Blog Aljoimour sur la santé et le bien-être à la Réunion. Découvrez tous les conseils relatifs à la nutrition, la diététique et le bien-etre


La #variété, le "#piment de la #vie", mais...

Par Alain TOUIZER, à 07h08 dans GENERALE

Conseils ALJOIMOUR :

> C’est logique,  la  tentation de goutter à tout quand il y a trop de variété peut en effet être dangereux pour les personnes qui ont du mal à se contrôler et qui trouveront toutes les bonnes occasions de nourrir son addiction et ses manques.

Alain TOUIZER

Naturophatie à La Réunion - Paris - Normandie



La variété est considérée comme le "piment de la vie", mais les niveaux actuels et sans précédent des choix alimentaires permettent-ils d’expliquer les taux explosifs d’obésité ? Certains chercheurs pensent que oui.

Selon le Dr Shelley McGuire : "nous savons depuis des années que les aliments - ainsi que le fait de manger en soi - peuvent provoquer une libération de différents éléments chimiques dans le cerveau, dont certains sont aussi impliqués dans les processus de l’addiction aux drogues et l’abstinence.

Et, comme cela peut arriver avec ceux qui abusent de substances, la tolérance ou "l’accoutumance" peuvent survenir, ce qui signifie qu’une utilisation répétée (ici l’exposition à un aliment) est parfois accompagnée par une absence de réponse (dans ce cas une indifférence vis-à-vis de l’aliment).

Les résultats de l’étude d’Epstein et ses collègues apportent un élément nouveau et très intéressant à l’énigme de l’obésité, en suggérant que la monotonie d’un repas conduit en effet à une consommation réduite de calories. Le truc sera d’équilibrer ce concept avec l’importance de la variété pour une bonne nutrition.

Des études ont montré que de nombreuses personnes se désintéressent d’un aliment particulier quand elles sont très souvent exposées à celui-ci. Cette réponse, qu’on appelle l’accoutumance, peut diminuer la consommation calorique à court terme. Inversement, quand on présente une grande variété d’aliments, la consommation calorique peut augmenter.

L’"hypothèse de l’addiction à la nourriture" déclare que certaines personnes pourraient trop manger parce qu’elles sont insensibles à la réponse d’accoutumance normale, et ont ainsi besoin d’être plus exposées à un aliment pour provoquer ce désintérêt.

#Remèdes maison pour se débarrasser des #varicosités

Par La Rédaction, à 06h00 dans SANTE

Conseils ALJOIMOUR:

 
De nombreuses femmes souffrent et se plaignent de ces varicosités inesthétiques,  voici quelques recettes qui aideront à les éliminer...
 

Alain TOUIZER

Naturopathie - Ile de La Réunon - Paris - La Normandie



Si un jour vous remarquez des formations comme une toile d’araignée sur vos jambes ou vos chevilles, ne paniquez pas. 
 
Les varicosités sont peut-être inesthétiques, mais elles sont généralement inoffensives et disparaissent souvent toutes seules. Elles peuvent toutefois causer des sensations désagréables, comme des démangeaisons ou des brûlures, aussi plusieurs personnes tentent de se débarrasser d’elles. 
 
Heureusement, il ya de nombreuses choses que vous pouvez essayer à la maison pour diminuer et prévenir les formations en forme de toile d’araignée.
 
Aussi, ne vous sentez pas seul dans votre expérience. Environ 55% des femmes et 40 à 45% des hommes doivent faire face à un des problèmes de veines dans leur vie. 
 
Certains choisissent d’aller voir le médecin et avoir un traitement médical, tandis que d’autres préfèrent l’approche naturelle qui peut accélérer la disparition de varicosités.
 

Que sont les varicosités ?

Les varicosités, médicalement connues sous le nom de télangiectasies ou angioectasias, sont semblables à varices, mais en plus petites. 
 
Ces minuscules veines, situées près de la surface de la peau, ressemblent à des toiles d’araignées ou des branches d’arbre et sont généralement rouges, bleues ou violettes.
 
Le plus souvent, les varicosités se trouvent sur les jambes (cuisses, arrière  des mollets, intérieur des jambes, chevilles). 
 
