Blog Aljoimour sur la santé et le bien-être à la Réunion. Découvrez tous les conseils relatifs à la nutrition, la diététique et le bien-etre

Concept des cellules souches, simple et surprenant à la fois!

Par Alain TOUIZER, à 06h10 dans ALGUE AFA

Conseils ALJOIMOUR:

> Le concept des cellules souches, est si simple et si surprenant à la fois, qu’enfin une vraie solution de réparation du corps à été mise en évidence  par le neurophysicien canadien Christian Drapeau.

> Le fait que la consommation de l’algue A.F.A., nous donne un moyen renforcé de permettre à notre corps  de s’auto-régénérer, est une nouvelle fantastique, qu’à la longue, permettra de diminuer l’excès de consommation de médicaments.
 

Alain TOUIZER

Naturopathie à La Réunion
 

 

Le Miracle des Algues Bleu-Vert Aphanizomenon Flos Aquae
(AFA) du lac Klamath

 
3.5 milliards d'années après que la terre se soit refroidie au point que les pluies commencent à tomber, la première forme de vie est apparue sur notre planète : les organismes unicellulaires. Ils étaient si parfaits que jusqu'à nos jours ils se sont adaptés à tous les changements planétaires qui se sont produits, à l'instar de toutes les autres formes de vie qui ont suivi.
 
Ces organismes unicellulaires sont aujourd'hui plus connus sous le nom d'algues bleu-vert ou Aphanizomenon Flos Aquae. A 1000m d'altitude au milieu d'anciennes chaînes de montagnes volcaniques, protégé au sud par le Mont Shasta, et au nord par le Mont Mazama, le lac Klamath s'étend sur 250 km², berceau de l'algue bleu-vert. Ce lac en est la seule source connue et accessible. Il nous fournit de ces algues en abondance, plus  nous la récoltons et plus elle s'y développe.
 
Ce lac réceptionne des milliers de cascades naturelles claires comme le cristal, il  est extrêmement riche en minéraux et connaît 300 jours de soleil par an, il est la fondation de ce miracle de la nature.
 

Pourquoi en consommer?

Trois facteurs font de l'algue bleu-vert un aliment des plus riches :

1 . Leur connexion avec toutes les autres formes existantes de vie ,

  • Comme les plantes, elles transforment la lumière du soleil en chlorophylle, bien que leurs parois cellulaires ne soient pas faites de cellulose.  
  • Comme les hommes et les animaux, leurs parois cellulaires sont faites de protéines.
  • Comme les bactéries, leur information génétique est distribuée dans l'entier de chaque cellule, et pas uniquement dans le noyau. Cela leur permet de s'adapter rapidement à tous les changements extérieurs.
 

2. La richesse en nutriments vitaux contenus dans un seul gramme (4 gélules) :

  • L'incroyable nombre de 300 millions de molécules d'acides aminés, y compris tous ceux qui sont essentiels pour l'être humain. Ces acides aminés sont importants pour la production d'hormones et d'enzymes. Ils sont également importants pour la création des synapses entre les neurones, essentiels au fonctionnement du cerveau.
  • Un grand nombre de vitamines, y compris de grandes quantités de bêta-carotène qui nous protège des radiations et autres impuretés de l'atmosphère qui affectent notre santé.
  • Présence d'une grande variété de substances minérales et d'éléments en quantités parfaitement équilibrées, provenant des cendres volcaniques dissoutes dans l'eau du lac.
  • Beaucoup de pigments, enzymes, acides gras, et très grande quantité de chlorophylle de haute qualité, ce qui augment la quantité d'oxygène dans le sang et les organes, les purifiant et améliorant le processus digestif. De plus, cette chlorophylle de haute qualité stimule le métabolisme et le système enzymatique, et améliore le flux sanguin, réduisant ainsi les problèmes d'hypertension. Cela normalise le fonctionnement des glandes pituitaire et pancréatique, ce qui est important pour la régulation de l'obésité et les problèmes d'assimilation.

