Blog Aljoimour sur la santé et le bien-être à la Réunion. Découvrez tous les conseils relatifs à la nutrition, la diététique et le bien-etre

Eux aussi sont des êtres vivants, quelle injustice... à lire et à diffuser, svp!

Par Alain TOUIZER, à 09h02 dans GENERALE

Lettre d'un employé de fourrière... à lire et à diffuser


Je crois que notre société a besoin qu'on attire son attention là-dessus.

En tant que responsable d'une fourrière, je vais partager quelque chose avec vous... un regard de l'intérieur, si vous me le permettez. Tout d'abord, tous les vendeurs/éleveurs d'animaux devraient travailler au moins UN JOUR dans une fourrière. Peut-être qu'en voyant ces regards tristes, perdus... les yeux troublés, vous changeriez sur l'élevage et la vente à des personnes que vous ne connaissez même pas.

Ce chiot que vous venez de vendre finira probablement dans ma fourrière quand il ne sera plus une jolie boule de poils. Alors, comment vous sentiriez-vous si vous saviez qu'il y a 90% de chances que ce chien ne sorte jamais de la fourrière s'il y arrive seulement ?

Qu'il soit de race ou non, 50% des chiens qui entrent dans mon centre, abandonnés ou venant de la rue, sont de race pure...

Les excuses les plus fréquentes que j’entends sont :

"Nous déménageons et nous ne pouvons pas emmener notre chat/chien". Vraiment ? Où déménagez-vous pour ne pas pouvoir prendre d'animal et pourquoi avoir choisi cet endroit et pas un autre où vous pourriez le garder ?
"Le chien est devenu plus grand qu'on pensait". Et quelle taille croyiez-vous qu'un Berger allemand avait ?
"Je n'ai pas de temps pour m'en occuper" - C'est vrai ? Je travaille 10 ou 12 heures par jour et j'arrive quand même à trouver du temps pour mes 6 chiens.
"Il nous abîme toute la cour" - Pourquoi ne le prenez vous pas à l'intérieur avec vous ?

On me dit toujours "Pas la peine d'insister pour lui trouver un foyer, nous savons qu'il sera adopté, c'est un bon chien" Ce qui est triste c'est que votre animal ne sera PAS adopté...

savez-vous combien une fourrière est stressante ?


Laissez-moi vous raconter : L'animal a 72 heures pour trouver une nouvelle famille à partir du moment où vous le laissez.
Parfois un peu plus si la fourrière n'est pas pleine et arrive à se débrouiller pour le garder en parfaite santé.
S'il prend froid, il meurt.

Il sera confiné dans une petite cage, entouré des aboiements et des pleurs de 25 autres.
Il devra se débrouiller seul pour manger et dormir.
Il sera déprimé et pleurera constamment sur la famille qui l'a abandonné.
S'il a de la chance, et si j'ai assez de bénévoles, il pourra être sorti de temps en temps. Sinon, il ne recevra aucune attention, sauf une assiette de nourriture glissée sous la porte de la cage et quelques giclées d'eau.

Si le chien est grand, noir ou d'une race "bull" (pitbull, mastin…), vous l'avez conduit à la mort du moment qu'il a passé la porte. Ces chiens ne sont généralement pas adoptés.

Peu importe qu'il soit "doux" ou "dressé"... Si le chien n'est pas adopté dans les 72 heures suivant son entrée et que le refuge est plein, il sera sacrifié.

Si le refuge n'est pas plein et que le chien est suffisamment gentil et d'une race attractive, il est possible que son exécution soit repoussée, mais pas pour longtemps.
Lettre d'un employé de fourrière... à lire et à diffuser

Je crois que notre société a besoin qu'on attire son attention là-dessus.

En tant que responsable d'une fourrière, je vais partager quelque chose avec vous... un regard de l'intérieur, si vous me le permettez.

