L’#aspirine naturelle dont personne ne parle

Par La Rédaction, le 23 fév 2017 à 05h00 dans SANTE | 0 commentaire

Conseils ALJOIMOUR:


> Un article à plusieurs facettes et des points  importants


Alain TOUIZER

Naturopathie - La Réunion - Paris - La Normandie



La société pharmaceutique Bayer a gagné des milliards d’euros en commercialisant l’aspirine. Au passage, merci pour elle.

Mais qui se souvient que l’aspirine provient d’une fleur, la reine des prés, qui n’a pourtant pas grand-chose à lui envier.

En cas de douleur et de fièvre, tentez des infusions de reine de prés avant l’aspirine.

Ses dérivés salicylés ont révélé des propriétés anti-inflammatoires [2] et son effet sudorifique (qui fait transpirer) fera baisser votre température corporelle.

La reine des près montre aussi des effets antibactériens [3], notamment contre le staphylocoque doré, l’Escherichia coli, l’Helicobacter pylori [4] à l’origine d’ulcères ou le Klebsiella pneumoniae à l’origine d’infections respiratoires.

On l’utilise aussi pour le traitement des migraines, de la goutte et des diarrhées.
 

Ok. Mais concrètement ?

La reine des prés libère tout son potentiel en infusion. On profitera ainsi de toutes ses propriétés, y compris diurétiques.

On fait comment ? Une cuillère à soupe par demi litre d’eau à peine frémissante. Laisser infuser vingt minutes et boire jusqu’à 4 tasses par jour pas plus. Attention à ne pas faire bouillir la plante ce qui ferait s’évaporer l’acide salicylique.

Sous forme concentrée, en extrait fluide ou alcoolique : 5 à 20 gouttes dans un verre d’eau suivant les besoins, à raison de 3 à 4 fois par jour.

La poudre, le plus souvent disponible en gélule, est d’un usage plus pratique mais moins efficace.

La reine des prés convient à tous sauf aux personnes allergiques aux salicylates et bien sûr à l’aspirine. Elle est contre-indiquée chez ceux qui souffrent de troubles de la coagulation ou en association avec les médicaments fluidifiants ou anticoagulants.