Blog Aljoimour sur la santé et le bien-être à la Réunion. Découvrez tous les conseils relatifs à la nutrition, la diététique et le bien-etre


le #cerveau a besoin des bonnes briques pour se développer

Par Alain TOUIZER, à 05h00 dans SANTE

Conseils ALJOIMOUR :

> Encore un grand bravo à JM  Dupuis  qui nous enrchi des ses infos si importantes.

> Attention par exemple aux huiles de saumon venant de Norvège  qui ne respectent pas  la réglementation sur l'élevage.

Voir nos fiches techniques de :


Alain TOUIZER

Naturopathie à La Réunion - Paris - La Normandie



Bien manger donne un corps sain, mais aussi un esprit sain. La conséquence est que les enfants bien nourris ont plus de facilités à l'école.

C'est une évidence : le cerveau a besoin des bonnes briques pour se développer, et du bon carburant pour fonctionner. Les enfants qui se nourrissent de céréales et de lait, ou de pain beurré à la confiture, ou qui sautent le petit-déjeuner, auront plus de mal à l'école que ceux qui auront eu leur comptant de fruits, légumes, fibres, protéines, fer, calcium, vitamine C et surtout... oméga-3.

Les oméga-3 pour le cerveau

Environ 8 % du poids du cerveau est composé d'acides gras oméga-3. (1)

Les oméga-3 s'accumulent dans le cerveau pendant le développement du fœtus dans le ventre de sa mère. La quantité de DHA (acide docosahexaenoïque, une sorte d'oméga-3), a été étroitement associée à l'intelligence et aux performances cognitives dans l'enfance. Un manque d'oméga-3 dans le cerveau est associé à un retard de maturation du cerveau et des problèmes neurocognitifs : manque d'attention, risque élevé de trouble du déficit de l'attention avec ou sans hyperactivité (TDA/H). (2)

Dans une grande étude parue dans la prestigieuse revue médicale The Lancet, des scientifiques qui ont analysé le régime alimentaire de 12 000 femmes enceintes ont constaté que les enfants de celles qui mangeaient le moins d'oméga-3 avaient 48 % plus de risque de se trouver dans le quart inférieur de la population en terme de quotient intellectuel (QI). (3)

Pour les personnes qui ne croient pas au QI, ou qui ne souhaitent pas y accorder d'importance, les oméga-3 ne rendent pas seulement plus intelligent : ils rendent aussi plus heureux.

Ils ont des propriétés antidépressives et neuroprotectices (qui protègent les neurones). Dans une récente étude capitale, les personnes âgées qui consommaient le plus d'oméga-3 avaient une quantité de matière grise supérieure et voyaient se développer la partie du cerveau associée au sentiment de... bonheur. (4)

Lorsque le cerveau vieillit ou est malade, la teneur en oméga-3 des membranes des cellules du cerveau diminue, et la mémoire régresse. Moins de DHA et d'EPA (acide eicosapentanénoïque, une autre sorte d'Omega-3) dans le cerveau, c'est aussi un risque plus élevé de souffrir d'anxiété, de dépression, de schizophrénie, de démences. (5)

La vitamine B9 améliore les notes

Mais il y a une autre substance essentielle pour les écoliers : la vitamine B9, ou folates.

Selon les chercheurs de l’Université Örebro, en Suède, les adolescents qui consomment le moins de folates sont ceux qui rencontrent le plus de difficultés à l'école. Et cela est vrai quelle que soit la catégorie socio-économique à laquelle ils appartiennent. (6)

La vitamine B9, n’est pas synthétisée par l’organisme, ce qui veut dire que nous ne savons pas la fabriquer. Parmi les aliments riches en cette vitamine, la levure tient un taux record avec 200 microgrammes pour 100g, que vous pouvez consommer sous forme de levure de bière à saupoudrer sur vos salades.

Vous trouvez aussi beaucoup de vitamine B9 dans les salades et les légumes à feuilles (épinard, chou, oseille…), les oléagineux comme les noix, les amandes, les noix de cajou, les pistaches, ainsi que les légumes verts, comme les petits pois et les haricots verts, l’avocat, le jaune d’œuf, le camembert, le bleu, le roquefort, et les fruits orangés (abricots, melon, mangue).

Attention, la vitamine B9, est relativement fragile. Ne faites pas cuire trop longtemps les aliments qui en contiennent.

Fruits et légumes, évidemment

Une équipe de chercheurs canadiens a montré que les enfants qui ont une bonne alimentation et consomment beaucoup de fruits et légumes obtiennent de meilleurs résultats aux tests cognitifs.

Ils ont suivi 5000 enfants âgés d’une dizaine d’années dont ils ont évalué la qualité de l’alimentation en se basant notamment sur la consommation de fruits, légumes, céréales, fibres, protéines, fer, calcium et vitamine C, et ont constaté que ceux qui mangent le plus de fruits et légumes ont les meilleures performances scolaires. (7)

Ce que mangent mes enfants au petit-déjeuner

Comment composer un petit-déjeuner riche en fruits, légumes, oméga-3 et en folates sans effrayer les enfants ?

