Blog Aljoimour sur la santé et le bien-être à la Réunion. Découvrez tous les conseils relatifs à la nutrition, la diététique et le bien-etre

Voilà mes #secrets, ils sont à vous !!!

Par Alain J. TOUIZER, à 06h00 dans DEVELOPPEMENT PERSONNEL
Beaucoup ont été traités dans la méthode d’organisation du temps dont je suis l’auteur. D'autres sont plus personnels. On me demande souvent comment je peux faire tellement de choses tout en voyageant, en me levant quand j’en ai envie et en pratiquant de nombreux hobbies. Vous allez avoir une grande partie des réponses...
Lire la suite...

Solution magique pour #mincir

Par La Rédaction, à 06h00 dans RECETTES BIEN-ETRE

Conseils ALJOIMOUR :


> J’ai déjà donné plusieurs recettes au gingembre. Messieurs mesdames,  pour nos  petits cousins d'amour gras, c'est un peu piquant mais pas désagréable…
 

Alain TOUIZER

Naturopathie à La Réunion – Paris – La Normandie




Voici une recette ancestrale pour faire fondre les graisses sans vous affamer avec des régimes draconiens trop tristes ! Le secret : l’infusion au gingembre. 

Une recette très ancienne dont l’efficacité est prouvée particulièrement contre les graisses des hanches, cuisses et ventre.

Dans une casserole, versez une racine de gingembre coupez en lamelles dans 1.5 litre d’eau ,portez à ébullition, puis diminuez le feu et laissez mijoter 15 minutes. Eteignez le feu et laissez refroidir. 

Buvez en tout au long de la journée (minimum un litre par jour).


Actions de l’infusion de gingembre :


Anti inflammatoire puissant : en cas de douleur et inflammation rhumatismale son action est puissante.

Antioxydant : purifie le corps de ces radicaux libres.

Anti cancer : grâce aux propriétés anti-inflammatoires et anti oxydantes.

Anti-cholestérol : prévient aussi l’obésité et les maladies cardiaques. Cette infusion abaisse aussi la tension artérielle.



 

#Enfants, les soigner par les #plantes...

Par La Rédaction, à 06h00 dans SANTE

Conseils ALJOIMOUR:


> Un cours de l'atelier des plantes qui me semble équilibré pour traiter les bobos des enfants


Alain TOUIZER

Naturopathie - La Réunion - Paris - La Normandie


 

De vous à moi : Soigner ses enfants par les plantes en toute sécurité

Une des questions qui m'est posée fréquemment concerne l’usage des plantes avec les enfants. Vous avez raison de m’interroger à ce sujet, car les enfants ne supportent pas les plantes de la même manière que les adultes. Nous devons donc être vigilants avant de les administrer à nos enfants.

Pour chasser vos inquiétudes et vous aider à en faire bon usage, j’ai décidé de vous partager mon expérience. Et vous allez voir que lorsqu’elles sont utilisées avec précaution, les plantes peuvent être de précieuses alliées pour la santé de nos enfants. 

La première question que vous vous posez sans doute est la suivante : quelles sont les plantes inoffensives que je peux donner à mon enfant d’une manière régulière ? Je vous l’accorde, il est difficile d’y voir clair, car la confusion règne dans les livres et sur les sites internet. Personne n’ose trop se prononcer aujourd’hui de peur de mal faire. Et c’est bien normal, nous n’avons pas envie de prendre des risques avec nos enfants, moi le premier. 

Mais d’un autre côté, nous avons une longue tradition d’utilisation de certaines plantes douces avec les enfants, et il n’y a donc pas de raison d’avoir peur. J’aimerais donc passer en revue les plantes que j’ai utilisées régulièrement avec mes enfants afin de vous en faire profiter. D’abord parlons des préparations. Les formes les plus faciles à donner aux enfants sont soit les sirops, soit les infusions. 

Le sirop est très sucré, ce qui le rend très agréable à prendre. Je vous en parlerai un peu plus tard dans ce programme avec une vidéo « Venez à bout de la grippe : réalisez un sirop de baies de Sureau ». 

L’autre préparation préférée des enfants, c’est l’infusion. Elle peut elle-aussi être sucrée avec du miel pour la rendre plus agréable, mais l’avantage avec l’infusion, c’est qu’on peut essayer de la donner non sucrée aux enfants, et parfois ça passe ! Et vous m’avez compris, il est préférable d’éviter les sucres lorsque c’est possible. 

Vous avez aussi une autre forme très adaptée aux petits : le macérât glycériné. Il est intéressant pour les enfants, car la glycérine n’est pas un sucre mais elle a un goût très sucré sans influence sur la glycémie. Dans la vidéo « Des enfants sages comme des images avec le macérât glycériné à la matricaire », je vous montrerai comment le fabriquer mais vous pouvez aussi le trouver sur le marché. 

En ce qui concerne les teintures, je ne suis pas spécialement contre, car on les donne à de faibles doses. Et la question de l’alcool ne me semble pas problématique d’autant plus qu’on dilue la teinture dans l’eau. Lorsqu’on y réfléchit bien, on trouve aussi un peu d’alcool dans une banane bien mûre, et on ne va pas s’affoler pour autant.

