Blog Aljoimour sur la santé et le bien-être à la Réunion. Découvrez tous les conseils relatifs à la nutrition, la diététique et le bien-etre

C’est la #Bible qui parle du #rire en premier

Par Alain J. TOUIZER, à 09h20 dans SANTE
Quels sont les déclencheurs du rire ? En quoi est-il indispensable à notre santé ? Des études très sérieuses, ont démontré sa capacité à stimuler la sécrétion d’endorphines plus connue sur le nom...
.
Lire la suite...

Trop puissantes, elles doivent se manier avec beaucoup de précaution…

Par Alain TOUIZER, à 03h10 dans PRODUITS BIO

Conseils ALJOIMOUR :


> Même si je ne suis pas spécialiste je suis d'accord…

> Les huiles essentielles sont très puissantes et la meilleure façon de les absorber est en passant par la peau en mélange avec une huile végétale.

> En interne elles sont,  à mon avis, trop puissantes et doivent être maniées avec beaucoup de précaution…

> Voici, donc, quelques recettes qui me semblent tout à fait correctes:


Alain TOUIZER

Naturopathie à La Réunion




Comment l'aromathérapie peut-elle nous être utile en cette période hivernale?

Aujourd'hui, à l'ère des super bactéries et virus mutants, l'aromathérapie constitue une approche plus précieuse que jamais. Les huiles agissent rapidement et sans danger, à condition qu'elles soient bien utilisées. Les virus et les bactéries sont très sensibles aux huiles essentielles et certaines d'entre elles agissent indistinctement sur tous les virus et bactéries.

Le pharmacien belge Dominique Baudoux mentionne que les huiles essentielles constituent une alternative efficace aux médicaments (contre la grippe, les otites, etc.) parce qu'elles combattent et éliminent les germes, sans possibilité de générer de résistance ou de mutation réactionnelle. Aussi, les huiles essentielles sont toniques et stimulent l'immunité naturelle via les anticorps et la résistance de l'organisme. Cette double action permet un retour à la santé plus rapide.

Quelques recettes proposées par notre spécialiste

Bronchite et pneumonie
60 ml ou 4 c. à soupe d'huile végétale
10 ml ou 2 c. à thé d'eucalyptus radiata
5 ml ou 1 c. à thé d'épinette noire
2 ml ou + - 60 gouttes de clou de girofle
2 ml de laurier noble
2 ml de lavande vraie
2 ml de basilic exotique
MÉLANGER ET FROTTER LE DOS, LE THORAX, LES PIEDS

Grippe

60 ml ou 4 c. à soupe d'huile végétale
10 ml ou 2 c. à thé d'eucalyptus radiata
5 ml ou 1 c. à thé d'épinette noire
2 ml ou + - 60 gouttes de clou de girofle
2 ml de laurier noble
MÉLANGER ET FROTTER LE DOS, LE THORAX, LES PIEDS

Maux de gorge

1/2 c. thé d'huile végétale
1 goutte de clou de girofle
1 goutte de menthe poivrée
AVALER LE MÉLANGE 3 À 6 FOIS PAR JOUR SELON LA GRAVITÉ DU MAL

Sinusite

10 ml ou 2 c. à thé d'huile végétale
2,5 ml ou 1/2 c. à thé d'eucalyptus radiata
1 ml ou 1 c. à thé de menthe poivrée
1 ml ou + - 60 gouttes de palmarosa
1 ml de laurier noble
MÉLANGER ET FROTTER le front et les joues + faire une inhalation

La diffusion aérienne d'huile essentielle a-t-elle d'autres effets que la désodorisation d'un endroit ou l'effet sur l'humeur?

Oui! La diffusion d'huile essentielle dans nos demeures et dans notre lieu de travail fait diminuer les germes dans l'air de façon très efficace. Elle est vivement conseillée pour assainir l'atmosphère d'une pièce. Une recherche faite au Royaume-Uni, à l'université de Manchester, a démontré à plusieurs reprises que les huiles essentielles étaient capables de désinfecter totalement une pièce, sans que ne subsiste un seul germe vivant, même pas les microbes les plus inquiétants comme les bactéries MRSA, multi résistantes aux antibiotiques. Il a suffi de 2 minutes de contact direct entre les germes et l'huile essentielle pour les détruire!

À quels critères faut-il porter attention lorsque vient le temps de choisir nos huiles essentielles?