 
3. La nourriture en tant que vibration.

Comme tout dans l'existence a une vibration, la nourriture a la sienne. Quand nous mangeons un aliment, nous prenons également sa vibration. L'algue bleu-vert contient la vibration primordiale qui a démarré la vie sur notre planète. Elle ne peut pas être manipulée génétiquement ni cultivée. Elle résiste aux radiations dans une mesure 100 fois plus forte que d'autres produits similaires.

Leur schéma vibratoire est étrangement similaire à celui des neurones, transporteurs de l'information dans notre système nerveux. Cette algue semble nous transmettre une information qui améliore notre équilibre, notre résistance, notre vitalité.
 
Beaucoup de personnes prenant régulièrement de l'algue bleu-vert rapportent :
- Réduction et soulagement du stress, des appréhensions, des dépressions
- Soulagement des symptômes d'épuisement, de léthargie et d'anxiété
- Amélioration de la mémoire, mental plus clair, meilleure capacité de concentration, amélioration de l'intuition
- Augmentation générale de la vitalité
 
Ce cadeau de la nature travaille harmonieusement sur tout ce qui est en déséquilibre dans l'organisme humain.La différence énergétique peut aussi se voir en comparant avec les autres micro-algues, cultivables elles, comme la spiruline et la chlorelle.                                              

SOLSTICE

Septembre 1986
Perspectives sur la santé et l'environnement Vol.1, No 4
  • Nutrition – Le phénomène Aphanizomenon
  • A la recherche d'algues sauvages
  • Que sont les algues bleu-vert ?
  • Algues, carotène beta et cancer
  • Le fond de l'histoire
  • L'écologie du Lac Klamath
  • Profil nutritif de l'Aphanizomenon
 

#Aliment vide qui colle aux # intestins et n'apporte que d’ennuis #digestifs

Par Alain TOUIZER, à 03h00 dans SANTE

Conseils ALJOIMOUR :


> C’est vraiment important de ne pas manger cet aliment vide qui est de la colle pour les intestins et n'apporte que d’ennuis digestifs

Alain TOUIZER

Naturopathie à La Réunion



Le pain, « fruit de la terre et du travail des hommes », est l'aliment de base de notre civilisation. Mais le moment est venu d'arrêter de manger du pain blanc. Voici pourquoi :

Trop hybridé

Le blé ne peut plus être considéré comme un aliment sain pour qui que ce soit. Même bio, complet, le blé moderne est hautement hybridé. Il a une trop haute teneur en glutamine, une protéine qui a tendance à irriter la paroi intestinale, et contient beaucoup moins de minéraux et de vitamines qu'il y a cent ans.

Ceci est très regrettable parce que le blé était un aliment correct, et qu'il est aujourd'hui utilisé dans d'innombrables farines et aliments, notamment comme épaississant.

Trop pauvre en fibres, vitamines et minéraux

Dans le pain blanc, la meilleure partie de la farine a été enlevée pour être donnée aux cochons et autres animaux d'élevage. Le blé entier n'est pas bon pour la santé, mais au moins contient-il des fibres, des vitamines, des minéraux. Pour faire du pain blanc, en revanche, le germe ainsi que le son du blé sont retirés.

Ne reste qu'un produit quasiment sans fibres, presque sans vitamines ni minéraux, qui n'est au fond que de l'amidon. Ce sont de pures calories sans nutriments essentiels. La boîte en carton de vos céréales contient à peu près autant de micronutriments que les céréales elles-mêmes, si pas plus.

Ne vous laissez pas impressionner par les étiquettes indiquant que les céréales ont été « enrichies » en vitamines. La raison pour laquelle les céréales sont parfois « enrichies » est justement que les scientifiques se sont aperçus en 1945 à quel point elles étaient pauvres en nutriments.

