#Herboristerie, exit la #médecine du passé.

Par La Rédaction, le 29 juil 2019 à 06h00 dans CONSEILS SANTE | 0 commentaire
#conseils #santé #herboristerie #plantes Parlez du retour des herboristes à un représentant de l’ordre des pharmaciens, il vous dira que c’est impossible : ce serait céder une part de l’exercice de la profession à des concurrents.
L’heure est grave… En France, l’herboristerie a subi une véritable mise à mort politique. En fait, deux décisions réglementaires ont suffi pour sortir les herboristes du jeu, pour le plus grand profit des pharmaciens. 
 

On a eu droit à l’hypocrisie solidaire


En 1930, une loi crée la couverture sociale et pose le système de santé que nous connaissons : l’industrie fabrique, le médecin prescrit, le pharmacien distribue et les assurances sociales régalent [1].

 















Les herboristes, « oubliés » dans les prescriptions des médecins, sont, de fait, exclus du trio gagnant. 

Cela ne suffit pas à tuer les herboristes qui gardent la confiance de beaucoup de patients et en particulier des paysans. Le pouvoir n’accepte pas longtemps cette anomalie. Sous pression des pharmaciens, il supprime le diplôme d’herboriste en 1941. 
 

Exit la médecine du passé.


On compte pourtant à ce moment-là plus de 4 000 herboristes pour 11 000 pharmaciens (soit près du tiers !). L’herboriste, même s’il cède du terrain face à la molécule chimique triomphante, est encore bien en place. Bref, le moribond n’en n’était pas un et puisqu’il refusait de mourir de lui-même, on l’a assassiné.

 

Commentaires ALJOIMOUR:


> On parle de plus en plus du rétablissement de l'herboristerie en Francee. Il est temps. Nous, herboristes, sommes plus efficaces que de nombreux médocs de pharmacie, 


Alain TOUIZER

La Réunion - Paris - La Normandie