#Morts, en chute libre

Par La Rédaction, le 10 janv 2018 à 05h00 dans GENERALE | 0 commentaire

Conseils Aljoimour :


> Une étude a montré que le nombre de morts avait chuté suite à la grève des médecins pendant 3 mois


Alain TOUIZER

Naturopathie à La Réunion – Paris – La Normandie



Que se passerait-il si tous les médecins (ou presque) décidaient brutalement, du jour au lendemain, de ne plus soigner leurs patients ? Selon toute vraisemblance, ce serait la catastrophe… Sauf que ce scénario s’est déjà produit. Et le résultat n’a pas du tout été celui qu’on aurait pu penser.


Plus personne dans les cabinets médicaux

Tout a commencé en Israël le 9 mars 1999, avec ce message :
 
« À compter de ce jour, votre médecin ne sera pas en mesure de vous prendre en charge. En cas d’urgence, rapprochez-vous de l’un des centres d’urgence encore en mesure d’accueillir des patients. »
 
Les médecins de l’Association médicale israélienne avaient en effet décidé de commencer une grève pour protester contre des mesures de restriction salariale. Cette grève était illimitée et les médecins déterminés à aller jusqu’au bout de leur mouvement, quelles qu’en soient les conséquences.

Aussitôt, des milliers de rendez-vous furent reportés, des opérations prévues depuis longtemps annulées et reprogrammées à une date indéterminée. 

Les patients rentrèrent chez eux avec leur maladie, et dans les salles d’attente des cabinets de tout le pays, il n’y avait plus personne pour espérer un rendez-vous.  Seuls les services d’urgence des hôpitaux, de natalité ou encore d’oncologie restaient ouverts.


Pour le reste… plus rien. Opération médecine morte.

Partout dans la population, ce fut la panique. Qu’est-ce qui allait se passer ? Qui soignerait les malades ? Il y aurait des victimes, forcément. Mais combien ? Et surtout… quelles souffrances devraient-elles endurer ?

Les jours passèrent ainsi, les semaines, et les médecins poursuivirent leur grève. Trois mois en tout, avant qu’enfin un accord soit trouvé.