Les fabricants rajoutent donc 3 ou 4 vitamines, et un peu de fer. Mais c'est comme si quelqu'un volait 10 000 euros sur votre compte en banque, puis décidait de vous « enrichir » en vous donnant 2 euros.

Trop salé

Le pain blanc moderne est trop salé. Il contient en moyenne 19 g de sel par kg de pain. Une baguette (250 g) contient 4,7 g de sel soit presque la quantité maximale quotidienne recommandée par l'OMS (5 g/jour/personne). Un rapport de l'AFSSA (Agence Française de Sécurité Sanitaire des Aliments), publié en 2002, plaçait le pain (et les biscottes) en tête des aliments vecteurs de sel dans l'alimentation quotidienne (pages 25-29).
Sans ajout de sel à la fabrication, le pain sans sel contient néanmoins de 0,2 à 2,2 g de chlorure de sodium par kg.

Trop sucré

Le pain blanc n'est plus un sucre lent, mais bel et bien un sucre rapide, avec un index glycémique élevé, qui provoque une forte décharge d'insuline et une hypoglycémie réactionnelle. L'indice glycémique indique l'effet des aliments sur la glycémie (taux de glucose dans le sang) durant les deux heures suivant leur ingestion.

L'indice 100 de la glycémie (maximum) correspond au glucose pur et... au pain blanc qui n'est, nous l'avons vu, que de l'amidon, l'amidon n'étant qu'une chaîne de molécules de glucose.

Cela veut dire que manger du pain blanc est pire que de croquer des morceaux de sucre : cela fait monter en flèche le taux de sucre sanguin, ce qui affole le pancréas, provoque un pic d'insuline, avec un risque, à terme, de développer une résistance à l'insuline, un diabète, de l'obésité, des maladies cardiovasculaires.

Trop de gluten

Les blés modernes, issus d'hybridation, ont été sélectionnés pour leur richesse en gluten. Le gluten est un mélange de protéines. Plus il y a de gluten dans la farine, plus le pain lève, est élastique, moelleux. Le pain paraît plus beau, plus gonflé, et se vend donc mieux.

Le problème est que le système digestif d'un grand nombre de personnes ne supporte pas les quantités de gluten présentes dans le pain moderne. L'intolérance au gluten est source de fatigues, de douleurs abdominales, de diarrhées, de reflux gastro-oesophagiens, de problèmes articulaires, d'eczéma, et même de troubles neurologiques.


A quand une révolte ?

Le philosophe Guy Debord s'est étonné que les boulangeries aient pu remplacer le pain par une imitation de pain sans que cela ne provoque une nouvelle Révolution : « Dans la période qui précéda immédiatement la Révolution de 1789, on se souvient combien d’émeutes populaires ont été déchaînées par suite de tentatives alors modérées de falsification du pain.

(...) Lorsqu’on a vu, il y a bientôt dix ans, le pain disparaître en France, presque partout remplacé par un pseudo-pain (farines non-panifiables, levures chimiques, fours électriques), non seulement cet événement traumatisant n’a pas déclenché quelque mouvement de protestation et de défense comme il s’en est récemment produit un en faveur de l’école dite libre, mais littéralement personne n’en a parlé. »

La #détox de la #glande #pinéale

Par Alain TOUIZER, à 03h00 dans SANTE

Conseils ALJOIMOUR :

> Je confirme que la glande Pinéale à une importance vitale pour le corps.

> C’est la mère de toutes les glandes, elle est photosensible et réagit à toute la lumière, veillez donc à éteindre toutes les  veilleuses dans votre chambre à coucher ou de mettre un masque sur vos yeux.

> A voir aussi :

 


 

Alain TOUIZER

Naturopathie à La Réunion


La glande pinéale pourrait être la partie la plus importante de votre système nerveux tout entier. Il s’agit essentiellement d’une antenne spirituelle, votre équivalent physique d’un troisième œil.