Il faut y aller progressivement, surtout s'ils ont été habitués depuis leur plus jeune âge à se remplir l'estomac de Chocó Pops ou autres Smacks, tellement plus faciles à préparer, et à avaler.

Mais le palais s'éduque. A la maison, nous avons mis des ingrédients de plus en plus nombreux et variés sur la table du petit-déjeuner. Les enfants ont pris l'habitude : aujourd'hui, ils mangent essentiellement des « nouvelles choses », même si les « anciennes » ne sont pas interdites. Quand on vit au pays de la brioche, du croissant, et de la baguette trempée dans le café au lait, il est en effet difficile de s'en priver définitivement, surtout si on n'a pas de raison médicale ou d'intolérance alimentaire aigüe.

Parmi les ingrédients « anciens », nous classons tout ce qui est riche en saccharose, fructose et en amidon : pain blanc et viennoiserie, confitures, sucre blanc, céréales soufflées ou grillées, biscuits, gâteaux, ainsi que le lait.

Parmi les ingrédients « nouveaux », il y a les radis (roses ou noirs), les avocats, les tomates cerises, les œufs (surtout à la coque, peu cuits), les poissons fumés, les noix, amandes, fruits secs, les fruits mûrs de saison, des charcuteries modérément.

Comme nous préférons éviter les produits laitiers, nous mettons parfois des yaourts et du fromage sur la table, mais pas de façon systématique, et nous évitons de tenter nos enfants avec des yaourts aux fruits à l'emballage multicolore.

Régulièrement, je prépare un grand Bircher Muesli, à la façon suisse : il s'agit d'un mélange de céréales complètes, noix, graines, miel avec lait de soja et fruits frais. Les enfants aiment énormément ça, et n'ont plus aucun regret pour les céréales Kellogg's, qu'ils laissent de côté s'ils ont le choix entre les deux. 

Comme boisson, ils ne boivent plus de Nesquik ni de jus de fruit, mais du thé ou du Ricoré à l'eau, avec un peu de lait et de sucre (nous avons trouvé difficile jusqu'à présent de les convaincre de ne pas sucrer du tout leurs boissons ; à noter qu'ils ne présentent pas de risque d'obésité).

Nous avons sur la table des gélules d'oméga-3 (huile de saumon) et chacun en prend deux le matin (800 mg de DHA, 600 d'EPA), ainsi qu'un complexe de vitamines B, et, d'octobre à avril, quatre gouttes de vitamine D (1200 UI).

Enfin, il y a bien sûr les aliments qui étaient permis, et qui le restent : beurre, pain complet et pain allemand (vollkornbrot), miel.

De repas secondaire, le petit-déjeuner est donc pratiquement devenu le repas principal de la famille Dupuis, contribuant vivement à la convivialité du foyer. Nous sommes tous autour de la table, pendant 30 minutes au minimum, de 7h15 à 7h45, et en fait souvent plus. Nous avons remarqué que nos enfants mangent moins aux autres repas, et qu'ils ont quasiment cessé d'être tentés par les bonbons et barres chocolatées aux récréations. Ils se plaignent moins de s'ennuyer à l'école, et leurs résultats scolaires sont en progrès.

Vivre dans un environnement sain

Enfin, aucun mode de vie ne serait parfaitement adapté aux besoins des enfants si l'on oubliait de parler de l'air qui les entoure.

Il y a l'asthme, les allergies, les problèmes respiratoires bien sûr, mais la pollution affecte aussi le quotient intellectuel des enfants, selon une étude américaine publiée dans la revue Pediatrics.

Les chercheurs, qui ont suivi des femmes enceintes et mesuré le niveau de pollution autour d'elles, se sont alors aperçus que les enfants dont les mamans avaient été les plus exposées pendant la grossesse avaient en moyenne de moins bons résultats aux tests de QI.

Les tout-petits les plus exposés avaient en moyenne 5 points de moins que les enfants dont les mamans avaient subi les niveaux de pollution les moins importants. Une différence suffisante pour influencer les résultats scolaires, précisent les auteurs. (8)

Si vous le pouvez, essayez de bien nourrir vos enfants, et de vivre au vert. Vous vous épargnerez bien des tracas lorsqu'ils seront adolescents et adultes.
 

La fabrique des "#enfants terribles"

Par La Rédaction, à 05h00 dans GENERALE

Conseils ALJOIMOUR :

 
> De nombreux parents sont confrontés à ce problème: ce dossier sera donc d'un grand intérêt
 

Alain TOUIZER

Naturopathie à La Réunion – Paris – La Normandie



Connaissez-vous Pierre l’Ebouriffé ? 

 
Un redoutable petit garçon aux cheveux noirs sorti du livre pour enfants du Dr Heinrich Hoffman ? Crasse-tignasse 1 , comme on le nomme dans la version originale de ce roman paru en 1845, ne tient jamais en place. Il bouge et se tortille, se balance d’avant en arrière et ne reste jamais sur sa chaise… 
 
Le garçonnet refuse que l’on lui coupe les ongles et les cheveux, ce qui explique cette incroyable tignasse qui lui vaut son surnom. 
 
