Le #guide secret des #remèdes naturels: #Diabète Partie 2/2 - Chapitre 2

Par La Rédaction, le 24 oct 2017 à 06h00 dans LE GUIDE SECRET DES REMEDES NATURELS | 0 commentaire

Conseils ALJOIMOUR :


> Nous  continuons à présenter le livre complet de Gabriel Combris « Le Guide Secret des Remèdes Naturels », sujet après sujet. 

> La publication des 11 chapitres a débuté le 17 octobre, présentés un par semaine que vous trouverez dans la rubrique "Le Guide Secret des Remèdes Naturels" de notre blog.

> Aujourd’hui : Chapitre 2 Partie 2/2: "Diabète


Alain TOUIZER

Naturopathie à La Réunion - Paris - La Normandie
 

 

Chapitre 2 

  

LE DIABETE

 


Partie 2/2

  


Du diabète ? Épicez la vie ! 


En cas de diabète, trois épices fantastiques sont à placer d’urgence dans votre placard ! Leur consommation régulière comme simple ingrédient culinaire permet déjà de prévenir la maladie diabétique et ses conséquences dévastatrices.

 


CANNELLE DE CEYLAN 


Provenance Ceylan
Principes actifs principaux Polyphénols (OPC), huile essentielle
Partie utilisée Écorce
Botanique (genre, espèce, famille) Cinnamomum zeylanicum, Lauracées

 


L’usage médicinal de la cannelle remonte aux temps les plus anciens. Les Romains la popularisèrent grâce à ses qualités de conservation et d’aromatisation des denrées alimentaires périssables.

Le cannelier est un petit arbre dont l’écorce de ses branches, une fois séchée, s’enroule en de petits cylindres constituant la matière première et pouvant être réduite en poudre.

Pour des raisons de composition optimale, il faut préférer la vraie cannelle de Ceylan et éviter l’emploi de la cannelle de Chine, d’Indonésie ou du Vietnam. 

Dans les études, la cannelle améliore la glycémie à jeun et après les repas, augmente la sensibilité à l’insuline (diminue l’insulinorésistance), diminue l’hémoglobine glyquée et protège les reins des lésions vasculaires diabétiques.

Cerise sur le gâteau, elle réduit l’hypertension artérielle et les mauvais profils lipidiques de tout diabétique. Pour toutes ces raisons, la cannelle est à recommander pour tout type de diabète et pour prévenir ses complications. 

La cannelle de Ceylan se prend à raison de ½ cuillère à café de poudre répartie en 2 à 3 prises quotidiennes.

L’écorce, ou sa poudre, peut être utilisée pour relever vos plats sucrés et salés ou pour aromatiser vos boissons chaudes avec ses notes caractéristiques : tonique, chaude et vanillée. 

Attention ! L’huile essentielle de cannelle, très concentrée en principes aromatiques, ne présente ni la même composition ni les mêmes effets que la poudre d’écorce et ne sera donc pas indiquée particulièrement pour la prise en charge du diabète.



CURCUMA 


Provenance Inde, Asie du Sud-Est, Indonésie, Afrique
Principes actifs principaux Pigments = curcuminoïdes, composés aromatiques
Partie utilisée Rhizome
Botanique (genre, espèce, famille) Curcuma long, Gingibéracées

 


Connu depuis les Assyriens comme teinture, le curcuma est un remède appartenant à la médecine ayurvédique indienne. C’est une épice d’un jaune intense qui est à la base de célèbres préparations condimentaires comme le curry, le chutney, le Colombo ou même le massala.

De sa tige souterraine globuleuse, le rhizome, on extrait une poudre dont l’utilisation traditionnelle était initialement réservée au traitement des troubles de la digestion et des rhumatismes. En Inde, le curcuma est déjà employé depuis longtemps pour lutter contre le diabète.

De récentes études accréditent son emploi dans le diabète de type 1 pour stimuler la sécrétion d’insuline dans le pancréas, et même pour prévenir très efficacement le diabète de type 2 chez des individus prédisposés (état de surpoids et d’obésité par exemple).

Le curcuma se prend en poudre de rhizome séché : soit ½ cuillère à café à 1 cuillère à café par jour (environ 60 mg à 200 mg de curcuminoïdes).

En cas de résistance, les doses peuvent être majorées par l’emploi d’extrait normalisé de curcuminoïdes : soit 200 mg à 400 mg de curcuminoïdes, 3 fois par jour (extraits normalisés à 95 %). 

N.B: le poivre noir augmente considérablement et avantageusement l’absorption intestinale de curcuminoïdes. N’hésitez pas à l’associer.

Parmi les précautions d’usage, on évitera le curcuma chez les personnes sous anticoagulants car il existe un risque théorique de favoriser le saignement.
 