Cela est dû aux pressions élevées dans les veines que les membres inférieurs ont à supporter – il suffit de penser à la force de gravité, la pression du poids du corps, et le besoin de véhiculer le sang jusqu’au cœur!
 
Parfois, les varicosités peuvent aussi se développer dans d’autres parties du corps tel que le visage.


Causes des varicosités

Il y a beaucoup de facteurs qui peuvent contribuer au développement des varicosités – certains que vous pouvez influencer plus facilement que d’autres. Les facteurs de risque comprennent:
 

Le #silicium une des "#tartes à la crème » de la #santé naturelle.

Par Alain TOUIZER, à 07h04 dans GENERALE

Conseils ALJOIMOUR :

> Il est vrai qu’il y a de nombreux sons de cloche sur la silice organique. Je vous dirais ce que j’en sais simplement.

> C’est la silice de notre corps qui procure la souplesse à nos tissus, et nous avons un capitale silice qui s’épuise avec l’âge.

> En cas d’arthrose pour compenser la raideur et la douleur, le corps puise une grande quantité des réserves, un apport est donc bienvenu, il donne une plus grande amplitude des mouvements. Je la prescris très souvent aux personnes soufrant de cette maladie et elles me disent se sentir beaucoup mieux.

> Pour le reste de produit miracle, je ne dirais rien, ce n’est pas mon expérience


Alain TOUIZER

Naturopathie à La Réunion - Paris - Normandie



Arthrose : la solution « silicium organique »

Le silicium organique est une des « tartes à la crème » de la santé naturelle.

Dans tous les salons bio, vous trouvez des stands animés par des commerciaux professionnels vantant ce produit « miracle » pour soigner à peu près toutes les maladies.

La vérité, comme toujours, est plus compliquée. Peu de recherches scientifiques ont été faites sur les vertus thérapeutiques du silicium, et même ceux qui croient en ses bienfaits sont incapables d'expliquer comment il agit ou pourquoi il ferait du bien à l'organisme.

Le résultat est une guerre de l'information sur Internet.

D'un côté, des journalistes balayent d'un revers de la main les fabricants comme les utilisateurs de silicium organique, accusant le produit d'être inutile voire dangereux. Un exemple fort est celui du journal Sciences & Avenir (1), qui, manifestement, ne croit pas du tout aux vertus du silicium...

Mais le journaliste ne fait que répéter le discours des autorités sanitaires françaises (AFFSAPS) et européennes (EFSA), ce qui est un peu court quand on connaît leur degré d'ouverture intellectuelle.

En face, vous avez une prodigieuse abondance de témoignages personnels attestant des effets incroyables de ce produit. Vous en avez un aperçu en allant lire les commentaires de ce même article de Sciences & Avenir, où le journaliste se fait assaillir de critiques par ses propres lecteurs, qui semblent, eux, avoir bel et bien essayé le produit, et en avoir bel et bien observé les bienfaits !

En tout cas, le silicium organique est un produit sulfureux, notamment du fait des nombreuses affaires liées à ses inventeurs, le chimiste Norbert Duffaut et le géologue Loïc Le Ribault, qui fut l'un des premiers utilisateurs en France du microscope à balayage électronique.

Le premier a été retrouvé mort en 1993 (la police conclura à un suicide), le second a été emprisonné et accusé de toutes sortes de fraudes, en particulier d'avoir prétendu améliorer le produit créé par Norbert Duffaut et l'avoir commercialisé en multipliant son prix par douze, sous le nom de G5. Pour tout savoir au sujet de cette ténébreuse affaire, lire « Loïc Le Ribault et le G5 : l'aventure du silicium organique ». (2)

Il n'en reste pas moins que le silicium organique est peut-être une solution très intéressante pour les personnes soignant l'arthrose, et pourrait soigner de nombreuses autres maladies, comme l'ostéoporose, l'athérosclérose (lésions des artères augmentant le risque d'infarctus), de nombreux problèmes de peau et de cheveux, et renforcer le système immunitaire. C'est pourquoi nous lui consacrons aujourd'hui un article approfondi.