Tout d'abord, tous les vendeurs/éleveurs d'animaux devraient travailler au moins UN JOUR dans une fourrière. Peut-être qu'en voyant ces regards tristes, perdus... les yeux troublés, vous changeriez sur l'élevage et la vente à des personnes que vous ne connaissez même pas.

Ce chiot que vous venez de vendre finira probablement dans ma fourrière quand il ne sera plus une jolie boule de poils. Alors, comment vous sentiriez-vous si vous saviez qu'il y a 90% de chances que ce chien ne sorte jamais de la fourrière s'il y arrive seulement ?

Qu'il soit de race ou non, 50% des chiens qui entrent dans mon centre, abandonnés ou venant de la rue, sont de race pure...

Les excuses les plus fréquentes que j’entends sont :

"Nous déménageons et nous ne pouvons pas emmener notre chat/chien". Vraiment ? Où déménagez-vous pour ne pas pouvoir prendre d'animal et pourquoi avoir choisi cet endroit et pas un autre où vous pourriez le garder ?
"Le chien est devenu plus grand qu'on pensait". Et quelle taille croyiez-vous qu'un Berger allemand avait ?
"Je n'ai pas de temps pour m'en occuper" - C'est vrai ? Je travaille 10 ou 12 heures par jour et j'arrive quand même à trouver du temps pour mes 6 chiens.
"Il nous abîme toute la cour" - Pourquoi ne le prenez vous pas à l'intérieur avec vous ?

On me dit toujours "Pas la peine d'insister pour lui trouver un foyer, nous savons qu'il sera adopté, c'est un bon chien" Ce qui est triste c'est que votre animal ne sera PAS adopté...

savez-vous combien une fourrière est stressante ?

Laissez-moi vous raconter : L'animal a 72 heures pour trouver une nouvelle famille à partir du moment où vous le laissez.
Parfois un peu plus si la fourrière n'est pas pleine et arrive à se débrouiller pour le garder en parfaite santé.
S'il prend froid, il meurt.

Il sera confiné dans une petite cage, entouré des aboiements et des pleurs de 25 autres.
Il devra se débrouiller seul pour manger et dormir.
Il sera déprimé et pleurera constamment sur la famille qui l'a abandonné.
S'il a de la chance, et si j'ai assez de bénévoles, il pourra être sorti de temps en temps. Sinon, il ne recevra aucune attention, sauf une assiette de nourriture glissée sous la porte de la cage et quelques giclées d'eau.

Si le chien est grand, noir ou d'une race "bull" (pitbull, mastin…), vous l'avez conduit à la mort du moment qu'il a passé la porte. Ces chiens ne sont généralement pas adoptés.

Peu importe qu'il soit "doux" ou "dressé"... Si le chien n'est pas adopté dans les 72 heures suivant son entrée et que le refuge est plein, il sera sacrifié.

Si le refuge n'est pas plein et que le chien est suffisamment gentil et d'une race attractive, il est possible que son exécution soit repoussée, mais pas pour longtemps.
La plupart des chiens sont mis en cages de protection et sont sacrifiés s'ils montrent la moindre agressivité. Même le chien le plus calme est capable de changer dans un tel environnement.

Si votre chien est contaminé par la toux du chenil (trachéobronchite infectieuse canine) ou toute autre infection respiratoire, il sera sacrifié immédiatement, simplement parce que les fourrières n'ont pas les moyens de payer des traitements à 150 euros.

