Blog Aljoimour sur la santé et le bien-être à la Réunion. Découvrez tous les conseils relatifs à la nutrition, la diététique et le bien-etre


les #plantes, ce n'est pas #anodin du tout.

Par Alain TOUIZER, à 08h50 dans SANTE

Conseils ALJOIMOUR :

 > Je confirme, même si certaines plantes sont bonnes, elles  présentent des incompatibilités avec les traitements allopathiques,  mieux vaut être prudent et vérifier auprès d'un spécialiste.

> Je vois moi-même des aberrations,  les plantes ce n'est pas anodin du tout.

> Contactez-moi afin de me consulter,  je vous dirais même à distance si vos médicaments et vous tisanes sont compatibles.

A lire aussi :

Alain TOUIZER

Naturopathie à La Réunion



Soigner par les Plantes

Le fait d'apporter des solutions naturelles aux différentes maladies, plus ou moins bénignes, est un domaine bien connu des naturopathes.

Soigner par les plantes, efficacement, et en tenant compte de la spécificité de chaque patient, requiert une connaissance assez pointue.

Les plantes permettant de guérir sont très nombreuses et chacune ayant ses caractéristiques et vertus thérapeutiques propres, il est impératif de bien connaître ce domaine avant de s'aventurer à prescrire des traitements de phytothérapie.


Soigner par les plantes est un art à pratiquer avec zèle et compétences.

En contre partie, les personnes désirant se soigner par les plantes et connaissant un bon naturopathe, sont assurées de pouvoir traiter efficacement leurs désagréments de santé, sans avoir recours aux traitements allopathiques.

Si, dans certains cas graves et avancés, l'arsenal médicamenteux allopathique s'avère indispensable, dans la majorité des maux quotidiens ou des maladies courantes, se soigner par les plantes est grandement suffisant.

Ce traitement naturel apporte une série de solutions non nocives, si les prescriptions sont adéquates, à un vaste ensemble de maux.

Il est erroné des penser que seules certaines plantes dites " médicinales " ont les vertus requises pour soigner ou, tout au moins, aider à la guérison.

Un très grand nombre de fruits et de légumes de consommation courante ont des qualités thérapeutiques importantes.

Il serait bon, pour l'ensemble de nos sociétés humaines, que cela soit porter à la connaissance du plus grand nombre.

Ainsi, soigner par les plantes ne serait plus l'apanage de quelques personnes, mais deviendrait un réflexe quotidien de quiconque prendrait sa propre santé au sérieux.

Dix #critères pour flairer une #dépression

Par Alain J. TOUIZER, à 07h00 dans SANTE
Lire la suite...

une #banane par jour nous garde en #santé

Par Alain TOUIZER, à 06h59 dans SANTE
Lire la suite...

#Troubles de l’attention, #hyperactivité : la piste du #mercure et du #plomb

Par Alain TOUIZER, à 07h00 dans MERCURE

Conseils ALJOIMOUR :

> Je voudrais rappeler que le mercure ne se trouve pas que dans le poisson.

> Les amalgames dentaires, qui ont été  interdits en Europe il y a bien des années, ont  été de nouveau réintroduits en France avec la bénédiction du corps médical mais surtout des labos qui  le vendent car les conséquences étant graves, les gens vont voir les médecins à cause des symptômes  et prennent des médicaments souvent inutiles

> Cela fait tourner le commerce médical au détriment de notre santé à tous.

> Lire l'article sur le mercure et nous vous feront un test gratuit sur notre site:  

Alain TOUIZER

Naturopathie à La Réunion


Une exposition prénatale au mercure, ou encore une exposition postnatale au plomb, multiplieraient les risques pour un enfant de développer un trouble du déficit de l’attention et d’hyperactivité (TDAH). Cette découverte, à mettre au crédit de chercheurs canadiens, confirme les effets délétères de ces deux métaux lourds sur le développement de l’enfant.

Grâce à des analyses du sang ombilical, les chercheurs du Centre de recherche du CHU de Québec et de l’Université Laval (Canada), ont mesuré l’exposition prénatale au mercure de la population inuit du Nunavik, une région située dans le Nord du Québec et autrefois appelée le Nouveau Québec.

Pourquoi ces populations précisément ? Parce qu’elles sont particulièrement exposées au mercure, du fait de leur forte consommation de chair provenant de mammifères marins. Résultat, les enfants dont le sang de cordon présentait les concentrations les plus élevées en mercure ont vu leur risque de TDAH multiplié par trois, en comparaison des autres.

Selon l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), «  l’exposition au méthyl-mercure in utero peut résulter de la consommation par la mère, de poissons ou de crustacés ». C’est pourquoi en France, l’Agence nationale de Sécurité sanitaire de l’Alimentation de l’Environnement et du Travail (ANSES) recommande aux femmes enceintes et aux enfants de moins de 30 mois « d’éviter de consommer les poissons les plus contaminés : requins, lamproies, espadons, marlins… ».

Les auteurs de ce travail ont également démontré que les enfants de 11 ans exposés à de très faibles niveaux de plomb, sont 4 à 5 fois plus exposés au risque de présenter des difficultés d’attention, de type hyperactivité.

Là encore, l’alimentation est en cause. Le métal s’insinue en effet dans la chair des animaux, par l’intermédiaire des munitions utilisées pour la chasse. Pour les auteurs, « ces résultats renforcent les preuves des effets négatifs d’une exposition postnatale au plomb qui serait nettement inférieure au niveau actuellement considéré comme ‘ sans danger ‘par les autorités de santé publique ».