#Aromathérapie et #cancer

Par La Rédaction, le 11 sept 2017 à 06h00 dans SANTE | 0 commentaire

Conseils ALJOIMOUR :


> Voici le numéro de septembre de Santé Corps Esprit


Alain TOUIZER

Naturopathie à La Réunion – Paris – La Normandie



C’est une véritable pionnière ! Depuis 20 ans, le Dr Anne-Marie Giraud accompagne les personnes atteintes d’un cancer... avec des huiles essentielles. 

Et ça marche ! Elles réduisent les effets secondaires des traitements et soutiennent le système immunitaire agressé. Mieux : elles pourraient même agir directement sur la maladie. Entretien avec un médecin visionnaire.

AC : Vous proposez depuis près de 20 ans des soins complémentaires en accompagnement des cancers… 

Dr Anne-Marie Giraud : Très tôt, au cours de mes études de médecine, j’ai compris que la médecine allopathique conventionnelle opérait un clivage important entre le physique et le psychique. 

Je me suis tournée vers des thérapeutiques où l’être humain est vu dans sa globalité : l’homéopathie, la phytothérapie et l’aromathérapie

J’ai commencé à prescrire des huiles essentielles (HE) à des patients atteints de cancer en 1998, toujours conjointement aux traitements spécifiques en oncologie. 

Les résultats ont été très positifs. J’ai donc poursuivi mes investigations pour explorer le plein potentiel des HE. Depuis 1998, j’ai accompagné, avec l’aromathérapie, dans le cadre de ce qu’on appelle les soins de support, 5400 patients atteints de cancer ou ayant eu un cancer.

AC : À quel stade de la maladie recommandez-vous de démarrer un traitement aux HE ? 

Dr AMG : Aujourd’hui, l’aromathérapie est beaucoup pratiquée dans les unités de soins palliatifs où il est reconnu qu’elle constitue une aide efficace pour apaiser la personne en fin de vie et soulager ses proches. Mais il est fort dommage de réserver les HE à la fin de vie, alors qu’elles sont utiles à tous les stades de la maladie, et ce dès le jour où le diagnostic est posé. 

Quand on apprend que l’on souffre d’un cancer, la nouvelle est brutale et difficile à entendre. Il faut se préparer psychologiquement à affronter la maladie, faire les bilans, accepter les différents traitements, etc.