Et voici quelque chose sur l'euthanasie pour ceux qui n'ont jamais été témoins de comment un animal parfaitement sain sera sacrifié :

En premier lieu, il sera sorti de sa cage en laisse. Les chiens pensent toujours qu'ils vont se promener, ils sortent heureux, remuant la queue...
jusqu'à ce qu'ils arrivent à la "chambre", là ils freinent tous des 4 pattes. Ils doivent sentir ou capter la mort ou sentir les âmes tristes qui ont été laissées là. C'est bizarre mais ça arrive avec tous sans exception. Le chien ou chat sera tenu par 1 ou 2 techniciens vétérinaires, en fonction de sa taille et de sa nervosité. Ensuite, un spécialiste de l'euthanasie ou un vétérinaire entamera le processus de trouver une veine dans sa patte avant et il lui injectera la dose de "substance rose".
Espérons que l'animal ne prenne pas peur en se sentant immobilisé. J'en ai vu se griffer eux-mêmes et finir couverts de leur propre sang, rendus sourds par les aboiements et les cris. Tous ne "dorment" pas immédiatement. Parfois ils sont pris de spasmes pendant un instant et se souillent. Une fois terminé, le cadavre de votre animal sera empilé comme un bout de bois, dans un grand congélateur, avec tous les autres animaux en attendant qu'on vienne les chercher comme des déchets.


Qu'arrive-t-il ensuite ? Il sera incinéré ? Ils le conduisent à la décharge ? Ils le transforment en nourriture pour animaux ?

Vous ne le saurez jamais et vous ne vous poserez probablement jamais la question.
Ce n'était qu'un animal et vous pouvez toujours en acheter un autre, non ?

J'espère que si vous avez lu jusqu'ici, vous avez eu les yeux troublés et que vous ne pouvez pas vous sortir de la tête les images qui occupent mon esprit tous les jours quand je rentre chez moi après le travail. Je déteste mon travail, je déteste qu'il existe et je déteste savoir qu'il existera toujours à moins que vous changiez et vous rendiez compte des vies que vous gâchez, bien plus nombreuses que juste celle que vous laissez à la fourrière.

Entre 9 et 11 millions d'animaux meurent quotidiennement dans les fourrières et vous êtes les seuls à pouvoir arrêter cela. Je fais tout mon possible pour sauver les vies que je peux mais les refuges (fourrières) sont toujours pleins et chaque jour il y a plus d'animaux qui entrent que ceux qui sortent.

Je veux juste insister sur ce point : NE FAITES PAS D'ÉLEVAGE OU N'ACHETEZ PAS D'ANIMAUX TANT QU'IL Y EN A QUI MEURENT DANS LES FOURRIÈRES.

Détestez-moi si vous voulez. La vérité est douloureuse et la réalité est ce qu'elle est. J'espère juste qu'avec ce texte au moins une personne aura changé d'avis sur l'élevage et l'abandon de son animal dans une fourrière ou sur l'achat d'un chien. Espérons qu'un jour quelqu'un vienne à mon travail et me dise "j'ai lu cela et je veux adopter". Ça vaudrait la peine."

Si vous voulez que la situation change, renvoyez ce texte à tous vos contacts.

Jazz M. Onster
Nov. 2012



La #prévention de la #sciatique repose sur la #correction de ces #facteurs

Par Alain J. TOUIZER, à 05h37 dans SANTE

Douleur vive liée à une irritation du nerf sciatique. Les symptômes peuvent varier légèrement selon l’origine exacte de la sciatique et notamment selon la racine du nerf sciatique comprimée (ou hernie discale), mais ils sont relativement typiques. Le point sur la sciatique et ses symptômes.

Causes  d’une sciatique ?

  • Il s’agit le plus souvent d’une hernie discale, une saillie anormale d’une partie d’un disque intervertébral, et qui comprime une des 5 racines du nerf sciatique. Rappelons que les 2 nerfs sciatiques partent du bas de la colonne vertébrale et descendent à l’arrière de nos jambes. Tous les deux véhiculent des messages moteurs et sensitifs.
  • Une maladie des os (ostéoporose ou arthrose) peut également comprimer le nerf.
  • Un accident de la route ou une fracture de la hanche peuvent entraîner une blessure du nerf sciatique.
  • Une atteinte du nerf due au diabète ou à la maladie de Lyme
  • Une tumeur ou un caillot sanguin, à proximité du nerf.
  • La grossesse (poids du ventre et autres modifications hormonales).

