Blog Aljoimour sur la santé et le bien-être à la Réunion. Découvrez tous les conseils relatifs à la nutrition, la diététique et le bien-etre

Ethylotests obligatoires : 467 563 conducteurs disent non !

Par Alain TOUIZER, à 13h09 dans GENERALE
Cher ami,

> Hier, 16 janvier 2013, j'ai été auditionnée par la Commission "Vitesse, alcool et stupéfiants" du Conseil national de Sécurité routière. Ce conseil a pour mission, vous vous en souvenez certainement, d'aider la réflexion du ministre de l'Intérieur : faut-il ou non maintenir l'obligation de détenir un éthylotest dans son véhicule ?

> Je tiens tout d'abord à remercier l'ensemble des membres de l'association et tous ceux qui nous ont aidés depuis le début de cette affaire à révéler comment cette mesure a été décidée, à en informer des millions de Français, à en mobiliser des centaines de milliers et à obtenir d'être auditionné pour faire évoluer la loi.

Ethylotests obligatoires : 467 563 conducteurs disent non !

> Hier, donc, j'ai tout d'abord remis aux membres de cette commission les 16 registres de 400 pages des… 467 563 signataires de notre pétition "non aux éthylotests obligatoires".

> Et voici les éléments que j'ai rappelés :

1. Cette mesure est l'archétype des dérives actuellesde la politique de sécurité routière 

> Des fabricants font du business sur le dos des conducteurs (76 millions par an !), en faisant pression pour rendre obligatoire leur produit, soi disant au nom de la sécurité.

> Et les dirigeants politiques se précipitent sur la mesure, car ils y voient un double avantage : bénéficier de l'aura du politique protecteur de ses concitoyens, "Sauveur de vies sur les routes", tout en faisant rentrer des recettes fiscales (le non respect de l'obligation de posséder un éthylotest dans sa voiture sera sanctionné par un PV de 11€).

2. Cette mesure est inutile

> Pourquoi obliger les millions de personnes qui ne boivent pas ou qui ne prennent jamais le volant en ayant bu plus de deux verres, à acheter un éthylotest ?


3. Cette mesure est inefficace du point de vue de la sécurité

> L'éthylotest est le moyen de vérifier si on est ou non sous la limite autorisée et donc de vérifier si on risque éventuellement de perdre ses points si on prend le volant en étant juste au-dessus. Rien à voir avec le fait d'être ou non en état de conduire. Rien à voir avec la sécurité.

> A contrario, les statistiques montrent que seuls 3% des Français conduisent en étant au dessus du taux d'alcool autorisé et surtout que 80 % des accidents mortels impliquant l'alcool ont lieu avec des taux d'alcoolémie supérieurs à 1,2 gramme – et sans doute très supérieurs. Quand on a bu 10 verres, inutile d'avoir un éthylotest pour savoir qu'on a trop bu pour conduire !

> Enfin, j'ai rappelé à la Commission que nos voisins britanniques ont réussi à diviser par quatre le nombre de morts liés à l'alcool au volant, fléau indéniable. Ont-ils rendu les éthylotests obligatoires ? Non, ils ont simplement responsabilisé les gens par des campagnes de prévention et par des initiatives intelligentes permettant aux gens
d'éviter de prendre leur véhicule quand ils ont trop bu.

Pourquoi ne pas s'en inspirer ?

> Hier, les membres de la Commission ont écouté ces arguments. Il leur appartient désormais de faire remonter ces informations pour guider les recommandations du Conseil, puis du Comité Interministériel de Sécurité routière et, enfin, du ministre de l'Intérieur.
> A chacune de ces étapes, nous continuerons à nous faire entendre, à vous faire entendre !

> Très cordialement,
>
Christiane Bayard
Secrétaire générale


 LIGUE DE DEFENSE DES CONDUCTEURS
 23, avenue Jean Moulin 75014 PARIS
www.liguedesconducteurs.org

>           > 




#cure de #sève de #bouleau fraîche

Par Alain J. TOUIZER, à 17h16 dans SANTE

Conseils ALJOIMOUR :


> Pour ce qui habitent la France, c'est un remède régénérant très connu, essayez donc !

> Pour les autres prenez plutôt des remèdes de chez vous  car la nature apporte à chaque lieu sa médecine

> Conseils « Santé» :

Alain TOUIZER

Naturopathie à La Réunion

 

Avez-vous pensé à une Cure de Printemps de Sève de bouleau fraîche?

Le bouleau fait partie de la famille des Bétulacées, le bouleau blanc (bétula alba) est un arbre qui cherche la lumière et qui est considéré depuis des millénaires pour ses nombreuses vertus sur le plan thérapeutique et aussi pour son bois et ses feuilles.

