L'#horloge biologique, un #champ de #recherches à explorer

Par La Rédaction, le 20 mars 2019 à 05h00 dans INFOS PRATIQUES | 0 commentaire
#infopratiques #horloge_biologique #sommeil Cette horloge interne propre à chacun déterminerait si certaines personnes sont des lève-tôt et d'autres des couche-tard, ces derniers étant par ailleurs plus à risque de maladies mentales.
A la suite d'une analyse de l'ADN de milliers de personnes, des chercheurs affirment que le sommeil est régulé par des centaines de gènes, la plupart étant impliqués dans l'horloge biologique.

Surtout, cette horloge interne propre à chacun déterminerait si certaines personnes sont des lève-tôt et d'autres des couche-tard, ces derniers étant par ailleurs plus à risque de maladies mentales.

 















Cette étude publiée dans Nature Communications suggère que le fait d’être programmé en tant que « lève-tôt » peut améliorer le bien-être et réduire le risque de schizophrénie et de dépression. 

Cependant, malgré de nombreuses spéculations antérieures, elle ne révèle aucun lien étroit avec des maladies telles que le diabète ou l’obésité. 

Surtout, les chercheurs ont découvert qu'en tout, 351 gènes sont directement impliqués dans le fait de vivre comme un « oiseau de nuit » ou l'inverse. « 

Cette étude met en évidence un grand nombre de gènes qui peuvent être étudiés en détail pour déterminer comment différentes personnes peuvent avoir différentes horloges biologiques », explique le Pr Mike Weedon.  

Commentaires ALJOIMOUR :


> Pour moi aussi c’est une question d'horloge biologique, liée à l'heure de la naissance.

< Quelques heures avant de naitre, un bébé se réveille fort pour l'accouchement, ce donc selon que ce soit matin, nuit ou soi.

> L’horloge biologique se répercute tout le long de la vie. Bien sûr chacun s'adapte au rythme imposé par la société, mais de nombreuses personnes se sentiraient beaucoup mieux à travailler la nuit …
 

Alain TOUIZER

Naturopathie La Réunion – Paris – La Normandie