Blog Aljoimour sur la santé et le bien-être à la Réunion. Découvrez tous les conseils relatifs à la nutrition, la diététique et le bien-etre


Quand on explique, on comprend ! Et c'est tout simple...!

Par Alain TOUIZER, à 11h06 dans INSOLITE

Conseils ALJOIMOUR :


> C’est certainement une bonne généralité pour beaucoup d'hommes mais c'est un peu poussé pour quelques détails de cet article car il existe  certains hommes qui ont développé leur qualités féminines et savent tenir leur maison. En tout cas cet article est intéressant

> Voir nos fiches techniques de :


Alain TOUIZER

Naturopathie à La Réunion



De récentes études le confirment : les femmes ont un champ visuel plus large que celui des hommes. Elles voient tout !  Cette particularité remonte, parait-il, aux temps préhistoriques ou durant des millénaires, les femmes ont dû tout surveiller dans la grotte (le feu, les marmots, les prédateurs) pendant que l'homme allait au mammouth, loin du foyer.

Ce qui explique, au passage, la raison pour laquelle l'homme réussit toujours à retrouver sa tanière alors que la femme est un peu paumée dès qu'on lui met une carte routière entre les mains. C'est connu.

Ce particularisme peut aussi éclairer une question de société revenue soudain au devant de l'actualité : qui fait le ménage à la maison ?

L'homme, en raison de la faiblesse de son champ visuel, souffre d'un handicap manifeste. Depuis l'Antiquité, il a dû mettre la main en visière pour regarder au loin l'état de la mer, le vol des oiseaux et le profil des nuages pour son labeur quotidien.

Il a développé une acuité lointaine donc intelligente, qui, par ricochet, a réduit son champ visuel périphérique et sa capacité à bien distinguer certains détails de près.

Ainsi la femme dit à l'homme « tu vois la poussière là " l'homme répond invariablement « de la poussière, où çà ? »

C'est scientifiquement prouvé, l'homme ne voit pas la poussière alors qu'il voit très bien, de loin, la marque de la nouvelle voiture du voisin, le string de la voisine, comme au temps jadis où il chassait l'antilope.

Cette étroitesse du champ visuel explique aussi la raison pour laquelle l'homme n'est pas fait pour la vaisselle. 83,67 % des assiettes ébréchées sont directement en lien avec cette incapacité de l'homme à bien distinguer tous les obstacles angulaires situés entre l'évier et le placard. Bing! 

Et souvent la femme doit intervenir (« laisse, je vais le faire moi-même »), consciente de la déficience visuelle de son descendant de chasseur.

Ce handicap se vérifie aussi dans le test du frigo. L'homme est capable de trouver des aliments dont il connait le pré-positionnement dans l'espace, comme les bières ou les glaçons.

En revanche, le test de la plaquette de beurre est implacable. L'homme ouvre le frigo. Conscient de l'étroitesse de son champ orbital, il regarde à droite, à gauche, en haut, en bas. Mais du coup, il ne pense pas à regarder au milieu, là où justement se trouve la plaquette de beurre.

Et ne parlons pas de la machine à laver et de sa programmation réservée à des êtres qui voient de près.

L'homme voit loin et c'est ce qui fait sa puissance.
Alors devant tant d'évidences, peut-être faut-il cesser d'évoquer le machisme ou la fainéantise dans la réticence de l'homme à faire certaines tâches ménagères au-dessus de ses forces.

C'est juste une question de champ visuel inadapté à l'étroitesse du territoire domestique. Mais il ne faut pas désespérer : maintenant que l'homme ne chasse presque plus, son champ visuel va lui aussi s'élargir. Et un jour, il deviendra enfin l'égal de la femme dans la maîtrise des arts ménagers.

Disons dans quelques millénaires ....


C’est la #Bible qui parle du #rire en premier

Par Alain J. TOUIZER, à 09h20 dans SANTE
Quels sont les déclencheurs du rire ? En quoi est-il indispensable à notre santé ? Des études très sérieuses, ont démontré sa capacité à stimuler la sécrétion d’endorphines plus connue sur le nom...
.
Lire la suite...

Trop puissantes, elles doivent se manier avec beaucoup de précaution…

Par Alain TOUIZER, à 03h10 dans PRODUITS BIO

Conseils ALJOIMOUR :


> Même si je ne suis pas spécialiste je suis d'accord…

> Les huiles essentielles sont très puissantes et la meilleure façon de les absorber est en passant par la peau en mélange avec une huile végétale.

> En interne elles sont,  à mon avis, trop puissantes et doivent être maniées avec beaucoup de précaution…

> Voici, donc, quelques recettes qui me semblent tout à fait correctes:


Alain TOUIZER

Naturopathie à La Réunion




Comment l'aromathérapie peut-elle nous être utile en cette période hivernale?

Aujourd'hui, à l'ère des super bactéries et virus mutants, l'aromathérapie constitue une approche plus précieuse que jamais. Les huiles agissent rapidement et sans danger, à condition qu'elles soient bien utilisées. Les virus et les bactéries sont très sensibles aux huiles essentielles et certaines d'entre elles agissent indistinctement sur tous les virus et bactéries.

Le pharmacien belge Dominique Baudoux mentionne que les huiles essentielles constituent une alternative efficace aux médicaments (contre la grippe, les otites, etc.) parce qu'elles combattent et éliminent les germes, sans possibilité de générer de résistance ou de mutation réactionnelle. Aussi, les huiles essentielles sont toniques et stimulent l'immunité naturelle via les anticorps et la résistance de l'organisme. Cette double action permet un retour à la santé plus rapide.