Propriétés thérapeutiques

La cure de sève de bouleau fraîche est efficace pour libérer l’organisme des toxines après l’hiver et se purifier.

La sève du bouleau a comme principaux effets thérapeutiques :
  • L'activation de la diurèse et l'élimination des déchets organiques comme l'acide urique et le cholestérol.
  • Favorise l’amincissement (lorsque le corps en a besoin).
  • C'est un précieux remède dans les infections rhumatismales en raison de son action anti-inflammatoire et analgésique.
  • La sève fermentée est réputée pour son action sur le système immunitaire en  le stimulant.
  • La sève de bouleau est également employée pour les brûlures en usage externe et pour les maladies de peau.


Conservation de la sève de bouleau !

La sève ou eau de bouleau est un liquide vivant, très clair, semblable à l'eau à l'état frais, fade, légèrement sucré. 

Après quelques jours de repos la sève se trouble par apparition de maléate de calcium et de phosphate calcique, ce qui est provoqué par la fermentation et les modifications biochimiques qu'elle subit.

Son état ne reste donc pas stable très longtemps et, de plus, à cause du sucre qu'elle contient, elle fermente et devient acidulée et doit être conservée au réfrigérateur pour rester fraîche.

Pour éviter une fermentation trop rapide, il est possible de stabiliser la sève de bouleau avec de l'alcool pur. 

L’autre moyen pour empêcher la fermentation est  l'addition de clous de girofle. La congélation de la sève fraîche permet son utilisation tout au long de l'année, mais change son état physique.  La fermentation permet d'obtenir un vin de bouleau analogue au champagne.

Afin depouvoir produire ses bénéfices, elle ne doit contenir aucun additif chimique de conservation ou autre, être pure et vivante, donc récoltée et conditionnée artisanalement. Elle doit être conditionnée immédiatement, livrée le lendemain même du tirage, et conservée au réfrigérateur 3 semaines maximum, le temps de la cure.

Cette cure a été plus ou moins oubliée, car il est difficile à l'heure actuelle  de trouver sur le marché de la sève de bouleau 100% pure et vivante. De ce fait, celle que l'on trouve couramment dans le commerce est, le plus souvent, largement diluée (10 % au moins, souvent plus) en mélange avec d'autres produits, le tout pasteurisé. Dans ce cas, les quantités actives sont loin du compte pour pouvoir avoir un effet réellement positif sur la santé de l'utilisateur.

Conseils d'utilisation :

> Il est conseillé des cures printanières de 3 litres de sève fraîche sur une période de 3 semaines (21 jours).
> Boire un verre de 150 ml par jour le matin à jeun pendant 3 semaines. Une cure nécessite 3 litres.

Demandez-la dans votre magasin diététique

#Dents déchaussées, quelle #chirurgie ?

Par Alain TOUIZER, à 05h30 dans SANTE

Conseils ALJOIMOUR :

Avant de penser à la chirurgie essayez la sauge et la propolis car ces deux excellents produits permettent de refaire des gencives.

Alain TOUIZER

Naturopathie à La Réunion



Un joli sourire permet d’être à l’aise dans ses relations. Des dents déchaussées, semblant s’allonger, c’est esthétiquement désagréable et cela met les racines des dents en danger. Alors, quand avoir recours à la chirurgie ?

Les dents déchaussées, c’est quoi ?

Lorsque les dents se déchaussent et semblent s’allonger, il s’agit en réalité d’un problème de gencive. Les dentistes parlent plutôt de récession gingivale ou encore de dénudation radicalaire (racine de la dent dénudée).

La gencive se rétracte sur la dent. Et la dent devient de plus en plus visible, sa racine s’exposant de plus en plus à l’air.

Lorsque la gencive se rétracte trop, elle ne joue plus bien son rôle de stabilisation de la dent qui peut commencer à bouger. La survie de la dent est en jeu, car si celle-ci bouge trop, elle peut finir par tomber. Ce processus est généralement progressif et l’idéal est de réagir tôt.

Dents déchaussées, pourquoi la chirurgie ?

Lorsque les dents se déchaussent, il existe plusieurs raisons de pratiquer la chirurgie :
  • Pour arrêter l’évolution de la rétraction de la gencive.
  • Pour recouvrir les racines des dents dénudées qui peuvent entraîner une hypersensibilité dentaire.
  • Pour protéger la racine de la dent et bien la fixer, éviter qu’elle ne bouge ou ne tombe.
  • Pour des raisons esthétiques. Le motif esthétique est de plus en plus souvent présent.

#pc #portable chez soi ... excellents #conseils !

Par Alain J. TOUIZER, à 18h52 dans GENERALE
A ne pas rater!!!
Lire la suite...