Blog Aljoimour sur la santé et le bien-être à la Réunion. Découvrez tous les conseils relatifs à la nutrition, la diététique et le bien-etre

C’est le #remède le plus #traditionnel…

Par Alain J. TOUIZER, à 07h32 dans SANTE
Différents compléments alimentaires peuvent toutefois enrayer la progression de la maladie. Mais, pour bien faire, il faudrait en prendre dès l‘âge de quarante ans, alors qu’aucun signe inquiétant n’est apparu. Adapter son régime alimentaire peut...
Lire la suite...

Réponses de l'#organisme au #stress et à la #relaxation...

Par Alain J. TOUIZER, à 07h42 dans INFOS DIVERSES
Les glandes endocrines libèrent des hormones (cortisol et adrénaline) qui accélèrent les rythmes cardiaque et respiratoire, élèvent la glycémie, augmentent la sudation, dilatent les pupilles et ralentissent la digestion. Au stade de résistance, l'organisme s'adapte à un stresseur persistant et régule les perturbations provoquées par la réaction d'alarme.
Lire la suite...

#son d'#avoine, excellent pour capter les #graisses

Par Alain J. TOUIZER, à 07h50 dans SANTE
Avec le printemps qui arrive et les envies de minceur qui l'accompagnent, le son va devenir la star de vos placards Autrefois réservé aux chevaux, le son d’avoine est devenu notre allié dans la lutte contre les kilos grâce à ses qualités de "mange graisses"!
Lire la suite...

Le #lapacho, excellent pour toutes ces #infections ...

Par Alain TOUIZER, à 06h25 dans PRODUITS BIO

Conseils ALJOIMOUR :

> J'aime conseiller cette plante car c'est « un simple » (plante unique dans son état origine naturel, et non une composition).

 > Pour certaines personnes ayant des complications médicales ou de nombreux médicaments à consommer, une plante très active comme le Lapacho, (qui a fait ses preuves sur des tumeurs et bien d'autres chose d'autres), peut avoir une action salvatrice et réparer des tissus endommagés ou en danger.

>  Il est souvent compatible avec les médicaments. À consommer, avec parcimonie et sans excès. 2 tasses par jour sont suffisantes pour la majorité des gens...

Alain TOUIZER

Naturopathie à La Réunion



Infections : le remède venu d'Amazonie

Le froid, la pluie, les fatigues accumulées de l'année rendent la période propice aux infections : nez bouché, mal de gorge, gastro-entérite, infections de peau et infections urinaires (cystite).

Lorsque les premiers Européens débarquèrent en Amazonie, ils découvrirent que les Indiens Kallawayas, guérisseurs traditionnels de l’Empire Inca, employaient une décoction de lapacho, pour combattre toutes ces infections. Ils s’en servaient aussi comme antidote aux piqûres d'insectes et aux morsures de serpents.

Le lapacho est un grand arbre qui produit de magnifiques fleurs roses en forme de cloche. Il pousse au Pérou, en Bolivie, au Chili et au Paraguay, dont il est l'arbre national. Son bois précieux contient (entre autres) du fer assimilable, des tanins, des flavonoïdes et des coumarines (substances accentuant la fluidité sanguine), des antiseptiques et des antibiotiques ainsi que des antiviraux, des oligo-éléments et des minéraux (magnésium, calcium, zinc, phosphore, chrome, manganèse, silice, cuivre, molybdène, sodium, potassium, argent, bore, strontium, or, baryum, nickel).

Il fait donc partie de ces végétaux aux vertus tonifiantes exceptionnelles, au même titre que le ginseng et l'échinacée.

Des études scientifiques ont été réalisées sur le lapacho. Elles ont confirmé qu'il contient des composés qui ont bel et bien des propriétés anti-infectieuses, antidouleur et anti-inflammatoires, comme le veut la tradition [1].

Peu répandu en Europe, le lapacho est aujourd'hui très populaire au Brésil pour combattre toutes sortes d'infections, notamment les gastro-entérites, les infections des voies respiratoires, les infections cutanées, la cystite et la vaginite.

Comment faire une décoction de lapacho

Pour faire une décoction de lapacho à usage médicinal, il faut réduire en poudre 15 g à 20 g d'écorce interne séchée, vendue en herboristerie, et les faire bouillir pendant quinze minutes dans 500 ml l'eau. À la fin, laisser tiédir et filtrer le liquide à l'aide d'une passoire avant de l'utiliser.

La décoction peut-être bue. Elle a un goût boisé avec une touche de vanille et une légère amertume en fin de bouche, qui ressemble un peu à celui du thé rouge, ce qui la rend agréable à consommer et peut être sucrée avec du miel.

On peut aussi en imbiber des tampons à appliquer sur la peau en cas de candidose, de psoriasis ou d'autres infections cutanées. La bêta-lactone, un composé purifié de lapacho s’est révélée aussi active que le médicament anthralin pour contrer l’hyperprolifération des cellules de la peau utilisé contre le psoriasis [2].

Contre les vaginites, on emploie au Brésil des tampons vaginaux imbibés de cette décoction refroidie qu'on change toutes les 24 heures.

Veillez à bien utiliser l'écorce interne de l'arbre, qui est la couche qui se trouve entre l'écorce et le bois formé, et dans laquelle circule la sève. On l'appelle aussi aubier.

La décoction de lapacho peut être bue contre les cystites (infections urinaires) mais il ne faut pas oublier que la phytothérapie (médecine par les plantes) dispose aussi pour cela d'un remède très efficace, le jus de cranberry, ou canneberge.


Action potentielle contre le cancer

Utiliser des plantes pour se soigner permet d'éviter les effets secondaires indésirables des médicaments.