Notez que lorsque l’enfant ne veut pas prendre l’une des infusions suggérées plus bas, il faut parfois avoir recours aux teintures. Si vous trouvez un macérât glycériné de la plante sur le marché, c’est toujours préférable, mais sinon, la teinture est selon moi une approche acceptable. 

Outre le choix des plantes et des préparations, la question de l’âge suscite aussi le débat. En général, on peut donner de petites doses de préparations à base de plantes aux enfants à partir de 2 ans. Entre 1 et 2 ans, c’est là encore la confusion, personne n’ose trop se prononcer.

En ce qui me concerne, j’ai utilisé les plantes avec mes enfants à partir de 1 an en toute confiance en respectant toujours le principe suivant : Ajuster la dose en fonction du poids de l’enfant en faisant une règle de 3, en supposant que le poids d’un adulte est de 70 kg. 

Prenons un exemple : La dose est de 1 cuillère à café de sirop 2 fois par jour pour un adulte. L’enfant pèse 20 kg. On va diviser 20 par 70 ce qui donne environ 0,3, donc un tiers de cuillère à café. Ce n’est pas une mesure bien exacte, mais ça fera très bien l’affaire pour la vie de tous les jours (et on peut arrondir à une demie cuillère à café). 

Regardons à présent quelles sont les maladies infantiles les plus courantes. 
 

Bobo n° 1 : Le mal de ventre

Que ce soit dû à un repas avalé trop vite, à des intolérances alimentaires qui peuvent arriver de plus en plus tôt de nos jours, à de la nourriture légèrement avariée, le mal de ventre est une plainte fréquente chez l’enfant. L’une des plantes les plus efficaces dans mon expérience, c’est la cataire (Nepeta cataria), une cousine de la menthe. Vous trouverez la plante dans de nombreuses jardineries.

Elle pousse très facilement au jardin ou en pot sur le balcon. Par contre, je l’ai rarement vue en herboristerie, et elle supporte plutôt mal le séchage. Préparez une infusion faite à partir de quelques feuilles de la plante, laissez infuser à couvert pendant 10 minutes et faites boire chaud. Celle-ci demande parfois un peu de miel pour être acceptée par l’enfant. 

Si vous n’avez pas de cataire, la mélisse (Melissa officinalis) est aussi excellente et très agréable à boire avec son petit goût citronné. Là encore une pincée de feuilles fraîches pour une tasse d’infusion, à boire chaud ou sinon des feuilles récemment séchées provenant d’une herboristerie de confiance. 
 

N° 2 : Les problèmes de surexcitation et d’énervements

L’enfant ne tient pas en place, il est très énervé, commence peut-être à faire des caprices, à crier sans raison, ce qui arrive souvent après une longue journée d’école. La plante qui m’a toujours donné le plus satisfaction dans ce cas-là, c’est la camomille allemande (Matricaria recutita).

Préparez une tasse d’infusion avec une cuillère à café des fleurs fraîches si possible ou récemment séchées sinon. Laissez infuser 10 minutes à couvert et faites boire chaud. Les bractées de tilleul (Tilia platyphyllos) fonctionnent très bien, car elles ont un goût très agréable et douceâtre. Mettez une pincée des bractées pour une petite tasse sous forme d’infusion. 
 

N° 3 : Les problèmes de sommeil

Les difficultés d’endormissement reviennent fréquemment. Je vais laisser les causes psychologiques de côté – peur de la séparation, peur du noir, etc. qui peuvent être une source significative de stress et de mauvais sommeil chez l’enfant.

En supposant que de tels stress psychologiques ont été écartés, j’ai souvent deux plantes à ma disposition. Le coquelicot (Papaver rhoeas) et le pavot de Californie (Eschscholtzia californica). Les deux sont cousines et ont des propriétés sédatives assez douces pour être utilisées chez l’enfant. 

Pour le coquelicot, j’utilise en général un sirop fait à partir des pétales que vous trouverez en herboristerie. Dans une prochaine vidéo au sujet des toux sèches chez l’enfant, je vous montre comment le fabriquer, vu qu’il est aussi antitussif. Si votre enfant rencontre des problèmes d’endormissement, donnez une petite cuillère à café une demi-heure avant d’aller au lit, ou, si au contraire, il souffre de réveils nocturnes, donnez la cuillerée juste avant d’aller au lit. 

Le pavot de Californie, lui, se prend sous forme de teinture que vous pouvez fabriquer vous-même ou que vous pouvez acheter dans le commerce. La prise pour un adulte est d’une centaine de gouttes dans un peu d’eau. Faites donc une règle de 3 par rapport au poids de votre enfant. Si l’enfant fait 35 kg, cela fera une cinquantaine de gouttes. 

Pour ces deux plantes, si les problèmes de sommeil sont chroniques, essayez une cure d’au moins 3 semaines avant de porter vos conclusions. Prenez soit le coquelicot, soit le pavot de Californie, mais pas les deux à la fois. 
 