Les origines du silicium organique

Le sable, le quartz, et de nombreuses roches sont faites à base de silicium, qui est le deuxième élément le plus abondant dans la croûte terrestre, après l'oxygène et avant l'aluminium.

Or, il se trouve que vous avez aussi du silicium dans votre corps, et singulièrement dans vos tissus conjonctifs, c'est-à-dire les os, le cartilage, la peau et les tissus de soutien.

Le silicium est même un des principaux minéraux présents dans le corps humain : l'organisme en contient environ 7 grammes, contre 2 grammes pour le zinc et 4 grammes pour le fer, pourtant très importants eux-aussi.

Avec l'âge, les réserves de silicium diminuent de façon inquiétante. Et l'alimentation moderne, comme d'habitude, aggrave les choses puisque nous ne consommons plus beaucoup d'aliments riches en silicium : enveloppe des céréales, fruits et légumes de qualité, eau de source. L'eau du robinet, en particulier, est aujourd'hui systématiquement floculée par l'aluminium qui enlève une grande partie des silicates.

Or, le silicium est nécessaire pour la biosynthèse de nombreuses molécules comme le collagène, l'élastine et l'acide hyaluronique, éléments essentiels des cartilages, des os, de la peau et du système immunitaire. Le silicium intervient également dans la constitution des cheveux et des ongles.

Passons en revue brièvement ses effets sur les différentes maladies :


Comment le silicium pourrait soigner plusieurs maladies

Arthrose : le silicium est indispensable à la synthèse des glucosaminoglycanes, qu'on trouve en abondance dans le cartilage. Le déficit en silicium peut donc provoquer de l'arthrose, qui est causée par un problème de régénération du cartilage. Des études sur les cartilages embryonnaires montrent que leur croissance est liée à la présence de silicium, qui catalyse la prolyl-hydroxylase, indispensable à la biosynthèse du collagène et des glucosaminoglycanes.

Maladies cardiovasculaires : le silicium intervient dans la synthèse et l'arrangement des fibres d'élastine et de collagène constitutives des parois artérielles, dont elles améliorent la souplesse. Il serait donc un excellent protecteur contre l'athérosclérose, une maladie cardiovasculaire pouvant provoquer l'infarctus, et diminue l'hypertension. Les analyses de la composition d'artères saines et d'artères fortement lésées par l'athérome ont clairement montré une baisse du taux de silicium dans les artères malades.

Problèmes de peau : plus la peau est riche en silicium, plus elle est souple, épaisse, peu ridée, et cicatrise facilement. En effet, le derme, tissu qui se trouve sous la peau et la nourrit, comporte une matrice extracellulaire qui est constituée de fibres de collagène, d'élastine et de glycosaminoglycanes. Comme nous l'avons vu, le silicium est indispensable à la constitution et au renouvellement de ces fibres. Une faible teneur en silicium est aussi associée aux problèmes de peau comme le psoriasis.

Cheveux : le silicium prévient la chute des cheveux et pourrait favoriser la repousse, en intervenant sur les phanères.

Une substance intéressante contre le vieillissement
  • Le silicium est donc un outil clé pour lutter contre le vieillissement :
  • le vieillissement au niveau articulaire avec l'arthrose ;
  • le vieillissement osseux avec l'ostéoporose ;
  • le vieillissement de la peau, avec les rides et les problèmes de cicatrisation ;
•    le vieillissement des artères avec l'athérosclérose.

Sans offense mais votre #nourriture est trop riche

Par Alain TOUIZER, à 07h00 dans GENERALE

Conseils ALJOIMOUR :

> Encore un beau témoignage de Jean-Marc Dupuis, merci !

> On insistera jamais assez sur le fait d'augmenter la consommation de fruits et légumes pour tous etde diminuer celle de céréales... et de protéines,  sauf si vous faites un travail très physique

> Messieurs et mesdames les « bureaucrates », sans vouloir vous offenser,  votre nourriture est bien trop riche ;

Voir nos fiches techniques du :


Alain TOUIZER

Naturopathie à La Réunion - Paris - Normandie



Quand je laisse trop de fils dans la soupe au céleri, mes enfants se consolent en se disant que, au moins, ils mangent des « fibres » et que c'est bon pour leur santé.