Il est essentiel pour atteindre des niveaux plus élevés de conscience tout en restant dans un corps physique. La glande pinéale se trouve au centre géométrique du cerveau. Elle est creuse et remplie d’un fluide contenant des cristaux.

La calcification fait en sorte que les cristaux dans la glande s’attachent aux dépôts de minéraux. Ainsi, les cristaux ne peuvent plus exercer leur propriété de piézo-luminescence.

Les effets de la calcification sont la dépression, l’anxiété, la boulimie/anorexie, la schizophrénie et d’autres formes de maladies mentales. La calcification vient aussi perturber la sécrétion de la mélatonine.

La mélatonine, souvent dénommée hormone du sommeil, est surtout connue comme étant l’hormone centrale de régulation des rythmes chrono biologiques, et d’un certain point de vue, de pratiquement l’ensemble des sécrétions hormonales. (…) Elle est sécrétée par la glande pinéale en réponse à l’absence de lumière. La mélatonine semble avoir de multiples fonctions, autres qu’hormonales, en particulier comme antioxydant (anti-cancer). Elle semble aussi jouer un rôle dans le système immunitaire.

La calcification de la glande pinéale est causée principalement par le fluorure qui circule dans notre sang.
Le fluorure vient des pâtes à dents, de l’eau du robinet et de l’eau en bouteille, dans certains aliments, des médicaments psychotropes comme le prozac qui est aussi appelé fluoxétine et qui contient 30% de fluorure. La glande pinéale contient la plus grande concentration de fluorure dans le corps.
 

Calcification … ?

Malheureusement, pour la plupart des gens, la glande pinéale est fortement entartrée. Tant et si bien qu’elle apparait comme un morceau de calcium lors d’une IRM.

Alors, quelle est la calcification, et quelles en sont les causes?

La calcification est l’accumulation de cristaux de phosphate de calcium dans diverses parties du corps. C’est un processus naturel causé par les nano bactéries primaily. Les Nano bactéries sont des microorganismes qui forment de minuscules coquilles de phosphate de calcium autour d’eux, essentiellement pour se protéger de votre système immunitaire. Il ressort de la dernière recherche que cela peut être la cause de la plupart des maladies.

De l’arthrite, aux accidents vasculaires cérébraux, du cancer aux maux de dos. Grâce au système alimentaire SAD (standard régime américain) horribles, la plupart des gens sont exposés à beaucoup plus de ces organismes que jamais, et que non seulement, sont calcifiées par d’autres moyens aussi.

Eau, alimentation et mode de vie

Les principales causes de calcification comprennent:

•    Fluorure (magnétiquement attiré par la glande pinéale où il forme des cristaux de phosphate de calcium plus que partout ailleurs dans le corps).
•    Suppléments de calcium (de loin la principale cause de la calcification. Si votre médecin vous recommande de les prendre, je vous recommande d’arrêter immédiatement)
•    D’autres halogénures comme le chlore et le bromure.
•    Le calcium dans l’alimentation (presque tous les aliments transformés contiennent une certaine forme de calcium0.
•    Eau du robinet (l’eau du robinet est remplie avec de substances calcifiantes).
•    Eau de source (distillée elle peut être nocive à long terme (même si c’est beaucoup mieux que l’eau du robinet).

La détox de la glande pinéale

Options de détoxication naturelles pour du fluorure de sodium et les métaux lourds

Zéolite

Les zéolites sont des minéraux présents dans les fonds marins anciens et de roches volcaniques. Les molécules en forme de nid d’abeilles de zéolite ont la capacité de capturer les toxines métalliques de tous types et en toute sécurité les transporter hors du corps. (Pas tous les produits de zéolite sont égaux, alors assurez-vous d’obtenir une grande qualité.)