Méfiez-vous des essences dites « naturelles » ou « 100 % pures ». Il faut choisir des produits d'une qualité irréprochable et contrôlée. La certification biologique, par exemple celle d'Écocert, devrait être votre premier critère. Sur la bouteille, le nom latin et le nom français de la plante doivent être écrits. De plus, l'espèce botanique devrait être mentionnée ainsi que la partie distillée. Par exemple, lorsque l'on parle d'huile essentielle d'orange, est-ce qu'on parle de l'essence provenant de l'écorce (pelure), de la fleur ou de la feuille?
Sur la bouteille, il doit y avoir le numéro de lot. Enfin, un fournisseur d'huile essentielle, sur demande, devrait nous fournir la chromatographie avec la date (pas une copie antérieure) de l'huile achetée.

2 hrs de #sommeil = 60 mg de #codéine

Par Alain TOUIZER, à 07h43 dans SANTE

Conseils ALJOIMOUR :

> Le sommeil est d'une importance primordiale, ne pensez  jamais qu’il est une perte de temps.  Utilisez  plutôt des anti douleurs et des calmants naturels que des produits chimiques.

> D’autres conseils, fot intéressants :


Alain TOUIZER

Naturopathie à La Réunion



Douleur chronique ou aigüe, le sommeil peut faire la différence. Car l'augmentation de la durée du sommeil améliore la vigilance, on le savait, mais réduit également la sensibilité à la douleur. Ces conclusions montrent l’importance d’un sommeil suffisant en cas de maladies chroniques douloureuses ou même en préparation d’une intervention chirurgicale.

Le Pr Timothy Roehrs, auteur principal commente son étude : « Nous avons été surpris par l'ampleur de l’impact du sommeil en termes de réduction de la sensibilité à la douleur, en comparaison d’une prise de codéine, par exemple ». Son étude a porté sur 18 volontaires sains, ne souffrant pas de douleur, assignés au hasard soit à 4 nuits de maintien de leur temps de sommeil habituel, soit à 4 nuits avec un temps de sommeil augmenté à 10 heures « passées au lit » par nuit.

Leur niveau de somnolence diurne a été ensuite mesuré avec le test multiple sleep latency test (MSLT) et leur sensibilité à la douleur par stimulus par une source de chaleur rayonnante.


2 heures de sommeil plus efficaces contre la douleur que 60 mg de codéine :

Les résultats montrent que le groupe de sommeil prolongé qui a réellement dormi 1,8 heures de plus par nuit que le groupe "sommeil habituel", présente une vigilance diurne accrue, certes, mais associée avec une moindre sensibilité à la douleur.

Dans le groupe sommeil prolongé, les participants laissent leurs doigts sur la source de chaleur sur une durée prolongée de 25%, par rapport aux participants du groupe « sommeil habituel ». Ce résultat suggère une réduction de la sensibilité à la douleur associée à la durée de sommeil. Plus surprenant encore, ce délai de latence augmenté l'est plus avec un sommeil prolongé qu’avec la prise de  60 mg de codéine!

C’est la première étude à montrer l’importance du sommeil pour mieux supporter la douleur. Ces résultats, combinés avec ceux de précédentes études suggèrent que la sensibilité accrue à la douleur est, en marge, le résultat d’une somnolence sous-jacente ou d’un manque de sommeil.

Traitement #naturel des #maladies de l’#estomac

Par Alain TOUIZER, à 05h44 dans GENERALE

Conseils ALJOIMOUR :


Voici une info que je viens de recevoir et qui est bien expliquée.

Il existe bien des solutions très diverses, les conseils sont de valeur sure…

« Bilan de Santé Globale »
« Extrait d’Olivier »
« Argile » (nous contacter)


Alain TOUIZER

Naturopathie à La Réunion



Brûlant, reflux d’acide dans la bouche, indigestions, nausées, douleurs d’ulcère de l’estomac sont des symptômes qui touchent quotidiennement un tiers de la population française. Est- ce du à une mauvaise alimentation, à l’abus de médicaments ou aux contrariétés de notre vie stressante qui nous restent en travers de l’estomac ?
 
L'œsophage est un conduit reliant la bouche à l'estomac permettant ainsi le transport de la nourriture.  Le muscle circulaire (sphincter) qui sépare l'estomac de l'œsophage n'est censé s'ouvrir que pour laisser descendre les aliments et empêcher le contenu de l'estomac de remonter dans l'œsophage.

Afin d’assurer la digestion des aliments, l'estomac sécrète environ trois litres d’acide par jour. Normalement, cet acide doit demeurer dans l'estomac et pénétrer dans le duodénum en petites quantités en même temps que la nourriture digérée. Quant à l’estomac, il résiste à sa propre sécrétion acide grâce à la production d’un liquide protecteur, le mucus qui tapisse les parois internes de l’estomac.

Le reflux gastro-œsophagien

Si ce sphincter entre l'estomac et l'œsophage fonctionne mal, l’acidité de l’estomac reflue au niveau de la paroi intérieure de l'œsophage, ce qui peut entraîner des symptômes de brûlant qui s'accompagnent souvent d'un goût acide en bouche. Le contact régulier de l’acide avec le  revêtement interne de l'œsophage provoque rapidement une inflammation plus ou moins importante et étendue de l'œsophage : c'est l’œsophagite.