Mais le fait qu'un légume soit filandreux n'a rien à voir avec le fait qu'il contienne, ou non, des fibres alimentaires. Un des aliments les plus riches en fibres que vous puissiez trouver est le jus de poire. Il est donc inutile de vous étrangler à essayer d'avaler des poireaux ou des asperges coriaces pour faire le plein de fibres.

Définition d'une fibre alimentaire

Les fibres alimentaires sont des bouts de cellules de végétaux que vous ne digérez pas, parce que vos enzymes de la digestion, c'est-à-dire les produits qui cassent vos aliments en petits bouts pour les faire passer dans votre sang, n'arrivent pas à les attaquer.

Les fibres sont microscopiques : elles proviennent de la paroi des cellules (cellulose, hémicellulose, pectine, lignine) ou alors de l'intérieur de la cellule. Dans le premier cas, ce sont des fibres non solubles, qui vont donc rester solides dans vos intestins. Dans le second cas, les fibres sont gélatineuses, et peuvent se dissoudre dans l'eau, pour former une sorte de gel. Ce sont des fibres solubles.

Techniquement, ces fibres solubles sont des gommes, par exemple la gomme arabique, qui provient de l’acacia et sert à faire des loukoums, des pectines, qui permettent de faire la gelée de coing ou de groseille, des mucilages, c'est-à-dire les substances qui donnent un aspect gélatineux à certaines racines, par exemple la racine de guimauve. On le voit, les loukoums, la gelée de framboise et la guimauve ne sont pas des aliments particulièrement difficiles à avaler (malheureusement !). Et pourtant, ils sont bourrés de fibres.

Pourquoi manger des fibres ?

Fibres solubles et fibres non solubles ont chacune leur utilité.
Les fibres solubles, qui forment donc une sorte de gel, protègent la paroi de l'intestin et l'empêchent d'absorber des substances nocives. Elles freinent l'absorption de la graisse et du sucre, ce qui en fait un aliment recommandé contre les maladies du cœur et contre le diabète.

Les fibres non solubles permettent au transit intestinal de mieux fonctionner. Elles donnent du volume aux matières non digérées, et accélèrent l'évacuation des toxines. Si elles ne peuvent pas être digérées, cela ne veut pas dire pour autant qu'elles ressortent intactes de votre corps. Car lorsqu'elles arrivent dans votre côlon, la partie de l'intestin avant la sortie, elles font le délice de milliards de bactéries qui s'en nourrissent. Elles subissent alors un processus de fermentation au cours duquel elles se transforment et libèrent des produits biologiquement actifs.

Ce sont donc des pré biotiques, le nom qu'on donne aux aliments que vous ne digérez pas, mais qui permettent de nourrir votre flore intestinale, centre essentiel de votre immunité. Dans la mesure où les fibres vous remplissent l'estomac et l'intestin, alors que vous ne les digérez pas, elles donnent un sentiment de satiété. Elles aident les personnes qui cherchent à perdre du poids à moins manger.

Où trouver des fibres ?

Le son de blé, avec lequel est fabriqué le All-Bran, ne contient quasiment que des fibres (non solubles), c'est-à-dire que vous n'en digérez rien. Mais une nouvelle fois, manger des fibres n'impliquent pas forcément de s'infliger une telle autopunition.
Les pruneaux, les fruits rouges, les bananes, les poires et les pommes sont d'excellentes sources de fibres alimentaires. Vous en trouvez également dans les légumineuses : petits pois, haricots blancs et rouges, fèves, lentilles. Les amandes, les noix et les autres oléagineux (noisettes, noix de cajou, etc.) sont riches en fibres aussi. Mais des légumes aussi communs que la carotte, l'oignon, les pommes de terre, les courgettes et les choux-fleurs vous apportent aussi beaucoup de fibres.

Et voilà : vous voyez qu'il ne sera pas très compliqué d'augmenter vos apports en fibres, et ce sans vous auto-flageller.

A votre santé !

Jean-Marc Dupuis
Source