Les causes de la sciatique sont très variées, mais le plus souvent, on ne trouve pas d’origine précise. Quant aux facteurs favorisants, ils sont également nombreux. C’est ainsi que la sciatique est plus fréquente chez les personnes en surpoids, qui portent souvent des charges lourdes, chez les sédentaires, en cas de travail en position statique, de mauvaises positions, etc.

La prévention de la sciatique repose sur la correction de ces facteurs : activité physique, perte de poids, bonne posture (travail, loisirs, sommeil), etc.

Les symptômes de la sciatique ?

Une douleur vive est ressentie le long d’un des 2 nerfs sciatiques. Cette douleur siège donc généralement d’un seul côté, dans une fesse et la cuisse. Mais elle peut également s’étendre tout le long de la jambe, jusqu’au pied. Le bas du dos peut aussi être parfois douloureux.

La douleur est parfois constante, sinon soudaine. Elle s’accentue en position assise et à l’effort, tandis que la position couchée soulage.

Des fourmillements complètent ce tableau, avec un engourdissement ou une faiblesse de la jambe et/ou le pied.
Les symptômes d’une sciatique varient légèrement selon la racine sciatique touchée, mais ils restent typiques.

#Kinésiologie : L’#art d’interroger le #corps

Par Alain TOUIZER, à 03h45 dans GENERALE

Conseils ALJOIMOUR :

> Ce sont des techniques impressionnantes et en plus c'est aussi une thérapie médicale pour ceux qui l'ont étudiée.

> Il y aussi d'autre technique très similaire pour interroger le corps, qui lui réponds vraiment bien comme il sait toujours;  ce dont il a besoin et ce qui ne lui convient pas,  nous arrivons à un résultat vraiment adapté et individualisé.

> Je vous conseille de faire un "Bilan de Santé Globale"

Alain TOUIZER

Naturopathie à La Réunion




Dès sa mise au point, cette méthode a connu un énorme succès outre-Atlantique, plus discret dans l’Hexagone. La kinésiologie se base sur l’évaluation du tonus musculaire, afin de permettre à la structure, la chimie et le psychisme de notre être de renouer le dialogue : la symbiose de la physiologie occidentale et de l’énergétique chinoise.
 
Thérapie manuelle ? Méthode de développement personnel ? La kinésiologie considère l’homme comme un tout, à la fois structurel, chimique, énergétique et psychologique. Et ses indications sont nombreuses.

Elle utilise des techniques surprenantes par leur simplicité mais dont l’efficacité s’explique par la précision des modalités d’application. Avec un outil de base pour détecter les perturbations : le test musculaire. Et un procédé de correction : l’acupressure. Car la kinésiologie est le fruit de la physiologie occidentale et de l’énergétique traditionnelle chinoise.
 

Détecter le stress

C’est le Dr Goodheart, un chiropracteur américain, qui, dans les années 1960, démontre l’interaction entre muscle, méridien d’acupuncture et organe : le premier est en correspondance avec le deuxième, qui lui-même est lié à un organe précis.

Le principe : lorsqu’on améliore la tonicité d’un muscle, on restaure aussi le courant d’énergie du méridien concerné et cela soulage également l’organe qui fait partie du système.

Puis Goodheart met en lumière la relation entre le stress et le tonus musculaire par le test. Car le stress est une notion capitale en kinésiologie : c’est l’empreinte, au plus profond de notre être, des événements passés et/ou présents, et qui perturbe notre organisme.

La kinésiologie aide à libérer ces stress.

Dans la décennie suivante, le Dr John Thie apporte une pierre angulaire aux fondements de Goodheart, et propose le Touch for health (« La santé par le toucher »), enrichi d’un concept primordial : l’interrelation entre les systèmes structurel, lymphatique, neuropsychologique, vasculaire, cérébro-spinal, nutritionnel, chimique et énergétique.

