une zone intérieure que l’on ne peut pas atteindre avec un cataplasme, comme une inflammation du tube digestif : ulcères, colites, diarrhées. 

Elle met en place une sorte de pansement sur la zone à traiter ; il n’y a rien d’autre à faire que la boire et elle travaille pour notre plus grand bonheur.

On utilise l’argile en cataplasmes pour tout ce qui est enflammé, infecté, congestionné, brûlé, contusionné. Par exemple…


Grand classique : le cataplasme d’argile et de prêle contre les entorses

Appliquer un cataplasme d’argile et de prêle sur les entorses. L’argile absorbe les toxines et l’inflammation. La prêle permet de drainer et de reminéraliser.

 

Ce terrible #mal s’est calmé en moins de cinq minutes,

Par La Rédaction, à 05h00 dans TEMOIGNAGES
  • Témoignage de P.T et de ses problèmes dentaires
Lire la suite...

Tout est bon dans le #chardon

Par La Rédaction, à 05h00 dans GENERALE

Conseils Aljoimour :


> Un article sur le chardon-Marie.... A découvrir


Alain TOUIZER

Naturopathie à La Réunion – Paris – La Normandie





Les ânes et les lamas ont l’étonnante capacité de manger, et même de se régaler, de chardons !

Imaginez ces milliers d’épines dures s’enfonçant dans les lèvres, les gencives, la langue, se coinçant entre les dents, au moment où ils mordent goulûment un chardon adulte hérissé de piques !!! 

La douleur, le sang qui coule, l’horreur !

J’ai cherché des explications pour savoir, comprendre comment c’est possible. Mais en vain.

Si donc vous, cher lecteur, connaissez le truc des ânes et des lamas pour manger des chardons sans se blesser, merci de me l’indiquer et je partagerai l’information !

Les poneys et moutons mangeraient, eux aussi, les chardons. Mais ils se contentent des jeunes pousses, encore (relativement) tendres et peu dangereuses.

Toujours est-il que ces animaux ne sont pas bêtes. Car s’ils mangent des chardons, c’est que ces plantes ont des qualités nutritives et médicinales exceptionnelles. 

Vous aussi, vous pourriez en profiter, à condition de bien choisir vos chardons et de les préparer comme il faut. C’est ce que nous allons voir.


Tout est bon dans le chardon !

Il existe de nombreuses variétés de chardon.

Nous les confondons allègrement, sous prétexte qu’ils ont des feuilles vertes, dentelées, terminées par de cruelles épines.

Mais promenez-vous aux abords des potagers, sur les talus, dans les friches, près des zones agricoles. Vous remarquerez un chardon aux feuilles veinées d’un blanc laiteux.


 

L'#amour qui soigne!

Par La Rédaction, à 05h00 dans GENERALE

Conseils Aljoimour :


> Un article de 2015, sur ce médecin appelé l’amour. Son pouvoir est insoupçonné, il peu soigner de très nombreuses maladies


Alain TOUIZER

Naturopathie à La Réunion – Paris – La Normandie




Souvent je rencontre des personnes accablées de maladies compliquées, insensibles aux médicaments.

Je m’efforce alors de ne pas minimiser leur douleur, et surtout de ne pas « relativiser ».

Rien de plus facile en effet que d’évoquer la guerre, la pauvreté dans le monde, les famines, les souffrances des autres : « Tu vois, tu n’es pas si malheureux ! »

Sous une apparence d’évidence, cette réponse est ridicule et même un peu méchante.

En effet, qui sommes-nous pour juger de la souffrance des autres ? 

Même une personne en bonne santé et qui a en apparence « tout pour être heureuse » peut ressentir chaque nuit d’horribles angoisses, être envahie de désespoir le matin au point de ne pas réussir à sortir de son lit, souffrir d’un manque d’amour, de solitude ou, plus profondément encore, d’un abîme dans son âme dont elle ne voit pas le fond. 

Sans savoir pourquoi, ni les causes profondes de son mal, elle est rongée par la souffrance et c’est une cruauté d’aller lui dire que sa vie n’est pas si dure.

La première chose que j’essaye de faire est vraiment de montrer avec des mots, des gestes, que non seulement je comprends cette douleur mais même que je la ressens moi aussi, au moins en partie.

Ce sentiment vient naturellement car c’est ainsi que nous sommes faits. 

Même devant la souffrance d’inconnus à la télévision, même dans des films où nous savons pourtant que ce sont des acteurs… notre gorge se noue, nos tripes se tordent, nous avons envie de faire quelque chose face à la douleur.


L’amour qui soigne

Et le miracle, c’est que cette envie procure déjà un soulagement à ceux qui souffrent. Un soulagement, et même parfois une joie et un début de guérison

Oui, je n’hésite pas à parler de miracle car cette chose est incroyable quand on y réfléchit, et pourtant elle nous est tellement familière.