À travers ce personnage d’enfant terrible, le docteur Hoffman décrit pour la première fois ce que l’on nomme aujourd’hui «l’hyperactivité». 
 

QUAND LES GARÇONS TURBULENTS COMMENCENT À INTÉRESSER LA MÉDECINE 

La médecine du XIXe siècle étudie encore peu les enfants, et encore moins leur santé mentale. 
 
Il faut attendre la toute fin du siècle pour que Désiré-Magloire Bourneville, «médecin aliéniste» comme on les appelait avant la fondation de la psychiatrie, décrive en 1897 les symptômes de l’enfant instable. 
 
Petit à petit, les «enfants terribles» commencent à intéresser les médecins. Henri Wallon, médecin neuropsychologue et créateur du laboratoire de psychobiologie de l’enfant, leur dédie même un livre en 1925 : L’Enfant turbulent.
 
À partir de l’étude d’enfants affectés par des retards mentaux, de l’épilepsie ou de l’agitation motrice, il décrit des stades de développement précoces, impulsifs et émotifs. 
 
Considéré comme un des fondateurs de la psychologie moderne de l’enfant, il deviendra plus tard ministre de l’Éducation et sera à l’origine d’une grande réforme du système scolaire français, le Plan Langevin Wallon. 
 
Dans les années 1950, pour évoquer ces problèmes de comportements chez les enfants, on utilise le terme de «syndrome hyperkinétique». En 1960, la psychologue Stella Chess le remplace par «syndrome de l’enfant hyperactif». 
 
Cette appellation s’impose rapidement et entre dans la nomenclature psychiatrique officielle en 1968, dans le Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux II (DSM II) – le livre de référence des pathologies psychiatriques. 
 

Mais qu’est-ce que l’hyperactivité ? 

Et pourquoi parle-t-on autant aujourd’hui ???
 
 

Si vous vous sentez comme une limace ...

Par Alain J. TOUIZER, à 05h00 dans CANDIDOSE
Âmes sensibles, passez directement à la section suivante
Les irritations dues au Candida albicans se produisent dans toutes les régions humides du corps, et en particulier dans et sur les parties génitales. En France, ce sont littéralement des millions de personnes qui souffrent d'infections dues à ce type de levure ou champignon microscopique : au cours de leur vie, 75 % des femmes sont touchées au moins une fois.

Particulièrement répandues sont, chez les femmes, les mycoses vaginales : il se produit un écoulement vaginal épais, blanc jaunâtre, qui a l’aspect du lait caillé et qui adhère aux parois du vagin et au col de l’utérus. Vous ressentirez probablement des démangeaisons et des sensations de brûlure.
Lire la suite...

#Curcuma et exercice

Par La Rédaction, à 06h03 dans GENERALE

Conseils ALJOIMOUR :

 
> Cette racine est un trésor de bienfaits. Pas étonnant qu'elle soit la base culinaire dans de très nombreux pays surtout l'orient, l'Afrique. Les amérindiens aussi l'utilisait comme médecine
 
> C'est une façon de se soigner tout en se nourrissant.
 
> Les occidentaux auraient tout intérêt à au moins l'utiliser comme médicaments... 
 



Alain TOUIZER

Naturopathie à La Réunion – Paris – La Normandie


 
Rien ne peut remplacer l’exercice, mais l’extrait de curcuma semble réussir à produire des avantages similaires pour la santé cardiovasculaire, notamment chez les femmes souffrant de problèmes associés à la santé artérielle dus à l’âge. 
 
Malgré le manque d’intérêt général des praticiens de la médecine conventionnelle concernant le rôle du curcuma dans la prévention des maladies de coeur, il existe de nombreuses recherches publiées sur ses remarquables propriétés cardio-protectrices.
 
Une étude de 2012, publiée dans l’American Journal of Cardiology, a trouvé que l’extrait de curcuma est capable de réduire le risque de crise cardiaque de 56 % après la pose d’un by-pass. 
 
Une autre étude étonnante de 2012 publiée dans le journal Nutrition Research, a révélé que la curcumine, principal polyphénol du curcuma qui lui donne sa couleur dorée, est aussi efficace dans l’amélioration de la fonction vasculaire chez les femmes ménopausées qu’un entraînement d’exercices d’aérobie modérés. [1]
 
L’étude a duré 8 semaines et a impliqué 32 femmes ménopausées réparties en 3 groupes: un groupe contrôle sans traitement, un groupe exercices, un groupe curcumine. 
 
Les chercheurs ont vérifié la santé de la paroi interne de leurs vaisseaux sanguins (endothélium) en utilisant des ultrasons pour mesurer la dilatation artérielle dépendante du flux sanguin, un indicateur bien connu d’élasticité des artères et par suite de la fonction endothéliale.