Imaginez un monde sans #antibiotiques

Par La Rédaction, le 26 sept 2016 à 06h00 dans SANTE | 0 commentaire

Conseils ALJOIMOUR :


> Le dossier Plantes & Bien-Être de septembre…


Alain TOUIZER

Naturopathie La Réunion – Paris – La Normandie



» L’heure n’est pas encore à la panique. Mais les médecins le savent pertinemment: c’est l’un des plus grands défis sanitaires auxquels ils devront faire face au cours des prochaines années. Et ils savent tout autant… qu’ils y sont mal préparés. 

Quant aux patients – vous, moi, nos enfants et petits-enfants – pour s'y préparer, ils devraient d’abord être informés ! Ce défi, c’est celui de l’antibiorésistance. 

De quoi s’agit-il? Si, hier, les antibiotiques n’étaient « pas automatiques », demain ils ne seront plus du tout. Les bactéries et les microbes ont en effet développé des capacités de résistance à ces molécules censées les détruire. 

Un exemple: l’Escherichia coli, à l’origine d’infections urinaires, résiste désormais à la majorité des antibiotiques. Cette résistance des bactéries est au départ un phénomène naturel. 

Mais il a été exacerbé par l’usage massif des antibiotiques depuis les années 1950, chez l’homme certes, mais aussi et surtout chez les animaux d’élevage à qui l’on administre plus de la moitié de la production d’antibiotiques! 

La situation est devenue tellement critique que les pouvoirs publics multiplient les initiatives afin de trouver des solutions communes, car le phénomène est évidemment mondial. Et il s’accélère.

« Dix millions de personnes supplémentaires par an, soit une toutes les trois secondes, pourraient décéder à cause de la résistance aux antibiotiques à l’horizon 2050. » Cette phrase qui glace le sang a été récemment prononcée par l’économiste britannique Jim O’Neil, chargé par son gouvernement d’effectuer une étude sur l’antibiorésistance. 

Si nous en parlons aujourd’hui dans Plantes & Bien-Être, c’est à la fois parce que le problème commence à devenir sérieusement préoccupant, et parce que, pour relever ce défi, le monde végétal est …