Le #guide secret des #remèdes naturels; #Cancer - Chapitre 4

Par La Rédaction, le 01 nov 2017 à 06h00 dans LE GUIDE SECRET DES REMEDES NATURELS | 0 commentaire

Conseils ALJOIMOUR :


> Nous  présentons le livre complet de Gabriel Combris « Le Guide Secret des Remèdes Naturels », sujet après sujet. 

> La publication des 11 chapitres a débuté le 17 octobre, présentés un par semaine que vous trouverez dans la rubrique "Le Guide Secret des Remèdes Naturels" de notre blog.

> Aujourd’hui : "La fin du cancer d'ici a 5 ans - Chapitre 4 

 

Alain TOUIZER

Naturopathie à La Réunion - Paris - La Normandie

 

 


Chapitre 4

 


La fin du cancer d’ici cinq ans ?



Evidemment, le titre de ce chapitre a de quoi susciter d’incrédulité.

C’est normal. et pourtant, vous allez comprendre que nous sommes bel et bien au seuil d’une révolution thérapeutique… Mais que les freins à cette révolution sont tout sauf médicaux…

Traiter le cancer en mobilisant les lignes de défense de notre propre organisme après en avoir décuple la puissance naturellement, c’est ce que l’on appelle ≪ l’immunothérapie autologue ≫.

Les résultats sont si impressionnants qu’ils suscitent d’immenses espoirs. Alors, qui a intérêt à freiner cette révolution ?

 


Les débuts de l’immunothérapie


En 1891, un chirurgien américain, William Coley, avait constaté que des tumeurs cancéreuses régressaient spontanément chez ses patients après qu’ils avaient contracté une infection aigue.

Il en avait déduit que l’infection avait dû stimuler la réponse immunitaire de l’organisme et lui permettre d’agresser la tumeur. 

Pendant 40 ans, il a suivi une stratégie audacieuse en injectant un cocktail de bactéries directement dans la tumeur pour la faire disparaitre.

Et ses résultats sur le traitement des sarcomes, le cancer des os, ont été bien supérieurs à ceux obtenus aujourd’hui par les protocoles classiques18. 

Cette thérapie innovante est tombée dans l’oubli a la mort du Dr Coley et elle a été rapidement supplantée par la radiothérapie, plus facile à industrialiser.

Mais depuis, la science moderne a reconnu le bien-fondé des principes de Coley, et aujourd’hui les spécialistes reconnaissent même le rôle primordial du système immunitaire. 

Eux aussi voient là l’un des moyens les plus efficaces de lutter contre les tumeurs. L’idée est donc d’améliorer la technique du Dr coley grâce aux technologies de pointe…
 


Pourquoi certaines tumeurs régressent spontanément


Une cellule cancéreuse n’est pas une cellule normale, c’est une cellule malade. Notre organisme le sait bien et il le détecte: il a le pouvoir d’attaquer les cellules cancéreuses pour les détruire. Très souvent, ce processus fonctionne car il a lieu suffisamment tôt.

Et c’est ainsi que nous développons tous des cancers au cours de notre vie sans jamais le savoir : ils ont déjà été détruits par notre système immunitaire.

Si le cancer arrive parfois à proliférer au point d’échapper à l’emprise de notre immunité, c’est d’abord parce que nos systèmes immunitaires sont souvent affaiblis (carences en vitamines et micronutriments, manque de masse musculaire, stress, pollution, etc.) mais aussi parce que les cellules cancéreuses ont parfois du mal à être reconnues comme ≪ nocives ≫. 

Dans ce cas, elles endorment notre immunité et prolifèrent sans vergogne.

Dès les années 1980, les chercheurs ont commencé à développer d’autres façons de traiter les cancers, non pas en attaquant directement la tumeur avec des produits toxiques de chimiothérapie, mais en activant et en modulant les réponses immunitaires.

L’ensemble de ces techniques est appelé ≪ immunothérapie ≫ et elles sont largement utilisées depuis quelques années. Elles se présentent actuellement sous deux formes :

• L’injection de molécules inflammatoires qui stimulent directement l’immunité (interféron, interleukine 2). Il s’agit de substances initialement naturellement produites par notre organisme, mais injectées à fortes doses elles provoquent de nombreux effets secondaires, parfois graves.

• L’injection d’anticorps obtenus par génie génétique, les ≪ anticorps monoclonaux ≫ (trastuzumab, bevacizumab, cetuximab, etc.) dirigés contre certaines protéines des cellules cancéreuses.