N° 4 : Les bobos de l’hiver

Pour stimuler l’immunité des enfants qui ont tendance à faire des infections à répétition pendant l’hiver, le sirop de baies de sureau noir (Sambucus nigra) est le produit qui me donne le plus de résultats. Et pourtant, il y a quelques années, je vous aurais volontiers orienté vers l’échinacée même chez l’enfant.

Mais aujourd’hui, je m’aperçois que les baies de sureau sont plus efficaces que toutes les préparations à base d’échinacée. Le sirop peut s’utiliser à la fois en prévention à raison d’une cuillère à café 2 fois par jour, ou en traitement d’attaque au tout début d’un froid à raison d’une cuillère à café toutes les 2 heures jusqu’à 5 fois par jour. Attention : je vous donne les doses adultes que vous devez adapter au poids de votre enfant selon le calcul que je vous ai expliqué avant. 
 

N° 5 : La toux sèche et nerveuse

Elle est très courante chez l’enfant. Le problème est que l’enfant tousse tellement qu’il en dort mal, ce qui abaisse son immunité. De plus, il s’abîme la muqueuse de la gorge, ce qui peut entraîner une surinfection bactérienne. Comme je vous l’explique prochainement dans une vidéo sur les toux sèches des enfants, le sirop de coquelicot me donne pleine satisfaction. Il enraye ce genre de toux et fera mieux dormir l’enfant.

Utilisez-le à la cuillère à café 4 à 5 fois par jour, en particulier une prise avant d’aller au lit. Veillez une nouvelle fois à adapter la dose adulte au poids de l’enfant. 


N° 6 : Les nombreux bobos extérieurs

En application externe, j’ai toujours une teinture d’arnica (Arnica montana ou A. chamissonis) que j’applique diluée (1 volume de teinture pour 4 d’eau) dès qu’il y a eu un coup avec hématome. Cette teinture ne doit pas s’appliquer s’il y a plaie ouverte.

Tenez-la hors de portée des enfants. À la place de la teinture diluée, on peut aussi appliquer un macérât huileux d’arnica, légèrement moins efficace dans mon expérience. Pour les griffures, égratignures et autres piqûres, j’ai essayé de nombreux mélanges, et je reviens toujours à un onguent fait à partir de macérât huileux de souci (Calendula officinalis) et de plantain lancéolé (Plantago lanceolata) que j’utilise seul ou dans lequel je dilue quelques gouttes d’huile essentielle de lavande vraie. C’est tout simple et très efficace. 

Voilà donc une poignée de plantes pour accompagner les problèmes passagers de l’enfance. Certes j’en ai utilisé d’autres pendant que mes enfants grandissaient, pour des situations plus pointues. Mais dans l’ensemble, celles que j’ai le plus utilisées se trouvent ci-dessus.

Vous remarquerez que je n’ai pas abordé les problèmes chroniques, comme les otites à répétition ou les problèmes d’asthme ou d’eczéma, car comme chez l’adulte, ces problèmes nécessitent une réflexion de fond qu’il serait trop long à aborder ici. Il se peut que je les aborde plus tard dans le programme. 

En attendant, vous êtes armés pour tous les tracas quotidiens qui font partie de la vie très animée de vos enfants. Pour toute autre utilisation que celles que j’ai abordées dans cet email, je vous invite à demander conseil à un spécialiste et à adopter le principe de précaution ! À bientôt ! 
 

Bonnes adresses :

Teinture de pavot de californie : http://biosimples.com/pavot- de-californie-eschscholtzia- bio-teinture-mere-p-267.html 

Sirop de baies de sureau : http://www. herboristerieduvalmont.com/ sirops-de-l-herboriste/1730- sirop-de-sureau-bio-150-ml- ladrome-3486330090459.html 

Teinture d’arnica : http://www.pierredastier.com/ extraits-hydroalcooliques/ arnica-montana-arnique-des- montagnes-bio-phyto-extract, fr,4,EA0025.cfm 

Macérat huileux d’arnica : http://biosimples.com/arnica- maceration-de-fleurs-sauvage- bio-100ml-p-491.html 

Macérat huileux de souci : http://biosimples.com/ calendula-souci-sauvage- fleurs-100-ml-p-489.html


Rendez-vous ici pour commenter ce message.
 

#Atelier des #plantes

Par La Rédaction, à 06h00 dans GENERALE

Conseils ALJOIMOUR:


> Webinaire atelier des plantes


Alain TOUIZER

Naturopathie - La Réunion - Paris - La Normandie


Vous étiez nombreux à suivre Christophe Bernard en direct hier soir. Je vous remercie de votre participation active et remercie également chaleureusement Christophe Bernard et Rémi pour les précisions qu'ils vous ont apportées. 

Je pense que, comme moi, vous serez heureux de voir ou revoir ces échanges. Pour cela, il vous suffit de cliquer sur le lien ci-dessous :  

Accéder à la retransmission du webinaire 

A bientôt !

Jean-Marc Dupuis