#Légumes : manger mieux et moins cher

Par La Rédaction, le 14 fév 2017 à 05h00 dans GENERALE | 0 commentaire

Conseils ALJOIMOUR:


> Un article de Jean Marc que j'approuve sur les legumes d'hiver, et la façon de se  nourrir


Alain TOUIZER

Naturopathie - La Réunion - Paris - La Normandie



Depuis la crise de 2008, le nombre d’Américains qui reçoivent des allocations pour acheter de la nourriture est passé de 28 millions à 45,4 millions. C’est une augmentation de 62 %. Un Américain sur sept est désormais concerné.

Ils reçoivent des « chèques alimentaires » (food stamps, en anglais), distribués par le gouvernement fédéral aux personnes à faible revenu. Ces chèques doivent servir à acheter de la nourriture.

Problème : une étude qui vient de sortir indique que les chèques alimentaires servent à acheter de grandes quantités de sodas type Coca-Cola ou Fanta. Viennent ensuite les boissons sucrées type Nestea, Red Bull, jus de fruits à base de concentré.[1]

Cela représente environ 600 litres de soda par an pour une famille de quatre.

Ces « chèques alimentaires » ressemblent donc à une allocation Coca-Cola.

« En ce sens, les chèques alimentaires sont une subvention de multi-milliards de dollars à l’industrie des sodas », juge Marion Nestle, professeur de nutrition à l’Université de New-York, s’exprimant dans le New York Times.[2]


Légumes = 7 % du budget

Le chèque alimentaire partait d’une bonne intention. Le but était d’améliorer la nutrition des catégories les plus pauvres de la population.

Mais les boissons sucrées, les glaces, bonbons, sucreries, les biscuits d’apéritifs, les plats surgelés, les gâteaux et le ketchup ne sont pas exclus du programme. C’est donc là que passent 36 % du montant des chèques alimentaires.

Les légumes, eux, ne représentent que 7,2 % du montant. Les fruits, 4,7 %.
 

Légumes : manger mieux et moins cher

C’est idiot mais, ces dernières années, l’idée s’est imposée dans l’opinion publique que les « légumes frais sont chers ».

Ceci est vrai si vous souhaitez manger au mois de janvier des haricots verts du Kenya, des raisins du Chili, des tomates élevées en serres chauffées. Toutes ces solutions sont désastreuses pour l’environnement...