#Miracles, qu'en pensent les #médecins?

Par La Rédaction, le 23 sept 2016 à 06h00 dans GENERALE | 0 commentaire

Conseils ALJOIMOUR :


> Un article de JM Dupuis, qui montre la force de la foi des gens qui vont à Lourdes, avec tout l'aspect de l'amour qui les entourent…
 

Alain TOUIZER

Naturopathie La Réunion – Paris – La Normandie


Suite à ma lettre du 15 août sur Lourdes, des lecteurs de Santé Nature Innovation ont écrit sur mon site Internet qu’ils avaient personnellement été témoins de miracles. [1. Immédiatement, d’autres leur ont répondu :

« Des processus mentaux purement matériels peuvent produire le même type d’expérience que ce que l’on rapporte comme étant mystiques. 

En fait, on peut les provoquer par différents moyens physiques et chimiques… 

Malheureusement, le spectacle du monde depuis l’invention mythique du judéo-christianisme et ce que j’ai lu dans la Bible ne m’assurent absolument pas qu’il existe un Dieu véritablement bon. 

Pour gouverner la nature, il faut la comprendre et, pour ce faire, l’étudier, l’observer, expérimenter et non la sacraliser. »
 

Les hostilités sont ouvertes !

D’un côté, les croyants qui font confiance à Notre-Dame. De l’autre, ceux qui croient à la toute puissance de « l’étude, l’observation et l’expérimentation scientifiques » qui nous permettront bientôt de « gouverner la Nature ».
 

Qu’en pensent les médecins ?

Il faut préciser que les miracles de Lourdes sont validés par des médecins laïcs qui n’adhèrent à aucune forme de croyance.

Le problème énorme de la médecine est qu’elle intervient sur un système ultra-complexe : l’être humain.

L’être humain est influencé par le climat, ce qu’il mange, sa spiritualité, son sommeil, les microbes, ses semblables…

Il y a tant de paramètres que, jamais, vous ne savez au juste ce qui explique quoi, quand vous prenez un cas individuel.

Il arrive que des personnes cancéreuses en phase terminale guérissent. C’est rare mais cela arrive. Une personne sur cent mille environ.
 

En pleine santé au milieu d’une épidémie de peste

Au milieu des pires épidémies, de nombreuses personnes, qui ne sont ni mieux nourries, ni mieux soignées que les autres, se portent comme des charmes.

Elles peuvent même en profiter pour créer les plus belles œuvres.

Je pense par exemple au grand architecte florentin Brunelleschi, né en 1377. Il construisit la plus grande et la plus belle coupole de l’univers, à la cathédrale de Florence, tandis que la peste éliminait la moitié de la population de la ville ! Partout, des cadavres jonchaient les rues !