Par exemple, le trastuzumab cible un récepteur des cellules cancéreuses qui les rend normalement résistantes au traitement de chimiothérapie.

L’immunothérapie moderne a cela d’intéressant qu’il s’agit d’une approche plus ≪ délicate ≫ que la simple chimiothérapie, qu’on peut clairement qualifier de bombe atomique anti cancer avec les dégâts collatéraux que l’on connait sur les cellules saines.  

Malheureusement, ces immunothérapies ne peuvent pas être utilisées seules et elles souffrent aussi d’effets secondaires parfois sérieux, même si cela reste incomparable avec les chimio ou radiothérapie.

Non. L’avenir se trouve probablement dans une autre forme d’immunothérapie. Cette dernière a cela de singulier qu’elle est naturelle et qu’elle ne provoque aucun effet secondaire.

 


Un super dopage du système immunitaire


Le concept de l’immunothérapie autologue, parfois appelé ≪ immunothérapie adaptative ≫, a pris naissance à la même époque, mais il faudra attendre les années 1990 pour que les premiers essais cliniques sur cette thérapie soient mis en place.

Le principe est simple : prendre des lymphocytes chez un malade du cancer, les cultiver pour en obtenir un très grand nombre, vérifier qu’ils réagissent bien en présence de la tumeur, puis les réinjecter chez le malade.

L’opération consiste donc tout simplement à effectuer un super dopage du système immunitaire. C’est ingénieux, cela ne nécessite pas de médicament chimique et ça fonctionne !

Au Japon, ou les études sur le sujet sont les plus actives, une synthèse de données sur plus de 1400 malades a montré que l’immunothérapie adaptative améliorait les chances de survie de 30 % comparativement aux traitements classiques19. 

Mais les chiffres varient selon le type de cancer. En 1995, des chercheurs de l’université de Niigata on teste l’efficacité de cette immunothérapie en conjonction avec les traitements classiques comparativement aux traitements classiques seuls.

Résultat : au bout de 3 ans, 100 % des femmes qui avaient bénéficié de l’immunothérapie étaient encore en vie contre seulement 67,5 % dans l’autre groupe20.

Par ailleurs, l’intelligence de cette thérapie en fait une méthode efficace sur tous les cancers et il est probable que l’amélioration de

La technique pourrait conduire à des protocoles n’utilisant que cette immunothérapie, sans chimio ni radiothérapie complémentaires. Seule ombre au tableau : il va falloir encore un peu patienter.
 

18. Sarah DeWeerdt, Bacteriology: A caring culture - Nature 504, S4–S5 19 December 2013) doi:10.1038/504S4a.
19. KOHJI EGAWA . Immuno-cell Therapy of Cancer in Japan. Anticancer Res September-October 2004 24 (5C) 3321-3326.
20. K Fujita, H Ikarashi, K Takakuwa, S Kodama, A Tokunaga, T Takahashi, and K Tanaka. Prolonged disease-free period in patients  with advanced epithelial ovarian cancer after adoptive transfer of tumor-infiltrating lymphocytes. Clin Cancer Res May 1995 1:501-507.

 


Tout va changer d’ici 5 ans…


Avec de tels resultats pour une thérapie qui existe depuis 30 ans, on peut se demander pourquoi tout le monde n’en bénéficie pas actuellement. 

Il y a plusieurs raisons à cela: tout d’abord l’immunothérapie adaptative se fait avec les cellules immunitaires de chaque malade qui sont ensuite cultivées en laboratoire.

C’est un peu comme s’il fallait produire un médicament personnalise pour chacun, et évidemment, lecout est absolument énorme !

Deuxième problème: la technique ne faisant pas appel à une substance chimique, elle n’est pas brevetable et ne rapporte donc rien aux laboratoires, qui font alors des pieds et des mains pour… ne pas en parler. 

Et ils font tout pour mettre en avant les immunothérapies classiques, dont le cout est d’ailleurs également très élevé: compter 50 000 euros par patient, une somme qui passe directement du budget de la sécurité sociale au chiffre d’affaires du labo.

Il n’en reste pas moins que des groupes de recherche finances par des fonds publics continuent les travaux sur ces thérapies, et c’est pourquoi l’on voit régulièrement les grands journaux annoncer ≪ la fin du cancer d’ici 5 ans ≫.

En réalité il faudra probablement attendre bien plus que cela, mais il est clair qu’on y viendra…
 
​A suivre... Chapitre 5 : "Cholestérol, le mensonge qui vous rend malade"
Livre "Guide Secret Remèdes Naturels"