Blog Aljoimour sur la santé et le bien-être à la Réunion. Découvrez tous les conseils relatifs à la nutrition, la diététique et le bien-etre

Que pensez-vous de cette réponse?

Par Alain J. TOUIZER, à 03h01 dans SANTE
La santé est le résultat direct du bon fonctionnement du système nerveux et du cerveau. Un jour, un professeur d'anatomie demande à ses élèves : « Où se trouve le cerveau?». Ne sachant pas pourquoi cette question évidente leur était posée,  un élève lui répondit: "Il est partout dans le corps".

Que pensez-vous de cette réponse?

C'était la bonne réponse. En effet, le système nerveux est le prolongement du cerveau à travers le corps.

Le système nerveux, réuni en tronc dans la colonne vertébrale (un des endroits les plus fréquents où il est gêné lors de sub-luxations vertébrales - souvent appelé un nerf coincé) se répand dans le corps comme les branches d'un arbre jusqu'à devenir si abondant à la périphérie du corps que même l'effleurement du vent sera ressenti.

Il sera plus abondant dans certaines parties du corps comme le bout des doigts par exemple. Il faudra aussi reconnaître également que le système nerveux se divise en trois grandes fonctions pour ainsi dire.

Certains nerfs, auront la tâche de transporter l'information vers le cerveau ou du cerveau vers la périphérie. On les appelle les nerfs neuraux sensitifs. De même on reconnaîtra les nerfs neuraux moteur et enfin ceux qui s'occupent des fonctions automatiques, le système nerveux autonome, qui lui se divise en deux dénominations : sympathique et parasympathique.

Dans tous les cas, ce n'est pas le doigt qui ressent. Ce n'est pas l'œil qui voit. Ni l'oreille qui entend. C'est le cerveau. Cette notion est importante et ne fait partie du jargon scientifique que depuis à peine 30 ans.

Les progrès scientifiques en ce qui a rapport au cerveau et au système nerveux sont en train de révolutionner la connaissance de la relation entre non seulement les fonctions du corps physique, mais aussi de la conscience et de l'énergie.

Les scientifiques ont cru dans le passé que le cerveau endommagé par un accident physique ou neural comme une AVC (accident vasculaire cérébral) allait rendre cette partie du cerveau ineffective et provoquer une réaction définitive chez le patient sous la forme d'une paralysie ou au mieux une paresthésie spécifique.

Dans le passé on avait pour ainsi dire « mappé » le cerveau. Telle région du cerveau pour telle fonction. Par exemple l'arrière de la tête pour la vision. La région du lobe latéral pour l'audition. Etc. La conclusion était : si cette région est atteinte, le patient venait de perdre toute chance de récupérer.

Certains pionniers neurologues chercheurs ne purent laisser au hasard le fait que certains patients, refusant cette conclusion, se sont remis à marcher, à parler, à bouger etc. Et ainsi on a découvert un phénomène extraordinaire, nouveau pour la science moderne, qu'on a qualifié de : « Neuroplasticité », mot qui n'est pas encore dans le dictionnaire.

En un mot, quand une région du cerveau présente une dysfonction spécifique, votre cerveau a la capacité cérébrale de rééduquer cette fonction en utilisant une région cérébrale différente. Le cerveau créera de nouvelles connections neuronales. Pour dire simplement, le cerveau se « rééduquera » en utilisant des régions nouvelles. Avec le temps, la guérison deviendra possible.

Comme vous savez, le corps guérit tout seul. Sauf qu'il faut collaborer à cette guérison. Rappelez-vous que chaque jour, le corps remplace plus de 500 milliards de cellules. Et celles qui sont remplacées les premières sont les cellules malades. Ainsi, le corps sera renouvelé totalement en moins de huit années. La science commence à croire que le corps peut vivre éternellement si les conditions sont remplies à cet effet.

Si la recherche vous intéresse, je vous recommande un livre qui vient de sortir en anglais : « The brain that changes itself » par Norman Doidge, MD - Penguin Books.
La science, reconnaissant l'importance du cerveau, ne peut que reconnaître l'importance de l'ajustement vertébral en relation avec le fonctionnement optimal du système nerveux. Il est primordial que la colonne de vie, la colonne vertébrale, soit considérée comme le support de la vie.

Ceux qui se font ajuster régulièrement le savent et je l’entends, tous les jours cette petite phrase : « Je me demande comment font ceux qui ne connaissent pas l'effet régénérateur de l'ajustement et de l'alignement vertébral? »Je vous invite, pour terminer, à visionner une vidéo exceptionnelle où vous pourrez voir en 3D des images inédites de fœtus vivant en développement dans l'utérus.




Mieux comprendre les #relations entre #graisse et #émotions

Par Alain J. TOUIZER, à 05h42 dans SANTE
A quoi est due notre envie de glaces, de chocolat, de chips, bref de gras et de sucré ? Est-ce seulement lié aux émotions que le goût de ces...
Lire la suite...

#Ventre plat pour retrouver une #taille de guêpe...

Par Alain J. TOUIZER, à 03h04 dans SANTE
Réviser votre alimentation à table, des choix éclairés et une meilleure façon de manger permettent d’éviter la gonflette et la formation de...
Lire la suite...

Ce qui se passe dans votre #corps quand vous arrêtez de #fumer

Par Alain TOUIZER, à 05h59 dans SANTE
Ce qui se passe dans votre corps quand vous arrêtez de fumer

Que vous fumiez depuis 30 jours ou 30 ans, votre corps PEUT se débarrasser de toutes les toxines que vous avez inhalées et qui se sont accumulées dans vos organes.