Argile de bentonite

Comme zéolite, de l’argile bentonite contient des ions négatifs qui attirent les ions positifs de toxines et pathogènes. Vous pouvez faire tremper dans un bain d’argile ou de prendre l’argile bentonite de qualité alimentaire à l’intérieur. (Notez que les bains d’argile ne sont peut être pas la meilleure option si vous avez une maladie cardiaque.)

Chlorella

Une série d’études cliniques montrent que la qualité fibreuse de la chlorella se lient aux métaux toxiques et les débusque. Vous pouvez prendre des capsules ou faire des smoothies avec de la poudre de chlorella. Le goût est assez agréable.

Coriandre

Cette plante polyvalente culinaire, utilisé couramment dans la cuisine mexicaine contribue également à l’élimination des métaux lourds. Pesto à la coriandre a été utilisé efficacement pour la thérapie de chélation par beaucoup.

Magnésium

Le magnésium possède la capacité d’inhiber l’absorption de fluorure dans nos cellules, donc lors de l’embarquement sur un détox de métal et de fluorure, assurez-vous que vous avez trouvé une bonne dose quotidienne de magnésium à partir d’une source de grande qualité, comme cela facilitera grandement vos efforts désintoxication.

En conséquence, le nettoyage de votre corps de la pollution par les métaux lourds et le fluorure de sodium ne sera pas seulement capable d’aider à normaliser votre production de mélatonine, mais permettra également d’améliorer votre fonction cognitive et augmenter vos niveaux de vitalité.


S’informer et lire les #étiquettes à la loupe…

Par Alain TOUIZER, à 03h00 dans SANTE

Conseils ALJOIMOUR:

> En qualité d’herboriste, j'approuve cet article qui transmet bien la vision de l'herboristerie.

> Je ne peux que soutenir le fait que consommer les plantes médicinales en entier à l'avantage de permettre à l'ensemble de toutes les parties à la fois grossières et subtiles d'agir sur nos différents corps en apportant une harmonie qui donnera des résultats plus durables.

> Les teintures mères et élixirs ont le pouvoir de conserver fidèlement toutes les qualités des plantes durant de très nombreuses années.

Voir fiches techniques de:


Alain TOUIZER

Naturopathie à La Réunion


Sans compter que prendre beaucoup de gélules ou de comprimés renforcera chez certains l’impression de « prendre des médicaments ». Je connais des personnes comme ça qui ne se font pas à l’idée de prendre des compléments alimentaires de confort car cela leur donne l’impression de se gaver… de médicaments.

Quand on est vraiment malade, ce sentiment est souvent, à force, perturbant. La répétition du geste consistant à porter à sa bouche une gélule renvoie à la maladie, ce qui n’est pas un effet souhaitable. D’où l’intérêt de consommer avec parcimonie, d’où l’intérêt de ces formes galéniques adaptées à notre métabolisme.

Ce qui compte avant tout : la présence du principe actif de la plante !!!

La valeur thérapeutique d’une plante dépend de la préservation du principe actif à l’origine de cette vertu. Prenons l’harpagophytum : cette plante ne pourra pleinement jouer son rôle d’anti-inflammatoire articulaire qu’en présence d’harpagosides.

Sur les étiquettes des produits français, on peut lire le poids total du produit (ex : 475 mg) comprenant le poids de l’excipient et de la plante. Mais la plupart du temps, les labos n’indiquent pas le poids de l’extrait de principe actif en mg. On lit plutôt : 180 mg d’harpagophytum, mais cela ne veut rien dire ! Vous pouvez prendre autant d’harpagophytum que vous voulez : si les principes actifs ne sont plus là, cela ne servira qu’à alimenter vos intestins…

Lire et relire les étiquettes !

Au final, il est important que la quantité exacte de principes actifs présents dans le totum ou la concentration soit indiquée sur le produit. Et pas des pourcentages, qui sont difficiles à calculer et qui sont souvent faussés par la quantité d’excipients rajoutés tout comme par le poids de l’enveloppe externe.