A long terme, une œsophagite non traitée entraînera un rétrécissement de l'œsophage et plus rarement un cancer de l’œsophage.

Dans d'autres cas, le reflux est lié à l’existence d'une particularité anatomique, la hernie hiatale. Le diaphragme (le muscle qui sépare le thorax de l’abdomen) présente un orifice pour laisser passer l’œsophage. On parle d'hernie hiatale, lorsqu’une petite partie de l'estomac remonte de l'abdomen vers le thorax à travers cet orifice. C’est pourquoi la femme enceinte a souvent le brûlant durant le dernier trimestre de sa grossesse suite au refoulement de l'estomac vers le haut par le fœtus.

Le reflux gastro-œsophagien est une pathologie très fréquente puisqu’elle concerne pratiquement 30 % de la population française. Le traitement classique du reflux se base sur l’utilisation de médicaments antiacides (Gastrex, Gaviscon, Maalox, Phosphalugel,…) qui neutralisent l’hyperacidité. La plupart de ces médicaments contiennent des sels d’aluminium, de magnésium et de sodium.

Or l’aluminium est maintenant impliqué dans de nombreuses pathologies dégénératives comme la maladie d’Alzheimer, le magnésium en excès provoque de la diarrhée tandis que le sodium favorise l’hypertension artérielle.

L’ulcère gastroduodénal

L’ulcère touche actuellement 10 % de la population française. Ce n’est donc pas une surprise de constater que le Mopral® (antiulcéreux) occupe la première place au niveau du chiffre d’affaire réalisé en France par un médicament (316,7 millions d’euros en 2003).

80 % des ulcères se situent dans la première portion de l’intestin appelé le duodénum tandis que seul 20 % des ulcères se situent au niveau de l’estomac. Dans le cas de l’ulcère duodénal, c’est un excès de sécrétions acides provenant de l’estomac qui attaque la muqueuse intestinale tandis que dans l’ulcère gastrique, c’est une anomalie au niveau du mucus protecteur des parois de l’estomac qui est responsable de l’ulcération.

Les symptômes de l’ulcère gastroduodénal sont assez classiques : il s’agit d’une douleur brûlante ou lancinante partant de l’estomac mais pouvant irradier dans le ventre. En général, cette douleur se calme après l’ingestion de nourriture et réapparaît entre les repas ou pendant la nuit.

On a longtemps attribué la cause des ulcères au stress. Depuis quelques années, on a identifié une autre cause qui une bactérie appelée Helicobacter pylori et que l’on retrouve chez la plupart des personnes atteintes d'ulcère de l'estomac. Cette bactérie peut se développer lorsque nos défenses immunitaires sont affaiblies et vient perturber la couche protectrice de mucus. La muqueuse de l’estomac est ainsi exposée au contact de l'acide, ce qui peut déclencher la formation d'un ulcère.

D’autres facteurs vont également favoriser le développement de l’ulcère comme :

•    Manger trop vite
•    Alimentation trop grasse ou trop fortement épicée
•    Consommation importante de café, de thé ou d'alcool
•    Stress au travail ou familial
•    Tabagisme qui stimule la production d’acide

Il ne faut pas perdre de vue que beaucoup d’ulcères sont aussi provoqués par l’usage chronique de certains médicaments comme les antidouleurs (l'aspirine et les anti-inflammatoires) ou la cortisone qui altèrent ou diminuent la production du mucus protecteur de l’estomac.

Le traitement classique de l’ulcère se base sur l’utilisation de médicaments antiulcéreux (Mopral, Lanzor, Ogast, Zoltum) qui suppriment quasiment toute la production d’acide par l’estomac. De ce fait, les douleurs disparaissent en 48 heures et l’ulcère cicatrise en 3 à 4 semaines.

Malheureusement, les rechutes sont extrêmement fréquentes dès l’arrêt du traitement ce qui oblige de prolonger la prise du médicament à long terme. Or supprimer la sécrétion acide de l’estomac trop longtemps semble favoriser la croissance de certaines bactéries qui produiraient des substances cancérigènes. En outre, les médicaments antiulcéreux présentent des effets secondaires qui sont principalement…des troubles digestifs comme des nausées, des diarrhées ou de la constipation et des troubles hépatiques !

Traitement naturel des maladies de l’estomac

J’utilise pour traiter les différentes pathologies gastriques une formule combinant les propriétés des plantes à celles des huiles essentielles dont l’extraction se fait à froid (procédé encore rare de nos jours mais qui préserve les délicates molécules du monde aromatique).