GINGEMBRE


Provenance Asie, Afrique, Caraïbes, Brésil, Inde
Principes actifs principaux Composés phénoliques et aromatiques 
Partie utilisée Rhizome
Botanique (genre, espèce, famille) Curcuma longa, Gingibéracées

 


Considéré comme une véritable panacée en médecine indo-asiatique, le gingembre est une plante condimentaire et médicinale utilisée depuis plus de 3000 ans.

Cette épice orientale entrait dans la composition des techniques de momification dans l’Égypte antique. Sa diffusion dans toute l’Europe à partir de l’Empire romain s’est produite dès le 1er siècle, et auparavant vraisemblablement grâce aux Phéniciens. 

De nombreuses études dans des revues de référence apportent des preuves solides de l’intérêt du gingembre dans le diabète.

Qu’il s’agisse de la glycémie à jeun ou après les repas, de l’hémoglobine glyquée (HbA1c), du taux de fructosamine, de la résistance à l’insuline et des marqueurs de l’inflammation, le gingembre améliore significativement tous ces paramètres en deux à trois mois seulement de prise quotidienne.

À tel point que des études publiées récemment dans une revue de référence, « Diabetes care », estiment que le curcuma et le gingembre viennent de prouver leur efficacité à 100 % dans la prévention chez les prédiabétiques et pour les complications du diabète. 

Les doses de gingembre préconisées en prise quotidienne sont de 1,6 à 3 grammes de poudre de rhizome. Par principe, on évitera simplement le gingembre en cas crise de colique biliaire (calculs de la vésicule biliaire).

 


Du diabète ? Cassez la graine !



CUMIN NOIR


Provenance Méditerranée, Asie occidentale 
Principes actifs principaux Saponosides, composés aromatiques et phénoliques
Partie utilisée Graines 
Botanique (genre, espèce, famille) Nigella sativa, Renonculacées

 



Connu depuis la haute Antiquité, le cumin noir piquant et poivré servait d’assaisonnement et accessoirement de plante médicinale.

De Babylone aux civilisations gréco-romaines, sa graine était utilisée pour ses vertus gustatives, anti-infectieuses et revitalisantes.

Le potentiel antidiabétique des graines de cumin noir, utilisées comme complément au traitement médicamenteux de référence, a été confirmé.

Ainsi, des études récentes ont montré chez des diabétiques des améliorations significatives sur leur glycémie et de nombreux marqueurs biologiques du diabète au bout de trois mois seulement. 

Les doses efficaces moyennes préconisées sont de 2 grammes de poudre de graine par jour. Aucune interaction médicamenteuse (ni d’effet indésirable) n’a été rapportée à ce jour



… et osez la panacée ! 



GINSENG


Provenance Amérique du Nord, Chine, Corée, Japon… 
Principes actifs principaux Ginsénosides, polysaccharides
Partie utilisée Racine, radicelle 
Botanique (genre, espèce, famille) Zingiber officinale, Gingibéracées

 



Le Panax ginseng, littéralement “panacée”, est probablement la plante médicinale la plus renommée d’Asie depuis 2000 ans.

Cette herbacée vivace de la famille du lierre possède une racine, partie essentiellement utilisée à des fins médicinales une fois à maturité, vers 7 ans d’âge.

L’appellation rouge ou blanche provient d’une différence de préparation des racines : étuvage et séchage pour la première, lavage et séchage pour la seconde. 

Des études récentes montrent que le ginseng américain augmente la production d’insuline et réduit la destruction des cellules bêta du pancréas, ce qui est remarquable en cas de diabète de type 1 dépendant de l’insuline.

En cas de diabète de type 2, le ginseng rouge coréen et le ginseng américain ont révélé dans plusieurs études cliniques leur capacité à améliorer la glycémie postprandiale, c’est-à-dire le taux de sucre dans le sang après avoir mangé.

Quel que soit le ginseng, la dose de 3 grammes semble être la dose maximale à utiliser. Au-delà, les résultats ne sont pas meilleurs. La prise de ginseng se fera plutôt le matin et le midi, avant le repas. 

Concernant les précautions d’usage, le ginseng reste contre-indiqué chez l’enfant, la femme enceinte, la femme allaitante, et chez la personne souffrant d’un cancer hormonodépendant du fait de l’action hormonale de type œstrogénique possible du ginseng.

De même, on évitera le ginseng en cas de diarrhées, d’hypertension artérielle, de dépression, ou d’état nerveux avec insomnie.

 

 

Les fruits et les légumes « anti diabète » ! 


Certains végétaux alimentaires présentent une légère action hypoglycémiante en pratique quotidienne et peuvent donc être consommés sans arrière-pensée en cas de diabète. 

Alors, usez et abusez des carottes, des haricots, des asperges, des aubergines, du brocoli, du céleri en branches, des champignons, de la chicorée, des choux en général, du concombre, du cornichon, des courgettes, du cresson, des endives, des épinards, des navets, du radis et même des topinambours.

Bon appétit !
A suivre... Chapitre 3: "Alzheimer"
Livre "Guide Secret Remèdes Naturels"