Quelques recettes proposées par notre spécialiste

Bronchite et pneumonie
60 ml ou 4 c. à soupe d'huile végétale
10 ml ou 2 c. à thé d'eucalyptus radiata
5 ml ou 1 c. à thé d'épinette noire
2 ml ou + - 60 gouttes de clou de girofle
2 ml de laurier noble
2 ml de lavande vraie
2 ml de basilic exotique
MÉLANGER ET FROTTER LE DOS, LE THORAX, LES PIEDS

Grippe

60 ml ou 4 c. à soupe d'huile végétale
10 ml ou 2 c. à thé d'eucalyptus radiata
5 ml ou 1 c. à thé d'épinette noire
2 ml ou + - 60 gouttes de clou de girofle
2 ml de laurier noble
MÉLANGER ET FROTTER LE DOS, LE THORAX, LES PIEDS

Maux de gorge

1/2 c. thé d'huile végétale
1 goutte de clou de girofle
1 goutte de menthe poivrée
AVALER LE MÉLANGE 3 À 6 FOIS PAR JOUR SELON LA GRAVITÉ DU MAL

Sinusite

10 ml ou 2 c. à thé d'huile végétale
2,5 ml ou 1/2 c. à thé d'eucalyptus radiata
1 ml ou 1 c. à thé de menthe poivrée
1 ml ou + - 60 gouttes de palmarosa
1 ml de laurier noble
MÉLANGER ET FROTTER le front et les joues + faire une inhalation

La diffusion aérienne d'huile essentielle a-t-elle d'autres effets que la désodorisation d'un endroit ou l'effet sur l'humeur?

Oui! La diffusion d'huile essentielle dans nos demeures et dans notre lieu de travail fait diminuer les germes dans l'air de façon très efficace. Elle est vivement conseillée pour assainir l'atmosphère d'une pièce. Une recherche faite au Royaume-Uni, à l'université de Manchester, a démontré à plusieurs reprises que les huiles essentielles étaient capables de désinfecter totalement une pièce, sans que ne subsiste un seul germe vivant, même pas les microbes les plus inquiétants comme les bactéries MRSA, multi résistantes aux antibiotiques. Il a suffi de 2 minutes de contact direct entre les germes et l'huile essentielle pour les détruire!

À quels critères faut-il porter attention lorsque vient le temps de choisir nos huiles essentielles?

Méfiez-vous des essences dites « naturelles » ou « 100 % pures ». Il faut choisir des produits d'une qualité irréprochable et contrôlée. La certification biologique, par exemple celle d'Écocert, devrait être votre premier critère. Sur la bouteille, le nom latin et le nom français de la plante doivent être écrits. De plus, l'espèce botanique devrait être mentionnée ainsi que la partie distillée. Par exemple, lorsque l'on parle d'huile essentielle d'orange, est-ce qu'on parle de l'essence provenant de l'écorce (pelure), de la fleur ou de la feuille?
Sur la bouteille, il doit y avoir le numéro de lot. Enfin, un fournisseur d'huile essentielle, sur demande, devrait nous fournir la chromatographie avec la date (pas une copie antérieure) de l'huile achetée.

2 hrs de #sommeil = 60 mg de #codéine

Par Alain TOUIZER, à 07h43 dans SANTE

Conseils ALJOIMOUR :

> Le sommeil est d'une importance primordiale, ne pensez  jamais qu’il est une perte de temps.  Utilisez  plutôt des anti douleurs et des calmants naturels que des produits chimiques.

> D’autres conseils, fot intéressants :


Alain TOUIZER

Naturopathie à La Réunion



Douleur chronique ou aigüe, le sommeil peut faire la différence. Car l'augmentation de la durée du sommeil améliore la vigilance, on le savait, mais réduit également la sensibilité à la douleur. Ces conclusions montrent l’importance d’un sommeil suffisant en cas de maladies chroniques douloureuses ou même en préparation d’une intervention chirurgicale.

Le Pr Timothy Roehrs, auteur principal commente son étude : « Nous avons été surpris par l'ampleur de l’impact du sommeil en termes de réduction de la sensibilité à la douleur, en comparaison d’une prise de codéine, par exemple ». Son étude a porté sur 18 volontaires sains, ne souffrant pas de douleur, assignés au hasard soit à 4 nuits de maintien de leur temps de sommeil habituel, soit à 4 nuits avec un temps de sommeil augmenté à 10 heures « passées au lit » par nuit.

Leur niveau de somnolence diurne a été ensuite mesuré avec le test multiple sleep latency test (MSLT) et leur sensibilité à la douleur par stimulus par une source de chaleur rayonnante.


2 heures de sommeil plus efficaces contre la douleur que 60 mg de codéine :

Les résultats montrent que le groupe de sommeil prolongé qui a réellement dormi 1,8 heures de plus par nuit que le groupe "sommeil habituel", présente une vigilance diurne accrue, certes, mais associée avec une moindre sensibilité à la douleur.

Dans le groupe sommeil prolongé, les participants laissent leurs doigts sur la source de chaleur sur une durée prolongée de 25%, par rapport aux participants du groupe « sommeil habituel ». Ce résultat suggère une réduction de la sensibilité à la douleur associée à la durée de sommeil. Plus surprenant encore, ce délai de latence augmenté l'est plus avec un sommeil prolongé qu’avec la prise de  60 mg de codéine!

C’est la première étude à montrer l’importance du sommeil pour mieux supporter la douleur. Ces résultats, combinés avec ceux de précédentes études suggèrent que la sensibilité accrue à la douleur est, en marge, le résultat d’une somnolence sous-jacente ou d’un manque de sommeil.