Blog Aljoimour sur la santé et le bien-être à la Réunion. Découvrez tous les conseils relatifs à la nutrition, la diététique et le bien-etre

INSEMINATION ARTIFICIELLE...

Par Alain J. TOUIZER, à 13h59 dans SANTE

Quand on a du mal à tomber enceinte, l’insémination artificielle est une des solutions proposées par les spécialistes Bien sûr, c’est après quelques examens chez la femme et chez l’homme que le gynécologue peut la proposer.


Qu'est-ce qu'une insémination artificielle ?

Elle consiste à déposer du sperme préalablement préparé, soit au niveau de la glaire cervicale (technique rarement employée actuellement), soit dans la cavité utérine à l'aide d'un cathéter.

La préparation, effectuée en laboratoire agréé, permet de sélectionner dans 0,3 ml, un nombre plus important de spermatozoïdes et surtout plus mobiles.

Qui peut y avoir recours ?

Elle est proposée pour les couples qui n’ont pas d’enfants naturellement au bout d’un certain nombre d’essais, ce dernier élément étant propre à chaque couple. Bien sûr des examens sont effectués chez l’homme et chez la femme pour connaître l’origine du problème et savoir si une insémination artificielle est indiquée.

On propose en fonction du type d’infertilité, une IAC: « insémination artificielle avec sperme du conjoint », ou une IAD: «insémination artificielle avec sperme de donneur».


Indications de l'IAC :

L'absence de glaire cervicale ; une glaire cervicale hostile ; un nombre de spermatozoïdes aux alentours de 15 millions par éjaculation ; un nombre trop faible de spermatozoïdes mobiles ; un nombre trop faible de spermatozoïdes normaux... mais aussi de nombreuses autres indications.
 
Les indications de l'IAD : l'absence de spermatozoïdes dans l'éjaculat ; l'absence de spermatozoïdes dans le testicule, c’est-à-dire les azoospermies excrétoires (dans le cas contraire, on peut proposer une ICSI avec prélèvement testiculaire ou épidydimaire) ; les anomalies chromosomiques ou les maladies héréditaires transmises par l'homme, etc.

Comment ça se passe ?

Après avoir effectué un bilan complet aussi bien chez la femme que chez l'homme, il peut être posé l'indication d'une IAC ou d'une IAD. Pour augmenter les chances d'obtenir une grossesse, on effectue une stimulation faible de l'ovulation de manière à rendre la femme « hyper fertile ».

La stimulation doit être contrôlée (dosages hormonaux et échographies) et maitrisée, et doit aboutir à un déclenchement de l'ovulation et à l'insémination. Celle-ci se passe en consultation (une hospitalisation n'est pas nécessaire). Le gynécologue utilise un speculum pour bien visualiser le col utérin, un cathéter préalablement rempli de la préparation spermatique est introduit dans la cavité utérine via le canal cervical, puis le liquide est déposé dans l'utérus.

Quelle est la prise en charge, et à hauteur de combien de tentatives est le taux de réussite… ou d’échec ?

La prise en charge est la même que pour toutes les infertilités conjugales. En général, 6 tentatives sont proposées. En cas d'échec, il y a lieu de reconsidérer l'indication de revoir le bilan et parfois d'envisager, soit de parfaire le bilan (cœlioscopie) soit de passer à une étape...

RHUMATISME: Le soigner naturellement!

Par Alain J. TOUIZER, à 09h50 dans SANTE

Rhumatismes : le soigner naturellement


Généralités


Terme utilisé dans le langage courant pour décrire des douleurs du dos, des articulations, du genou et de la hanche, le rhumatisme est une maladie inflammatoire qui affect les articulations et les tissus conjonctifs, il apparaît fréquemment chez les adultes avec des troubles douloureux affectant les articulations, les muscles, les tissus conjonctifs, les tissus mous autour des articulations et des os.

Sortes de rhumatismes :

  • Arthrose
  • Polyarthrite rhumatoïde
  • Rhumatisme de l’enfant
  • Rhumatisme psoriasique
  • etc…

Chaque type de rhumatisme a des causes différentes mais ils ont un point commun, les douleurs qu’ils engendrent. Les douleurs sont plus ou moins importantes et parfois accompagnées de déformations au niveau des articulations. Une intervention chirurgicale est parfois nécessaire.


Causes qui aggravent  les rhumatismes

Les 3 principales causes aggravantes sont le stress, l’excès de poids et le tabac. Il faut donc en priorité s’attaquer à ces causes si vous ne voulez pas que vos rhumatismes s’aggravent.


Le stress

Le stress est responsable de bien des maux et accentue les douleurs rhumatismales. Il est
indispensable que vous arriviez à vous relaxer.
  • Dès le matin prenez votre temps pour sortir du lit.
  • Commencez par effectuer une dizaine de respirations profondes. Ensuite étirez-vous des pieds à la tête en passant par le corps et les bras.
  • Essayez de faire comme les chats, ils sont champions de l’étirement. Vous pourrez alors poser les pieds par terre et faire quelques flexions pour mettre en route les articulations. Ne forcez pas.
  • Durant la journée ménagez-vous et trouvez un moment pour faire de la relaxation. Pratiquée chaque jour 15 minutes de relaxation vous fera le plus grand bien au corps et à l’esprit.

