Des prix moins chers au détriment de...

Par La Rédaction, le 06 août 2016 à 06h04 dans GENERALE | 0 commentaire

Conseils ALJOIMOUR :


> Je vous transfert cet article, mais avec mon point de vue.

> Comme tout le monde je me sers un peu partout et chez Lidl aussi, ce ne sont pas toujours les moins chers en ce qui concerne les fruits et légumes, car ils parlent de bananes, et je peux dire que ce sont toutes les grandes surfaces qui sont dans le même sac et pas que Lidl.

> Je trouve donc injuste de nommer ou de s'attaquer à Lidl en particulier, alors que Leclerc, Carrefour, Leader Price  et Super U vendent les mêmes bananes parfois moins chères que Lidl. Tout ce qui vient d’Espagne est  encore pire.

> C’est vrai que le commerce équitable est mieux, mais bien qu'il soit vendu dans certains magasins, c'est nous, les consommateurs, qui ne veulent pas payer plus cher.

> Je préfère le bio, mais les prix sont parfois excessifs Il faut être juste dans nos propos, voici ma pensée perso…


Alain TOUIZER

Naturopathie à La Réunion - Paris - La Normandie



Avec un chiffre d’affaires de 80 milliards d’euros en 2014, la marque allemande Lidl, réélue « enseigne préférée des Français » en 2015, a de quoi financer des campagnes publicitaires pour rafraîchir son image de marque discount. 

Et elle ne s’en prive pas ! Deuxième investisseur publicitaire parmi les grandes surfaces, Lidl semble pourtant avoir plus de difficultés lorsqu’il s’agit d’offrir à ses fournisseurs des conditions de travail décentes. 

Révélées par un rapport publié par Peuples Solidaires – ActionAid France et Oxfam-Allemagne, les pratiques de l’enseigne coûtent cher aux travailleurs agricoles en Équateur et au Costa Rica, où la firme s’approvisionne. Une pétition a été lancée.

C’est une enquête publiée par Peuples Solidaires – Action Aid France, et Oxfam-Allemagne, qui révèle aujourd’hui la situation inquiétante des travailleurs agricoles d’Équateur et du Costa Rica, deux régions connues pour leurs cultures de bananes et d’ananas. 

Dans un communiqué de presse diffusé hier, l’ONG française invite à la prise de conscience et à la défense des producteurs laissés impuissants face aux géants de la distribution. 

Mettant directement en cause l’enseigne de la marque Lidl, le communiqué renvoie vers l’enquête qui met en lumière les conditions dans lesquelles les fruits sont récoltés puis achetés.