Blog Aljoimour sur la santé et le bien-être à la Réunion. Découvrez tous les conseils relatifs à la nutrition, la diététique et le bien-etre


Les #médicaments bloquent la #douleur, c’est tout!!!

Par Alain TOUIZER, à 05h50 dans SANTE

Conseils ALJOIMOUR :

> Cet article, proposes une alternative naturelle des anti inflammatoires,

> Je profite de cette occasion pour proposer d'autres sources de régénération.
 
> L’acidose est une des raisons majeure qui amplifie les inflammations articulaires, un changement alimentaire peut ralentir la dégradation des tissus voir groupes sanguins.
 
> La gelée royale à un effet réparateur.

> La silice organique, donne plus de souplesse, aux tissus.

> La griffe du chat (uncaria tomentosa) est l'équivalent Sud Américain de l'harpagophytum, et est plus efficace.

... Mais la vedette est  le spectron, qui a un effet réparateur et soulage avec grande efficacité


Alain TOUIZER

Naturopathie à La Réunion


Détails importants que vous devez savoir sur l'arthrose

L'arthrose est une maladie très répandue qui envoie chaque année 4 millions de patients chez leur médecin en France.

Pour l'industrie pharmaceutique, c'est une vache à lait qui a été exploitée, et même surexploitée jusqu'à ce qu'éclate le scandale du Vioxx, un médicament anti-inflammatoire utilisé contre les douleurs de l'arthrose, et retiré du marché en 2004 à cause de son danger pour le cœur.

Lorsque vous souffrez d'arthrose, une ou plusieurs des articulations de votre corps sont douloureuses, gonflées, enflammées. Chaque geste vous fait souffrir, et adieu les jeux de ballon, la danse, le ski, le tennis. Quant à l'athlétisme, le judo et le karaté, ou encore l'haltérophilie, ce n'est bien sûr même pas la peine d'y penser !

Certains patients ne peuvent plus monter ni descendre un escalier. D'autres sont totalement immobilisés. Bref, il y a urgence, et c'est pourquoi les patients se sont longtemps tournés massivement vers les médicaments anti-inflammatoires, la cortisone et les analgésiques chimiques (anti-douleurs).

Ces médicaments fonctionnent, dans un premier temps. Miracle, vous pouvez à nouveau ouvrir un pot de confiture, casser des noix, jardiner ! Vous redécouvrez les petits plaisirs de la vie pendant plusieurs mois, peut-être même quelques années.

Des effets secondaires inquiétants

Mais c'est alors que survient une crise d'arthrose plus violente et durable qu'à l'ordinaire. Confiant, vous avalez pilule sur pilule, pendant une semaine, dix jours, quinze jours... et vous vous apercevez que, non seulement l'effet n'est plus si efficace, mais que votre digestion se dérègle. Diarrhées, constipations, douleurs à l'estomac, puis saignements, vous vous inquiétez. Vous commencez à vous demander s'il faut continuer les médicaments ou si vous ne préfériez pas, après tout, vos douleurs d'arthrose.

Malheureusement, vous avez raison de vous poser la question. L'arthrose est causée par une inflammation du cartilage, ces coussins qui protègent le bout de vos os, et qui leur permettent de se frotter l'un contre l'autre en souplesse. En cas d'arthrose, des agents inflammatoires dans vos articulations détruisent le cartilage, qui se fissure, se craquelle, et peut disparaître complètement, laissant vos os à nus. Lorsque vous bougez, les bouts de vos os frottent directement l'un contre l'autre, ce qui fait mal et aggrave encore l'inflammation, et donc le gonflement de vos articulations.

Les médicaments bloquent la douleur, c'est tout

Les médicaments actuels, y compris les plus récents ne font que bloquer la douleur. Ils n'ont aucun effet sur le cartilage, qui continue à se dégrader.

C'est pourquoi ils sont efficaces à court terme. A long terme, leur efficacité baisse, jusqu'à devenir inexistante lorsque tout votre cartilage a disparu. Et il ne vous reste plus que les effets secondaires, qui peuvent être graves

Mais la bonne nouvelle et que les recherches scientifiques récentes montrent que la médecine naturelle a des solutions très intéressantes à vous proposer contre l'arthrose.

En fait, l'arthrose fait peut-être même partie des maladies conte lesquelles il existe le plus d'espoir. De nombreux patients sont parvenus à se débarrasser totalement de leurs douleurs, grâce à des solutions naturelles.

Aujourd'hui, nous allons explorer plusieurs traitements possibles, qui soulageront la plupart des patients. Si aucune ne marche pour vous, pas d'angoisse. Nous reviendrons très régulièrement dans Santé Nature Innovation sur le sujet de l'arthrose pour présenter tous les aspects de cette maladie, ce qui sera l'occasion de proposer de nombreuses autres approches thérapeutiques efficaces.


Contre la douleur : l’harpagophytum
Les adeptes de la médecine naturelle voudront bien m'excuser de commencer par cette « tarte à la crème ». L'harpagophytum se vend aujourd'hui à tous les coins de rue. Les seuls points de vente qui n'en proposent pas encore sont les distibuteurs automatiques de snacks dans les gares (mais pour combien de temps ?). En fait le succès est tel que la culture d'harapagophytum serait en train de provoquer un désastre écologique (de plus) en Afrique

Cette plante est en effet récoltée dans les déserts sableux d’Afrique du Sud et de Namibie. Les racines sont utilisées pour fabriquer des gélules qui renferment les principaux principes actifs : harpagoside, harpagide, procumboside, procumbide, des substances anti-inflammatoires et analgésiques.