L’embonpoint

Le squelette n’est pas prévu pour soutenir un excès de poids trop important. Normalement ce sont les muscles qui le soutiennent. Il est important de réduire le surpoids si vous souhaitez rester autonome longtemps sans trop de douleurs rhumatismales. Plus le surpoids est important, plus vous faites souffrir votre squelette.

Il faut donc, surveiller votre alimentation mais aussi faire de l’exercice. La sédentarité est le moyen le plus sûr pour que vos articulations se bloquent. Il n’est pas nécessaire de pratiquer un sport. Faites chaque jour 30 minutes de marche à pied, allez à la piscine, faites du vélo ou du yoga.
Evitez toutes les activités physiques qui peuvent mettre à mal vos articulations comme le ski, le karaté, etc.
Danièle Galicia

LES GLUCIDES

Par Alain J. TOUIZER, à 06h22 dans SANTE
La forme la plus courante des glucides présentés dans l’organisme est le glucose, obtenu à partir des sucres simples ou complexes apportés par l’alimentation.

Les glucides  servent de carburant rapidement utilisable par les organes, le cerveau et les muscles. La régulation des glucides dans l'organisme, se fait en grande partie par l'action d'une hormone : l'insuline, sécrétée par le pancréas.

Les différentes formes de glucides


Constituent un ensemble de molécules appelées les saccharides. Il existe des molécules simples : les monosaccharides, comme le glucose, le galactose, ou le fructose (présent dans les fruits). L'association de deux saccharides s'appelle un disaccharide.

Il s'agit du maltose qui associe deux molécules de glucose. Le saccharose (ou sucre de table) associe une molécule de glucose et de fructose. Le lactose (présent dans le lait) est constitué d'une molécule de glucose et de galactose


Les oligosaccharides rassemblent plusieurs molécules de saccharides, et les polysaccharides sont de très grosses molécules qui rassemblent plusieurs (significations de poly) molécules de saccharides. Ainsi la molécule d'amidon est un polysaccharide.

Autre forme de glucides: les fibres alimentaires. Certaines sont solubles dans l'eau, d'autres ne le sont pas.


Où les trouver ?

Dans les céréales, légumineuses, pommes de terre, produits laitiers à l’exception du fromage, les fruits et jus de fruits et bien sûr tous les aliments sucrés: bonbons, sodas, confiseries, sucre blanc, de canne, miel, confiture, fructose… Les spécialistes de la nutrition s’accordent pour dire que 55 % de la ration calorique quotidienne doit être apportée sous forme de glucides, de préférence lents ou mi-lents.

Assimilation des glucides

Ils se trouvent dans nos aliments, présents sous différentes formes, et subissent plusieurs transformations lors de la digestion. C'est surtout sous l'action d'enzymes que va s'effectuer ces transformations. Cette digestion commence au niveau de la bouche, avec la mastication et surtout la salivation avec déjà une action enzymatique...

En fonction du type d'aliment consommé, l'absorption des sucres par l'organisme se fait de façon plus ou moins rapide.

Index glycémique

Il existe un moyen simple pour classer les sucres: mesurer l’amplitude de l’élévation du taux de sucre sanguin. Cette mesure est appelée l’index glycémique. Plus il est élevé, plus le sucre passe rapidement dans le sang. Plus il est bas, plus son assimilation est lente.

Au quotidien, on recommande, généralement, de consommer des aliments à index glycémique bas, afin d’éviter les fringales et de prendre du poids. Ce conseil est surtout important pour les personnes qui sont en surpoids, qui souffrent d'un syndrome métabolique ou de diabète.

Index glycémique de certains aliments


Glucides rapides: index glycémique élevé,
En prenant comme référence le glucose.

  • Crêpe au sarrasin 102
  • Dattes 100
  • Pain blanc 80
  • Riz blanc cuit à l'autocuiseur 90

Glucides mi-lents, mi-rapides : index glycémique moyen

  • Sablés 66
  • Figues séchées 61
  • Abricots frais 57
  • Polenta 55
  • Kiwis 58
  • Mangues 51

Glucides lents : index glycémique bas

  • Lait demi-écrémé 30
  • Lentilles vertes cuites à l'eau 30
  • Flageolets cuits 31

Le diabète

Taux de sucre important dans le sang (glycémie) qui peut avoir plusieurs origines :
La première et moins courante, est due à un dysfonctionnement du pancréas qui ne fabrique pas assez d'insuline: diabète de type 1 dont on fait le diagnostic dans l'enfance.

Le traitement nécessite l'injection d'insuline (plusieurs injections par jour).Le plus courant est le diabète de type 2 qui survient généralement chez l'adulte, lié en grande partie au surpoids. L'insuline ne parvient plus à jouer son rôle. Le traitement commence par des mesures diététiques, des médicaments, voire des injections d'insuline.
lire la suite sur: sante-az.aufeminin.com/w/sante/s103/nutrition/glucide.html

PREVENTION AFFECTIONS CARDIO-VASCULAIRES

Par Alain J. TOUIZER, à 09h20 dans SANTE
Plus qu’un régime minceur, le régime crétois est un "régime santé" qui peut être en particulier recommandé pour prévenir les...
Lire la suite...