Blog Aljoimour sur la santé et le bien-être à la Réunion. Découvrez tous les conseils relatifs à la nutrition, la diététique et le bien-etre

Petits #bourrelets? comment les éliminer

Par La Rédaction, à 05h00 dans RECETTES BIEN-ETRE

Conseils ALJOIMOUR :


> Pour les petits bourrelets... graines de lins et clous de girofles.
 

Alain TOUIZER

Naturopathie à La Réunion – Paris – La Normandie



Il vous est probablement souvent arrivé d’avoir des fringales de sucre. Toutefois, dans la mesure où ça ne se produit pas trop souvent, il n’y a pas d’inquiétude à avoir. 

Il y a en effet des personnes qui ont le goût sucré. Le goût sucré peut être une dépendance et les deux raisons principales sont le stress et les parasites dans votre corps.

Lorsque vous mangez trop de sucré pour stopper cette fringale, vous créez les conditions qui permettent l’accumulation de mucus dans votre corps, et cet excès de mucus est une base parfaite pour la reproduction et la multiplication des champignons et des bactéries. 

Cela signifie que cela sape votre énergie quand vous avez des parasites qui vivent dans vos intestins et profitent de l’excès de mucus.

C’est alors que vous mourez d’envie de sucré. Et le pire, c’est que plus vous avez de parasites, plus de graisse se dépose dans votre corps, car ces horribles parasites adorent vivre dans les dépôts de graisse. 

Lorsque vous vous serez débarrassé de ces parasites, vous serez émerveillé de voir toute l’énergie que vous aurez en plus !

Et le plus beau, c’est que vous n’avez qu’à préparer cette recette qui vous aidera à éliminer ces parasites, avec juste deux ingrédients : les clous de girofle et les graines de lin !
 

Ingrédients:

 

 

Cela vous paraît peut-être trop beau pour être vrai ?

Par La Rédaction, à 06h00 dans SANTE

Conseils ALJOIMOUR :


> Article  utile  de Xavier Bazin pour les personnes ayant un cancer


Alain TOUIZER

Naturopathie à La Réunion – Paris – La Normandie



La raison est simple : je ne connais aucune activité qui fasse autant de bien pour la santé du corps ET de l’esprit.

Le yoga vous permet de traverser l’épreuve de la maladie avec d’autant plus de force qu’il :

– Redonne de l’énergie à votre organisme – au moment où les traitements médicaux anti-cancer le malmènent ;
– Calme vos peurs, votre colère, ou vos ruminations – des émotions fréquentes après l’annonce du diagnostic ;
– Réduit les douleurs articulaires et musculaires – souvent aggravées par les traitements ;
– Regonfle votre moral et chasse la déprime ou dépression – qui accompagnent souvent la maladie ;
– Améliore la qualité de votre sommeil – ce qui renforce votre système immunitaire, au moment où vous en avez le plus besoin ;
– Et vous aide à lâcher prise, à vous reconnecter à votre corps, à vos besoins, et à votre esprit – une démarche essentielle pour guérir.


Cela vous paraît peut-être trop beau pour être vrai ?

Et pourtant… Les effets du yoga sont tellement enthousiasmants qu’il est en train d’entrer dans les hôpitaux français… pourtant peu réputés pour leur ouverture à ce genre de méthodes !


Des séances de yoga à deux pas des blocs opératoires

A l’hôpital Saint-Louis, à Paris, cela fait déjà 5 ans que les femmes atteintes d’un cancer du sein bénéficient automatiquement de séances de yoga gratuites… qui ont lieu dans les locaux même de l’hôpital, pas très loin des salles d’opération !

Ce petit miracle doit tout à une femme en avance sur son temps, le Dr Caroline Cuvier, cancérologue. Elle explique :
« L’activité physique diminue le taux de récidive des patientes atteintes d’un cancer du sein. Elle permet aussi d’améliorer la qualité de vie pendant le traitement et de diminuer la fatigue. 

