Le #guide secret des #remèdes naturels; #Eczéma - Chapitre 7

Par La Rédaction, le 10 nov 2017 à 06h00 dans LE GUIDE SECRET DES REMEDES NATURELS | 0 commentaire

Conseils ALJOIMOUR :


> Nous  présentons le livre complet de Gabriel Combris « Le Guide Secret des Remèdes Naturels », sujet après sujet. 

> La publication des 11 chapitres a débuté le 17 octobre, présentés un par semaine que vous trouverez dans la rubrique "Le Guide Secret des Remèdes Naturels" de notre blog.

> Aujourd’hui: Eczéma  - Chapitre 7
 

Alain TOUIZER

Naturopathie à La Réunion - Paris - La Normandie

 
 

SECONDE PARTIE :



Chapitre 7

 

VIVRE MIEUX EN DISANT ADIEU AUX MÉDICAMENTS
 

 

Eczéma : la solution drainante


Le nombre de personnes souffrant d’eczéma aurait doublé ces 30 dernières années. Pour la médecine, la cause est au mieux allergique, au pire indéterminée... Mais la naturopathie identifie d’autres causes.

Pour comprendre et traiter l’eczéma, la naturopathie évoque d’autres causes que l’allergie. En naturopathie, on considère en effet que la peau est avant tout un organe d’élimination. 

Un eczéma pourrait être simplement lié à une surcharge de toxines qui s’évacuent par la peau.

Une sorte de crise d’élimination qui provoque des rougeurs, de l’inflammation, des démangeaisons ou des suintements ; des manifestations typiques de l’eczéma. 

Cette cause n’est jamais prise en compte par la médecine car la peau n’est pas reconnue comme « organe éliminatoire ».

La cause allergique existe bel et bien et la naturopathie la prend en compte également, en priorité. Pourtant, dans la pratique les naturopathes constatent qu’il peut s’agir uniquement d’un problème de surcharge.

Il arrive aussi souvent que des prédispositions allergiques soient mêlées à une surcharge. En plus de cela, il y a souvent une relation à faire avec ce que vit la personne au niveau psycho-émotionnel.
 


Pourquoi la peau, faite pour éliminer des toxines, subit une surcharge


Cela peut être la conséquence d’une alimentation inadaptée, par exemple du fait d’une consommation de laitages qui ne convient pas à la personne, ou par un excès d’aliments acidifiants comme la viande rouge ou la charcuterie. 

Mais la cause majeure est souvent un manque d’élimination par les autres organes filtres : le foie, les reins et l’intestin. S’ils font mal leur travail, la peau prend le relais et en souffre en manifestant un eczéma. 

Le stress joue aus¬si un rôle important car il bloque facilement les éliminations. Ce manque d’élimination se manifeste parfois à bas bruit avec une constipation, une digestion lente ou des urines claires, par exemple.

Pour traiter cette pathologie, il faut donc prioritairement stimuler l’élimination et de modifier son alimentation. Cela peut suffire parfois, mais il ne faut pas oublier avant tout d’explorer le problème de l’allergie.

Si le diagnostic fait état d’un eczéma atopique (allergique) ou de contact, il faut agir en ce sens en supprimant les allergènes possibles (savon, lessives, vêtements synthétiques etc.). 

En parallèle, il y a tout intérêt à soutenir certains organes qui jouent un rôle dans l’immunité pour améliorer le terrain allergique. 

Ces organes sont justement les mêmes qui, s’ils font mal leur travail d’élimination, renvoient leurs toxines à la peau, c’est- à-dire le foie, l’intestin et les reins. 

Traiter l’eczéma peut donc souvent se résumer à cela : régler son alimentation et soutenir ou stimuler les organes d’élimination autres que la peau qui est déjà en souffrance. En naturopathie, c’est ce qu’on appelle faire de la dérivation de surcharges.
 

 
Les plantes utiles pour traiter l’eczéma


Il faut penser aux plantes drainantes comme la saponaire, la pensée sauvage, le pissenlit ou la feuille de cassis. 

On peut les consommer seules ou en mélange, en cure de 1 à 2 mois, en infusion, en extrait fluide ou alcoolique à boire dans l’eau. Le bourgeon de cassis en macérât glycériné est utile pour équilibrer le terrain allergique et diminuer l’inflammation. 

En complément, on peut prendre des gélules de feuilles d’orties pour un effet reminéralisant. C’est utile dans le cas de surcharges acides qui déminéralisent, et aussi parce que l’ortie est connue pour tempérer les réactions allergiques. 

Enfin, il faut penser à complémenter son alimentation avec des vitamines C et D naturelles qui sont très importantes pour la peau, avec un effet bénéfique sur l’inflammation et l’allergie Comme toute pathologie, l’eczéma est là pour une bonne raison. 

L’approche médicale consiste souvent à donner des corticoïdes locaux et des antihistaminiques.

Si l’on recherche uniquement la suppression des symptômes, on risque soit une récidive, soit de retrouver le problème ailleurs, sous une autre forme, inflammatoire ou allergique. 

C’est ce qui arrive très souvent. Pour calmer le feu, il existe des plantes qu’on peut appliquer localement comme la camomille allemande, la mauve ou l’aloe vera. 

Mais pour agir en profondeur, il est plus efficace et durable de dévier les surcharges par les organes filtres autres que la peau.

N’oublions pas que l’origine du mot eczéma vient du grec qui signifie bouillonner... Traiter l’eczéma devrait donc consister à couper le feu sous le bouillon !

A suivre... Chapitre 8: "Anxiété"
Livre "Le guide secret des remèdes naturels"