Le #guide secret des #remèdes naturels: #Arthrose Partie 3/3 - Chapitre 1

Par La Rédaction, le 21 oct 2017 à 06h00 dans LE GUIDE SECRET DES REMEDES NATURELS | 0 commentaire

Conseils ALJOIMOUR :


> Nous continuons à présenter le livre complet de Gabriel Combris « Le Guide Secret des Remèdes Naturels », sujet après sujet. 

> La publication des 11 chapitres a debuté le 17 octobre, presentés un par semaine que vous trouverez dans la rubrique "Le Guide Secret des Remèdes Naturels" de notre blog.

> Aujourd’hui: Chapitre 1 Partie 3/3: "Arthrose
 

Alain TOUIZER

Naturopathie à La Réunion – Paris – La Normandie
 



Chapitre 1

 

 

Arthrose



Partie 3/3




Les compléments alimentaires indispensables : harpagophytum et glucosamine  


Pour lutter contre l’arthrose, deux compléments alimentaires sont indispensables : l’harpagophytum et la glucosamine (associée ou non à la chondroïtine).

L’harpagophytum (Harpagophytum procumbens) ou « griffe du diable » est une plante aux propriétés anti-inflammatoires puissantes puisqu’elle réduit le niveau des cytokines5. 

Elle diminue aussi la douleur6. En plus, elle inhibe les enzymes qui « digèrent » le cartilage. C’est donc une arme tout à fait centrale dans la stratégie anti-arthrose. 

De nombreuses études ont été faites sur l’harpagophytum (poudre ou extraits standardisés).

Elles montrent une bonne efficacité globale sur les symptômes de l’arthrose avec des doses d’harpagoside (le principe actif) comprises entre 50 et 60 mg par jour.

A ces doses, l’harpagophytum réduit en moyenne de 40 à 50 % la douleur à la palpation et de 35 % la raideur articulaire. Il faut prendre la plante deux mois au moins pour voir des bénéfices apparaître7.  

L’harpagophytum est au moins aussi efficace que les médicaments de dernière génération (les « coxibs ») mais avec bien moins d’effets indésirables8. 

Le sulfate de glucosamine et/ou le sulfate de chondroïtine sont deux éléments nourriciers du cartilage. Ces suppléments épargnent aux cellules la tâche devenue quasi-impossible de fabriquer du cartilage (protéoglycanes) à partir du glucose.

En effet, dans l’arthrose, les cellules ne disposent plus, du fait de l’inflammation, des outils biochimiques nécessaires pour transformer le glucose en N-acétyl-glucosamine et en N-acétyl-galactosamine, les deux types de sucres qui composent les protéoglycanes. 

En apportant des compléments « tout prêts » comme la glucosamine et la chondroïtine sulfate, on contourne la difficulté et on permet aux cellules de se remettre à synthétiser du cartilage : 

• les suppléments de glucosamine par voie orale serviront à fabriquer directe- ment l’épine dorsale des protéoglycanes du cartilage puisqu’elle est utilisée dans les chaînes d’acide hyaluronique ; 

• la glucosamine sert aussi à fabriquer les brins de glycosaminoglycanes attachés à cette épine dorsale puisqu’elle entre dans la composition du kératan sulfate et indirectement dans celle de sulfate de chondroïtine (celle-ci contient de la N-acétylgalactosamine, qui est obtenue à partir de N-acétyl- glucosamine par incorporation d’un autre sucre, le galactose). 

La glucosamine est globalement efficace sur les symptômes de l’arthrose légère à modérée selon plusieurs analyses récentes9. Elle diminue la douleur et améliore la mobilité, surtout dans l’arthrose du genou.

Elle semble également ralentir l’évolution de la maladie, au contraire des anti-inflammatoires traditionnels qui ont tendance à l’accélérer10 

C’est donc un complément alimentaire intéressant pour retarder ou éviter la pose d’une prothèse du genou. Les doses utilisées sont de l’ordre de 1 500 mg de sulfate de glucosamine par jour.

La Société américaine de rhumatologie estime que « le sulfate de glucosamine semble efficace et sans danger pour diminuer la douleur et améliorer le fonctionnement articulaire à court terme (6 mois) chez les patients souffrant d’arthrose. »

La Fondation américaine pour l’arthrose déclare de son côté que « le sulfate de glucosamine soulage les symptômes et aide à prévenir les dommages au cartilage des articulations » chez les personnes souffrant d’arthrose et qu’il « peut être considéré comme un traitement valable » au même titre que les traitements médicaux plus conventionnels. 

Les résultats obtenus avec la chondroïtine sont moins nets, sauf pour ralentir l’évolution de la maladie11. Il est vrai qu’il s’agit d’une molécule plus grosse que la glucosamine, donc moins bien absorbée. 
 


Les compléments alimentaires de soutien 


Aux compléments à base d’harpagophytum et de glucosamine/ chondroïtine, on peut associer les substances suivantes :

Les feuilles d’ortie (Urtica dioica, Urtica urens) renferment des composés anti-inflammatoires qui inhibent aussi les interleukines12. L’ortie permet souvent de réduire les doses de médicaments.

Une étude française a mis en évidence les bénéfices d’un extrait d’ortie, associé à des huiles de poisson et de la vitamine E (Phytalgic) sur les symptômes de l’arthrose du genou et sur le besoin en médicaments anti-inflammatoires13. 

L’extrait d’ortie a été testé pendant 3 semaines dans une étude conduite sur 8 955 personnes qui souffraient d’arthrose et d’arthrite rhumatoïde.  

La douleur au repos et à l’effort ainsi que le handicap ont été évalués sur une échelle allant de 0 à 4.