Comme dans l’alimentaire où beaucoup d’entre vous ont maintenant ce réflexe, il faut prendre l’habitude de lire et relire les étiquettes.

Les cofacteurs d’une bonne assimilation

Il faut le savoir : très souvent, un principe actif, pour être optimisé par l’organisme, pour être « potentialisé », doit être accompagné de cofacteurs. Autre exemple : la glucosamine et la chondroïtine doivent être accompagnées de vitamine C et de manganèse car ce sont de grosses molécules qui ne peuvent être assimilées telles quelles. Ces cofacteurs aident le petit intestin à fixer ces molécules.

Ce rôle de cofacteurs est souvent joué par des acides aminés (regardez l’étiquette) qui sont un peu les transporteurs pour passer la membrane cellulaire, ou par des oligoéléments (du calcium pour accompagner le magnésium, etc.), ou par d’autres plantes (du Ribes nigrum pour optimiser l’effet anti-inflammatoire de la racine d’harpagophytum, etc.). C’est ce que l’on appelle les synergies.

S’informer et lire les étiquettes à la loupe…

Autre exemple, éloquent : celui du millepertuis devant la déprime. Le principe actif, a-t-on longtemps dit, est l’hypericine. C’était faux : on sait maintenant que celle-ci n’est qu’un traceur (c’est elle qui donne ce rouge sur les mains quand on froisse la plante), le rôle d’antidépresseur revenant plus sûrement à l’hyperforine et aux xanthones.

D’où la nécessité d’être bien informé. Les vendeurs de compléments alimentaires en magasins de produits naturels ne sont pas forcément les mieux informés et les plus objectifs pour vous aider mais il existe des naturopathes, des thérapeutes qui peuvent vous éclairer, aussi bien que des revues où vous trouverez toute l’actualité du complément alimentaire, et des étiquettes…

D’une façon générale, allez vers les labos les plus généreux en informations et en conseils.

A quand un grand ménage règlementaire sur les étiquettes ?

Et que trouve-t-on d’écrit sur l’étiquette du millepertuis ? « Titré à 0,5% d’hyperforine » mais sur quoi ? Sur l’extrait de millepertuis ou sur le poids total ? Il faut que les labos soient clairs sur l’étiquetage.

Pour l’instant, chaque pays a encore sa règlementation. En Allemagne, en Suisse ou en Belgique, tout est indiqué, clairement et précisément sur l’étiquette : poids total en mg (et non en %), extrait de la plante en mg, principe actif en mg ! On sait ainsi exactement ce que l’on prend. Je ne parle pas ici des excipients, qui mériteraient à eux-seuls toute une lettre…

Les labos pharmaceutiques ne sont pas des modèles de vertu mais au moins, ils ne trichent pas sur les étiquettes des médicaments. Voilà au moins un point sur lequel les laboratoires de compléments alimentaires pourraient les suivre…

Avantages et inconvénients des formes les plus courantes…

Faites plutôt confiance aux formes galéniques qui préservent au mieux la naturalité de la plante et ses principes actifs, en tenant compte des avantages et des inconvénients de chaque forme :

- Les tisanes et décoctions : elles sont assez fidèles au totum (si les principes actifs sont essentiellement des molécules hydrosolubles) mais il faut en utiliser beaucoup pour bénéficier pleinement de tous les principes actifs. A éviter : les infusions en sachets, qui restituent leurs saveurs plutôt que leurs vertus…

- Les teintures-mères : elles sont riches en principes actifs même s’il y a là aussi une déperdition, mais elles présentent des contre-indications dues à la présence d’alcool. Avantages : elles se conservent longtemps et sont remboursées par la Sécu !

- Les capsules : pratiques et de qualité (d’origine végétale ou marine et pas en gélatine de porc !), elles conservent cette qualité si elles sont préparées à partir de racines, sinon la longévité du produit est limitée.
Source