Pour les personnes souffrant de rhumatismes, des cures de cette plante apportent en général un soulagement rapide et spectaculaire qui peut aider à réduire les doses des médicaments. Beaucoup disent ne plus pouvoir s'en passer

Une étude publiée en 2003 montre une forte réduction de la douleur et des symptômes de l’arthrose chez 75 patients traités avec de l’harpagophytum. La douleur régresse de 25 à 45 % alors que la mobilité augmente d’autant.(1)

L'harpagophytum serait aussi efficace que des médicaments pour calmer les inflammations et les douleurs de l’arthrose si l'on en croit l'ensemble des études conduites sur le sujet.

tests sur l'#haleine comme outil de #dépistage

Par Alain TOUIZER, à 05h46 dans SANTE

Conseils ALJOIMOUR :

> C’est vraiment impressionnant les progrès que fait la science médicale moderne.

> En médecine chinoise  et en naturopathie, le test de l'haleine est classique et traditionnel ...

> Mais une machine …  cela c'est nouveau !

> Comme « pré test »,  je trouve que c’est bien.

> En cas de doute une étude approfondie peut suivre, et cela couterait bien moins cher à la sécu …


Alain TOUIZER

Naturopathie à La Réunion


Analyser l'haleine pour détecter un cancer :

L’idée qui peut sembler farfelue, prend bel et bien corps avec une expérimentation en Italie pour déceler des cancers du côlon après la mise au point d'un premier nez électronique américain pour "renifler" les tumeurs du poumon.

Un test expérimental mis au point par l'équipe de Donato Altomare à l'Université de Bari (sud de l'Italie) a permis de déterminer avec 76% d'exactitude si un patient était atteint ou non d'un cancer colorectal, deuxième cause de mort de cancer en Europe (derrière le cancer du poumon).

"Les résultats de notre étude apportent de nouveaux arguments en faveur des tests sur l'haleine comme outil de dépistage", a expliqué le Pr Altomare dans un communiqué, accompagnant la publication, mercredi, de son étude dans la revue British Journal of Surgery (BJS). "La technique pour prendre des échantillons d'haleine est très simple et non invasive" souligne-t-il, tout en reconnaissant que la technique en est encore à une "phase expérimentale".

Les tests mis au point par son équipe se fondent sur l'analyse par chromatographie en phase gazeuse des composés organiques volatils (VOC en anglais) contenus dans l'haleine des patients. On sait depuis quelques années que la production de ces VOC est "altérée" chez des patients atteints d'un cancer, sans qu'on comprenne complètement les mécanismes biochimiques impliqués.

Dans un premier temps, l'équipe du Pr Altomare a élaboré le profil des VOC contenus dans l'haleine pour les malades de cancer colorectal, puis celui des patients sains, en travaillant avec 37 malades et 41 personnes saines.

Elle a ensuite testé la sensibilité du test mis au point sur 25 autres patients (15 cancéreux et dix sains), obtenant un diagnostic correct pour 19 d'entre eux.


"Trop petit"

Un taux d'exactitude d'environ 75% "c'est trop petit", commente la gastro-entérologue française Isabelle Nion-Larmurier (Hôpital Saint-Antoine, Paris). "Mais l'échantillon est faible et il faudrait voir avec un plus grand nombre de tests", ajoute-t-elle.

Toutefois pour la spécialiste, ce type de test serait beaucoup plus facile à faire observer auprès de la population générale que le test actuel, de type Hemoccult, fondé sur la recherche de sang dans les selles et toujours assez difficile à faire passer chez les plus de 50 ans (seulement un tiers de la population visée s'y soumet).

Un élément intéressant de l'étude italienne est que la sensibilité de ce test paraît aussi grande pour les cancers pris à un stade précoce (stades I et II) par rapport à ceux en phase avancée (stades III et IV).

L'équipe du Pr Altomare qui précise que la prochaine étape sera d'accroître le nombre de patients testés pour obtenir un test plus simple et plus performant, n'est pas la seule à travailler sur le sujet.

Une petite société californienne, Metabolomx a déjà mis au point un nez électronique expérimental pour détecter cette fois les cancers du poumon, toujours à travers l'haleine expirée du patient.

La société indique sur son site internet que des tests pratiqués par Cleveland Clinic ont montré que la machine était aussi fiable qu'un scanner classique pour diagnostiquer un cancer du poumon et qu'en plus ce nez artificiel était capable de déterminer le type des cellules cancéreuses impliquées.

La #fièvre, plus dangereuse en zones #tropicales

Par Alain J. TOUIZER, à 03h12 dans SANTE
Amie ou ennemie ? La fièvre est avant tout un phénomène naturel, considéré comme un symptôme et non comme une pathologie. Elle aide notre...
Lire la suite...

#Parkinson: cette #maladie silencieuse!

Par Alain J. TOUIZER, à 03h52 dans SANTE
On ne le sait pas assez mais la maladie de Parkinson peut se manifester de façons très différentes ; tremblement au repos, mais aussi fatigues, problèmes digestifs…
Lire la suite...