Le yoga, plus spécifiquement, a le mérite de s’adapter à la personne malade, de travailler sur la concentration pour mieux sentir son corps, et même le reconquérir. » [1]

Voila ce qui mérite de s'en préoccuper!

Par La Rédaction, à 06h00 dans SANTE

Conseils ALJOIMOUR :


> Un article pointu de Xavier Bazin sur la tension artérielle. C’est un toubib qui a évolué pour aider à trouver des solutions alternatives. L'article est très long mais si vous trouvez le temps, lisez-le !


Alain TOUIZER

Naturopathie à La Réunion – Paris – La Normandie



Mes proches de 60 ans s’imaginent en sécurité lorsqu’ils reviennent de chez leur médecin avec une tension mesurée à 13/9.

Ils ont tort. Non seulement ce chiffre est loin d’être « parfait », comme vous le verrez, mais il risque fort de continuer à grimper.

On sait que la tension augmente avec l’âge. Mais on ignore souvent que, après 50 ans, cette hausse est vertigineuse [1] 

•    Entre 64 et 75 ans, vous avez deux chances sur trois d’être diagnostiqué en hypertension artérielle, c’est-à-dire avec une tension qui dépasse les 14/9.
•    Et après 85 ans, vous avez 90 % de risques d’être hypertendu !

9 chances sur 10 !!


Voilà qui mérite de s’en préoccuper dès maintenant non ?

Vous me direz peut-être qu’il « faut bien mourir de quelque chose ». Mais vous devez savoir que le plus grand risque associé à l’hypertension, c’est l’accident vasculaire cérébral (AVC).

C’est votre cerveau qui est touché… Après un AVC, si vous survivez, vous pouvez vous retrouver à l’hôpital incapable de parler, d’écrire ou de mémoriser la moindre information nouvelle… ou même paralysé, condamné au fauteuil roulant pour le reste de vos jours.

Sans compter que l’hypertension multiplie par 6 votre risque d’être victime de la maladie d’Alzheimer !

Heureusement, l’hypertension n’a rien d’inévitable, et il suffit généralement d’adopter un mode de vie sain pour baisser sa tension et éloigner ces terribles maladies.

Mais pour se motiver à changer, encore faut-il être informé du danger !


Je cherche à vous inquiéter ? Non, à vous informer !

Le problème est que le discours ambiant sur l’hypertension est beaucoup trop rassurant.










 

Faut-il prendre des #compléments #alimentaires?

Par La Rédaction, à 06h00 dans SANTE

Conseils ALJOIMOUR :


> Voici un dossier excellent  sur vitamines, les indispensables ....


Alain TOUIZER

Naturopathie à La Réunion – Paris – La Normandie




La question fait régulièrement débat et certains scientifiques n’hésitent pas à affirmer qu’il est inutile de prendre des compléments de vitamines et de minéraux. 

Mais qu’en est-il réellement  ? L’erreur, largement colportée par l’enseignement officiel de la médecine, est de croire qu’on a assez de vitamine D tant qu’on ne souffre pas de rachitisme, ou qu’on a assez de vitamine 

C tant qu’on n’attrape pas le scorbut. Rien ne pourrait être plus faux. En réalité, ces maladies ne sont que les manifestations les plus extrêmes d’une carence en vitamines. Bien avant que n’apparaissent ces affreuses maladies, votre corps et votre esprit cessent de fonctionner de façon optimale. 

Selon le Professeur David Kennedy de l’université de Northumbria, « le niveau de vitamines optimal est largement au-dessus du niveau qui permet d’éviter les maladies ». 

Et pourtant de nombreuses études nutritionnelles dans les pays industrialisés montrent que les déficits en vitamines et en minéraux qui correspondent à un apport insuffisant pour assurer le maintien d’une santé optimale sont, eux, très courants. 

En France, toutes les données recueillies par les enquêtes menées ces vingt dernières années montrent clairement qu’une proportion importante des Français est en déficit : ils ne reçoivent que la moitié (ou moins) des apports nutritionnels conseillés (ANC) pour plusieurs vitamines et minéraux1.