Arrêtez maintenant. Il n'est pas nécessaire d'attendre un moment où vous serez plus « prêt ». Maintenant, c'est le bon moment. Et ainsi :
  • dans 20 minutes, votre pression sanguine sera redevenue normale ;
  • dans 8 heures, le taux de monoxyde de carbone dans votre sang (un poison dangereux), aura diminué de moitié, et votre niveau d'oxygène sera redevenu normal ;
  • dans 48 heures, votre risque d'attaque cardiaque aura diminué. Toute trace de nicotine aura disparu de votre corps. Votre odorat et votre goût redeviendront normaux ;
  • dans 72 heures, vos bronches se relâcheront, et votre niveau d'énergie augmentera ;
  • dans 2 semaines, votre circulation sanguine s'accélèrera, et continuera à s'améliorer pendant les 10 prochaines semaines ;
  • dans 3 à 9 mois, votre toux, vos éternuements et vos problèmes respiratoires se dissiperont, tandis que la capacité de vos poumons augmentera de 10 % ;
  • dans 1 an, votre risque d'infarctus (attaque cardiaque) aura baissé de moitié ;
  • dans 5 ans, votre risque d'AVC (attaque cérébrale) sera redevenu identique à celui d'un non-fumeur ;
  • dans 10 ans, votre risque de cancer du poumon sera redevenu identique à celui d'un non-fumeur ;
  • dans 15 ans, votre risque d'infarctus sera redevenu identique à celui d'un non-fumeur.

Enrichissez-vous !

Arrêter de fumer vous permettra de vous enrichir, puisque vous mettrez de côté le budget que vous consacriez au tabac, ou plutôt, à payer les taxes sur le tabac, qui représentent 80 % du prix d'un paquet de cigarettes.

Il faut rappeler en effet que ce sont les États qui ont encouragé les populations à fumer.

En France, la consommation de tabac ne devint massive que lorsque le gouvernement eut la brillante idée de distribuer gratuitement du tabac gris aux soldats de la troupe pendant la Première Guerre mondiale.

Quand la guerre fut finie, il créa la SEITA, ou « service d'exploitation industrielle des tabacs et allumettes », et lui accorda en 1926 un lucratif monopole, afin de financer les emprunts d'Etat..

C'est ainsi que de nombreux hommes sont alors devenus accrocs à la cigarette. La SEITA engrangea donc, pour le compte de l'Etat, des bénéfices à faire rêver Ali-Baba : la production de cigarettes passa de 10 milliards d'unités en 1923 à 19 milliards en 1940, à 86 milliards en 1980.

Entre temps, en effet, le gouvernement américain s'en était mêlé : à l'occasion de la Seconde Guerre mondiale et des guerres qui suivirent (Corée, Viet-Nam, Afghanistan...), il envoya ses soldats dans le monde entier toujours accompagnés de cargaisons de cigarettes américaines qui devinrent un symbole de la liberté (!). La consommation de cigarettes devint un phénomène mondial.

En 1980 toutefois, les gouvernements s'aperçurent que les sommes folles qu'ils récupéraient grâce aux taxes sur les cigarettes se trouvaient très nettement entamées par la prise en charge du cancer du poumon, des infarctus et autres décès précoces causés par la cigarette. (Notez que j'ai bien écrit « prise en charge » et non pas « traitement », le cancer du poumon se soldant par la mort du patient dans 85 % des cas, à l'horizon de 5 ans).

Au milieu des années 1960, le lien de causalité entre le tabagisme et le cancer du poumon avait été établi avec certitude. La facture s'avérait énorme, dépassant largement les bénéfices, pourtant mirobolants, de la SEITA !

Il s'agit alors de pagayer à toute allure dans l'autre sens : de producteur et distributeur de tabac, les gouvernements endossèrent le costume de justiciers des populations « opprimées par la grande industrie du tabac » qui fut désignée comme coupable d'avoir fait de la publicité.

La SEITA, sur laquelle on s’apprêtait à tirer à boulets rouges et dont la faillite était quasiment certaine, fut privatisée en toute hâte.

Afin de faire oublier leur responsabilité dans l'affaire, les gouvernements expliquèrent qu'ils imposeraient désormais des taxes supplémentaires sur le tabac, pour dissuader les populations d'en consommer !
________________________________________

Annonce spéciale

L'hypnose est un moyen naturel et efficace pour arrêter de fumer. Vous pouvez découvrir cette méthode et la partager autour de vous grâce à cette vidéo (lien cliquable).
________________________________________

Suite de la lettre de ce jour :

La suite de l'histoire est bien connue : de la Loi Evin aux images sordides sur les paquets de cigarettes, en passant par les déclarations belliqueuses des Ministres de la Santé qui, aussi courageux que Zorro, attaquent le « lobby du tabac », et les tentatives d'interdire la cigarette y compris sur les plages, tout un arsenal répressif a été mis en place dans le but de :

1.    freiner la hausse des dépenses liées aux cancers du poumon et autres maladies liées au tabac ;
2.    sous-tirer des taxes supplémentaires aux fumeurs, les gouvernements continuant à avoir besoin, plus que jamais, des précieux sous rapportés par le tabac.

Si donc, cher lecteur, vous fumez et que vous souhaitez, vous aussi, arrêter d'être la victime de ce sinistre jeu de dupes, il vous suffit d'arrêter, dès maintenant de fumer.

A votre santé !
Jean-Marc Dupuis