Ce qui signifie que la résolution d’une perturbation dans un système peut résoudre d’autres problèmes dans chacun des systèmes. Et chaque muscle est l’élément d’un ensemble composé d’un organe, d’un vaisseau lymphatique, d’un méridien d’acupuncture, d’une ou de plusieurs émotions, etc. En le testant, on vérifie l’ensemble de ces aspects.

Le test musculaire va donc informer le praticien sur l’état de santé du patient et le guider sur la correction à apporter. La kinésiologie se réfère aux douze méridiens principaux et aux deux méridiens médians ; et le muscle correspondant à un méridien sera testé comme tel.

Par exemple…


Objet coincé dans le #nez

Par Alain TOUIZER, à 08h47 dans GENERALE

Conseils ALJOIMOUR :

> Encore  un grand merci M Dupuis pour nous rappeler des petits gestes à la porté de tous pour des choses qui se produisent dans toutes les familles... 

> Voir aussi "Trucs et Astuces de Grand-mere"

Alain TOUIZER

Naturopathie à La Réunion



Avant d'aller aux urgences, essayez ceci

Pièce de Lego, bouchon de stylo, grain de maïs, les enfants sont forts pour s'enfoncer des objets dans le nez. Parfois, l'objet reste coincé et on ne sait plus quoi faire. En effet, les petits manquent de force pour souffler par les narines et l'expulser.

On se précipite alors aux urgences mais le risque est de perdre des heures dans une salle d'attente sordide. Et l'expérience peut être traumatisante pour votre enfant, lorsque l'urgentiste essaiera de lui retirer l'objet avec un crochet ou un forceps.

Dans certains cas, le médecin n'hésitera pas à faire une anesthésie générale pour opérer. Mais une anesthésie générale n'est jamais anodine : 600 à 800 patients en meurent chaque année en France.

Heureusement, tout cela est inutile dans la plupart des cas :  Une technique vieille comme le monde... et efficace et sans danger.  Nos grands-mères avaient une technique efficace pour chasser les objets coincés dans le nez des enfants : le « baiser de la mère ».

C'est tout bête : il suffit de bloquer avec un doigt la narine libre de l'enfant, de lui appliquer votre bouche sur la sienne, et de souffler. L'air tente de ressortir par la narine où se trouve l'objet bloqué, qui finit par sortir. A noter que, lorsque vous soufflez, cela provoque dans les cavités nasales de votre enfant un ronflement et des chatouilles qui risquent de le faire... se tordre de rire !

Cette technique est efficace. Elle était couramment utilisée jusque dans les années 60, mais elle n'est plus pratiquée car notre époque est mal-à-l'aise avec tout ce qui risque de s'apparenter à de la pédophilie. Alors que les mamans d'autrefois pouvaient faire ce geste sans que ni leur enfant, ni leur entourage, ni elles-mêmes, ne pense à mal, les histoires que l'on entend aujourd'hui quotidiennement sur les pervers ont introduit une gêne considérable entre adultes et enfants, y compris au sein même des familles où n'existe aucune tendance malsaine.

C'est pourquoi il est recommandé de prendre les précautions suivantes :

1.    faire faire le « baiser de la mère » par la mère elle-même ou une grande sœur, ou un proche de la famille, en qui l'on a toute confiance ;
2.    Expliquer la technique à l'enfant, pour qu'il n'ait pas peur ;
3.    Ne pas hésiter à recommencer plusieurs fois de suite si nécessaire.

« Le baiser de la mère paraît une technique sans danger et efficace comme traitement de première instance pour extraire les corps étrangers de la cavité nasale », écrit le Dr Stéphanie Cook, du Buxted Medical Center en Angleterre, dans un nouvel article sur le sujet publié dans le CMAJ (Canadian Medical Association Journal). « En plus, cela peut éviter la nécessité d'une anesthésie générale dans certains cas ».

Aucun effet indésirable n'a été noté.

C'est toujours ça de pris !

A votre santé,

Jean-Marc Dupuis