Ma #vision de la #beauté a changé

Par La Rédaction, le 26 janv 2018 à 05h00 dans INSOLITE | 0 commentaire
#insolites #beauté #femmes Les canons de beauté sont différents partout. Dans certaines parties du monde, la femme doit être modeste, calme, couverte. Mais dans d'autres parties, elle est peu habillée, hypersexualisée. Une vraie pression est exercée sur la femme. »
Suite à l'article vu sur le site Vice, nous avons repris le lien vers sa source directe.

Éthiopie, 2013. La photographe roumaine Mihaela Noroc, visite le pays avec son mari. Frappée par la beauté des femmes qu'elle rencontre, elle décide de les photographier. 


 

















 
Quatre ans plus tard paraît son livre, The Atlas of Beauty, 500 portraits de femmes de tous âges et tous horizons, qui définissent, chacune à leur façon, ce qu'est la beauté.

De retour d'Éthiopie, Mihaela est rentrée dans sa ville natale, Bucarest, avec l’envie de photographier le plus de femmes possibles. 

Elle a économisé, et entrepris un voyage de 14 mois au cours duquel elle a parcouru 30 pays par voie terrestre, en passant par l'Arctique, la Chine et la Russie.

« Ma vision de la beauté a changé. Si vous tapez "belle femme" sur Google, vous allez tomber sur une version très restreinte de ce qu’est la beauté », déclare-t-elle. « 

En général, c'est une femme blonde aux yeux bleus, la bouche légèrement entrouverte. J'ai pourtant vu des femmes bien plus incroyables, mais elles ne sont tout simplement pas assez représentées dans le monde. »

Mihaela a parcouru l'Europe, mais aussi l'Iran, le Tibet, la Corée du Nord, l'Asie du Sud-Est, l'Australie, la Nouvelle-Zélande, le Pacifique Sud et certaines zones de l'Amérique du Sud. Il lui arrivait de passer des heures et des heures à marcher dans les rues, avant d’être soudainement « frappée » par le besoin de photographier une femme.

« Les canons de beauté sont différents partout, explique Mihaela. Dans certaines parties du monde, la femme doit être modeste, calme, couverte. Mais dans d'autres parties, elle est peu habillée, hypersexualisée. Une vraie pression est exercée sur la femme. »

Les femmes photographiées par Mihaela sont belles parce qu'elles sont naturelles, sans artifices, sans maquillage. « Mon livre évoque la liberté, déclare-t-elle. 

Les femmes sont représentées comme elles-mêmes le voulaient. » Ces femmes, les voici.

Les photos, parlent d'elles-mêmes...