Blog Aljoimour sur la santé et le bien-être à la Réunion. Découvrez tous les conseils relatifs à la nutrition, la diététique et le bien-etre


#Céréales pour nos #enfants

Par La Rédaction, à 06h00 dans SANTE

Conseils ALJOIMOUR :


> La ruse industrielle  des céréales qui attrapent  parents et enfants, révélée


Alain TOUIZER

Naturopathie à La Réunion – Paris – La Normandie



Par quel moyen les fiers épis de maïs et de blé, que l’on aperçoit dans les champs se retrouvent-ils dans les boites de céréales de nos enfants ? 

En suivant tout un processus de transformation qui varie en fonction du type de céréales que les grandes marques veulent obtenir.

Nos bambins ont le choix entre 4 sortes de céréales : les pétales, les soufflées, les éclatées et les extrudées. 

Les 3 premières sont obtenues par simple transformation du grain originel, alors que pour l’extrusion les céréales sont d’abord réduites en une pâte qui pourra être découpé en n’importe quelle forme.
 

Etapes préliminaires

Après leur récolte les grains vont être débarrassés de leur enveloppe cellulosique externe, enveloppe coriace et peu assimilable. 

Puis ils sont placés dans un mélangeur où sont rajoutés le malt, le sel, le sucre, les vitamines et minéraux additionnels. Enfin, les grains sont cuits afin de transformer l’amidon en glucides plus digestibles.

La suite des opérations va dépendre du type de céréales à obtenir.

 

DIOXINES - cette substance hautement #cancérogène ?

Par La Rédaction, à 06h00 dans SANTE

Conseils ALJOIMOUR :


> Mesdames, si vous utilisez la marque de tampons Tampax, lisez cette info avec soin, et voyez d'autre marques qui respectent votre personne en ne vous mettant pas en danger avec des fibres synthétiques


Alain TOUIZER

Naturopathie à La Réunion – Paris – La Normandie



Les Tampax représentent un marché colossal et leur secret de fabrication est farouchement conservé par Procter & Gamble, le fabriquant de la marque TAMPAX, leader mondial du marché, (ainsi que des lessives et détergents…..). 

Or, qui sait que ces cartouches si absorbantes et si pratiques sont imbibées… de DIOXINES – cette substance hautement cancérogène ?

Le cancer du col de l’utérus est le second cancer féminin, et une femme meurt du cancer de l’utérus toutes les deux minutes dans le monde ! Y aurait-il un rapport ??? La moyenne des femmes ayant cinq jours de menstruation par mois durant 38 ans, utilisera donc statistiquement 11.000 tampons au cours de sa vie.

Ce produit d’hygiène intime féminin est classé par la FDA (Food and Drug Administration) comme un instrument médical. 

Ainsi, les fabricants ne sont pas tenus de se conformer aux mêmes règles d’étiquetage que celles en vigueur pour les aliments, médicaments ou cosmétiques. 

Tout comme pour les tests de toxicité dans la distribution alimentaire, les tests d’ordre chimique sur les tampons sont réalisés par les fabricants ou des chercheurs privés qui sont payés par ceux qui fabriquent et vendent les tampons

A noter que Procter & Gamble tient à garder secrète la recette de sa soupe chimique vu que les seules femmes américaines rapportent deux milliards de dollars par an pour leurs serviettes hygiéniques et leurs tampons chimiques.


Enquête sur la composition des Tampax



 

Les #sardines, base d'#alimentation méditerranéenne

Par La Rédaction, à 06h00 dans RECETTES BIEN-ETRE

Conseils ALJOIMOUR :


> Article sur les sardines, et une méthode sur ALZHEIMER


Alain TOUIZER

Naturopathie à La Réunion – Paris – La Normandie



Elle n’est plus à la mode mais la sardine reste un des meilleurs poissons :

Riche en oméga-3, pauvre en mercure, 0 % de sucre, plein de bonnes protéines, de sélénium, de choline, niacine, vitamine D, vitamine B2 et B12, phosphore… 

Les arrêtes sont molles et se mangent donc facilement, apportant beaucoup de calcium assimilable.

La sardine est une pierre de base de l’alimentation méditerranéenne et européenne.

Les légionnaires romains mangeaient des sardines séchées durant les campagnes militaires.

Les soldats de Napoléon mangeaient des sardines à l’huile grâce à la boîte de conserve qui venait d’être inventée par Nicolas Appert (1795). Cela explique en partie leur incroyable résistance et cette capacité restée légendaire de traverser l’Europe de long en large à pied et souvent sans chaussures.


Sardine vient de Sardaigne

Sardine vient du nom « Sardaigne », car c’est près des côtes de cette île que les pécheurs exploitaient les bancs de poisson à l’époque romaine.

Mais elle prolifère un peu partout dans le monde. Elle forme des bancs parfois très compacts entre 10 et 50 mètres de profondeur au large.

Elle se nourrit de plancton végétal et sa vie est courte (5 à 6 ans) : deux raisons qui expliquent sa très faible bio-accumulation de mercure et autres contaminants, qui en font un poisson particulièrement sain.

La sardine a un fort goût de poisson qui déplaît à certains mais reste beaucoup moins forte que le principal autre « petit poisson gras de mer froide » qu’est l’anchois.

Elle est délicieuse au barbecue, arrosée d’un jus de citron, d’herbes de Provence, de sel, poivre et d’un filet d’huile d’olive, et bien plus saine que les chipolatas ou la viande rouge.

 

La théorie « chimique » qui arrange tout le monde

Par La Rédaction, à 06h00 dans SANTE

Conseils ALJOIMOUR :


> C’est un article du Dr Bazin sur les antidépresseurs, tant de gens sont concernés…


Alain TOUIZER

Naturopathie à La Réunion – Paris – La Normandie



Il est aujourd’hui bien établi que, pour 90 % des dépressions (légères et modérées), les antidépresseurs chimiques n’ont pas plus d’effet qu’un simple placebo (une pilule contenant du sucre).

Certes, il arrive fréquemment que des patients aillent mieux après avoir pris ce traitement. Mais on sait désormais qu’ils auraient ressenti la même amélioration avec une gélule vide.

Cela peut paraître surprenant, quand on sait que des millions de Français continuent de se voir prescrire ces médicaments… mais les preuves scientifiques sont très solides.

En 2008, des chercheurs ont passé en revue les 47 études scientifiques portant sur la classe la plus populaire d’antidépresseurs : les « inhibiteurs sélectifs de la recapture de la sérotonine » (ISRS) – les fameux Prozac, Plaxil et Zoloft… et Seroplex.

Leur conclusion, publiée dans le prestigieux journal médical PLoS (Public Library of Science) est sans appel : [1]

« Les antidépresseurs de nouvelle génération ne fonctionnent pas mieux qu’un placebo (produit inactif donné à l’insu du patient) pour la majorité de patients souffrant d’une dépression légère ou modérée (…) Il semble y avoir très peu de raisons de prescrire des antidépresseurs à qui que ce soit sauf aux personnes les plus sévèrement déprimées ».

Deux ans plus tard, c’est le très reconnu journal JAMA (Journal of the American Medical Association) qui enfonce le clou. [2]