Grâce à l’ortie, les scores ont été améliorés de 55 %, 45 % et 38 % respectivement. Les améliorations sont intervenues à partir du 11ème jour de traitement

L’ortie peut être intéressante pour diminuer les doses de médicaments classiques. Dans l’étude en question, 60 % des patients qui prenaient des médicaments chimiques pour la douleur ont pu diminuer leurs prises ou éliminer complètement ces médicaments14. 

Le méthyl sulfonyl méthane ou MSM est un composé soufré aux propriétés anti-inflammatoires. Le MSM a été testé dans un petit nombre d’études sur les symptômes de l’arthrose.

Les résultats sont en faveur d’un effet modeste du MSM sur la douleur et la flexion15. Les doses préconisées sont comprises entre 2 et 3 g par jour. 

Les huiles de poisson oméga-3 se prennent facilement en capsule. Utile si on consomme peu de poissons gras.

Lorsqu’on ajoute des acides gras oméga-3 à du cartilage extrait de l’articulation, ce cartilage est protégé de la destruction parce que les oméga-3 bloquent l’une des branches de l’inflammation et qu’ils inhibent des enzymes chargés de digérer le cartilage.

A partir de ces résultats prometteurs, des chercheurs ont conduit une étude clinique chez 31 patients souffrant d’arthrose, qui devaient recevoir une prothèse articulaire. Une partie a reçu de l’huile de poisson (riche en oméga-3). 

Lors de l’opération, des spécimens de cartilage ont été prélevés et examinés.  Dans le cartilage de 86 % des patients qui avaient reçu les oméga-3, le niveau des enzymes destructeurs (aggrécanases) était fortement diminué alors qu’il n’avait baissé que chez 25 % de patients ayant reçu un placebo.

Les chercheurs n’ont pas constaté de différences pour les autres marqueurs de l’inflammation. Recherchez des suppléments qui apportent entre 500 mg et 1000 mg d’EPA et DHA par jour. 

Avec toutes ces mesures, votre arthrose ne disparaîtra pas du jour au lendemain. Mais vous allez soigner en douceur, et durablement, vos articulations.



5.  Fiebich BL : Inhibition of TNF-alpha synthesis in LPS-stimulated primary human monocytes by Harpagophytum ex- tract SteiHap 69. Phytomedicine. 2001 Jan;8(1):28-30. 
6.  Chrubasik S, Conradt C, Roufogalis BD. Effectiveness of Harpagophytum extracts and clinical efficacy. Phytother Res 2004;18:187-189. 7.  Harpagophytum procumbens (devil’s claw). Monograph. Altern Med Rev. 2008 Sep;13(3):248-52. PubMed PMID: 18950251. 8.  Chrubasik S : A randomized double-blind pilot study comparing Doloteffin and Vioxx in the treatment of low back pain. Rheumatology (Oxford). 2003, 42(1):141-148.
7.  Harpagophytum procumbens (devil’s claw). Monograph. Altern Med Rev. 2008 Sep;13(3):248-52. PubMed PMID: 18950251. 
8.  Chrubasik S : A randomized double-blind pilot study comparing Doloteffin and Vioxx in the treatment of low back pain. Rheumatology (Oxford). 2003, 42(1):141-148.
9.  The clinical effectiveness of glucosamine and chondroitin supplements in slowing or arresting progression of os- teoarthritis of the knee: a systematic review and economic evaluation. Black C, Clar C, Henderson R et al. Health Tech- nol Assess. 2009 Nov;13(52):1-148. Review. 
10.  Glucosamine sulfate reduces osteoarthritis progression in postmenopausal women with knee osteoarthritis: evi- dence from two 3-year studies. Bruyere O, Pavelka K, et al. Menopause. 2004 Mar-Apr;11(2):138-43.
11.  Effectiveness of chondroitin sulphate in patients with concomitant knee osteoarthritis and psoriasis: a randomized, double-blind, placebo-controlled study. Möller I, Pérez M, et al.Osteoarthritis Cartilage. 2010 Jun;18 Suppl 1:S32-40.
12.  Teucher T : Cytokine secretion in whole blood of healthy subjects following oral administration of Urtica dioica L. plant extract. Arzneimittelforschung. 1996, (9):906-910. / Riehemann K : Plant extracts from stinging nettle (Urtica dioica), an antirheumatic remedy, inhibit the proinflamma- tory transcription factor NF-kappaB. FEBS Lett. 1999, 442(1):89-94. 
13.  Jacquet A. Phytalgic, a food supplement, vs placebo in patients with osteoarthritis of the knee or hip: a randomised double-blind placebo-controlled clinical trial. Arthritis Res Ther. 2009;11(6):R192. Epub 2009 Dec 16. PubMed PMID: 20015358; PubMed Central PMCID:PMC3003499. 
14.  Ramm S : Brennesselblaetter-Extrakt: Wirksam und vertraeglich bei Arthrose- und rheumatoider Arthritis. In: Rheu- matherapie mit Phytopharmaka. Eds. S. Chrubasik, M. Wink, Hippokrates-Verlag (Stuttgart, Allemagne), 1997, pp 97- 106.
15.  Brien S, Prescott P, Bashir N, Lewith H, Lewith G. Systematic review of the nutritional supplements dimethyl sulfoxide (DMSO) and methylsulfonylmethane (MSM) in the treatment of osteoarthritis. Osteoarthritis Cartilage. 2008 Nov;16(11):1277-88. Epub 2008 Apr 15. Review. PubMed PMID: 18417375.
 
A suivre... Chapitre 2:  "Diabète"
Livre "Guide Secret Remèdes Naturels"